21 mars 2019

Edouard Dabrowski

Celui qui en a et celui qui n'en a pas

Photomontage : Edouard Dabrowski


Pauvres supporters du tandem Meyer/Hemedinger ! Bientôt, ils ne sauront plus à quel saint se vouer. Les adulateurs qui, sur les réseaux sociaux, passent la brosse à reluire à l'un ET à l'autre, devront dorénavant choisir entre l'un OU l'autre, après la déclaration fracassante du maire, à propos de son premier adjoint : « Je l'ai fait et je vais le défaire ». Est-ce juste un coup de semonce pour rappeler qui est le patron ? Ou le début d'une rupture annoncée ?

On peut déplorer l'ego surdimensionné de notre pharaon, son absence d'écoute, son côté politicard dans le plus mauvais sens du terme, le clientélisme poussé à l'extrême, le chantage exercé sur ses adversaires, les basses vengeances qui s'abattent sur qui ne file pas droit... mais on est bien obligé de reconnaître qu' « il en a » ! Son substitut en est malheureusement dépourvu. S'il en avait, cela fait longtemps qu'il aurait claqué la porte. Le programme de Meyer nous a conduit dans une impasse, malgré quelques réalisations que personne ne conteste (normal qu'après 23 ans de règne, il ait laissé quelques traces de son passage) et Hemedinger, LR comme Meyer, sorti du même moule, est évidemment co-responsable de cette gestion qu'il a toujours soutenue et défendue, avec la loyauté du parfait petit soldat. Aujourd'hui, sentant le vent tourner, il rame comme il peut pour se démarquer, avec cet argument choc : le monde a changé. Il est vrai qu'entre-temps les Gilets Jaunes sont passés par là...