Pierre Duriot

Je me marre… Christian Estrosi et sa femme, malades, s’en étaient allés garer la moto chez Raoult, le priant de les soigner avec de l’Hydroxychloroquine. Ce que le vieux druide avait exaucé, avec sagesse et dont l’édile s’était vanté, se pavanant dans Nice et chantant les louanges de son copain médecin, qu’il avait, lui. Voilà le même, finalement vacciné, ou vacciné dans l’évier, qui veut, sans honte, priver les non-vaccinés de subsides d’État et pourquoi pas les déporter, pendant qu’il y est. Un élu RN aurait dit la moitié de ça, qu’il se serait fait taxer de facho. Mais Estrosi peut se permettre de dire n’importe quoi, il est du bon côté du guidon. Là-dessus, voilà Véran rattrapé par le virus. Surtout Olivier, n’essayez ni la Chloroquine, ni l’Ivermectine, ce sont des poisons, vous le savez bien, vous les avez interdits. Prenez un Doliprane et hop, ça ira bien mieux. De toute façon, à trois doses, on ne fait pas de forme grave et si on en fait, on n’en meurt pas et si on en meurt, on va direct au paradis…