ATE (association)

 Association Tiefenbach Environnement



☐ 10/3/2020

Jean-Paul ROTH
16 Rue du Tiefenbach
68920 WINTZENHEIM
Association Tiefenbach Environnement


Le 10/03/2020

À l’attention de Monsieur le Professeur Gilles-Eric SERALINI

Monsieur le Professeur,

Je viens vers vous à la suite du contact que vous avez eu avec Monsieur David LEFEBVRE et auquel vous avez eu l’amabilité de répondre avec diligence et célérité.
Je préside l’association Tiefenbach Environnement qui lutte contre l’artificialisation des terres et la préservation de notre patrimoine agricole dans le secteur de Wintzenheim, à côté de Colmar dans le Haut-Rhin.
Au détour de nos recherches, nous sommes tombés sur un scandale sanitaire, une pollution au lindane, enfouie à faible profondeur et à moins d’un km de l’Hôpital Pasteur et à sa verticale.
Comme vous en a informé Monsieur LEFEBVRE, personne ne fait rien, tout le monde ferme les yeux et cette pollution s’étend vers les zones maraîchères de Colmar.
Nous luttons de toutes nos force et pouvoirs pour que l’on nous débarrasse une fois pour toutes de cette pollution et éviter d’intoxiquer à petit feu les Colmariens qui ne se doutent de rien.
Le lindane est éminemment toxique et contamine la nappe phréatique la plus grande d’Europe qui court sous Colmar, vers l’Allemagne.
Nous ne pouvons laisser faire cela et c’est pourquoi nous réagissons avec cette virulence.
Toutes les informations chiffrées se trouvent dans le dernier rapport ARTELIA dont je vous joins le lien qui vous donnera si vous le souhaitez accès à toutes les données chiffrées de cette pollution datées de 2017.

file:///E:/ASSOCIATION%20TIEFENBACH/20191106%20DOSSIER%20ARTELIA%20WINTZENHEIM%20.pdf

Bien entendu , aucune information n’est donnée, qu’elle provienne de la municipalité de Wintzenheim, de Colmar, de l’ARS Grand Est, de l’ADEME, de la Préfecture et tout le monde se renvoie la balle.
En attendant, cette pollution continue dramatiquement à s’étendre.
Comme l’a souligné Monsieur LEFEVBRE, données que vous confirmez, je vais tenter de vous citer :
La teneur sur site est catastrophique et rend l’issue d’une dépollution inéluctable
Étant donné la persistance de lindane, dans la chaîne alimentaire, nous allons au-devant d’une catastrophe écologique et sanitaire majeure.
La teneur des 21 microgrammes à la verticale de l’Hôpital Pasteur est selon vous dramatique, d’autant que vous avez démontré que les seuils de toxicité sont amplement surévalués et devraient être revus à la baisse.
Il conviendrait donc de déclencher une campagne de dépistage du lindane auprès des populations exposées par prélèvement de cheveux (150 € / analyse) sachant à vos dires, qu’un échantillon de 15 analyses suffirait statistiquement.
Vous nous précisez que le lindane est probablement disséminé dans la chaîne alimentaire et se concentre dans les lipides donc qu’il conviendrait de surveiller les productions végétales (compte tenu de la constitution lipidique des membranes cellulaires).
In fine le compte à rebours d’une grande catastrophe écologique et sanitaire est déclenché et il nous faudrait agir avant que le cataclysme ne survienne. Nous avons prévenu les élus, les responsables de collectivités, les autorités gouvernementales jusqu’aux ministères concernés et ils ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas, étant donnés les 5-7 mg/l dans l’eau sur site.
Vous affirmez avec force que les doses létales de lindane sur le site ne pourront être durablement contenues et que personne ne maîtrisera les conséquences d’une telle inertie.
Même si l’eau de consommation des Colmariens et communes avoisinantes ne provient pas de cette zone contaminée et de cette partie de la nappe, il n’empêche que le risque sanitaire est important, ne serait qu’à considérer l’orientation et le sens d’écoulement de ladite nappe.
Vous êtes naturellement et évidemment plus que moi, à même de juger de la dangerosité d’une telle situation et surtout du risque que nous prenons à fermer les yeux, nous cacher cette sinistre réalité et laisser perdurer ce danger « explosif ».
C’est pourquoi nous réagissons avec autant de virulence.
Ma requête est donc des plus simples : je viens de vous transmettre grossièrement tenants et aboutissants de notre problème.
Serait-ce vous obliger que de bien vouloir me confirmer au travers d’un courrier mes dires et assertions confondus afin que nous puissions en faire état auprès des autorités locales, régionales, nationales et tenter d’induire ainsi une prise en charge de cette dramatique question de santé publique qu’aujourd’hui tout le monde se hâte de vouloir méconnaître.

Avec mes remerciements anticipés, je vous prie de croire , Monsieur le Professeur en l’assurance de mes très respectueux sentiments.

Jean-Paul ROTH
Association Tiefenbach Environnement


RÉPONSE DU PROFESSEUR SERALINI :

Gilles-Eric SERALINI
Professeur de Biologie Moléculaire
Co-directeur
à qui de droit

Le lindane est un pesticide perturbateur endocrinien et nerveux très toxique, il a été interdit pour ces raisons.
Il est souvent accompagné comme beaucoup de pesticides de ses produits de formulations à base de dérivés de pétrole et métaux lourds très cancérogènes, présents dans les stocks.
Cela rend obsolètes les seuils limites réglementaires d’expositions, calculés à partir des expériences de la firme qui le commercialisait sans tenir compte des savoirs actuels, et qui doit rendre immédiatement publics les tests de toxicité du produit pris en compte pour établir les normes réglementaires, pour malfaçons possibles (cf décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 1er octobre 2019 (aff C 616/17)).
En cas de question juridique, s’adresser à Me Guillaume Tumerelle à ce sujet.
Pour exemple, les seuils de toxicité du glyphosate devraient être revus mille fois à la baisse pour ces raisons (articles scientifiques téléchargeables sur www.seralini.fr).
Un stock souterrain illégal de lindane devrait ainsi être retiré immédiatement par les autorités compétentes, avec toutes les précautions, et une enquête criminelle devrait être diligentée.
Il conviendrait de déclencher une campagne de dépistage du lindane auprès des populations les plus exposées par prélèvements de cheveux (150€/analyse) ; un échantillon de 15 à 20 analyses permettrait de commencer à évaluer l’ampleur possible du problème.
Les dérivés du lindane et ses produits de formulations et métaux lourds peuvent se concentrer dans les lipides, donc il conviendrait de surveiller non seulement les eaux, mais aussi les productions végétales (compte tenu de la constitution lipidique des membranes cellulaires).
La situation apparaît très urgente, des responsables publics peuvent être mis en cause s’ils ne réagissent pas.

Pr. Gilles-Eric SERALINI 



☐ 8/3/2020

Réponses des candidats aux élections municipales de Colmar et Wintzenheim au questionnaire de l’ Association Tiefenbach Environnement (ATE)

ATE vous fait part du travail d’analyse et de synthèse qu’elle a réalisé suite aux réponses à notre questionnaire des candidats aux élections municipales.
Le questionnaire portait sur le positionnement pré-électoral des candidats au sujet de questions environnementales, de transport, de pollution, de préservation d’espaces naturels et agricoles...

Ce travail vous est présenté en deux parties :
- Partie 1 : Notre appréciation et nos commentaires concernant les réponses des candidats
- Partie 2 : Synthèse comparative des réponses des candidats aux différentes questions


Partie 1 : Nos appréciations et commentaires concernant les réponses des candidats

Tous les candidats aux élections municipales de Wintzenheim et de Colmar ont été sollicités pour répondre à notre questionnaire :

Frédéric HILBERTStéphanie VILLEMIN, Liste OUVERTURE CITOYENNE, Gilbert MEYER, Tristan DENECHAUD et Eric STRAUMANN pour Colmar ; Claude KLINGER ZIND, Serge NICOLE pour Wintzenheim.

Tous ont répondu à l’exception de Serge NICOLE maire de Wintzenheim qui nous a signifié qu’il refusait de répondre par écrit à la totalité de l’enquête. Notre association déplore et regrette ce refus qui ne bénéficie ni à la clarté, ni à la transparence que Monsieur S. NICOLE est censé apporter aux électeurs et au programme politique municipal qu’il défendra en tant que candidat à un nouveau mandat.

Stéphanie VILLEMIN a souhaité nous rencontrer pour échanger avec nous préalablement à sa réponse au questionnaire. Ce qui fut fait.

L’ensemble des maires de Colmar Agglomération (autres que S. NICOLE et G. MEYER) a également été destinataire de notre questionnaire. Aucun n’y a répondu, ce qui ne manque pas de nous interroger sur l’idée que ces premiers magistrats se font de leur rôle au sein de la communauté d’agglomération, et du bien-fondé qu’ils accordent à cet organe de politique communautaire.
Plusieurs questions concernaient pourtant Colmar Agglomération. Ainsi en est-il d’un positionnement que nous attendions de ces élus concernant la pollution de la nappe phréatique aux déchets de Lindane ; compte tenu en particulier des risques sanitaires majeurs que présente cette pollution susceptible de mettre sérieusement en péril un bien commun essentiel, notre eau potable.
Comment ne pas être conforté alors par l’idée que les ego de nos édiles ne sont pas prêts à laisser leur place à l’intérêt attentionné pour le bien commun d’un territoire, à une gestion cohérente unifiée et moderne des politiques publiques, et à une franche volonté de « faire ensemble » et en bonne intelligence ?

Un questionnaire a toujours ses limites en termes de choix des thématiques et de la méthodologie proposée.
ATE en a pris la mesure. Ainsi par précaution, quant à l’appréciation que nous portons ici sur les réponses des candidats, nous avons aussi parcouru l’espace médiatique et les programmes des candidats pour un regard le plus approchant possible de ce que nous percevons des intentions et sensibilités des candidats.

Dépollution du site PCUK-Lindane, une des préoccupations actuelles d’ATE :

En répondant au questionnaire les candidats HILBERT et KLINGER ZIND se sont engagés à communiquer en cours de campagne leur position concernant la dépollution du site PCUK-Lindane. Promesses confirmée dans leurs programmes, sur les réseaux sociaux, ou dans la presse locale. Leur position est clairement en faveur de la mobilisation de tous les moyens possibles pour aboutir à cette dépollution. Mme VILLEMIN s’engage, dans son programme, à mettre ce dossier à l’étude avec toute la transparence nécessaire pour l’information des Colmariens.

M. KLINGER ZIND va plus loin en évoquant la dépollution du site Ligibel, voisin de PCUK, qui alimente lui aussi, en polluants divers, la nappe phréatique qui s’écoule sous Colmar.

Mrs DENECHAUDMEYERSTRAUMANN restent particulièrement évasifs, voire taiseux, sur la question. Leur engagement à s’exprimer pendant la campagne électorale ne se retrouve pas dans les propos de campagne et dans leurs programmes. Le prétexte de nécessaires études préalables, ou complémentaires, revient chez Mrs STRAUMANN et MEYER, alors que celles-ci sont déjà faites, que des centaines de milliers d’€ sont consacrés depuis le début des années 2000 à l’étude de l’évolution de la pollution de la nappe, ou à la mise en œuvre de solutions inadéquates et incomplètes. Nous prenons bien sûr bonne note de la motion transmise par CA à l’Etat (rappel que nous fait M. MEYER président de CA). Nous pensons néanmoins qu’une motion supplémentaire aurait pu être produite aussi par la commune de Colmar, et son maire G. MEYER.
Trois valant mieux que deux...

La liste OUVERTURE CITOYENNE prend acte des actions de notre association dans ce « dossier Lindane ». Elle s’engage à la mise en place d’une information citoyenne transparente sur tous les dossiers sensibles, débouchant chaque fois que nécessaire sur un référendum d’initiative citoyenne (RIC). Nous apprécions ce mode de participation citoyenne qui contribue à éviter que les citoyens, associations et défenseurs du bien commun, ne soient régulièrement placés devant le fait accompli par des décisions qui ne relèvent souvent que de quelques personnes ou d’une administration partisane et aux ordres.

Urbanisation périphérique aux communes / artificialisation des terres naturelles et agricoles / utilisation des friches et terrains pollués

L’espace agricole et naturel Ricoh / INRA/ Croix Blanche, menacé par l’actuel PLU, doit absolument être préservé pour M. HILBERT afin de privilégier la mise en œuvre du projet d’autonomie alimentaire qu’il préconise dans son programme.

M. KLINGER ZIND se positionne de la même manière que M. HILBERT, bien que constatant que le PLU actuel n’est pas favorable à la préservation des terres.

Mme VILLEMIN promet un développement urbain qui privilégie prioritairement l’utilisation des friches industrielles. Le cas échéant elle promet une compensation des zones artificialisées. Le mécanisme de compensation écologique permet théoriquement de créer ou de restaurer une zone de biodiversité équivalente à celle qui a été ou sera détruite par l’auteur du projet. Il n’en est rien en règle générale, car seuls 8 à 10% des promesses et obligations de compensation des terres détruites le sont réellement en France. Qui plus est dans de mauvaises conditions. Nous ne cautionnons donc pas cette option.

La liste OUVERTURE CITOYENNE signale n’avoir pas encore réfléchi au devenir de cette zone. Elle réaffirme que tout processus décisionnel, s'il y a lieu, doit être pris en collaboration avec les citoyens via un Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC). Demeure néanmoins comme principe pour ces candidats la préservation des espaces agricoles et naturels existants. Ainsi que le développement de l'agriculture maraîchère "bio" de proximité.

Gilbert MEYER n’apporte aucune précision au sujet du PLU, et se « couvre » de tout engagement selon nous : « Le PLU est précis à ce sujet pour ce qui concerne Colmar ». Mais un PLU se change ! À condition d’avoir perçu l’impérative nécessité de changer de paradigme et de vraiment considérer la terre comme un bien qu’il faut définitivement cesser de sacrifier.

Mrs DENECHAUD et STRAUMANN n’apportent aucun commentaire sur ce sujet essentiel. Nous le regrettons.

Cohérence et solidarité intercommunale dans la gestion des projets et des espaces

À la question de la mutualisation des ressources communautaires, pour éviter que chaque commune ne décide à l’écart d’une réflexion d’ensemble, Mrs. KLINGER ZIND et HILBERT affirment clairement la nécessité d’un travail plus communautaire et collaboratif pour la réalisation d’un PLU. Le but étant de sortir d’une simple juxtaposition des PLU communaux. Les compétences de CA doivent être étendues par ailleurs pour M. HILBERT. Et une mutualisation des moyens et équipements associatifs doit s’opérer pour M. KLINGER ZIND.
Mrs STRAUMANN et DENECHAUD ne répondent pas à cette question. Mme VILLEMIN affirme « c’est notre priorité ». La Liste OUVERTURE CITOYENNE ne répond pas directement à la question. Sur une problématique aussi importante, l’absence de réponse de certains candidats est des plus inquiétantes alors que la solidarité intercommunale est déterminante pour les choix futurs responsables.

Transports et déplacements dans l’espace urbain

Mrs HILBERTKLINGER ZINDDENECHAUD et la liste OUVERTURE CITOYENNE manifestent une position franche pour « sortir » la voiture du centre-ville, ou y modérer réellement sa présence. Ils y associent, avec des nuances selon les candidats, des modes de transports et des dispositifs d’intermodalités qui donnent de la cohérence à l’aménagement des moyens de circulation à Colmar ou Wintzenheim. Dispositifs qui semblent réellement en mesure d’adoucir, de dépolluer, de sécuriser et de faciliter la circulation (cf. Partie 2 pour plus de détails).
Le programme de Mme VILLEMIN, s’il met une touche franche à l’amélioration des modalités de déplacement en 2 roues et à pied, est à notre goût trop timide et trop peu ambitieux en terme de transport en commun et d’exclusion des voitures en ville.
Mrs MEYER et STRAUMANN nous donnent le réel sentiment de rester figés dans l’immobilisme avec trop peu de propositions globales susceptibles de répondre aux attendus.

Résilience humaine, sociale, respectueuses de l’environnement. Place de l’agriculture raisonnée et de son développement ...

Des réponses faites par Mrs KLINGER ZINDHILBERT, Liste OUVERTURE CITOYENNE émergent une volonté de préserver et redonner leurs lettres de noblesse à l’agriculture raisonnée et "bio", aux espaces végétalisés, aux jardins partagés, à des produits locaux, aux circuits courts, et à des modes de vie plus résilients.
Des expérimentations ont fait leurs preuves non loin de chez nous à Ungersheim ou Muttershotz, ou ailleurs comme à Grenoble précise M. HILBERT. S’en inspirer est nécessaire.
Tristan DENECHAUD souhaite mettre en place une pépinière d'entreprises pour des volontaires souhaitant se lancer dans l'exploitation agricole selon un modèle proche de celui des jardins familiaux mais avec de vraies terres agricoles.
Stéphanie VILLEMIN s’engage à faciliter la mise en liens des demandes et besoins. Ce qui ne nous éclaire pas vraiment et n’est pas suffisamment volontariste pour induire des changements.
Mrs STRAUMANN et MEYER sont, l’un dans la contemplation des changements qui s’opèrent actuellement, l’autre dans l’auto-satisfaction d’un bilan de gestion qui aurait déjà pris en compte la situation. Aucune proposition n’est faite au final.
Gilbert MEYER : « Le PLU a été arrêté en parfaite concertation avec les maraîchers à Colmar avec préservation des besoins nécessaires’’ ».
Eric STRAUMANN observe « un retour en force des zones de maraîchage, sur des zones fertiles, à Holtzwihr par exemple ».

La question de la part des logements résidentiels et touristiques est aussi abordée par plusieurs candidats :
La part des logements résidentiels doit grandir en zone urbaine, au dépend des logements touristiques devenus trop nombreux. Cette position est commune à la liste de M. HILBERT et à la liste OUVERTURE CITOYENNE. Cette dernière propose des solutions concrètes pour inciter les propriétaires à réhabiliter les logements vacants afin les rendre disponibles à une occupation résidentielle. M. KLINGER ZIND propose une aide financière à la rénovation des logements existants en ville.
Mme VILLEMIN et M. MEYER évoquent l’existence d’une taxe supplémentaire qui s’applique déjà sur les logements vacants, sans plus de commentaire.
Mrs STRAUMANN et DENECHAUD n’émettent aucun commentaire.

Concluons :

Le décryptage que nous faisons à l’approche des élections municipales fait apparaître que très peu de candidat.e.s intègrent dans leur programme et leur intentions des promesses d’actions incontournables qui répondent suffisamment à la notion d’urgence climatique. Celle-ci est pourtant massivement documentée aujourd’hui. Et les réponses à apporter également.

C’est à l’échelle locale que les solutions les plus visibles et concrètes peuvent émerger : diminution de l’empreinte carbone liée aux transports, à l’alimentation ou au logement, mais aussi à l’aménagement du territoire et à la préservation des biens naturels communs irremplaçables, à savoir les terres agricoles et naturelles, notre eau potable, la biodiversité qui s’effondrent massivement. Le bien être citoyen en dépend.

Comment ne pas juger ici les bilans de messieurs G. MEYER à Colmar, et S. NICOLE à Wintzenheim, maires actuels de ces communes, pour se faire une idée de ce qui nous attendra.
Après tout, le passé et le présent éclairent le futur.
Le PLU modifié de Wintzenheim avec la zone du Tiefenbach est une nouvelle plaie infligée à nos terres. Pour quels résultats, et quels gains à venir ?
La Zone Ricoh / INRA / Croix blanche est en sursis également, et son devenir n’est pas pour nous rassurer. Il n’est pourtant pas interdit dans ce secteur géographique de reconsidérer le PLU, en disant une fois pour toute STOP à l’artificialisation galopante des terres.

À Colmar, le paysage de désolation qui se révèle actuellement entre la rue du Landwasser et celle de la Semm est consternant : plusieurs hectares de terres maraîchères irremplaçables, les meilleures de Colmar, sont actuellement sacrifiées pour de nouveaux lotissements, au mépris d’ailleurs des zones humides et d’un ruisseau qui y sont malmenées (de belles inondations en perspective ...). Peut-on alors espérer une autre vision de l’avenir que celle qui se révèle sous nos yeux pour un après mars 2020 avec Gilbert MEYER ? Sans omettre de rajouter que nous découvrons en page 8 du dernier bulletin électoral de monsieur le maire, qu’il promet de « mettre en place une politique foncière au service de l’implantation et du développement des entreprises », et de « promouvoir une nouvelle zone économique au Nord-Est de la ville »... Il est bien sûr plus aisé d’offrir des sucreries récréatives au peuple tel que « barbecues connectés » et « conteneurs intelligents avec des capteurs signalant leur niveau de remplissage ».

Que meure enfin cet affligeant et pitoyable comportement des élus du vieux monde : 1) lorsqu’une commune a besoin de « faire entrer de l’argent dans les caisses », on s’approprie la nature, 2) on y coule du béton pour y construire ZAC, ZAE, lotissements, et autre projet destructeur de vie, 3) on encaisse la TVA, 4) on prétend qu’on a fait le « job » et qu’on a été un bon gestionnaire.
Peut-on imaginer par ailleurs que M. MEYER et son équipe disposent du « logiciel » cortiqué adéquat pour entreprendre une diminution de la place de la voiture en ville, afin de favoriser d’autres modes de transport ? La verrue « Parking de la Montagne Verte » est symboliquement suffisante pour comprendre les valeurs d’avenir défendues par le maire de Colmar.
Quid de M. STRAUMANN ? Fera-t-il mieux dans ce domaine des transports que M. MEYER, alors qu’il a soutenu la réalisation du Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), qui sera un vaste aspirateur à véhicules générant jusqu’à 75% d’augmentation du trafic de l’autoroute A35 vers 2025. A35 qui passe par Colmar, avec un trafic surmultiplié qui ne manquera pas d’augmenter massivement la pollution chez nous et d’induire d’autres désagréments sur notre territoire.
Et voilà à présent que M. le député annonce dans notre questionnaire qu’il est favorable à la mise en place d’une taxe poids lourds sur la A35 pour éviter ce flux croissant de poids lourds dont il perçoit tout à coup le danger imminent. Cela se nomme « tout et son contraire ». Mais voilà : les hectares de terres détruites sur le tracé du GCO, avec des dégâts définitifs et considérables sur la biodiversité, sont à jamais irréversibles.
Citons pour finir Aurélien Barrau, astrophysicien et philosophe - Extrait de la conférence « Ecologie et nouveau pacte avec le vivant » :

« Aujourd’hui prôner une croissance continue revient exactement à dire on est face au gouffre, accélérons. On ne peut pas continuer comme ça. Nous devons exiger des pouvoirs publics des mesures réelles, les discours la main sur le cœur n’ont plus aucun intérêt. Il faut harceler le pouvoir politique pour que l’écologie soit considérée comme une priorité. Ca ne peut plus être une préoccupation de 4ème niveau comme c’est le cas jusqu’à maintenant. Il est fondamental que nous martelions la nécessité qu’il en soit ainsi. Plus aucun pouvoir politique qui ne ferait pas de l’écologie sa priorité n’est aujourd’hui crédible. Une gouvernance politique qui ne fait pas de la sauvegarde du monde sa priorité est simplement ubuesque. Nous n’en voulons plus, elle n’a plus aucune légitimité. Voilà le message que la société doit marteler. Et là l’enjeu est très clair pour les décideurs. Soit ils sont aujourd’hui, plus que tous leurs prédécesseurs, les pires lâches de l’histoire et ils auront une responsabilité sans précédent, soit ils seront les premiers héros. Mais pour être les premiers héros, quelques beaux discours et un peu de greenwashing ne va pas suffire, il faudra se fâcher, il faudra prendre des mesures difficiles. C’est très exactement à eux de prendre maintenant cette responsabilité. C’est exactement pour ça que nous avons créé le politique. Le politique sert à ça. À nous sauver de ce type de situation. On ne peut plus être tartufe pour ce qui est de l’avenir du monde ».


Partie 2 : Réponses des candidats aux questions. L’essentiel !

Questions 1 : Urbanisation périphérique aux communes / artificialisation des terres naturelles et agricoles / utilisation des friches et terrains pollués

Question 1a : Exploitation prioritaire des friches industrielles / Non extensions urbaines par prélèvement de terres agricoles ou naturelles

L’ensemble des candidats s’engage à privilégier l’exploitation prioritaire des friches industrielles, et à ne plus utiliser de terres agricoles on naturelles pour d’éventuelles extensions urbaines (réponse par OUI ou NON).
Serge NICOLE a refusé de répondre à notre questionnaire.

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT préconise l’utilisation des friches pour les activités économiques ; s’oppose à de nouveaux commerces en périphérie ; s’oppose à l’urbanisation au N/E de Colmar. Souhaite la révision du PLU.
OUVERTURE CITOYENNE préconise de répertorier tous les bâtis, salles et logements et habitations vacants pour une réaffectation.
Stéphanie VILLEMIN propose de diminuer l’extension urbaine par sa densification.
Gilbert MEYER se retranche derrière l’application et le respect du PLU actuel comme règle de conduite.
Tristan DENECHAUD se retranche également derrière le respect du PLU actuel, sans proposition.
Eric STRAUMANN confirme l’utilisation prioritaire des friches existantes.
Claude KLINGER ZIND n’émet pas de commentaire.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 1b : dépollution des sites pollués

Tous les interrogés se disent d’accord pour dépolluer (réponse par OUI ou NON).

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT : Favorable à la dépollution du LINDANE en priorité. Position déjà affirmée en amont du questionnaire.
OUVERTURE CITOYENNE : Favorable aux dépollutions et propose comme principe de soumettre ces problématiques à des débats et référendum citoyens pour avis de ces derniers.
Stéphanie VILLEMIN est favorable aux dépollutions dans la limite des pouvoirs de la ville.
Tristan DENECHAUD est aussi favorable aux dépollutions dans la limite des pouvoirs de la ville.
Gilbert MEYER ne répond pas « dans » la question (« positionnement de la ville déjà arrêté » dit-il).
Eric STRAUMANN répond « En l'occurrence il s'agit de terres situées dans le périmètre de Colmar agglomération ».
Claude KLINGER ZIND insiste sur la nécessité de faire participer aux coûts des dépollutions les pollueurs.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 1c : optimisation de l’espace urbain, zéro étalement à rechercher

Tous les interrogés se disent d’accord pour tendre vers l’optimisation de l’espace urbain dans le but d’obtenir zéro étalement urbain (réponse par OUI ou NON).

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT : s’engage à limiter l’étalement dans le cadre circonscrit du PLU.
OUVERTURE CITOYENNE préconise une réorganisation des transports et des modes de déplacements, ainsi que la création d’une ceinture verte pour l’optimisation de l’espace urbain.
Stéphanie VILLEMIN : souhaite une optimisation urbaine.
Tristan DENECHAUD : répond « c’est bien notre objectif. »
Gilbert MEYER : se réfère au PLU qui est arrêté et respecte le Grenelle de l’Environnement.
Eric STRAUMANN : « Il est difficile de garantir le zéro étalement urbain mais il faut le limiter au maximum. »
Claude KLINGER ZIND : privilégie l’utilisation des dents creuses, souhaite aider financièrement les rénovations de logements, souhaite mettre en place une bourse aux espaces disponibles.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 2 : Cohérence et solidarité intercommunale

Question 2a : Position de CA quant à l’avenir réservé au triangle agricole RICOH-INRA-CROIX BLANCHE

Frédéric HILBERT : Espace à préserver impérativement par nécessité d’autonomie alimentaire du territoire à rechercher.
OUVERTURE CITOYENNE : Principe de préservation des zones agricoles affirmée. Avoue ne pas avoir encore mené réflexion à ce jour sur cette zone territoriale. Toute décision ferait l’objet d’un RIC pour une prise de décision concertée, pour l’instauration d’une agriculture maraîchère bio.
Stéphanie VILLEMIN : privilégie l’éventualité d’une compensation de l’artificialisation des terres prises et surtout la récupération rationnelle des friches industrielles.
Tristan DENECHAUD : pas de réponse.
Gilbert MEYER : « Le PLU est précis à ce sujet pour ce qui concerne Colmar. »
Eric STRAUMANN : pas de réponse.
Claude KLINGER ZIND : Fait le constat que le PLU désigne cette zone comme une zone à urbaniser.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 2b : Avez-vous l'intention de mutualiser les ressources communautaires liées aux ZAC ou zones similaires de « développement », les salles de sports, de spectacles, de loisirs ... afin de diminuer l'emprise foncière intercommunale ?

Tous les candidats répondent positivement (réponse par OUI ou NON).

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT : souhaite renforcer les compétences de l'intercommunalité et le travail collaboratif des maires de CA pour application du PLUi et non une juxtaposition des PLU communaux. Travail de fond et de confiance avec les maires à instaurer.
OUVERTURE CITOYENNE : n’évoque que vouloir procéder à la réhabilitation des lieux anciens.
Stéphanie VILLEMIN : répond que « c’est sa priorité » mais sans argumenter.
Tristan DENECHAUD : pas de commentaire.
Gilbert MEYER : réponse, en notifiant que Colmar et CA « ne sont pas concernés par une telle surenchère. »
Eric STRAUMANN : pas de commentaire.
Claude KLINGER ZIND : Aménagement territorial à faire à l'échelle intercommunale et non communale pour cohérence des mutualisations au sein du bassin de vie / Mutualisation moyens et équipements publics et associatifs avec liaison par la mise en œuvre de mobilités douces.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 3 : Résilience humaine, sociale respectueuses de l’environnement

Question 3a : Êtes-vous prêt au niveau de votre commune à entreprendre une démarche qui dans son principe serait analogue à celle qui prévaut à Muttersholtz et préserver ainsi les terres agricoles existantes ?

Tous les candidats se disent favorables à la préservation des terres agricoles existantes en privilégiant les principes de dialogue entre les intérêts a priori divergents (Urbanité VS Ruralité - Citadins VS agriculteurs – grandes zones commerciales en périphérie VS commerces de proximité ...) (réponse par OUI ou NON).

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT : De nombreuses villes s’orientent actuellement vers des modes de vie et de gestion plus résilientes (Ungesheim, Muttersholtz, Grenoble ...). Nécessité de s’en inspirer pour des mises en œuvre locales adaptées. Au centre-ville reprendre davantage possession des logements touristiques (AirBnB) pour augmenter le logement résidentiel.
OUVERTURE CITOYENNE : Diminuer le nombre de logements vacants en ville, si nécessaire par réquisition avec attribution d’un bail social sous forme de convention propriétaire-ville contre prise en charge d’une rénovation éventuelle.
Stéphanie VILLEMIN : Taxe sur logements et locaux commerciaux vacants existe déjà à Colmar.
Tristan DENECHAUD : aucun commentaire.
Gilbert MEYER : Signale qu’il existe une taxe sur les logements vacants depuis 2010 à Colmar. Colmar Agglomération participe financièrement aux travaux de rénovation. « Je suis étonné que l'exemple de Muttersholtz soit cité, Colmar aurait du l'être. »
Eric STRAUMANN : aucun commentaire.
Claude KLINGER ZIND : souhaite aussi favoriser le développement des espaces végétalisés entre zones urbaines et zones rurales.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 4b : Place à accorder aux zones de maraîchages et de cultures diverses favorisant un retour vers une agriculture plus raisonnée et résiliente. Quelles dispositions êtes-vous prêt à prendre pour aider et encourager les vocations et intentions d’installation ou de développement (expression libre)

Frédéric HILBERT : Objectifs cantines 100% bio à l'horizon fin de mandat, avec produits locaux. Augmentation envisagée des espaces maraîchers et de nouveaux exploitants.
OUVERTURE CITOYENNE : Création de jardins partagés et pédagogiques. Encouragement des vocations pour une transition vers du maraîchage bio via prêt zéro.
Stéphanie VILLEMIN : S’engage à faciliter la mise en liens des demandes et besoins.
Tristan DENECHAUD : Souhait de mettre en place une pépinière d'entreprises pour des volontaires souhaitant se lancer dans l'exploitation agricole selon un modèle proche de celui des jardins familiaux mais avec de vraies terres agricoles.
Gilbert MEYER : « Le PLU a été arrêté en parfaite concertation avec les maraîchers à Colmar avec préservation des besoins nécessaires. »
Eric STRAUMANN : Pas de proposition. Mais observe un retour en force des zones de maraîchage, sur des zones fertiles.
Claude KLINGER ZIND : Création jardins partagés et familiaux et zones de maraîchage. Mise en place circuits courts inexistants à l'ouest de Colmar dont zone Tiefenbach (proposé dans l'enquête publique du PLU de Wintzenheim).
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 4 : Transports et déplacements dans l’espace urbain

Question 4a : Intentions et projets pour favoriser les déplacements doux, et diminuer sensiblement la place des véhicules polluants (voitures, camions) dans l’espace urbain ?

Tous les candidats se disent favorables au développement de l’usage du vélo en améliorant d’une manière ou d’une autre le réseau (Réponse par OUI ou NON).

Observations ajoutées :

Frédéric HILBERT : Veut diminuer la place de la voiture en ville et prendre des mesures pour diminuer les vols de vélos. Développement également des transports en commun avec des lignes de bus à haut niveau de service. Liaison avec la ville dans le dernier kilomètre à étudier.
OUVERTURE CITOYENNE : Augmentation offre et desserte transport en commun et gratuité. Casser la dynamique du tout voiture : le flux de voiture est proportionnel à la place qu'on lui accorde. Élargissement de la subvention à l'achat d'un vélo à tout le foyer.
Stéphanie VILLEMIN : Veut transformer les bandes cyclables existantes en vraies pistes cyclables.
Tristan DENECHAUD : Développement des transports en commun avec des lignes de bus à haut niveau de service. Souhaite créer des parkings relais aux entrées de ville, préconise aussi une plateforme logistique pour les livraisons. Développer l’intermodalité.
Gilbert MEYER : Réorganisation transports collectifs.
Eric STRAUMANN : Revoir pertinence du réseau de transport.
Claude KLINGER ZIND : souhaite pour sa commune et pour l’agglo un plan vélo favorisant les circuits courts rapides. Souhaite créer des parkings relais aux entrées de ville. Mise en place de bus de liaison inter-quartier.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 4b : En corollaire de la question précédente comment compter vous gérer et diminuer le trafic pendulaire entre la périphérie de Colmar et son centre ?

Frédéric HILBERT : soutien à la voie ferrée Colmar-Fribourg avec des parkings vélos et voitures dans toutes les gares. Diminuer les entrées de voitures en ville en proposant un service rapide par bus (cf. 4a).
OUVERTURE CITOYENNE : Priorité donnée aux transports en commun et aux vélos.
Stéphanie VILLEMIN : Renvoie vers son programme.
Tristan DENECHAUD : Bus parking-relais, viser un cadencement type RER. Améliorer en particulier les dessertes sur la ligne Colmar-Metzeral-Vogelsheim (partie Est à ouvrir) ; et vers Mulhouse : omnibus Bollwiller-Rouffach. Développement de plans de déplacements entreprises pour favoriser le covoiturage.
Gilbert MEYER : Veut revoir le trafic sud après étude.
Eric STRAUMANN : mise en route voie ferrée Colmar-Fribourg avec des parkings relais pertinents dans certaines communes du tracé.
Claude KLINGER ZIND : Parking relais entre Colmar et Wintzenheim ou Logelbach avec navettes vers le centre-ville. Réorganisation des lignes de transport urbain avec prolongation horaires en soirée. Gratuité du bus pour les moins de 25 ans. Favoriser l'utilisation du train entre Colmar et Metzeral.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Question 5a et 5b et 5c : Dépollution du site PCUK-Lindane et information à la
population

Sur l’engagement à communiquer publiquement sur la situation de la pollution au Lindane (réponse par OUI ou NON) :

Tous les candidats ont répondu par un OUI qui les engage à communiquer sur la situation de cette pollution dans le cadre de leur campagne électorale.
Sur l’engagement à prendre en main, à soutenir et s’engager dans la recherche d’une dépollution du site PCUK Lindane (réponse par OUI ou NON) :

Les candidats HILBERTKLINGER ZINDOUVERTURE CITOYENNEDENECHAUD, s’engagent à en faire un axe de communication pendant la campagne électorale.
Stéphanie VILLEMIN ne s’engage pas à communiquer pendant sa campagne électorale sur le sujet.
Gilbert MEYER s’engage à en faire un axe de communication pendant la campagne électorale si les résultats des études demandés sur la situation de la pollution devaient faire apparaître un élargissement du panache pollué.
Eric STRAUMANN n’est pas favorable à en faire un axe de communication car ce sujet doit faire l'objet d'un consensus.

Observations complémentaires faites par les candidats :

Frédéric HILBERT : La dépollution concerne CA mais la pression doit être gardée sur l’État pour obtenir la réalisation d’une étude de faisabilité de l’extraction.
OUVERTURE CITOYENNE : Favorable à une communication sur la pollution. Par extension souhaite que les informations d'utilité publique soient privilégiées dans la communication municipale, et que les sujets sensibles fassent l’objet d’un référendum qui favorise la communication et la participation citoyenne.
Stéphanie VILLEMIN : Transparence promise au sujet de l'état de pollution au Lindane de la nappe. Intensification des contrôles souhaitée. Rappelle que ce site est orphelin et appartient à l’État. Souhaite mettre tout son poids dans ce dossier.
Tristan DENECHAUD : affirme qu’il s’agit d’un problème qui concerne CA.
Gilbert MEYER : Rappel pour mémoire : « une motion adressée à l’Etat a été posée par le conseil communautaire. »
Eric STRAUMANN : affirme qu’il s’agit d’un problème qui doit être réglé par CA. Toutes les techniques doivent être étudiées y compris le confinement. Sujet « qui ne doit pas être au centre d'une polémique électorale démagogique ».
Claude KLINGER ZIND : Le site du Ligibel doit également être dépollué et la transparence quant à la situation de la nappe est nécessaire. Solidarité de tout le territoire nécessaire pour aboutir à la dépollution.
Serge NICOLE nous a signifié qu’il refusait de s’engager par écrit sur la totalité de l’enquête.

Association Tiefenbach Environnement

Le 8 mars 2020



☐ 12/1/2020

Questionnaire aux élus et candidats aux municipales 2020

L’Association Tiefenbach Environnement a adressé début décembre un ‘’Courrier / Questionnaire’’ aux candidats déclarés aux élections municipales de Colmar et à son ‘’Candidat-Maire" actuel : Stéphanie VILLEMINFrédéric HILBERTTristan DENECHAUD, et Gilbert MEYER.
Le même questionnaire a été adressé à l’ensemble des maires de Colmar Agglomération et à Claude Klinger-Zind, seul candidat connu actuellement à Wintzenheim (où demeure le site PCUK Lindane qui pollue notre nappe phréatique). Serge NICOLE, maire de cette commune, s’abstient pour le moment de toute annonce concernant sa candidature à un nouveau mandat, et nous a indiqué ne pas vouloir répondre de ce fait...
Notre démarche a pour dessein d’éclairer nos concitoyens et administrés quant à la position de nos futurs élus à l’endroit d’importantes considérations écologiques, environnementales, et bien entendu sanitaires concernant notre agglomération.
Cela nous semble fondamental dans la mesure où les comportements de nos élus à venir auront une influence directe et déterminante sur notre qualité de vie, notre santé et celles de nos enfants.
Ces arguments nous ont amenés à rédiger ce questionnaire constitué :
- d’une première partie qui porte sur les ressources naturelles, agricoles et humaines pour un développement durable et harmonieux, via les fondamentaux que sont les enjeux climatiques et sociaux ;
- d’une seconde partie centrée sur des considérations sanitaires relatives à une pollution locale, celle du site LINDANE PCUK, qui sous la ville de Colmar, obère gravement l’état de la nappe phréatique, et subséquemment l’état de santé potentiel de toute la population avoisinante.
Nous avons demandé aux destinataires de ce questionnaire des réponses précises à toutes les questions et avons estimé qu’un délai de retour de trois semaines était suffisant.
Six semaines se sont écoulées depuis notre sollicitation. Seuls les candidats suivants nous ont adressé leurs réponses :

- Claude Klinger-Zind
Frédéric HILBERT
Tristan DENECHAUD

Pour Colmar, ni Stéphanie VILLEMIN, ni Gilbert MEYER, n’ont répondu au questionnaire à cette date. Ce dernier se faisant remarquer en sollicitant pour la 3ème fois notre association pour nous redemander le questionnaire...
Pour les autres communes de l’agglomération, seul M. Baldauf, maire de Turckheim, nous a signalé son retrait de la vie politique et donc sa non intention de réponse. Aucun autre maire n’a à ce jour jugé utile de nous répondre. L’horizon et la vision communautaire et unitaire de nos maires s’arrête souvent aux ronds points fleuris de leur commune, et aux mains nombreuses à serrer sur les marchés locaux. Ne nous berçons pas d’illusion quant à une réponse de ces derniers.
Nous avons bien évidemment adressé une relance aux retardataires …
Nous vous ferons part, au fil des prochains jours, des réponses des candidats sur www.colmarinfo.com



☐ 3/1/2020

L'association Tiefenbach Environnement (ATE) nous livre à travers un article de presse titré ''À Colmar le lindane pollue aussi la campagne électorale de Gilbert MEYER'', paru dans ''Alterpresse68''.

C'est à lire ici :
https://www.alterpresse68.info/…/a-colmar-le-lindane-pollu…/

On y relèvera en particulier une analyse des décalages de propos et de positionnement, sur ce dossier, de Gilbert MEYER version 2019, et de Gilbert MEYER député maire des années 2000.

En lien, au sein de cet article de presse, vous accéderez par ailleurs au communiqué qu'ATE adresse ce jour à ses contacts de Presse pour affirmer sa position et ses demandes pour 2020.





☐ 4/12/2019

Prise de parole de Pascal Lacombe lors de la marche pour le climat de Colmar du 30 novembre 2019

« Je souhaite rappeler à ceux qui ne nous connaissent pas encore, que nous luttons pour que cesse l’artificialisation continue des terres, et l’urbanisation galopante des périphéries urbaines.

A Wintzenhein, le maire, Serge NICOLE, et son conseil municipal, ont validé en juin dernier la modification d’un PLU qui va permettre d’y installer une Zone d’Activité Economique en prélevant environ 22ha de terres agricoles et viticoles.

Et ce, malgré de très nombreux avis défavorables dont ceux d’organes consultatifs indépendants. Ce qui ne manque pas de révéler, une fois encore, combien la démocratie fonctionne mal dans notre pays. La démocratie environnementale en particulier est mise en échec en permanence. Sachez que seuls 2 ou 3% des enquêtes publiques qui portent des avis négatifs, en s’opposant à des projets destructeurs, sont suivis par les décideurs.

Notre association a déposé un recours en annulation contre ce PLU. Nous attendons le résultat du jugement de ce recours par le TA de Strasbourg.

Mais en France on n’attend pas que les recours soient purgés, contrairement à nos voisins allemands. Pour ne citer qu’eux. Si vous vous rendez rue du Tiefenbach, en allant vers Wintzenheim, vous observerez qu’un verger d’une centaine de cerisiers qui bordait la route, a été entièrement rasé pour ne plus offrir qu’une désolation de plus. Le nouveau PLU de Wintzenheim a commencé sa basse œuvre mortifère.

Pour limiter l’artificialisation des terres notre association demande aussi que soient utilisées et réhabilitées les friches industrielles et les zones polluées existantes.

C’est à ce titre que notre lutte se concentre actuellement sur la dépollution du dépôt de 750t de LINDANE qui se trouve à côté de la nouvelle déchetterie de Logelbach.

Le LINDANE est un déchet de pesticide, cancérigène, qui pollue déjà abondamment la nappe phréatique sous Colmar. Une des plus grande nappe d’Europe qui fournit entre autre notre eau potable.

Voilà ce que nous demandons précisément :

L’élimination complète du dépôt de déchets de LINDANE situé sur le ban de Wintzenheim et juste voisin de Colmar.

Cette extraction est techniquement possible, technologiquement maîtrisée, elle a été réalisée récemment à Huningue et au Pays Basque espagnol.

En 2008, l’estimation du coût de la dépollution du site où se trouve le LINDANE se montait à 25 millions d’Euros.

C’est une belle somme. On en convient. Mais écoutez plutôt :

Il y a 8 jours, Gilbert MEYER, maire de Colmar et aussi Président de CA, notre champion du monde des parkings et des parcmètres, a inauguré le nouveau parking de la montagne verte : 20 000m3 de béton / 1 800t d’acier / 974 luminaires / 18 000 m2 de plancher (Source DNA).

Et savez-vous combien ce parking a coûté ? Ce parking, emblème d’une gouvernance qui épuise nos ressources, a coûté 21,1 millions d’€ HT, soit environ 25 millions d’€ TTC.

25 Millions pour attirer encore davantage de voitures au centre-ville !

Et il nous faut 25 millions pour dépolluer le LINDANE ! 

Alors qu’on ne viennent surtout pas nous dire que notre eau potable, celle que nos enfants auront à boire, cette ressource indispensable, ce trésor inestimable que nous avons sous nos pieds, ne vaut pas 25 millions d’investissement pour dépolluer le site ‘’PCUK Lindane’’.

Nous demandons donc aux élus locaux, ceux qui siègent en particulier à Colmar Agglomération, de prendre en main et de porter haut la solidarité communautaire pour mettre un terme à cette pollution. 

D’une manière ou d’une autre Colmar Agglomération doit tout mettre en œuvre pour aboutir à la dépollution complète du site. Cette démarche doit faire l’objet d’une alliance communautaire de circonstance, la plus large possible, avec l’ensemble des autorités locales, mais aussi avec le Conseil Départemental du Haut Rhin, avec le Conseil Régional, qu’il conviendra de solliciter et de mobiliser. Ainsi que l’Etat, et l’Europe qui a déjà financé la dépollution de nombreux sites de Lindane au Pays Basque Espagnol.

Nous requérons enfin, dans les meilleurs délais, la mise en œuvre d’une campagne d’information sur l’ensemble de l’agglomération, pour informer les habitants de l’état de la pollution de la nappe phréatique. Cette campagne d’information doit être mise en oeuvre par tout moyen adapté à une diffusion étendue à l’ensemble de la population. Cette information, qui au demeurant est une obligation légale faisant l’objet d’un décret préfectoral (14 juin 2015), et qui n’existe pas à ce jour, ne peut souffrir d’aucune attente sous des prétextes divers qui justifieraient son report. »



ASSOCIATION TIEFENBACH ENVIRONNEMENT 


QUI SOMMES NOUS ? 

L’Association Tiefenbach Environnement, ATE, est née de l’opposition d’un groupe d’habitants, (citoyens, agriculteurs, viticulteurs) au projet de révision du PLU de Wintzenheim, qui prévoyait l’urbanisation et l’artificialisation de dizaines d’hectares de terres agricoles, bosquets, vergers, vignobles… Ce projet a fait le choix de la création d’une zone d’activités économiques dans ce qui subsiste de la ceinture verte au sud de la commune, alors qu’existent des friches et terrains à réhabiliter et à dépolluer, toutes zones disponibles que la municipalité préfère léguer en l’état aux générations futures. 
Tiefenbach Environnement et les Amis de la Confédération Paysanne, réunis dès les premières heures par la même conviction et le même idéal, luttent pour la préservation des terres agricoles, passant par un développement raisonné des activités humaines qui prendrait en compte l’optimisation du potentiel urbanisable des zones d’activités existantes, des friches et terrains à dépolluer. La demande de dépollution du site ‘’PCUK Lindane’’ constitue à ce titre aussi une des cibles de notre lutte. Dans ce même esprit des aides ciblées inciteraient à la réhabilitation des quelques 260 logements vacants de Wintzenheim, à l’instar de ce qui se fait déjà dans les communes qui ont compris que les temps ont changé.


HISTORIQUE DES TEMPS FORTS DE L’ASSOCIATION :

- 17octobre 2018 - L’origine : présentation publique du projet de PLU de Wintzenheim
- 1er décembre 2018 - Assemblée Générale Constitutive d’ATE
- 19 janvier 2019 - Emission de notre premier flyer « Défendre Colmar et ses environs »
- 23 février 2019 - Rendez vous citoyen à la Croix blanche autour d’une soupe paysanne
- 17 mars 2019 - Action « un arbre pour la vie » et pose de panneaux rue du Tiefenbach,prélèvement symbolique de terre du Tiefenbach
- 25 mars 2019 - Courrier de 23 riverains au maire sur la révision du PLU, le lindane, le site Jaz
- 25 mars 2019 - Courrier du collectif au Commissaire Enquêteur
- 04 avril 2019 - Remise symbolique d’un noyer et d’un pêcher du Tiefenbach au premier adjoint au maire
- 18 avril 2019 - Ciné débat « la Terre en morceaux » au lycée agricole du Pflixbourg
- 26 mars à 26 avril 2019 - Participation massive des membres du collectif à l’enquête publique sur le PLU de Wintzenheim
- 24 mai 2019 - Rapport du Commissaire Enquêteur
- 22 juin 2019 - Tractage au marché Saint Joseph sur la pollution aux déchets de lindane, 2ème flyer
- 26 juin 2019 - Adoption du PLU révisé
- 06 janvier 2019 - Création d’un compte FACEBOOK ATE
- 19 août 2019 - Recours en suspension + recours en annulation au TA de Strasbourg
- 05 septembre 2019 - Rejet du recours en suspension par le TA
- 15 septembre 2019 - Lancement pétition « stop à la pollution cancérigène de la nappe phréatique à Colmar »
- 14 septembre 2019 - Rencontre des Cerisiers au Tiefenbach, l’autre combat : le lindane
- 30 septembre 2019 - Courrier au maire de Wintzenheim (copie au préfet), sur le défaut d’information sur la pollution au lindane
- 05 novembre 2019 - Interview du Collectif par Radio Azur FM concernant le site du lindane
- 30 novembre 2019 - Participation à la Marche pour le Climat à Colmar.
- 6 décembre 2019 - Envoi d’un questionnaire aux 21 conseillers de la CAC sur leurs intentions en matière d’environnement
- 7 décembre 2019 - Demande au TA de clôture de l’instruction contre la délibération du conseil municipal de Wintzenheim


QUELLES ACTIONS MENONS NOUS ACTUELLEMENT (au 10 déc 2019) :

1) Notre pétition : 

STOP A LA POLLUTION CANCERIGENE DE LA NAPPE PHREATIQUE A COLMAR

Si ce n'est déjà signé vous pouvez le faire en cliquez là : PETITION LINDANE

ou copiez ce lien dans votre navigateur http://chng.it/zNHSQWyjpH

2) Nous proposons à tous nos sympathisants un courrier type à adresser à Serge NICOLE, maire de Wintzenheim et à Gilbert MEYER maire de Colmar et président de Colmar Agglomération.
Ce courrier appelle à la dépollution du site ''PCUK Lindane'' et demande qu'une campagne d'information soit réalisée dans les meilleurs délais pour informer les citoyens colmariens de la situation de la pollution de la nappe phréatique sous Colmar, et de ses dangers.
Ce modèle de courrier sera posé ici dans la rubrique de notre association. Soyons nombreux à adresser ce courriel à Gilbert MEYER et Serge NICOLE.

3) Un questionnaire de positionnement électoral est en cours d'adressage à tous les maires actuels de Colmar Agglomération ainsi qu'à tous les candidats déclarés à ce jour aux prochaines élections municipales. Cette démarche a pour dessein d’éclairer les concitoyens et administrés de Colmar Agglomération sur la position déclarée des candidats à l’endroit de considérations écologiques, environnementales, et bien entendu sanitaires.
Ce questionnaire sera posé ici dans la rubrique de notre association, pour votre information.

4) Le dernier conseil communautaire de Colmar Agglomération se tiendra juste avant les fêtes de fin d’année. Les membres du bureau du conseil communautaire ainsi que la commission de l’environnement ont été destinataires d’un courriel leur demandant de soutenir notre demande de dépollution du Lindane, et de porter notre demande dans les débats du conseil communautaire, dans les meilleurs délais. Ce modèle de courrier sera posé ici dans la rubrique de notre association.


NOUS AIDER ! NOUS REJOINDRE ! AGIR AVEC NOUS !

SIGNEZ LA PETITION : STOP A LA POLLUTION CANCERIGENE DE LA NAPPE PHREATIQUE A COLMAR :

PETITION LINDANE

Les dons sont d'une valeur libre et possible à partir de 1€

NOUS CONTACTER : tiefenbach.environnement@gmail.com

NOUS SUIVRE - NOUS SOUTENIR :

Sur Facebook : Association Tiefenbach Environnement

Sur colmarinfo.com : page ATE et Lindane (Pollution au)