DURIOT Pierre



Pierre Duriot, porte-parole du Rassemblement du Peuple Français



☐ 26/5/2022

Effets secondaires : exiger la transparence des données

Plusieurs scientifiques se sont retrouvés au Sénat, un bâtiment officiel donc, pour évoquer l’après Covid. En conférence de presse, Christine Cotton, biostatisticienne, Emmanuelle Darles et Vincent Pavan, enseignants-chercheurs, ont été entendus en audition privée dans le cadre des travaux de l’Office et en ont profité pour alerter sur les graves effets secondaires de ces vaccins. Ils ont évoqué en premier lieu, d’importants biais dans les essais cliniques de phase 3 et une opacité de l’information, avec des données publiques sur les vaccins qui ne sont ni ouvertes au public ni aux chercheurs, un fait inédit dans l’histoire de la pharmacovigilance française. Ils ont dénoncé une volonté de dissimuler la réalité de l’effet de ces vaccins et surtout la méthode d’imputabilité des effets indésirables utilisée par les Centres régionaux de pharmacovigilance, qui ne permet pas l’obtention de données complètes. Cela se traduit par une sous-évaluation notable des effets indésirables, lesquels ne seraient que 1% à 10% à être officiellement déclarés. Selon eux, les chiffres de la mortalité sont alarmants et les bases de données de pharmacovigilance européennes, font état d’environ 30 000 décès en Europe pouvant être liés au vaccin, le nombre de décès est très probablement beaucoup plus élevé. Les mêmes bases de données, officielles donc, de pharmacovigilance montrent : 1 788% d’augmentation des troubles de cycles menstruels, 732% d’augmentation d’AVC et autant de cécité en quelques mois de vaccination que sur 30 années cumulées tous vaccins confondus. 62% de ces effets indésirables surviennent le jour même de la vaccination. Au-delà des croyances des uns et des autres, il serait normal que les scientifiques concernés puissent avoir accès à des données claires. Il s’agit de santé et pas de d’armes stratégiques secrètes. Depuis les négociations de contrats avec les pharmaceutiques, jusqu’aux données concernant les effets secondaires, l’ensemble de la chaîne est frappé du sceau du secret alors même que les organismes officiels montrent déjà des effets qui devraient en temps normal, inciter à un minimum de prudence. 2022/5/26



☐ 26/5/2022

Qu’il se taise à la fin

Macron se tait. Il a été réélu d’une manière alambiquée, avec des doutes, un barrage contre ce que la presse ose encore appeler l’extrême droite. Il a mis des plombes à se trouver une première ministre, et elle est controversée. Laquelle a mis un bail pour se constituer une équipe, renfermant elle-aussi des types controversés. Résultat, cette dynamique qui voudrait que l’on élise un président et que dans la foulée, on lui donne une majorité, n’est plus de mise. Les sondages qui prédisaient, à Macron, une large majorité, sont en train de s’effondrer et dans le temps des polémiques, le président a perdu 30 à 40 sièges. Pire, les éditorialistes, pourtant bien en cour et subventionnés, répètent à l’envi qu’il faut prendre ces sondages avec des pincettes, « ce n’est pas la présidentielle », dans les circonscriptions, tout est bien plus compliqué et qu’une élection « n’est jamais jouée d’avance ». Le soufflet est retombé et pas sûr que ceux qui ont fait barrage et voté Macron en se pinçant le nez, se mobilisent pour lui. Au Rassemblement du Peuple Français, nous avons pris acte de cette réélection du moins gaulliste des candidats, dont nous ne voulions pas et avons là, une occasion de l’empêcher de continuer à nuire au pays et d’aggraver, encore, les bilans calamiteux qu’on lui connaît dans tous les domaines. (...) Il ne faut juste pas lui donner la moindre majorité. Voici quelques années, les Belges se sont passés de gouvernement pendant un an en demi. Expédier les affaires courantes ne fut pas une catastrophe et d’une crise institutionnelle et gouvernementale, il pourra peut-être sortir quelque chose qui donne enfin au pays la possibilité de voir un peu plus loin que la prochaine et hypothétique hystérie sanitaire qui semble devenue son seul programme. 2022/5/26





☐ 26/5/2022

Je marre... BFM, dans ses œuvres, nous raconte le système Poutine, collusion avec les grandes fortunes, muselage de la presse, asservissement des institutions, corruption, népotisme, dézingage des opposants. Le scénario bien ficelé, si un jour ils produisent un reportage sur le système Macron, ils pourront reprendre la trame, en changeant juste le nom. 2022/5/26





☐ 24/5/2022

Du déni à l’acceptation

Marioupol est tombée. Ce n’est pas une évacuation, comme tente de le faire croire dirigeants occidentaux et presse propagandiste, c’est une reddition. L’Occident contorsionne sa sémantique pour persister dans le déni de la défaite ukrainienne, d’autant que Marioupol devait être le fer de lance de la tactique militaire de l’OTAN, pardon de l’Ukraine. On se souvient des propos d’experts, de Le Drian, entre autres, annonçant que l’Ukraine allait vaincre, alors qu’elle n’avait déjà plus la maîtrise des airs : sont-ils foncièrement incompétents, ou totalement aveuglés par leur orgueil et la démagogie ? Plus de 1500 prisonniers et des documents saisis, qui risquent de dévoiler des liens très étroits avec des puissances occidentales. Cette défaite militaire est un tournant dans le conflit, car les échos de la reddition de Marioupol portent déjà leurs fruits dans les rangs de certaines unités, toujours en activité, qui expriment clairement leur refus de poursuivre les combats : le moral en a pris un coup. Ce plan est en train de se reproduire dans la région de Severononetsk et de Lisichansk, avec quelques 16 000 soldats retranchés et pris en tenaille par l’armée russe. Combien de temps résisteront-ils ? Il ne va rester, de l’armée régulière, que quelques milliers d’hommes, pour la plupart inexpérimentés, et sans doute peu disposés à devenir des martyrs.
Si le discours officiel persiste, les USA commencent à revenir à la raison et demandent un cessez-le-feu à la Russie. Etrange comportement, parce qu’une telle demande devrait émaner directement du pouvoir ukrainien et non des US. L’Otan va perdre cette guerre et se retrouver discréditée. Le nouveau monde de Schawb, Macron et consorts sera bien différent de celui qu’ils avaient imaginé. La Russie souffre moins que l’Europe des sanctions économiques et elle est alliée et partenaire avec environ les deux tiers de la population mondiale. Reste l’option nucléaire, mais les Russes n’en feront rien, ils ont l’avantage sur le terrain et pour parvenir à cette extrémité, il faudrait que l’OTAN entre officiellement en guerre contre la Russie, au risque d’irradier la planète : l’Otan est donc dans l’impasse. La chute de l’Ukraine est une question de temps, mais pour le moment le déni est de rigueur, jusqu’à ce que la réalité rattrape tout le monde.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire. 2022/5/24





☐ 23/5/2022

Vers la liquidation de l’hôpital public

Les scénarios catastrophes se profilent dans les urgences hospitalières, en France, avec pas moins de 120 services, déjà quasiment à l'arrêt, ou en grande difficulté. Au CHU de Martinique, les difficultés accumulées depuis deux ans aboutissent à une situation insurmontable et les professionnels locaux parlent de "tragédie". Manque de lits, manque de personnel, manque d'argent, l'hôpital français s'est effondré, avec derrière une véritable volonté gouvernementale de le tuer. Par la suppression régulière des lits, par les dispositions prises pendant l'épisode Covid, qui ont consisté à empêcher les médecins de soigner autrement que par le vaccin et priver les malades non-vaccinés d'avoir accès aux soins, par la pénurie de personnel qui n'a pas été anticipée par des recrutements et des formations, par les salaires dérisoires, qui plombent cette profession, par le licenciement impensable de près de 15 000 soignants formés, l'État a été le fossoyeur conscient de l'hôpital public, tout en s'en défendant dans les médias. Même Patrick Pelloux, le très conforme, très vacciné et très médiatique urgentiste, qui a un temps hurlé avec le loup Véran, met en garde contre les vacances d'été et le surplus d'accidents prévisibles, du fait des déplacements de population et des sportifs estivaux non aguerris. 24 heures d'attente parfois avant la prise en charge du patient, plusieurs jours sur un brancard, pas de prise en charge dans un service adapté : la mise en danger de la vie d'autrui devient du mode fonctionnement. Au Rassemblement du Peuple Français, nous avions, dès le début de la pandémie, proposé d'autres alternatives. Augmentation des salaires, réintégration des soignants suspendus, mise en place d'un recrutement et de formations, liberté de prescription pour les médecins. L'État a fait semblant, par du vent médiatique, de se pencher sur les malheurs de l'hôpital public, alors qu'en réalité, il en a organisé la perte, ne focalisant son action que sur la mise au pas des personnels. Il est devenu indispensable que ces personnels et la nation tout entière, retrouve cet esprit gaulliste et solidaire, pour rénover un service public qui fut un temps le meilleur du monde, avant d'être progressivement déshabillé depuis une vingtaine d'années, puis liquidé par l'équipe Macron. 2022/5/23





☐ 23/5/2022

Rien à voir...

« Le vaccin AstraZeneca appartient à la classe des vaccins à base de vecteurs adénoviraux et la société britannique a utilisé de l’adénovirus de chimpanzé, pour servir de vecteur. C’est la première fois dans l’histoire des vaccins qu’un adénovirus de chimpanzé, étranger à l’homme, est utilisé comme vecteur dans la production d’un vaccin. Aucune étude à long terme n’a pu en démontrer l’innocuité », expliquait une publication scientifique voici un an et demi. Il est bien évident que l’apparition de la variole du singe, transmise à l’homme, n’a aucun rapport avec ce tripatouillage. Ce serait du complotisme... 2022/5/23





☐ 20/5/2022

Je me marre… le Covid, ça paye plus, heureusement, il y a la variole du singe, pour recommencer le cirque. Il paraît que ça vient d’Afrique, c’est quand même dingue toutes les saloperies qui arrivent de ce continent. Et en Angleterre, ça touche les homosexuels. Ça rappelle, chez les vieux, quand, dans les années 80, le père Le Pen, racontait que le sida étaient arrivé en France, parce qu’un Africain avait sodomisé un singe vert. Mais là, ça n’est pas pareil, les types qui nous racontent ça, ne sont pas d’extrême droite. Pour les variants, il n’y aura pas trop besoin de se casser la tête avec l’alphabet grec, les variants du chimpanzé, du gorille, de l’orang-outang et du bonobo devraient suffire. Le bonobo, vous voyez, le petit singe qui passe son temps à sodomiser ses congénères. La boucle est bouclée, enfin, si l’on peut dire, disons, un genre de petit train, avec la locomotive qui reviendrait dans le dernier wagon. Et ils ont déjà payé des mecs avec des diplômes pour venir expliquer ça, avec une mine de trois pieds de long, à la télévision. Rien de tel qu’une sommité médicale grassement rémunérée pour faire sérieux. Les journalistes généralistes vont pouvoir broder autour, ils sont rodés. Il va se trouver des baltringues pour gober tout ça. Fort heureusement, les boomers pétochards ne craignent rien, ils ont été vaccinés contre la variole et la forme grave ne sera pas pour eux. Mais ils en sont à faire des crises cardiaques à tour de bras, lesquelles n’ont rien à voir avec les trois doses de vaccins, comme chacun sait. Du coup, il faut faire le ménage chez les moins de quarante ans, qui n’ont pas eu le fameux vaccin, qui lui marchait, contre la variole et qui sont susceptibles de faire des formes graves. On va leur ressortir une seringue de mixture, modernisée à l’ARN, avec laquelle, il n‘y aura aucun risque cardiaque, rassurez vous. Je peux déjà vous l’assurer, Djoko préférera risquer une fièvre de singe plutôt que se faire piquer. Et Nadal, cette fois, il devrait réfléchir avant d’y aller… et vous aussi d’ailleurs. 2022/5/20





☐ 19/5/2022

Je me marre… c’est l’histoire d’un mec, il devient président de la France : émeutes, délinquance, immigration incontrôlée, pandémie, vaccin pourri, système totalitaire de surveillance, inflation, dette, licenciements, précarité. Le même devient président de l’Europe : guerre en Ukraine, tensions diplomatiques, perte de souveraineté, fronde d’une bonne partie des pays européens… à ce stade, on hésite entre Caliméro et Satan. Soit le pauvre petit n’a vraiment pas de bol et tout le monde profite de lui parce qu’il est petit et faible et il ne lui arrive que des malheurs. Soit il est l’incarnation du mal et fout une merde noire partout où il passe. 2022/5/19





☐ 18/5/2022

La fausse diplomatie européenne

La France et quelques autres pays européens, après avoir expulsé les diplomates russes, s’étonnent de ce que la Russie, expulse leurs diplomates à eux. Et une intervenante du cru d’expliquer sur France-Info, que les diplomates européens à Moscou, bossent selon la déontologie diplomatique, alors que les Russes ne seraient, à demi-mot, que de vulgaires espions à la solde du Kremlin. Un peu comme les grands industriels qui sont des capitaines d’industrie en Europe et des oligarques en Russie. Au Rassemblement du Peuple Français, dès le début, dans un texte cosigné, par le secrétaire général et quelques autres responsables, nous avions exprimé la nécessité de privilégier la voix diplomatique et de discuter pour éviter la guerre. Ce n’est certainement pas en expulsant les leurs, sous prétexte qu’ils travailleraient mal et en expliquant qu’ils doivent garder les nôtres, sous l’autre prétexte, qu’ils respectent la déontologie, que l’on va arriver au moindre accord. C’est la technique de la diabolisation couramment employée en politique : tous mes adversaires et tous ceux qui refusent de plier, sont des fachos. Avoir un minimum de considération pour son interlocuteur et traiter avec lui d’égal à égal et non pas comme détenteur, à priori, de l’entière vérité, doit être comme un genre de préalable. L’art de la diplomatie, ou de la médiation, est de convenir, chacun, de faire un pas vers l’autre. L’Europe, dans cette manœuvre, ne cherche pas un compromis, elle cherche à isoler la Russie et à l’acculer, ça ne marchera pas. La Russie n’est pas isolée, souffre des sanctions économiques, mais pas autant que nous. Rappelons-nous que Macron, entre les deux tours, s’est permis de dissoudre le corps diplomatique, ce qui fait que n’importe quel kéké, nommé par le prince, va pouvoir s’essayer à la diplomatie internationale : on n’est pas sorti de l’auberge. 2022/5/18





☐ 17/5/2022

Douée en tout, ou bonne à rien ?
 
Elisabeth Borne, jamais élue, polytechnicienne et diplômée des Ponts-et-Chaussées, s’est toujours promenée dans l’appareil de l’État, dès 1987, où elle passe tour à tour, à l’Équipement, aux bons conseils de Jospin et de Lang, navigant toutes voiles dehors, dans les eaux socialistes, parfois glauques. Elle pantoufle également dans le privé, chez Adoma et Eiffage. Repasse par la SNCF, la mairie de Paris, s’arrête un temps comme préfète de département et de région. Revient en socialie, bras droit de Ségolène Royal, d’une redoutable efficacité, comme chacun sait. Se mêle aussi de transport, d’écologie, de solidarité, de travail d’emploi et d’insertion. À la diversité de son parcours, on pourrait la croire douée en tout, ou bonne à rien, c’est selon. Soit on se l’arrache pour ses compétences, soit on ne sait qu’en faire, à cause de son incompétence et on la met, là où on peut. A la SNCF, elle est jugée colérique, cassante et brutale, mais les cheminots ne sont jamais contents, tout le monde sait cela. A l’écologie, elle rate totalement ses objectifs et se prend une remontée de bretelles. Aux transports, elle fustige les Français, afin qu’il reviennent « aux réalités », en leur expliquant qu’il y a des trottinettes électriques à 50 euros, qui permettent qu’on abandonne les carburants. Surtout pour amener ses trois gosses à l’école. Au Travail, elle fait des pieds et des mains, pour que les soignants non-piqués, puissent être débarqués sans salaire et sans indemnité, contre toutes les règles du travail en vigueur. Elle est socialiste, ne nous plaignons pas, elle aurait pu préconiser le goulag. Pour finir la supercherie, elle est d’origine juive-russe, comme le précise son Wiki d’avant le 16 mai, avant de la passer d’origine juive-polonaise, sur le même Wiki, après le 16 mai, ça fait tout de suite plus sérieux, c’est sûr, par les temps qui courent. Pupille de la nation, boursière, elle est un pur produit du système éducatif national et gageons qu’elle aura à cœur de redorer le blason de la France, on peut toujours rêver.



☐ 15/5/2022

La signature de trop...

La Macronie, vous en aviez rêvé, la voilà dans toute sa splendeur. Asselineau vient de soulever ce lièvre, sera-t-il suivi par les autres formations politiques, rien n’est moins certain ? Ces chers LREM, toujours en quête de nouveauté démocratique, n’ont rien trouvé de mieux que de faire signer une charte aux futurs représentants du peuple, notez bien ce terme, il est déterminant pour comprendre la suite, charte qui leur impose de ne pas s’opposer aux futures réformes que le prince président décidera. Oui mais voilà, comme le souligne très justement le président de l’UPR, une telle charte est contraire à la constitution, qui précise dans son article 27 « que tout mandat impératif est nul et que le droit de vote des membres du parlement est personnel ». Cela signifie clairement que s’attacher les futures voix, en lieu et place de la totale liberté de décision des parlementaires, est interdit. C’est là une forfaiture qui devrait entraîner l’invalidation de toutes les candidatures de l’Empereur président. En effet, un député, s’il est élu dans la circonscription, reste le représentant du peuple dans sa globalité et ne saurait se voir commander, ou dicter sa conduite par un parti. On va me dire, c’est bien ce qu’instinctivement les députés de Macron on fait jusque-là et sans signer de charte. La fidélité à un parti est une chose, promettre l’investiture d’un candidat en s’attachant par avance sa voix et en le signifiant noir sur blanc, en est une autre. En signant un tel acte, il rompt le pacte républicain et sa fidélité au peuple, pour se donner corps et âme à celle de son mentor. La chambre des députés, qui n’était déjà plus qu’une chambre d’enregistrement de fait, en devient une par acte contraire à notre constitution. Voilà la vision macronienne de la démocratie. Quid ne nos institutions ? Bof, qu’à cela ne tienne, on a déjà vu pire sous le précédent quinquennat. Quand bien même le Conseil constitutionnel serait saisi, qu’adviendra-t-il ? Rien, si ce n’est que ce cher Fabius, qui en a vu et fait d’autres, saura nous ressortir sa formule de proportionnalité de violation et nous dire que ce n’est finalement pas si grave, allez roulez jeunesse, sur la route du Vichysme, pour soi-disant, se protéger de l’extrême droite. Les temps s’annoncent sombres, et nous n’avons eu de cesse au RPF de mettre en garde contre la réélection de Macron et ses méthodes, mais rien n’y a fait, voilà la démocratie dont vous rêviez, celle qui allait vous sauver du chaos de l’extrême droite, celle des gentils défenseurs du droit. Nous attendons avec une impatience désabusée les réactions des autres responsables politiques sur ce sujet.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.





☐ 15/5/2022

Michèle Rivasi demande des comptes

On s’agace en commission européenne, sur le sujet du Covid-19 et Michèle Rivasi, députée européenne française, membre de EELV, a demandé à la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, si les 27 pays membres étaient encore obligés d'acheter des millions de doses de vaccins qu’on leur propose. La première à s’en émouvoir a été la Pologne, dont les finances ne sont pas extensibles et qui peine à écouler les 25 millions de doses dont elle dispose encore, dans un contexte de fin de pandémie. Le pays se voit obligé d’accepter et donc de payer 70 millions de nouvelles doses cette année. Réponse : "La Commission européenne est en intenses discussions avec BioNTech et Pfizer, pour régler cette question de surplus en repoussant la livraison pour la fin du 3ème trimestre 2022". Et l’UE a créé une nouvelle instance sanitaire, une de plus, qui mène les mêmes discussions avec Moderna. Si on doit rediscuter, c’est qu’on a signé, mais qu’a-t-on signé au juste ? La même Michèle Rivasi explique, que sur les questions de responsabilité, en cas de problème, on ne sait rien. Que sur les clauses des contrats et les prix, on ne sait rien non plus. Est-ce que les contrats nous obligent, même en cas de produit devenant inutile ? On ne sait pas davantage. Cette Europe, soi-disant démocratique, mais qui signe des contrats, dont même les députés ne peuvent pas connaître la teneur, n’est plus tout à fait démocratique. Nous sommes sur des achats de médicaments, rappelons-le, pas sur des armements nucléaires, pour lesquels un minimum de discrétion pourrait s’entendre. Les pays baltes emboîtent le pas de la Pologne et même en France, nous sommes en situation de surcapacité vaccinale. En 2011, de guerre lasse la France avait détruit 19 millions de doses de vaccin contre la H5N1, pour un coût total d'environ 400 millions d'euros, cumulant achat et destruction. La transparence sur les responsabilités, les prix et les contrats se doit d’être totale et Ursula Van Der Layen, sur cette question, est carrément sur la sellette. Nous devons clairement demander des comptes.





☐ 12/5/2022

La promotion Covid passe le bac

Les élèves qui vont passer le bac cette année, sont ceux de la promotion COVID. Leur première et leur terminale, avec des dizaines de protocoles, des semaines interminables de cours par écrans interposés, des professeurs et élèves absents à tour de bras : deux années d'enfer et au bout de la route, le retour de l'examen passé de manière classique, sur table et en présentiel. Le ministère de l'Éducation Nationale, conscient de la difficulté, a accordé en janvier dernier, un délai de deux mois de préparation supplémentaires pour les épreuves les plus déterminantes de l'examen, en mai et maintenu aux dates prévues, les épreuves de juin. De nombreux profs ont peiné pour venir à bout des programmes, surmonté tant bien que mal, des conditions d'apprentissage difficiles, mais la majorité des élèves semble prête pour l'examen, sans qu'on sache toutefois le niveau réel des acquis. En réalité, beaucoup d'enseignants observent chez leurs élèves des lacunes plus importantes que les années précédentes, en termes de connaissances et de méthode.
Reste que le bac n'est pas seulement un examen pour les élèves, c'est aussi une opération politique pour un gouvernement. Le taux de réussite ne peut décemment pas baisser dans ces conditions. Et on ne peut pas non plus, toujours aussi décemment, avoir des variations de taux de réussite trop importants selon les types de populations et de territoires, même si chacun le sait, les inégalités sont bien réelles et très marquées. Bref, il va falloir faire un peu comme d'habitude, appeler les correcteurs à beaucoup de compréhension, remonter les notes, harmoniser, recalculer, comme chaque année, ce n'est un secret pour personne. Mais il va sans doute falloir le faire encore un peu plus que d'habitude. Et à l'entrée dans le supérieur et plus loin dans le monde du travail, le décalage entre les attendus et la réalité risque de s'en trouver agrandi…



☐ 12/5/2022

Étranges maux chez les pilotes

Les malaises de pilotes recensés se multiplient, aux USA, mais aussi en France, de l'incapacité de piloter jusqu'à la crise cardiaque au manche. Un médecin américain a expliqué qu'environ 30% des pilotes professionnels seraient dans l'incapacité d'exercer, mais beaucoup d'entre eux se taisent, pour de pas perdre leur job et pilotent malgré des douleurs cardiaques et respiratoires. Beaucoup d'autres sont arrêtés par les médecins. En Bretagne dernièrement, un petit avion s'est crashé après une crise cardiaque du pilote et cette semaine encore, aux USA, un passager sans expérience de pilotage, guidé par un instructeur de vol, a réussi à poser un avion privé. Aucune information n'a été rendue publique par les autorités de Palm Beach et le pilote de l'avion privé a été transféré à l'hôpital. Il semble que tout le monde soit assez gêné aux entournures pour évoquer ce problème, devenant de plus en plus prégnant dans le domaine de l'aviation. Ceci alors que la population des pilotes est globalement en très bonne santé et suivie médicalement depuis des lustres.





☐ 8/5/2022

Je me marre… repris de justice, mis en examen, magouilleurs, traîtres, tourneurs de vestes, empoisonneurs, bonimenteurs et parasites, en liesse totale pour l’investiture. Un vent de folie va porter la France vers de meilleurs auspices, c’est certain...





☐ 4/5/2022

Je me marre… Macron aurait du mal à trouver une Première ministre. Quatre femmes auraient déjà refusé ses avances. Il faut dire que la période qui s’annonce n’inspire pas à la gestion des affaires, surtout avec, sur le dos, le type le plus détesté de France, recordman du nombre de ministres épuisés en cinq ans, également du nombre de proches inquiétés par la justice, condamnés, malgré la possibilité surexploitée du « classement sans suite », encore dernièrement pour Dupont-Moretti. Côté masculin, ça ne s’annonce pas plus probant. Il était allé chercher le maire du Havre, celui des 80km/h, du fiasco de Notre-Dame-des-Landes, du masque inutile rendu obligatoire et des jeunes hommes du club de boxe. Puis Castex, avec un je ne sais quoi oscillant entre ORTF et Guignols de l’Info, maire de Prades. J’ai cherché un peu, pour aider notre bien-aimé président et j’ai trouvé Morogues, dans le Cher, un des rares bleds ruraux à placer Macron par 142 voix, contre 80 à Marine Le Pen. Le président devrait envoyer une proposition à M. Gérard Clavier, maire de ce village de 447 habitants. Que des avantages : peu connu, donc pas de casserole, issu de l’une des communes les plus pauvres de France, dans l’un des départements les plus pauvres de France, il ne risque pas de déchaîner les passions des éditorialistes parisiens et permettre au président, accablé de scandales, de se refaire une virginité grâce à un très probable honnête homme. L’expérience des grandes responsabilités, me direz-vous ? Au point où nous en sommes, en prenant à peu près n’importe qui, on est quasiment sûr de faire moins pire.





☐ 3/5/2022

Un juge italien constate l’évidence

Le jeudi 28 avril, le juge Dr Roberto Beghini, du tribunal de Padoue, a entendu l’appel d’un agent de santé de la société « Ulss n.6 Euganea », suspendu pour ne pas avoir subi de vaccination covid. Il écrit : « l’obligation de vaccination imposée aux travailleurs en question ne semble pas apte à atteindre le but qu’elle se fixe [...] On peut en effet considérer comme notoire le fait que la personne qui a subi le cycle de vaccination, peut encore contracter le virus et peut donc infecter d’autres personnes [...] Comme il ressort des données fournies par le ministère de la Santé, malgré le début de la campagne de vaccination, le plus grand nombre d’infections depuis le début de la pandémie a été enregistré le 11 janvier 2022. » Le tribunal de Padoue explique aussi le caractère déraisonnable et disproportionné de l’obligation de vaccination : « La législation italienne qui suspend de travail et de salaire le travailleur qui n’a pas l’intention de se faire vacciner, semble également violer le principe de proportionnalité consacré à l’article 52. En résumé, le vacciné n’étant pas exempt de maladie et de contagion, la vaccination obligatoire qui, en plus, contrevient aux lois en vigueur, est rendue inutile. »
Dont acte, en espérant que cette sagesse fasse jurisprudence dans le monde entier.



☐ 28/4/2022

L’heure de se rassembler

Tout le monde a du mal à s’organiser pour les législatives. Les droites, qui peinent à faire leur union, les gauches, qui n’existent plus en dehors de Mélenchon, prêt à les avaler, LREM, où des courants d’arrivistes se déchirent, mais laissons les se déchirer. Macron, avec ses 58 % d’exprimés, moins les probables fraudes, moins les castors qui ont fait barrage, doit planer à 15 %. Le Pen n’est pas mieux lotie avec ses 42 %, plus les fraudes, moins ceux qui ont fait barrage à Macron. Elle doit être dans les mêmes eaux. Ceux qui ont voté contre Macron doivent se souvenir que c’est cela qui les a unis, cette volonté de changer cette « démocratie défaillante », instaurée par l’homme qui décide seul de brimer le pays et qui nous dirige vers une dictature 3.0. L’ensemble des formations et partisans qui se sont positionnés pour battre Macron, doivent appeler à une Union Nationale urgente, de manière à lui imposer une cohabitation, quelles que soient les divergences et on sait qu’il y en a. L’éparpillement des voix conduira à la dilution des mouvements, ce qui est déjà fait pour les PS et LR et à l’affaiblissement conséquent des idées qu’ils portent. Ce n’est pas une banale recomposition politique qui se joue, mais l’avenir existentiel de la France et plus largement de la paix dans le monde : à savoir si nous succombons à la horde de Davos, ou si nous nous sortons d’un avenir annoncé de piqués et QR-codés. Ne pas le voir pourrait nous entraîner à vivre un drame, nous et nos enfants. Le Rassemblement du Peuple Français prône le plus large rassemblement possible, face à Macron, qui malgré sa réélection, ne satisfait pas grand monde. Nous avons d’un côté, les européïstes-mondialistes, presque une secte et de l’autre, le peuple. Au milieu de la bataille, il ne doit pas être question de marchandages des ego, seule doit rester la volonté de s’opposer avec force, puis de débarquer ce président-là, qui nous a occasionné cinq ans de malheur et qui n’a aucune raison d’avoir changé le 24 avril.
Par Gilles La Carbona et Pierre Duriot, secrétaires nationaux du Rassemblement du Peuple Français.



☐ 28/4/2022

Ma chronique ce matin à la radio

De plus en plus gros

On le savait de manière empirique, mais le bilan des confinements et restrictions, mis en place par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid, révèle des effets dévastateurs. On avait déjà acté une baisse du niveau des apprentissages, due à moins de fréquentation, moins de cours, moins de travail, moins d’habitudes de travail et encore plus d’écart entre ceux dont les parents ont une compétence pédagogique, les moyens et le temps de prendre le relais des enseignants, et les autres. Egalement, les problèmes liés à la sédentarité, sont devenus prégnants : baisse des capacités sportives, des performances musculaires et cardiaques. Pour les familles : explosion des violences conjugales, tensions des relations parents/enfants, tendances suicidaires chez les jeunes et les moins jeunes.
Dernièrement, la prise de poids des enfants a été mise en évidence. Toujours plus de jeux vidéo, moins de sorties, moins de foot avec les copains, moins de vélo, plus de compensations alimentaires, pour avoir la paix... de mauvaises habitudes alimentaires, du grignotage, des sucreries. A noter que la tendance était déjà lourde et que les restrictions n’ont rien arrangé. En réalité, la baisse des capacités sportives et l’augmentation du poids, ont été mesurées depuis une bonne vingtaine d’années, depuis en fait, la massification de la pratique du jeu vidéo. Les confinements n’ont, non seulement rien arrangé, mais le phénomène a pris une tournure alarmante. Les recettes : revoir les habitudes et les contenus alimentaires, contractualiser les jeux vidéos : une heure par jour, grand maximum et surtout, passer du temps avec ses enfants : promenade, vélo, ballon, natation… l’enfant pratique le sport en club, mais il prend surtout modèle sur nous, parents et aura d’autant plus tendance à se livrer à une activité sportive s’il voit ses parents en faire autant et ce sera encore mieux si cette pratique, occasionnellement, se fait aussi en famille. Le sport à l’école, les récréations, les clubs associatifs, c’est très bien, mais le modèle parental qu’on a envie de suivre, c’est encore mieux.



☐ 28/4/2022

Je me marre… les voilà tous pris de folie après le rachat de Tweeter par Elon Musk, qui prône la liberté d’expression. Ça veut dire, que si ça se trouve, avec cette nouvelle politique, on va trouver sur ce réseau, des statistiques sur les effets secondaires des vaccins, des preuves de fraudes électorales massives, aux États-Unis et en France, des renseignements plus précis sur les profils des délinquants, des comptes-rendus économiques non autorisés sur l’état des finances publiques… en effet, c’est effrayant. D’ailleurs Elon Musk a l’habitude de faire totalement n’importe quoi et de ne pas savoir gérer ses affaires, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est l’un des hommes les plus riches du monde. Les médias avec des « modérateurs », souvent situés au Maghreb, ne pourront plus avoir le monopole de la propagande et des informations alternatives, qui pourraient éventuellement être vraies, contribueraient à jeter des troubles et à provoquer des prises de conscience, voire des vents de panique. Il est évident que l’information a besoin d’être constamment surveillée et manipulée à des fins de stabilité sociale et que les gens puissent dormir tranquilles… rendez-vous compte, ma brave dame, de ce qui pourrait arriver si certains trucs se savaient. 2022/4/27





☐ 26/4/2022

Je me marre… qui c’est Nadal ? Quelqu’un connaît ce gars-là ? Non, personne ? Mais enfin, Rafael Nadal, le tennisman ? Ah non, s’cusez, connais pas. Le mec est le plus grand tennisman de tous les temps et il a disparu, purement et simplement. Il est devenu politiquement incorrect. Ma brave dame, cela s’appelle : la double peine. Tu prends trois doses d’un produit de merde, parce qu’on te dit que c’est glamour. Tu brises ta carrière en t’écroulant sur le court alors que tu es une machine de guerre, dans un premier temps. Et dans un second temps, comme il ne faut pas dire que c’est la conséquence devenue classique, d’un produit que les trois-quarts des gens ont pris, histoire de ne pas leur foutre la trouille et faire risquer un méga procès aux promoteurs du bidule, tu disparais. Personne ne se préoccupe plus de tes entraînements, de l’état de tes adducteurs, de ta dernière copine, des frasques de ton coach, de la marque de ta raquette… bref, t’es mort symboliquement avant de crever tout seul comme un c... En fait non, ça ne me fait pas marrer du tout. J’ai mal pour ce magnifique champion.





☐ 26/4/2022

De M. Duriot à M. Poutine

Monsieur le Président de la Sainte Russie

Ce modeste courrier pour vous dire que je suis au courant de la livraison d’armes faite par la France à destination de l’Ukraine. Même s’il a été très récemment réélu, notre livreur, M. Macron, ne représente pas grand monde en France et plus de 75 % des gens n’ont pas voté pour lui. S’il était dans votre intention, en terme de représailles, de nous rayer de la carte, sachez que nous ne cautionnons pas tous la politique étrangère de notre président, que l’Ukraine ne fait pas partie, ni de l’OTAN, ni de l’Europe et que nous n’avons aucun traité avec ce pays. Nous sommes bien désolés de ce qui arrive et faisons notre possible pour accueillir les pauvres gens qui fuient. L’unique responsable est M. Macron, qui habite 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris. Il a répété plusieurs fois qu’on pouvait venir le chercher. On a bien essayé, mais on n’y est pas arrivé. Vous pouvez vous en charger, si vous le désirez et faire un brin de ménage dans ce lieu, par la même occasion, plutôt que de vitrifier ce pays deux fois millénaire et Fille aînée de l’Église, ce sera avec grand plaisir.
Recevez, Monsieur, l’expression de mes sincères salutations.



☐ 25/4/2022

De l’intérêt de la Nation et du Peuple

Macron aura été le président le plus mal élu de la cinquième République du Général de Gaulle, avec 38 % des inscrits. En comptant ceux qui ont voté pour lui à contrecœur, uniquement pour faire barrage à une extrême droite, dont le concept a été créé de toutes pièces par les médias, on peut aisément penser que ce président là ne représente qu’un quart des Français. Et encore, si cette élection est vierge de toute forme de malversation. Les réactions épidermiques de nos concitoyens ont d’ailleurs démarré dès dimanche soir. Si ce qu’a montré Macron de sa gouvernance, au cours des cinq années écoulées, peut laisser augurer du pire pour la nation, en terme de finances publiques, d’immigration, de délinquance, de services publics, de politique sanitaire et de comportements inappropriés, de la part du président et des membres de son gouvernement, il doit être possible de le forcer à une cohabitation à l’Assemblée Nationale, afin que les excès dont il a fait preuve depuis cinq ans puissent être au minimum pondérés, sinon arrêtés. Souvenez vous, quelles que soient les mesures liberticides qu’il pourrait imposer, qu’elles ne s’appliqueront que si une majorité de Français y souscrit : il faudra donc savoir dire non en masse et ne plus bêtement se soumettre à des mesures qui n’ont en aucun cas fait leurs preuves d’efficacité. Rapprochez-vous des partis d’opposition, marquez votre désapprobation à cette élection promotionnée et menée de bout en bout par des médias subventionnés. Il va nous falloir remettre sur le métier le concept gaulliste de l’intérêt de la nation et du peuple, en lieu et place de celui d’une caste et de ses affairistes.



☐ 22/4/2022

Dimanche, n’ayez pas peur

Encore une fois, les sondages interrogent. Si Macron est en tête, c’est que les Français ont encore envie d’être insultés, méprisés, confinés, piqués ? Qu’ils ont encore envie de montrer leur téléphone pour aller boire un café, qu’ils ont besoin qu’on leur supprime leurs libertés, leurs droits ? Peut-être qu’ils aiment le bourrage de crâne permanent, les mensonges, les magouilles, les taxes, le gaspillage de leurs impôts, la montée de la délinquance, les violences faites à leur famille, l’augmentation des prix de la nourriture et de l’essence ? Peut-être que ces mêmes Français trouvent qu’il n’y a pas assez de chômage, de migrants, qui zonent dans leurs villes et villages, pas assez de voitures brûlées, d’attaques de voitures de police, dans leurs quartiers périphériques ? Peut-être qu’ils ont aimé masquer leurs enfants, aller trois fois par semaine, faire tester leurs petits dans les pharmacies, les garder à la maison lors des confinements et qu’ils n’apprennent plus rien ? De quoi sont donc atteints mes concitoyens, du syndrome de Stockholm ? Ou sont-ils lobotomisés par cette maudite presse qui chante, comme chaque fois dans l’histoire, les louanges du dictateur ? Nous avons l’occasion de marquer une rupture dans le processus d’asservissement qui nous est imposé, occasion d’autant plus intéressante que d’autres pays en Europe, seront nos alliés dans la rupture : ceux qui ne veulent plus de la caste bruxelloise, non élue, qui négocie secrètement des produits de mort, qui n’ont jamais montré la moindre efficacité, qui transfère nos impôts à des intérêts privés et noie notre Europe historique sous un flot de pique-assiettes, qui n’acceptent pas notre culture. Nous avons une occasion historique de nous débarrasser de nos chaînes, ne la manquons pas. Dimanche, n’ayez pas peur, mettez fin à cinq années de chaos hystérique et retrouvez confiance en l’avenir.



☐ 22/4/2022

Liquidation avant cessation de République

Macron ose tout et par décret, entre les deux tours, il vient de supprimer le corps diplomatique de la France. Désormais la possibilité est ouverte, pour la nomination des copains comme ambassadeurs. On avait bien remarqué qu’il se tapait ouvertement de la compétence des hauts fonctionnaires, leur préférant ses amis privés, des cabinets privés, notamment McKinsey. Après avoir taillé en pièces l’industrie, la santé, l’école, le voilà qui dissout la diplomatie, à quatre jours du scrutin : impensable. Jamais un président n’a pris de décision aussi lourde de conséquence, à si peu de jours d’une élection. MLP a annoncé qu’elle rétablirait ce corps si elle était élue. En Macronie, on ne cherche ni compétences, ni mérite, on nomme des obligés à la botte. (...) Il va nous mener une guerre ouverte, avec une destruction accrue, en profondeur, des rouages de nos institutions, le placement d’hommes de main à tous les postes clés. Le voilà qui organise tous les ingrédients d’un pouvoir absolu, oligarchique, sans le moindre contre-pouvoir, tel un dictateur, dans un projet fascisant, dont il fait le procès d’intention à son adversaire : un comble. Il n’a de pouvoir que notre capacité à accepter la soumission. Ils sont quelques-uns et nous sommes des dizaines de millions. Il est urgent de se mobiliser en masse et de mobiliser les abstentionnistes, pour mettre en échec, dimanche, le quinquennat de liquidation du pays qui se profile sous nos yeux.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire



☐ 22/4/2022

Début du second tome...

(toute ressemblance avec un personnage existant ne pourrait être que fortuite)

Le voilà tortillé sur sa chaise, en proie à la décompensation du psychopathe, confronté à une réalité qu’il réfute et qui l’accable. Il savait que ça allait être dur, il a pris une bonne dose de cocaïne, qui lui permet de supporter l’épreuve, les deux premières heures du moins. Alors il se blinde, adopte des poses méprisantes, fait son sale gamin, boude ostensiblement, à l’énoncé de chiffres qui le hérissent, alors qu’il sait parfaitement qu’ils sont vrais. Il nie en bloc, ça sonne faux. Le voilà condamné à mal jouer le rôle appris et répété, avec son substitut de mère, lui qui n’a pas grandi suffisamment pour se passer du lien maternel. Il étale sa personnalité poreuse et de guingois, tente de rassembler les morceaux, au prix d’efforts démesurés. Même l’intervenant de service, tout à son boulot, ne peut s’empêcher de lui jeter des regards noirs et l’on devine chez lui, une vague envie de coller une bonne fessée à ce gamin insupportable. Il passe carrément dans la posture machiste, sur le thème, « qu’est ce qu’elle me veut la mégère », devant cette femme refusant obstinément de rentrer dans le rôle d’une mère trop bonne, cédant à tous les caprices de son rejeton. Un comble pour ce prépubère, coincé entre le stade anal et la période du non, à la sexualité encore mal affirmée, navigant entre posture dépressive, amour symbolique maternel incestueux, consommé pourtant, avec le substitut de mère et l’homosexualité exotique, avec des peaux d’ébène. Pitoyable comédie de pitre de foire, se frottant et refrottant le nez, à mesure que passent les effets du rail de poudre blanche. Il termine, abruti et hagard, mettant tout son monde mal à l’aise, mal dégrossi et défaillant dans un choc avec le réel qu’il ne supporte pas.



☐ 6/4/2022

De quoi a-t-il peur ?
 
Une esquive de plus. Macron ne débattra pas ce soir sur France 2, avec les autres candidats à l’élection présidentielle. On ne va même pas prendre la peine d’écouter ses excuses, on a compris depuis longtemps, qu’il ne voulait pérorer qu’avec un public choisi et des questions préalablement étudiées et décortiquées. Il a peur de quoi ? Affronter des candidats qui vont lui parler d’Alstom, de McKinsey, d’effets secondaires des vaccins, de turpitudes internationales, de bilan économique, de contaminations... Si quelques Français avaient encore des illusions sur ce président-là, les voilà fixés, et les journalistes zélés aussi : il a dit à tout bout de champ : « j’assume » et il n’assume pas. Ultime esquive qui devrait lui être fatale. Est-ce cela un homme d’État ? La France qui a souffert pendant 5 ans doit-elle encore supporter 5 nouvelles années d’humiliations et de risées ? Ce pays mérite mieux qu’un candidat qui tremble à l’idée de devoir débattre de son bilan, de l’avenir qu’il propose et des errements passés. L’encore président, homme de main de McKinsey et porte flingue de l’internationale financière, doit être mis hors jeu dès le 1er tour.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.



☐ 5/4/2022

Se garder de l’abattement

Les désabusés de la politique, ceux qui désertent les urnes, lassés de voter et de ne rien voir changer, s’en remettent déjà aux sondages bombardés jour et nuit, pour dire que Macron serait forcément réélu. Prétextant le conflit en Ukraine pour lui donner un avantage, alors qu’il n’a servi à rien, et que la France, tout comme le reste de l’Europe, n’est pas menacée.
Ainsi, le fatalisme prend le pas sur l’action, l’abattement se faisant plus fort, voilà ces citoyens érigeant le désespoir en religion, s’avouant vaincus avant même de se battre, laissant leur destin leur échapper, attendant que le couperet tranche le peu de liberté qui leur reste encore. Pourtant ils connaissent le personnage qu’ils installeraient ainsi pour cinq ans de plus à l’Élysée. Il ne se cache pas, a déjà annoncé que « le pire est à venir ». Que leur faut-il de plus ? Voter est encore le seul moyen de sanctionner un homme et une doctrine qui a méprisé le peuple et la nation. Il suffit de glisser un bulletin qui ne porte pas le nom de Macron. Comment croire Macron qui parle de son amour pour la liberté d’expression, fait diffuser de fausses informations, cacher des réalités et fermer les comptes des opposants ? Il ne veut pas débattre, conscient de son bilan moribond et de son absence de perspectives avouables.
L’heure n’est pas à se demander si untel correspond ou pas à l’ensemble de nos aspirations, mais de savoir si on est prêt à subir cinq ans de plus une tyrannie qui ne se cache même plus. Quand la maison brûle l’important est d’éteindre l’incendie, les orientations politiques ou religieuses du pompier sont accessoires. Peu importe qui est en face de Macron, on sait ce qu’il a fait, on ne veut même pas imaginer ce qu’il pourrait faire. Aux urnes Citoyens.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français au suivi de la vie parlementaire.





☐ 4/4/2022

Benala et quelques autres...

Un certain nombre de cadavres jonchent le quinquennat Macron, à commencer par celui de Benala, l’inénarrable, avec ses passeports diplomatiques et ses accointances à l’étranger. Il s’est permis de snober les sénateurs chargés de l’enquête à son sujet : « Désolé, je ne répondrai pas à vos questions ». Et M’jid El Guerrab, député LREM, mis en examen pour avoir, en 2017, agressé Boris Faure, un membre du Parti Socialiste à coups de casque de moto, avec hémorragie cérébrale à la clé. Des nouvelles de ce monsieur ? Aussi, Lilla Merabet, vice-présidente LREM de la Région Grand Est « en charge de la compétitivité, du numérique et de la filière d’excellence », condamnée à 6 000 € d’amende pour oubli de déclaration de revenus et patrimoine. Mais encore, Jean-Marc Borello, le conseiller social du candidat Macron, délégué national LREM, ancien condamné par la cour d’appel de Paris pour avoir "facilité" le "trafic" et "l'usage de stupéfiants". Puis Mustapha Laabid, député LREM d’Ille et Vilaine, condamné à 6 mois de prison avec sursis, 10 000 € d'amende et 3 ans d'inéligibilité pour abus de confiance. Mais encore, Robert Navarro, sénateur LREM de l'Hérault, ex-condamné pour abus de confiance, pour avoir détourné 85 000 € lors de séjours en famille, billets d'avion, hôtels de luxe et limousines. Également, Claire O'Petit, candidate LREM dans l’Eure, condamnée en appel pour fautes de gestion. Et Alain Griset, ministre délégué chargé des PME, démissionnaire le 8 décembre 2021, condamné à 6 mois de prison avec sursis et à une peine d’inéligibilité de 3 ans, avec sursis, pour la « déclaration incomplète ou mensongère » de sa situation patrimoniale. Agnès Saal, nommée par Macron haut-fonctionnaire à l’égalité, à la diversité, condamnée pour détournement de fonds publics, Jean-Paul Delevoye, « ministre des retraites », condamné pour déclaration incomplète de ses intérêts... la bande à Bonnot peut aller se rhabiller, parce qu’en plus, on ne compte pas les mises en examen. Il est vrai qu’on ne choisit pas sa famille, mais ses amis et collaborateurs...



☐ 3/4/2022

L’Arena désabusée...

Macron à l’Arena, on ne sait pas trop, des sièges vides, des auditeurs dubitatifs, quelques élans ciblés, de la part de petits groupes de militants pris en gros plan, peu de suiveurs sur les réseaux sociaux. L’immense salle était loin de sa jauge maximale, très loin. Le président, hagard, dans son rôle habituel de bonimenteur, en moins bien que d’habitude. Des considérations philosophiques, se méfier de l’extrême droite, des extrêmes en général. Ne serait-il pas lui l’extrême, après tout ? Lui qui a vendu des bouts de France, confiné, obligé, stigmatisé, emmerdé, qui s’est comporté comme le plus coercitif et le plus méprisant des présidents de la cinquième République. Il a eu deux crises à gérer certes, l’une, des Gilets Jaunes, qu’il a créée de toutes pièces, l’autre, du Covid, qui s’est traduite par un nombre de contaminations et des pertes financières, sans précédent. Les Français ont deux sujets de préoccupation, au premier chef, le pouvoir d’achat : il les a ruinés. Le second : l’immigration : il a fait entrer en France des centaines de milliers d’hommes jeunes, faux réfugiés, vrais pique-assiettes, dont personne ne sait que faire (...). Que le roi se rassure, il plane à 30 % dans les sondages, on se demande comment il fait. Et les commentateurs, tout en faisant mine de ne pas voir le fiasco, répètent désormais tous en boucle, qu’« on n’est pas à l’abri d’une surprise ». Et des surprises, il y en eut : Le Pen au second tour face à Chirac, Balladur, Rocard, Strauss-Kahn, Fillon, tous donnés présidents et jamais élus. Et plus récemment, la gamelle de LREM aux dernières départementales/régionales. Avec son numéro d’acteur sur le retour, il a l’air d’avoir compris que la surprise, cette année, pourrait-être sa chute sans gloire. À moins qu’avec le profil de personnalité très particulier qu’on lui connaît, il n’invente un nouveau stratagème inattendu.





L’anti-gaulliste par excellence

Dans le genre plus c’est gros, plus ça passe, Macron a eu cette déclaration tonitruante à l’Arena : « Notre projet est un projet d’indépendance et de puissance française ». Se rappeler qu’il a permis la vente du cimentier Lafarge aux Suisses, fleuron national qui depuis, a été totalement absorbé par Holcim. Alcatel aux Finlandais. Essilor et PSA sont désormais sous giron italien. Alstom et Technip sont devenus américains, nous faisant perdre au passage des brevets et souverainetés stratégiques civiles et militaires. Engie, EDF et Aéroport de Paris, sont en cours de démantèlement. Égal à lui même, il n’a de cesse de raconter l’exact contraire de ce qu’il fait. Encore cinq ans avec lui et notre pays ne nous appartient plus. Au RPF, nous souhaitons renouer avec le régalien gaulliste, la maîtrise des frontières et des infrastructures, l’aménagement du territoire, la décentralisation et la souveraineté nationale en matière de défense. Cet homme-là, déjà sous Hollande, comme secrétaire général adjoint de l’Élysée, puis ministre, n’aura eu de cesse de dilapider l’héritage gaulliste historique, qui a assuré l'indépendance alimentaire, énergétique et militaire du pays. Pourquoi devrions-nous le croire quand il explique qu’il va réparer ses propres ruines ?





☐ 1/4/2022

Je me marre... Le président candidat a piqué une nouvelle crise. « Si l'extrême droite avait gagné, il y a 5 ans, vous n'auriez pas eu de vaccin parce qu'on serait sorti de l'Europe. » Exact, on n’aurait pas eu cette infâme mixture, qui n’a pas empêché les gens de tomber malades, qui n’a pas empêché la France de battre des records de contaminations, qui a généré un apartheid sanitaire avec un passe inconstitutionnel, qui a produit un nombre impensable d’effets secondaires et qui a permis à des commentateurs de pratiquer en direct et sans risque, l’appel à la haine des non-vaccinés. Et l’encore président d’enchaîner « Vous auriez peut-être eu de l'hydroxychloroquine », celle de Raoult, qui a objectivement aidé des gens et chez qui les politiciens sont allés se faire soigner. Oui, on aurait aimé l’avoir, mais vous l’avez fait supprimer. Et pour finir, le toujours président conclut : « Vous auriez été vacciné en décembre et dévacciné en janvier », bon, alors là, il délire. La dévaccination, c’est comme les formes moins graves, ça n’existe pas, il commence juste à perdre sérieusement les pédales...





☐ 29/3/2022

Affaire McKinsey : la France en danger

McKinsey-France, basé un temps au Delaware, paradis fiscal américain, dont Biden fut le sénateur, aurait créé, gratuitement, le concept « En Marche » dès 2016, pour permettre à Macron d'être élu. Le but étant d’installer à la tête de l'État français, un homme de banque américaine, directement influencé par les États-Unis. L’ascenseur a été largement renvoyé, puisqu’on évoque, désormais, 2,4 milliards d'euros d’argent public, payés à cette instance, qui n’a pas réglé ses impôts en France : une somme partie donc à l’étranger. On retrouve, dans l’entourage de Macron, des gens comme Mathieu Maucort, Haut-Commissaire, Martin Bohmert, « Les jeunes avec Macron » et Etienne Lacourt, membre du comité de direction LREM, pour ne citer qu’eux, qui ont tous en commun d’être des anciens de chez McKinsey. On retrouve McKinsey, dans le conseil à Enron, dont on sait comme cela s’est terminé. McKinsey est également accusé, dans divers pays, de corruption, a collaboré un temps avec Poutine et le régime chinois, est mêlé à l’affaire des opioïdes, dans laquelle on parle de 500 000 morts aux États-Unis. Le même cabinet de conseil coache les gouvernements de 65 pays et 147 des 200 plus grosses entreprises mondiales. On notera que McKinsey a aussi réglé l’élection de Zelensky, pour qui on met l’économie européenne en coupes réglées, soi-disant pour aider l’Ukraine. Cette entreprise de plus de 30 000 collaborateurs, salariés et consultants, règne en maître sur une bonne partie du monde, s’est imposée dans la gestion des campagnes de « vaccination » de divers pays, tout en ayant des intérêts dans les firmes pharmaceutiques et des hommes et femmes à elle, à la tête des pays où elle opère. Dont la France, bien-sûr. Il y a de quoi, largement, soupçonner le président candidat d’intelligence avec une puissance étrangère et de conflit d’intérêt. Il serait bon que le Parquet National Financier fasse preuve d’un peu plus de célérité, les jours de la nation sont en danger et le futur ménage à faire, s’annonce colossal.





☐ 28/3/2022

Pierre Duriot

L'Afghanistan, c'est pas pareil...

Le pouvoir politico-religieux afghan a décidé, contre toute attente, d’interdire l’enseignement secondaire aux jeunes femmes. Il semblait pourtant que nous avions conditionné nos aides financières à quelques progrès sociaux, dont celui-ci. Les féministes n’ont pas poussé de hauts cris, les philosophes non plus, les pays musulmans « modérés » encore moins. On devrait leur couper les aides internationales, décréter un embargo sur leurs produits, ne plus faire atterrir nos avions dans leurs aéroports, rapatrier les occidentaux installés là-bas, supprimer les visas pour leurs ressortissants, les sortir du système bancaire et exiger que ce gouvernement revienne sur sa décision. Mais on ne le fera pas, l’Afghanistan et les femmes de ce pays là, cette cause là, ce n’est pas pareil...




Le rassemblement de soutien aux femmes afghanes n'a pas rassemblé grand monde, à Colmar, en septembre dernier.



☐ 27/3/2022

Réaliser, puis éliminer...

Avez-vous bien réalisé ? Il n’est pas complotiste de dire, puisque c’est vérifiable, qu’il y a une clique organisée, en Europe, constituée de politiciens corrompus, manœuvrés par un cabinet de conseils, lui-même émanation de services américains (...). Qui a planifié, via les médias, une grande campagne de « terrorisation » des esprits, autour d’une maladie dont la létalité a été exagérée. Suivie d’un matraquage unique, dans l’histoire moderne, en direction de la prise d’un nouveau médicament, en trois doses encore expérimentales, moyennant 35 milliards de nos impôts, visant à nous épargner une « forme grave » que nous avions moins de 1 % de chance d’attraper. Tout en interdisant aux médecins de nous soigner. Les mêmes ont instauré un apartheid sanitaire impensable, ne reposant sur aucun fondement scientifique, avec un passe sanitaire, puis vaccinal, destiné à empêcher les gens non soumis de vivre et même de se faire soigner. Ils taisent les effets secondaires effrayants de ces produits, pourtant relevés dans l’armée américaine et en Grande-Bretagne, ainsi que dans nos familles et chez nous et nos amis. Ils ont continué, avec la pédagogie de la détestation de la nation russe, ceux qui en 45, ont payé le plus lourd tribut, pour nous libérer du nazisme. Ils érigent en héros, un « artiste », devenu président par la grâce d’une campagne, organisée encore par McKinsey et soupçonné dans les Pandora-Papers, d’avoir blanchi et transféré à son profit, 40 millions de dollars. Ils nous demandent d’accepter, au nom d’un hypothétique soutien à cette marionnette, des augmentations invraisemblables de nos produits de première nécessité. Il n’y a pas de fatalité, à ce que cela continue et cela continue justement, parce que trop de gens souscrivent à cette narration, dont tout nous dit qu’elle n’est que pure construction médiatique et guerre totale, déclarée aux peuples européens. Il faut désormais entrer en conscience. Ils sont une bande de voyous et nous sommes des dizaines de millions. Nous devons retrouver les souverainetés de la nation et du peuple, chères à De Gaulle, virer donc sèchement, dès le premier tour, leur figure de proue en Europe : notre actuel président.



☐ 24/3/2022

McKinsey : la suite

Fillon a sauté pour quelques costumes et des heures de travail fictives. Mais l’affaire McKinsey n’en finit pas de révéler des turpitudes d’une toute autre ampleur, dont les ramifications atteignent le cœur de la nation. Pour les sommes astronomiques que nous connaissons, le cabinet était l’auteur du plan de relance de l’économie française et, plus étonnamment, de l’armée. Quel a donc été son rôle exact concernant notre défense nationale ? Il serait pertinent de connaître l’étendue des informations qui ont été dévoilées et à qui précisément. Le message est clair, les généraux, le ministre, les conseillers militaires, sont donc parfaitement incompétents pour imaginer ce que doit être notre armée de demain. L’inquiétude est à son comble : il n’y a plus de pilote dans l’avion France et ce gouvernement trouve normal de confier à une intelligence étrangère, les clés de l’organisation de notre armée. Poursuivant les révélations, nous découvrons que McKinsey travaillait en même temps pour Véran et Pfizer, et qu’il est à l’origine du « Passe-sanitaire ». Le sénat n’hésitant pas à qualifier cet organisme de « pilier de la stratégie vaccinale ». Comment qualifie-t-on le mélange des intérêts ? Conflit non ? N’est-ce pas suffisant pour débuter une enquête judiciaire et invalider toutes les mesures prises sous l’argument sanitaire, puisque influencées et pilotées par un organisme bien éloigné de la médecine et de la recherche médicale ? « En même temps » qu’il devait organiser la stratégie commerciale de vente des flacons, il organisait la campagne vaccinale. À ceux qui rétorqueraient que le problème n’était pas que français et que tous les pays ont fait la même chose, on pourra leur répondre que McKinsey était à la manœuvre dans plus de soixante pays : d’où les similitudes, qui ne sont pas dues au hasard. Compromissions et manipulations sont bien au centre de ces affaires et on s’étonne que l’ensemble de l’opposition en soit à la fois quasiment muette et passive. À quand l’heure des comptes pour ce gouvernement ? Macron président est intouchable et Macron candidat fait même de la surenchère sur les masques, à quelques jours du scrutin, alors même que sa destitution devrait être à l’ordre du jour.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.





☐ 23/3/2022

Nadal : l'ombre d'un doute...

Rafael Nadal, souffrant, a perdu 6-3, 7-6 (7/5) en finale d'Indian Wells contre Taylor Fritz. Sa première défaite en 2022. Il explique : « Comme une aiguille qu'on appuie », sur le côté gauche du haut du corps. Il continue, « J'avais mal. J'ai du mal à respirer. Je ne sais pas si c'est au niveau des côtes... Quand je respire, quand je bouge. Et ce n'est pas seulement la douleur, ça affecte ma respiration », a expliqué l'Espagnol de 35 ans, en conférence de presse, après avoir fait appel au kiné à deux reprises, dans cette finale. La machine Nadal est grippée, avec les mêmes types de symptômes, que ceux qui ont frappé d'autres joueurs vaccinés avec trois doses, même si bien sûr, on ne peut pas tirer de conclusion. « Ce qui me préoccupe, c'est ce qui va se passer, ce que je dois faire pour récupérer et combien de temps ça va prendre », a conclu le champion. Novak Djokovich, le non-vax, trente-cinq ans lui-aussi, vient de récupérer dans un fauteuil, sa place de numéro-1 mondial. Il ne devrait pas regretter son choix.





☐ 23/3/2022

Sondages

Les sondages sont là pour vous indiquer ce que vous devez penser. Il permettent de manœuvrer et d’influencer les opinions, de faire et de défaire, de contrarier des élans et plus un candidat est dangereux, plus les sondeurs s’acharnent sur lui. Souvenez-vous que les politiciens, les sondeurs et les patrons de presse, appartiennent à la même caste, couchent ensemble, ont des enfants ensemble, dont ils sont tous, les uns les autres, les parrains et les marraines, se marient ensemble et sont les témoins de mariage les uns des autres. Et quand ils divorcent, ils se remarient entre eux. Et ça ne date pas d’hier. Ne leur faites pas confiance, faites-vous votre opinion tout seul, en écoutant ce qu’on à dire, les candidats... « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. » Winston Churchill





☐ 23/3/2022

Soignants : supercherie à l’embauche

Le gouvernement vient d’annoncer une campagne de recrutement de personnel soignant, ainsi que le développement de l’apprentissage, pour pallier la pénurie d’environ 15 000 professionnels. La raison officielle est à la hauteur des mensonges assénés par ce gouvernement et repris en chœur par une hiérarchie tremblante, médusée, abusée, apeurée... Le métier ne serait plus attractif. Et pour tous les soignants ayant refusé de se faire vacciner, volontairement mis sur la touche et au passage, au ban de la société : pas un regard, pas une main tendue. Ou on se soumet à la volonté du grand timonier ou on est banni pour l’éternité. En allégeant les mesures concernant le passe-vaccinal, il eut été simple, d’officialiser la réintégration de ces personnels ostracisés par le régime. Cette mesure simple et peu coûteuse était cependant impossible, Véran, le Conseil scientifique et Macron, ne pouvant se dédire de la sorte, avouer une erreur, voire une incompétence... Véran s’inquiétait de l’incapacité des établissements de santé à maintenir des lits ouverts faute de soignants, tout en les licenciant, avec un glaçant mépris et en jurant à l’Assemblée nationale, main sur le cœur, découvrir le problème de pénurie et n’y rien comprendre. Jamais un tel recrutement ne permettra d’avoir rapidement du personnel opérationnel, 500 euros de prime à l’embauche ne soulèvera pas les foules non plus. Le théâtre et la supercherie continuent et les lits resteront fermés. Au RPF, nous demandons la réintégration immédiate de l’ensemble des personnels de santé, la levée de toutes les interdictions de pratiquer la médecine pour l’ensemble des spécialités et la fin de l’obligation vaccinale. Le choix éclairé et volontaire doit rester la règle. Et l’arrêt de ces cinq années de terreur.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.





☐ 22/3/2022

À la remorque de l’Allemagne...

On se demande à quoi sont censés servir la diplomatie et la solidarité européennes, avec l’accord conclu hier, dimanche, par l’Allemagne ? Elle ne veut plus dépendre du gaz russe, vu que la Russie est une dictature qui bombarde l’Ukraine et donc, elle passe un accord énergétique avec le Qatar, qui est une dictature monarchique religieuse sunnite, qui bombarde le Yémen. Mais ce n’est pas tout à fait pareil, le Qatar reçoit, pour sa guerre, une aide logistique des États-Unis. Au-delà du fait que les dictatures et les bombardements n’ont pas l’air de tous bénéficier du même traitement, on se demande, à travers ce cavalier seul allemand, si chacun n’est pas obligé de se débrouiller seul, pour contourner les livraisons de gaz russe, qui du reste, n’ont pas cessé, alors que les mesures d’embargo sont normalement prises collectivement. On sait aussi que l’Allemagne se désengage du passage au standard MK3 des hélicoptères de combat Tigre, dans lequel la France et l’Espagne ne vont faire qu’à deux. L’Allemagne se désengage aussi du Rafale et prend des F35, se désengage de l’avion de surveillance maritime européen, du SCAF, futur avion de chasse européen, se désengage encore du spatial, avec une base de lancement en mer du Nord… et bien d’autres. En résumé, l’Allemagne ne joue la carte européenne, que quand ça l’arrange. La diplomatie, la défense, les règles commerciales… tout doit être remis à plat, si on veut faire une Europe souveraine, ou alors, on prend acte des choix unilatéraux des Allemands et on s’en accommode, auquel cas, mieux vaut quitter cette Europe là.





☐ 21/3/2022

Pouvons-nous lui faire encore confiance ?
 
Macron est resté égal à lui-même, à Aubervilliers, avec son « programme », prenant soin de considérer les journalistes comme de sombres incultes. Il est allé, dans sa grande mansuétude, jusqu’à leur proposer de ne pas « hésiter à demander des précisions s’ils ne comprenaient pas ». Macron tel que : hautain, imbu de sa personne, hors-sol, cynique. Sur son affiche, il est « avec vous ». Avec qui ? Ceux qu’il veut « emmerder jusqu’au bout », « ceux qui ne sont rien », ou ces ouvrières du textile, « illettrées », ceux encore qui « foutent le bordel » ? On a du mal à le suivre, dans son « en même temps » permanent. Il se sent l’héritier du siècle des lumières, rien que ça, un pur humaniste, qui n’hésite jamais à faire éborgner ceux avec qui il prétend être. Un humanisme version orange mécanique...
Le voilà souverain Européen, liquidant ni plus ni moins, la patrie, dans le magma européen, annonçant presque, la fin officielle de la cinquième république et de sa constitution, qu’il a piétinées, avec l’aide du repris de justice, qui siège au Conseil constitutionnel.
Macron esquive la campagne, ne débat pas, ne se confronte pas à son bilan, ne s’explique pas sur Alstom, ou McKinsey. Il manie le virtuel et l’illusion, nous assomme de mensonges, gesticule en pure perte, sur la scène internationale, s’en sort par la rhétorique, la comédie et le mensonge. Rien n’est plus vrai. Il faut revoir le film de ces cinq ans et ne se poser qu’une question : ce personnage, hautain et méprisant, peut-il nous proposer un avenir et pouvons-nous lui faire à nouveau confiance ? Non... Il faut une vraie rupture. Aux urnes citoyens.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.





☐ 17/3/2022

Je me marre… Nicolas Sarkozy va rallier Macron. Ça sous-entend pas mal de trucs. Ils sont de mèche depuis un moment, mais ça, on s’en était aperçu. Il confirme, ce dont il a déjà parlé, qu’il existe bien un groupe d’hommes et de femmes, promoteur d’un ordre mondial contre les peuples, situé au-delà des partis qui s’opposent, mais seulement en théorie. Pécresse va être grillée dans son rôle d’opposante, puisque son copain de parti soutient Macron. Sacré Sarkozy, en rejoignant Macron, il espère que le président, toujours aux manettes, contribuera à limiter ses déboires judiciaires et en même temps, il flingue deux candidats d’un coup : un vrai tueur.





☐ 15/3/2022

Je me marre… vous avez vu comme la dialectique des journalistes évolue devant la réalité ? Avant, seuls les gens non vaccinés étaient censés attraper le Covid, la chose était simple. Puis, les vaccinés ont également eu le Covid. Les journalistes ont alors expliqué que oui, mais sous des formes moins graves. Et les vaccinés se sont mis à faire des formes graves, alors les journalistes d’expliquer que s’ils n’avaient pas été vaccinés, ils seraient morts. Et aujourd’hui, les vaccinés qui attrapent le Covid ont des effets secondaires, mais attention, pas des effets secondaires des vaccins, des effets secondaires, du Covid. Ainsi, la crise cardiaque et les thromboses sont devenus des effets secondaires du Covid qu’on attrape quand on est vacciné. Le tout est de le répéter en boucle jusqu’à ce que les gens y croient.



☐ 15/3/2022

Retour aux seringues...

L’affaire ukrainienne est pliée. Poutine va peut-être perdre plus d’hommes et de matériel que prévu, mais il va arriver à ses fins. Il y avait bien des laboratoires bactériologiques US en Ukraine et les milices Azov, sont bien nazies. Les Ukrainiens, du moins la partie des Ukrainiens qui soutient le président en exercice, se bat comme elle le peut mais n’a repris aucune des villes occupées par les troupes russes. L’affaire est entendue, les USA vont perdre quelques-uns de leurs intérêts et de leurs avancées de pions, mais ce n’est pas la première fois, ils s’en remettront. Ils ne lèveront pas le petit doigt pour l’Ukraine, qui va passer dans les pertes et profits et ne déclencheront pas une guerre nucléaire dont, de toute façon, personne ne sortirait vainqueur. D’autant qu’en regardant du côté de l’Iran et de la Chine, ça commence à chauffer, un consulat américain vient d’essuyer quelques tirs de missiles. La presse aussi se désengage des combats et fait du migrant, plus porteur, c’est un signe. Et Véran, vu que les regards se détournent de la guerre, revient avec ses piqûres, la quatrième pour les plus de 80 ans. Pourquoi faire ? Contre le Omicron qui n’est qu’un rhume ? En Israël, la quatrième dose a fait des ravages, pourquoi y va-t-on ? Il a un plan. Il se murmure, dans les milieux autorisés, comme disait Coluche, que le passe-vaccinal pourrait être rétabli fin juin et donc, une fois les vacances réservées, il faudra bien faire la quatrième dose pour aller au soleil. À moins que d’ici là, les Français ne se réveillent et ne les arrêtent, dans leurs funestes projets. Eux aussi, sont en guerre… contre nous.





☐ 15/3/2022

L’intouchable

Le chef de l’État utilise le compte Tweeter de l’Élysée pour diffuser sa lettre de campagne et se met de facto hors-la-loi. Mais cette loi qui frappe le justiciable anonyme, semble glisser sur l’homme, l’ami du président du Conseil Constitutionnel, Fabius, gardien zélé d’une constitution devenue fantôme et opportunément adaptée aux caprices du président tout puissant. Macron est intouchable, les soupçons, les affaires, les faits, ne sont jamais sanctionnés et la presse n’en parle jamais non plus. Qu’a-t-il fait pour mériter cette forme d’impunité ? Aurait-il gagné une guerre, en Afrique ou en Ukraine ? Ou une guerre intérieure, contre le chômage, la sécurité, l’économie… ? Non, rien et les sondages le donnent déjà vainqueur dans le cœur, ou la résignation, des Français. Macron s’est isolé, enfermé dans sa bulle absolutiste, refusant le débat ouvert, à l’aise uniquement avec des figurants, ou des questions préparées à l’avance. Cassant et méprisant, fuyant et fourbe. Combien de fois a-t-il dit avant de se dédire ? Sa parole n’est pas fiable et sa défense, de l’inversion accusatoire. Pas vraiment de programme, si ce n’est la continuité de la casse entreprise depuis 5 ans, à la solde de ses commanditaires. Le pays dépecé et dilué, dans un espace européen, perd son statut de nation, son identité et son histoire. Il disparaît en tant que pays souverain et indépendant, pour intégrer un vague ordre mondial, dont parlait déjà Sarkozy et auquel personne n’était censé pouvoir échapper. Reconduire Macron, c’est passer de « ceux qui ne sont rien », à « ce pays qui ne sera plus rien ».
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français, chargé du suivi de la vie parlementaire.



☐ 15/3/2022

Que sont-ils allés foutre à Versailles ?

Emmanuel Macron a pu se donner en spectacle à Versailles. Il arborait des airs jubilatoires, devant le défilé des chefs d’État, arrivant comme pour un mariage. Voitures et tapis rouge, comme à Cannes, pour une diplomatie de temps troublés. Viré des pourparlers entre Poutine et Zelensky, où se joue la vraie diplomatie discrète et feutrée, dans les coulisses de la guerre, le président candidat s'est refait la cerise en Roi-Soleil, pour apparaître comme un acteur de premier plan sur la scène internationale. En pleine campagne pour sa réélection, son équipe communique beaucoup, multipliant les publications sur les réseaux sociaux notamment, montrant un chef de l’État préoccupé, en posture de chef de guerre. Quitte à parfois en faire un peu trop. Il est normal qu'il regroupe les chefs d’États européens, il en est le président après tout. Mais que sont-ils tous allés faire à Versailles ? Les locaux européens de Bruxelles sont indisponibles ? Macron et tous les autres, ne pouvaient-ils pas aller à Bruxelles, dans leurs salles dédiées ? 2500 à 2800 FDO, 6 à 8 millions d'euros, dans le plus beau château du monde, des dizaines de bagnoles et d'aéronefs... est-ce bien sérieux quand on demande, dans le même temps, aux Français de moins se chauffer, de moins rouler, d'accepter des taxes exorbitantes qui plombent, plus sûrement que la guerre, le prix des matières premières. On se prend à regretter la frugalité gaulliste, les lieux sommaires et la simplicité des grands hommes, remplacés par des marionnettes du théâtre de Guignol.
Jean-Pierre Clément-Jabouina, secrétaire général délégué du Rassemblement du Peuple Français.









☐ 10/3/2022

La facture des écoles

J’étais au micro de RCF-58, pour ma rubrique hebdomadaire sur l’actualité de l’école : La facture des écoles...
Pour les municipalités, la facture du Covid liée aux écoles va être salée. Gel hydro-alcoolique, tests, aménagements divers, pour séparer les élèves, les kilomètres d’essuie-tout, ont ouvert le bal. Ont suivi, les obligations d’aérer toutes les heures, avec, tout l’hiver, les chauffages qui ont tourné à fond tout le temps, pour compenser les fenêtres ouvertes. Il y eut aussi, les détecteurs de gaz carbonique dans les classes et les purificateurs d’air, pas partout. Hélas, les enfants séparés dans les cours de récréation, étaient mélangés à la cantine, mélangés en garderie, mélangés à la sortie de l’école. Pour l’aération, les purificateurs d’air et les détecteurs, des études sérieuses, commandées par des parents d’élèves, ont montré que l’air le plus vicié se situait dans les masques même des enfants, ce qui signifie que garder les fenêtres ouvertes n’a pas servi à grand-chose. À un stade où l’énergie atteint des tarifs prohibitifs, cette mesure va coûter un bras aux maires de France et donc, aux contribuables. On ne cesse de se gratter la tête sur le bien-fondé des mesures prises dans une forme d’hystérie généralisée, mais lors du bilan, les maires et leurs administrés vont ouvrir des yeux ronds et espérer que des épisodes de ce genre ne soient pas traités de cette manière aussi coûteuse, chaque année. Sans compter les frais de personnel pour pourvoir au nettoyage et aux désinfections permanentes qui ont nécessité embauches et heures supplémentaires. Les enfants sont malades parce qu’ils sont des enfants et ils deviennent des adultes résistants, s’ils ont été malades quand ils étaient petits. Il en va du Covid comme des autres maladies et de nombreux intervenants commencent à expliquer que ce Covid va devenir, comme la grippe, une maladie saisonnière, pour laquelle, on espère, les communes ne seront plus obligées de faire avec des consignes relevant de l’irrationalité.





☐ 8/3/2022

Se garder de l’abattement

Les désabusés de la politique, ceux qui désertent les urnes, lassés de voter et de ne rien voir changer, s’en remettent déjà aux sondages bombardés jour et nuit, pour dire que Macron serait forcément réélu. Prétextant le conflit en Ukraine pour lui donner un avantage, alors qu’il n’a servi à rien, et que la France, tout comme le reste de l’Europe, n’est pas menacée.
Ainsi, le fatalisme prend le pas sur l’action, l’abattement se faisant plus fort, voilà ces citoyens érigeant le désespoir en religion, s’avouant vaincus avant même de se battre, laissant leur destin leur échapper, attendant que le couperet tranche le peu de liberté qui leur reste encore. Pourtant ils connaissent le personnage qu’ils installeraient ainsi pour cinq ans de plus à l’Élysée. Il ne se cache pas, a déjà annoncé que « le pire est à venir ». Que leur faut-il de plus ? Voter est encore le seul moyen de sanctionner un homme et une doctrine qui a méprisé le peuple et la nation. Il suffit de glisser un bulletin qui ne porte pas le nom de Macron. Comment croire Macron qui parle de son amour pour la liberté d’expression, fait diffuser de fausses informations, cacher des réalités et fermer les comptes des opposants ? Il ne veut pas débattre, conscient de son bilan moribond et de son absence de perspectives avouables.
L’heure n’est pas à se demander si untel correspond ou pas à l’ensemble de nos aspirations, mais de savoir si on est prêt à subir cinq ans de plus une tyrannie qui ne se cache même plus. Quand la maison brûle l’important est d’éteindre l’incendie, les orientations politiques ou religieuses du pompier sont accessoires. Peu importe qui est en face de Macron, on sait ce qu’il a fait, on ne veut même pas imaginer ce qu’il pourrait faire. Aux urnes Citoyens.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français au suivi de la vie parlementaire.





☐ 6/3/2022

Macron joue la montre

Faire semblant d’être accaparé par la guerre en Ukraine, va devoir être la préoccupation majeure du chef de l’État en ce début de campagne. Faire semblant, car il n’a rien à y faire et strictement aucune marge de manœuvre. Poutine ne l’écoute pas, cette guerre ne regarde pas la France et il s’y joue des choses qui dépassent le candidat, président sortant. Faire semblant, car il n’a rien d’autre que cette guerre pour occuper le terrain. L’économie est à bout de souffle, l’école, l’hôpital et les services publics sont à l’agonie, le Covid est fini et va devenir une grippe annuelle, la lassitude vaccinale et les contraintes devenues inutiles, étreignent les Français. Et le bilan diplomatique est apocalyptique, avec le départ sans gloire de la force Barkhane et les humiliations à Moscou. Macron n’a rien pour faire campagne d’autre, que cette maxime qui voudrait qu’on ne change pas de capitaine pendant la tempête. Ça fait mince et si tempête il y a, elle est sur les cadrans des pompes à essence, avec un prix avoisinant les deux euros, alors que le prix du baril est inférieur à celui de 2014. À ce rythme, on se demande comment l’économie va tenir, d’autant que les sanctions infligées à la Russie vont aussi peser sur nous. Macron joue sa dernière carte et tente de faire croire que : « Le contexte international (…) ne me permettra pas, hélas, de faire campagne comme je l’aurais souhaité. » En bref, il sait qu’il est grillé. Que la guerre s’arrête la semaine prochaine et il n’aura plus rien à dire. Il n’est pas sûr que Poutine bombardera jusqu’en avril, pour lui permettre de faire son intéressant à la télé.





☐ 3/3/2022

Pierre Duriot

Ces réfugiés-là, c’est quand même autre chose…

Etonnant le discours des éditorialistes, parlant de l’immigration ukrainienne : « Une immigration de grande qualité, dont on pourra tirer profit. » « Ce sont des européens de culture. » « On ne parle pas de Syriens, on parle d’Européens qui nous ressemblent. » « Les Ukrainiens participent de notre espace civilisationnel et d’autres appartiennent à d’autres civilisations. » Voilà donc les défenseurs inaltérables de l’immigration chance pour la France, se mettre à expliquer doctement que oui, évidemment, les migrants ne sont pas tous les mêmes et que les Ukrainiens, c’est quand même une autre qualité, ma brave dame. Comme quoi, on avait bien raison de penser ce qu’on pense à propos de ceux « qui ne viennent pas de notre espace civilisationnel ». Quand c’est Barbier qui le dit, c’est bien, il est du bon côté du manche, mais si Zemmour dit la même chose, c’est un facho et puis c’est tout...



☐ 3/3/2022

Du sanitaire à la guerre...

La guerre en Ukraine aurait pu faire passer la question sanitaire au second plan. Il n’en est rien : le Covid a disparu des ondes : totalement. Cela signifie que le pays peut gérer cette maladie sans que la presse ne s’en mêle. Ou alors que le Covid a complètement disparu ? Cela signe aussi la surdimension des mesures qui ont été prises. On pourra toujours arguer qu’en l’absence de connaissance de cette maladie, il était logique de décréter des mesures draconiennes. Certes, mais à mesure que la connaissance avançait et que l’on comprenait que la vaccination n’empêchait ni la maladie ni la transmission, ces mesures auraient dû être levées. Il n’en a rien été et cela corrobore cette idée qu’il y avait bien autre chose que la simple gestion sanitaire, en direction d’un fichage des individus. (...)



☐ 23/2/2022

Je me marre… et en matière de piétinement du droit international, le gouvernement dont Attal est le porte-parole, en connaît un rayon : coups et blessures sur des manifestants pacifiques, arrestations arbitraires, fouilles préventives des voitures, entraves au droit de manifester, jugements expéditifs de Gilets Jaunes, faux policier coupable de coups et blessures, suppression des médicaments utiles, verbalisation des pharmaciens qui vendaient des masques, liquidation des anciens au Rivotril, imposition d’un produit pharmaceutique expérimental, licenciements de soignants sans motif légitime, mise sur la touche de médecins compétents au mépris du serment d’Hippocrate, instauration d’un passe vaccinal contraire aux lois européennes, classement secret défense de banales décisions sanitaires, campagnes de communication mensongères sur l’efficacité des vaccins, tromperie sur les chiffres de la pandémie, sans parler des affaires financières encore en cours. Ce brave Gabriel et sa clique naviguent à vue des rivages de la Corée du Nord, mais ils ont encore un œil sur les dérives de Poutine.





☐ 23/2/2022

La démocratie bananée...

Valérie Pécresse a les parrainages, mais pas les voix. Alors, elle fait régner la terreur dans le parti et vire ceux qui parraineraient Zemmour, mais pas ceux qui parrainent Mélenchon. Elle est trotskyste, ou quoi ? Seulement, il y a un vrai écueil à ce que des candidats représentatifs dans la population, comme Zemmour, Le Pen, ou Mélenchon, n’aient pas leurs parrainages, celui de faire peser un risque très lourd sur la représentativité du vainqueur et sur ses chances d’obtenir une majorité à l’assemblée, pour gouverner. Mais avec le cynisme politique actuel, moins de 20 % de représentativité ne semble pas effrayer les candidats bien pensants, l’essentiel est qu’ils aient le trône, pour perpétuer la feuille de route qui rassemble le gouvernement et l’opposition, qui voudrait faire croire qu’elle est l’opposition, mais qui a toujours tout voté, ou presque, avec le gouvernement. Pour parachever le tout, on comptabilise également les parrainages d’un président pas encore candidat, qui promet un meeting, en tant que candidat, ou que président, à Marseille ? Et les maires ne parrainent pas, de peur de perdre les subventions pour leurs villes. Alors ça marche comme cela ? Si un maire pense mal, ses administrés trinquent ? Alors qu’une loi dit que personne ne doit être inquiété pour ses opinions politiques et que tous les citoyens sont égaux devant la loi. Quand on pense que tout ce beau monde se targue de vouloir instaurer la « démocratie » chez les dictateurs africains et se permet de faire la leçon à Poutine : on rêve. Avant, on n’avait pas de pétrole, mais on avait des idées, maintenant on n’a pas de banane, mais on a la République bananière.



☐ 23/2/2022

Se sortir de l’effet des mesures scolaires

Les psychologues et sociologues se sont plongés dans l’analyse des méfaits du masque, des confinements et des contraintes diverses, qui ont frappé enfants et parents au cours des deux dernières années. On savait que les promiscuités avaient engendré des situations de conflit dans les couples et les familles, des tendances suicidaires inhabituelles chez les jeunes, des pertes de capacités sportives dues à trop de sédentarité et des trop pleins d’écrans en tous genres. Côté pédagogie, ce n’est pas très fort non plus. Apprendre à lire avec un enseignant masqué n’est pas idéal. On perd le mouvement des lèvres, l’association du regard et de la voix, l’expression des émotions. Même le son est altéré.
Les effets sont divers, de l’apathie en classe, des niveaux de lecture qui sont inférieurs à d’habitude, une peine pour les enseignants à se faire comprendre et à faire avancer les groupes. Tout cela dans un contexte où les enseignants aussi, ont les mêmes problèmes que leurs concitoyens. Ils ont été confinés, ont été cas contacts, été malades, bien qu’ils soient massivement vaccinés. Au total, entre la peine à enseigner, les peines à apprendre, les fermetures de classes, les absences des enseignants et les successions de remplaçants différents, la tâche n’a pas pu être menée aussi bien que les autres années. Ajoutons à cela la pénurie de personnels spécialisés, dans les réseaux d’aides et chez les psychologues et vous avez un tableau dont on se souviendra longtemps dans les écoles primaires. Reste à savoir quels seront les effets sur le long terme pour la scolarité, de ces deux promotions d’enfants qui ont appris à lire pendant le Covid. Pour s’en sortir, en attendant que l’école puisse reprendre son travail sous sa forme habituelle, il y a quand même des solutions du côté des parents. Ne pas s’improviser enseignant, mais relire avec eux une page du livre de lecture, refaire quelques opérations, mais surtout, utiliser tout ce qui donne envie d’apprendre, jouer à des jeux où l’on additionne des dés, où l’on compte des cases, où on lit des étiquettes. Mais également, courir dans la nature, faire du vélo et jouer au ballon, récupérer toutes ces capacités cardiaques, motrices et cognitives, qui se fabriquent avant 10 ans. Au final, les enfants qui s’en sortiront le mieux sont ceux qui ont des parents qui s’occupent d’eux, mais ça, on le savait déjà…
Pierre Duriot, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français pour l’enseignement.



☐ 22/2/2022

Ne pas rester chez soi

Voter est-il encore utile, entend-on. Au prétexte que tout est corrompu et vérolé et que « si voter ça servait à quelque chose, il y a longtemps que ça aurait été supprimé », disait Coluche. Vous proposez quoi d’autre ? Rien, sinon se satisfaire de dire, que ce mauvais président-là, on l’a pas voté. Ça fait court, autant que le nombre dérisoire de voix qui l’ont fait arriver là. Le cynisme des dirigeants actuels fait qu’ ils se fichent d’être élus avec aussi peu de suffrages. L’oligarchie se sert de l’abstention pour se maintenir au pouvoir, qu’importe sa représentativité. La pauvreté de l’offre politique amène à la désertion des urnes et la spirale infernale s’entretient elle-même. Vouloir que tout change en criant dans le désert est irrationnel. Penser aussi qu’en restant chez soi les choses vont spontanément se transformer, est illusoire. Voter n’est plus seulement un droit, mais c’est un devoir pour chasser pacifiquement les tyrans qui ont confisqué le pouvoir. Ce droit de vote a été un long combat depuis 1789 et c’est toute cette histoire que l’abstentionnisme abandonne. Si voter pour des candidats qui ne sont pas à la hauteur de nos espérances, n’est pas la panacée, rester à la maison et attendre le Messie est une pure folie. Il y a encore des hommes et des femmes honnêtes et incorruptibles, ce sont ces personnes-là qu’il faut soutenir et pousser au-devant de la scène. C’est en votant qu’on retrouvera le pouvoir de mettre en place des élus qui nous représentent vraiment. Indéniablement, un droit qui n’est pas utilisé, finit par disparaître.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français au suivi de la vie parlementaire.





☐ 21/2/2022

[Covid] Je me marre… la fable de la « forme moins grave », a la vie dure. Les moins de 40 ans, qui n’ont aucune chance de faire une « forme grave », sont allés chercher dans la piqûre, « une forme moins grave ». Mais alors, moins grave que pas grave, c’est quoi, aurait pu dire le regretté Coluche ? C’est nouveau, ça vient de sortir. Oui, c’est vrai, ça vient de sortir. En 80 ans de vaccins, on ne nous avait encore jamais fait le coup. Ben et quand on a plus de 40 ans alors ? Vacciné ou pas, on fait la même chose, vu que tout le monde termine à l’hôpital et que les vaccinés qui meurent quand même, « ont des comorbidités », précise le législateur. Et comme une fois vacciné, on ne peut scientifiquement plus savoir ce qu’on aurait donné pas vacciné, la fable est bien une fable. Le tout c’est d’y croire et de le rabâcher dans les dîners avec un air de mec qui s’y connaît...



☐ 21/2/2022

Sur cette capture d’écran du site SantéPubliqueFrance, on y voit le nombre des décès exploser chez les 0-9 ans, au cours des 45 derniers jours. Le site précise qu’il s’agit des enfants morts du Covid depuis mars 2020. On peut constater que le nombre de morts des moins de 10 ans est dérisoire durant les années 2020 et 2021, à treize décès en deux ans. Puis, subitement, on passe à 15 décès en 45 jours. Il se trouve, mais c’est sans doute un hasard, que cette période de 45 jours, correspond à l’ouverture de la vaccination aux moins de 10 ans. Et il se trouve aussi, mais c’est également un hasard, que la publicité forcenée pour la vaccination des enfants, a disparu des écrans.





☐ 19/2/2022

Déni de démocratie

Florian Philippot abandonne sa course à la présidentielle, faute d’avoir pu réunir les 500 parrainages nécessaires. Il ne se passe plus un mois sans que nos institutions ne révèlent leurs faiblesses. Un parti fort de quasiment 40 000 adhérents ne participera pas au débat démocratique, parce que les élus ont refusé de le parrainer. Qu’importe leurs motivations, ils avaient en main le pouvoir de la pluralité, ils l’ont détourné, confisqué, soit par peur du qu’en dira-t-on, soit par peur de représailles, quant à de futures subventions. Le système de l’anonymat des parrainages, a non seulement été voulu par le Général de Gaulle, mais surtout voté par le peuple Français, lors d’un référendum, le 6 novembre 1962. La levée de l’anonymat du parrainage sous couvert de transparence, donc d’égalité, aura définitivement verrouillé le système en faveur des mêmes représentants du cénacle autorisé. Comme quoi l’enfer est bien pavé de bonnes intentions. Entre les consignes des grands partis de ne pas parrainer, les peurs d’entrer en conflit avec les administrés, le système est corrompu. Il faut revenir à l’anonymat ou permettre au peuple de donner sa voix au candidat de son choix, avec un nombre de signatures préalablement décidé, déposé au Conseil Constitutionnel, via une plateforme informatique ou par courrier, pour soutenir un candidat. Il est à craindre, qu’à l’instar de Philippot, d’autres candidats grandement représentatifs soient évincés au profit de challengers, « politiquement corrects », qui ont déjà leurs signatures, mais ne pèsent rien en terme d’intentions de votes. La France est malade, il est grand temps de mettre sur la table le problème de nos institutions et de redonner sa souveraineté au peuple.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français au suivi de la vie parlementaire. 19.2.22



☐ 17/2/2022

Petits arrangements entre candidats

Le Rassemblement du Peuple Français a été l’un des premiers à en parler, mais après le rachat récent et ruineux des turbines Arabelle, pièces maîtresses de l’indépendance nucléaire française, la presse commence à envisager l’opération financière sur sa longueur. Avec Macron, ministre, qui en 2014 autorise cette vente, dans laquelle prend part Jérôme Pécresse, mari de Valérie et Patrick Kron d’Alstom. Ces deux derniers vont en tirer des revenus rondelets, qui ne sont un secret pour personne. Il s’avère que le rachat coûte finalement plus cher que la vente et la différence n’est sans doute pas perdue pour tout le monde. On peut ajouter à cela, l’obligation faite par ce président, à EDF, de vendre une part toujours plus importante de sa production à des opérateurs privés, qui la revendent ensuite plus cher aux particuliers, au risque de couler le producteur. Egalement les scandaleuses et mirobolantes subventions publiques faites à l’éolien, notamment en mer. Dès 2011, on y retrouve la famille Pécresse, avec Valérie, nommée ministre du Budget et Jérôme, son mari, promu président d'Alstom Renouvelables, qui vont arriver à initier de gigantesques et juteux projets d’éolien en mer, jusque là, à la peine. La candidate à la présidence et le pas encore candidat, sont raccords sur le juteux business de l’énergie, aux dépends de l’ex-grand service public gaulliste de l’énergie, dont ils ont tiré de beaux profits et qui risque à terme, de se traduire par la disparition pure et simple de l’héritage national, garantissant l’approvisionnement du pays en électricité.
Pierre Duriot, porte-parole du Rassemblement du Peuple Français





☐ 15/2/2022

Réentendre la voix du peuple
 
La tradition gaulliste veut que le peuple soit régulièrement consulté sur les sujets de société les plus cruciaux et les orientations politiques de la nation. Cette pratique s’est peu à peu délitée, pour être définitivement trahie, à l’initiative de Nicolas Sarkozy et des parlementaires qui, en renversant le non du référendum en un oui traître, ont bafoué la voix du peuple. Par cette trahison, les élus montrèrent déjà, à l’époque, leur arrogance et leur dégoût du peuple, ne l’autorisant à s’exprimer que pour les réélire. Le pouvoir a ainsi, plus ou moins été confisqué par une élite autoproclamée, déconnectée et régulièrement corrompue, qui sait brandir sa légitimité populaire si elle se retrouve en difficulté, mais s'abstient d'écouter ses électeurs quand ils émettent une opinion opposée à ses intérêts.
La situation politique de notre nation, n’a plus rien de démocratique, malgré quelques dénis peu crédibles. Elle est même qualifiée de « démocratie défaillante », par des observateurs internationaux. Le pouvoir est devenu tyrannique, soutenu par une partie de la police qui, régulièrement, n’a plus rien de républicaine. Et les Français désemparés, de chercher l’homme providentiel qui saura les sortir de ce bourbier, plutôt que de croire en la solidité de ses institutions. La mise en place d’un système de RIC ou RIP devient cruciale pour rendre la confiance au peuple. Aussi bien d’initiative, que révocatoire ou abrogatoire, ce système devra être incorporé dans nos institutions et sera de nature à donner au peuple la conviction que sa voix peut encore compter dans les destinées du pays.
Gilles La Carbona, secrétaire national du Rassemblement du Peuple Français





☐ 13/2/2022

La campagne déjà à bout d’argument...

Il faut s’arrêter discuter quelques minutes, avec les partisans de Macron, descendus dans la rue avec leurs petits fascicules. Il n’ont pas de bilan à défendre : l’économie, la sécurité, l’immigration, le Covid, ce n’est pas brillant, c’est vrai. En plus, le mieux est de ne trop rien dire, c’est démontable avec tellement de facilité. Non, l’argument béton c’est : « La France est le pays qui a donné le plus d’aide pendant la période Covid ». Là, c’est vraiment à mourir de rire. La France a donné en masse l’argent du contribuable, qu’il va falloir rembourser plus tard, non pas pour lutter contre le Covid, mais pour compenser les mesures complètement débiles déployées en pure perte, plus pour emmerder les Français, que pour des raisons sanitaires. Dernier argument : « Il n’y a personne d’autre ». Oh que si, avec un peu de chance, le premier venu qui aurait un peu de respect pour son pays, ferait à minima, moins pire. On comprend mieux la campagne, du pas encore candidat, basée sur « l’amour » et « l’envie ». Ça va être dur de tenir devant la réalité…



☐ 10/2/2022

Je me marre… le président, qui ne peut pas pacifier le coin de sa banlieue, s’en va faire son intéressant dans la sainte Russie, pacifier l’Ukraine. Il connaît la musique. Il va chez Trudeau, il fait des bibis à Trudeau. Il va dans les îles, il paluche les iliens. Il va chez Biden, il tripote Biden. Il va chez Ursula, il frotte Ursula. Mais chez le tsar, on ne papouille personne, la méthode ne marche pas. Le patron du Kremlin connaît les penchants de l’énergumène, n’apprécie pas les câlins intéressés et le tient à distance, à n’en point douter, pour le déstabiliser. Il ne discute qu’entre costauds, détenteurs de boutons nucléaires et tout de suite, ça jette un froid.




Non content d’être allé à Moscou pour rien, puisqu’il n’a strictement rien obtenu, il s’y est fait humilier, en étant maintenu, durant toute la visite, à quatre mètres minimum et sans même avoir droit au serrage de louche. Et les éditorialistes rament comme des fous pour essayer de trouver un truc valorisant à dire. Le léchage de bottes, ma brave dame, c’est pas tous les jours facile.



☐ 8/2/2022

Les Ehpad et le reste

Pitoyable presse, une fois de plus, qui sonne la curée contre les grands argentiers de la fin de vie. La voilà qui dénonce pêle-mêle, le fric fait sur le dos des familles, les mauvais traitements, les maigres repas et les contrats de travail bidons. En oubliant sagement de préciser que tout cela se fait sous couvert des Agences régionales de santé, c’est-à-dire du gouvernement, qui supervise à peu près tout, depuis l’octroi des agréments, jusqu’aux embauches des personnels, qui sont même subventionnés par de l’argent public. L’État ne découvre pas les méthodes des grands groupes de l’accueil de la fin de vie, il les accompagne en conscience, depuis des années. On ne peut même pas dire qu’il n’ait pas été prévenu, puisque les alertes de la part des syndicalistes et des familles ont été nombreuses. Mais voilà, les contrôles sont difficiles, les inspecteurs du travail peu nombreux, l’accès aux paperasses compliqué, tout cela d’autant plus que l’on préfère fermer les yeux. L’État ne découvre certes pas, il a accompagné, il est même, n’ayons pas peur des mots, complice, de pratiques insupportables, qui durent depuis des années. Nous le répétons depuis le début de cette pseudo-campagne électorale. Quel que soit le domaine, l’argent public est dispensé sans contrôle et sans vrais comptes. Cet État qui se fait fort de dépister en un temps record, quelques milliers de faux passes-sanitaires, continue à verser des retraites à des gens morts, à subventionner de fausses cartes Vitale et à engraisser des actionnaires amis en regardant ailleurs. Il faudrait, plus que mettre de l’ordre, nettoyer les écuries d’Augias.





☐ 7/2/2022

ARN, sinon, ARN

Les dernières trouvailles légales de Véran laissent dubitatif et on comprend pourquoi le grand public n’a pas été informé plus que cela. Le décret n° 2021-699 du 1er juin 2021, de gestion de la sortie de crise sanitaire, modifié au 31 janvier 2022, explique que si vous avez reçu le Janssen, vaccin classique, pour compléter votre schéma vaccinal, vous devez avoir une autre dose, mais cette fois-ci, avec un vaccin à ARN, Pfizer ou Moderna, pas le choix, sinon, pas de passe-vaccinal. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Pour ceux qui arriveraient avec un vaccin russe ou chinois, même punition : il faut un autre vaccin, obligatoirement à ARN. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Pour ceux qui ont eu deux doses, n’importe lesquelles, pour la 3ème obligatoire, pareil : ARN. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Pour ceux qui auraient un vaccin étranger peu connu, mais autorisé tout de même par l’OMS : idem : ARN. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Et si vous avez contracté la maladie, cela remplace une dose. Et là encore, il faut au moins, un ARN. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Et cerise sur le gâteau, si vous avez été malade, vous pouvez repousser l’injection, obligatoirement ARN, non plus de six mois, mais de quatre mois. Quelle justification scientifique ? Aucune, c’est comme ça. Soit il a des promesses en espèces sonnantes et trébuchantes, de chez les labos ARN, soit il y a dans ces ARN, des substances qu’on ne connaît pas vraiment, mais que tous les Français doivent impérativement avoir dans leur sang. Jusqu’à plus amples explications. 6/2/2022




☐ 7/2/2022

Darmanin : le choix du mensonge

Darmanin, avec cette assertion, donne le ton de la future campagne. Il ne peut ignorer que ce qu’il dit est faux et qu’en plus, la réalité est l’exact contraire de ce qu’il raconte. Macron est à 24 % dans les sondages de ses amis, c’est le chiffre plancher, il doit avoir un genre de contrat avec les sondeurs. Aux dernières départementales/régionales, les listes LREM ont fait 8 % de 40 % de votants. Donc à l’évidence, Macron est plutôt là où le situent des sondages plus fiables, en provenance de l’étranger : 10/12 %. Darmanin le sait et joue la méthode Coué, avec l’aide éternelle de la presse. Non seulement Coué, mais aussi, celle du déni, qui consiste à répéter une contre-vérité en boucle, pour tenter qu’elle s’impose comme une vérité. On passe de l’analyse à la propagande, du bilan au conte pour enfant, de la réalité au fantasme. Darmanin ne choisit pas de quitter la navire en perdition, il préfère continuer à ramer sous l’eau. Le pire est qu’avec le matraquage de la presse subventionnée, la tromperie aggravée et généralisée peut faire recette, tant les Français apparaissent souvent comme anesthésiés et peu conscients de l’ampleur des maux de tous ordres infligés à une nation qui jouera en avril, bien plus qu’une élection, mais sa survie pure et simple. En 1969, Le Général De-Gaulle avait pris acte du Non à son référendum, par 52,41 %. Mais on n’est plus au temps, ni des hommes d’honneur, ni du service de la France. La mission de liquidation et la guerre ouverte contre le peuple, justifient que l’on se maintienne coûte que coûte, même au prix du mensonge éhonté.



☐ 5/2/2022

Dialogue presque imaginaire

- Tu vois mon p’tit Olivier, le passe-vaccinal, il nous emmerde.
- Ah bon, et pourquoi ?
- Ca n’est pas tenable, les autres pays le retirent les uns derrière les autres, on a l’air con.
- Disons, que tu as l’air con…
- Oui, si tu veux, mais on est mal barré, il faut qu’on en sorte, ça se voit qu’il n’a rien de sanitaire.
- Tu n’as qu’à le supprimer, c’est toi qui l’a mis en place ?
- Oui, mais si je le supprime tout de suite, je vais encore avoir l’air con.
- De toute façon, tu ne pourras pas faire une bonne campagne si tu as ce passe dans les jambes, qui emmerde tout le monde et pas seulement les non-vaccinés. Il faudrait que tu le supprimes avant de lancer ta campagne.
- Oui, c’est ça. Et histoire que je n’aie pas l’air trop con, je te charge d’annoncer que tu le supprimes avant l’été.
- Mais, Manu, avant l’été, je ne serai déjà plus ministre de la santé.
- C’est pas le problème, tu vas dire avant l’été et en fait ce sera, avant la présidentielle, donc avant la campagne présidentielle, donc, dans 15 jours, aux vacances d’hiver des parigots.
- Non mais attends, Manu, là, c’est moi qui vais avoir l’air con.
- C’est un peu le but de la manœuvre vois tu, l’air con, je l’ai déjà assez eu comme ça…



☐ 3/2/2022

On se demande au Parisien, quelle est leur logique de pensée ? À moins que l'assertion "les vaccins restent très efficaces", relève du divin et qu'elle ne soit en aucun cas contestable ?





☐ 2/2/2022

7 % dans tes rêves...

Les médias titrent sans vergogne, en ce moment sur ''7 % de croissance'', en 2021, avec Le Maire qui s’autocongratule, tout en concédant que tous les secteurs ne se sont pas relevés. Et pas un journaliste économique sérieux pour arguer que 2020 s’est soldée par un plongeon de 8 %. S’il y a bien 7 % de croissance en 2021, comme le prétend le ministre, sur les deux ans, ça fait quand même -1 % et encore, moyennant un recours massif à la dette, avec le fameux « quoi qu’il en coûte ». Selon les chiffres de l’Insee, la consommation des ménages est d’ailleurs restée relativement timide en 2021 (+ 4,8 %), sans rattraper son niveau d’avant crise. On a peine à croire que l’industrie française puisse atteindre un tel niveau de croissance, plus que les États-Unis et un peu moins que la Chine, quand elle annonce en même temps une augmentation exponentielle des arrêts de travail, un passe et des mesures sanitaires qui ont vidé les restaurants, les salles de spectacle et gravement nuit au tourisme. Le voisin allemand, comme toujours plus pragmatique et bien moins impacté, avec sa gestion plus rationnelle de l’épidémie, donne des signes d’essoufflement, avec un petit +1,4 % de croissance, en 2021 et même un recul de 0,7 % au quatrième trimestre 2021. De la à penser que le gouvernement se fout de nous avec des chiffres trafiqués, on n’oserait pas. A-t-il seulement déjà trafiqué la moindre statistique ?



☐ 1/2/2022

Une semaine et puis rien...

Une semaine de passe-vaccinal déjà. Les contaminations n'ont pas baissé, les écoles ne sont toujours pas pleines de leurs élèves et les restaurants sont vides. Comme quoi, ni la vaccination ni le passe n'auront arrêté l'épidémie, ni servi à quoi que ce soit, comme le racontent plusieurs médecins sérieux. Et Toubiana de nous expliquer, preuves à l'appui, que le pire de l'épidémie, en mars 2020, était 4 à 5 fois moins important qu'une épidémie de grippe ordinaire, pour laquelle on ne faisait strictement rien de spécial. La supercherie est donc totale et tout cela aura été du vent... sauf les effets secondaires graves, dont désormais quasiment tout le monde a connaissance dans son entourage. Sauf peut-être ceux qui ont décidé de ne vraiment pas voir. On se demande seulement combien de temps il va falloir, avant de faire les comptes de tout cela.





☐ 26/1/2022

Blouse grise ou blouse bleue ?

Il est beaucoup question de blouse d’écolier, mais c’est bien d’un retour aux fondamentaux dont il est question. À savoir si l’école prend en charge l’éducation, ou l’instruction. Elle ne devrait prendre en charge, justement, que l’instruction, mais s’est arrogée, pour des motifs bassement électoraux, l’éducation, histoire de dire aux électeurs, n’en faites rien, l’école et l’État, s’occupent de tout. Certains trouvent très bien que l’école s’occupe de tout et se plaignent quand ça ne leur convient pas et d’autres, au contraire, aimeraient assez que l’école ne vienne pas mettre son nez dans l’éducation dont ils ont la charge et préféreraient que l’école assure un peu mieux l’instruction. Ceux là mettent d’ailleurs souvent leurs enfants dans le privé. Et il y a la réalité : l’instruction n’est pas vraiment assurée et l’éducation non plus. Les enquêtes internationales situent les élèves français dans un ventre mou du classement, avec des pays bien moins développés que la France. Et question éducation, le maintien de la discipline est devenu le problème majeur des enseignants et un motif récurrent d’abandon de la profession. Et on ne parle même pas des secteurs sensibles... Un problème que l’État connaît parfaitement pour proposer une prime aux enseignants qui resteraient dans le 93. À vouloir se charger du four et du moulin, on n’assure finalement, ni le four, ni le moulin. Et les heures d’apprentissages fondamentaux ont objectivement diminué. Elles sont remplacées par la nutrition, les questions sanitaires, la lutte contre l’homophobie, le tri sélectif des déchets, la prévention routière et bien d’autres choses encore. Toujours est-il que la matière grise et l’excellence se raréfient et que l’industrie s’en ressent, la recherche également et tout un tas d’autres secteurs, en panne de main d’œuvre diplômée, ou titulaire de diplômes dévalorisés. Oui, derrière cette blouse symbolique, il va falloir remettre sur la table, la question du niveau scolaire, même si cela fait un peu vieux jeu.





☐ 26/1/2022

N'importe quoi...

Dans un communiqué publié ce mardi 25 janvier 2022, l’Académie de médecine recommande la vaccination contre le Covid-19, pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, alors que les contaminations quotidiennes explosent, avec la vague Omicron, dans un pays déjà majoritairement vacciné. La vague d'Omicron montre justement toute l'inutilité de la vaccination et on se demande à quoi joue l'Académie de médecine, en préconisant de vacciner les enfants, avec un produit encore expérimental, pour les protéger de ce qui est reconnu comme l'équivalent d'un rhume.





☐ 25/1/2022

Un chat est un chat...

Début 2021, ceux qui parlaient du passe-vaccinal pour accéder à de nombreux établissements, étaient de dangereux complotistes. Début 2022, ceux qui s’opposent au passe-vaccinal, entré en vigueur aujourd’hui, sont de dangereux complotistes. Il ne faut pas, paraît-il, comparer ce passe, à l’apartheid, ou au statut des juifs, édicté le 03 octobre 1940, ce ne serait pas « politiquement correct ». Ah oui, et pourquoi donc, ne devrait-on pas le faire ? Parce que ceux qui ont promu cette disposition se sont auto-proclamés, les « bons », agissant pour, « notre bien » ? En 1940 aussi, ceux qui ont promulgué le statut des juifs, s’étaient auto-proclamés, les « bons » et agissaient au nom du « bien ». Et à cette époque, le statut des juifs était aussi légal que l’est aujourd’hui, le statut des non-vaccinés. Et curieusement, ils sont privés des mêmes choses : restaurants, théâtres, cinémas, piscines et comme eux, de l’accès à certains métiers. N’ayons pas peur de la dire, la similitude est totale, beaucoup de non-juifs de l’époque, trouvaient cela normal, et beaucoup de vaccinés trouvent cela normal aujourd’hui. N’ayons donc pas peur d’appeler un chat, un chat et un Etat nazi, un Etat nazi. Les complotistes avaient raison avant les autres et les Nazis qui s’en défendent, sont bien des Nazis, qu’ils l’acceptent ou non. C'est cela que nous combattons, au RPF.





☐ 22/1/2022

Réformer un Conseil sous conflit d’intérêt

Le conseil constitutionnel vient de valider le passe-vaccinal de la honte, passant par-dessus les mêmes réserves qu’il avait cru bon d’instaurer, il y a quelques mois à peine. Fallait-il croire en cette institution, présidée par un repris de justice, ayant du sang sur les mains ? Son fils est directement impliqué dans la campagne de vaccination par l’intermédiaire du controversé cabinet McKinsey. Le Sénat vient d’ailleurs, de dévoiler des liens troublants et contraire à toute déontologie démocratique. Ce conseil Constitutionnel s’est parjuré. Fabius n’a même pas eu le sursaut d’honnêteté de rejeter cette loi, dont inconstitutionnalité apparaît évidente. Il a choisi l’allégeance sans borne à Macron, ou a ses maîtres. Castex n’en doutait pas, annonçant même l’application de sa loi avant le verdict du Conseil.
Il y a bien faillite de nos institutions et il faudra, par l’alternance démocratique, recréer une vraie cour de justice constitutionnelle, non corruptible. Avec des membres, non plus désignés par le pouvoir, mais tiré au sort parmi les magistrats et les avocats, avec sans doute des représentants du peuples également tirés au sort.
Le prochain scandale sanitaire sera celui des effets secondaires des vaccins, dont tous nos voisins s’inquiètent à présent, une nouvelle affaire de sang contaminé, avec qui dans le box des accusés et pour quelles peines ?
Gilles La Carbona, membre du Rassemblement du Peuple Français



☐ 22/1/2022

C’est pas moi, m’sieur

Faute de pouvoir reconnaître des erreurs, dans la gestion du Covid. Faute d’intégrer l’évidence, à savoir que les contaminations explosent et montrent l’inutilité des vaccins et ce, très probablement depuis le début. Faute de pouvoir admettre que les effets secondaires sont très nombreux et frappent dans quasiment toutes les familles. Le gouvernement s’enfonce dans ses mensonges, quitte à produire un narratif hors-sol, qui suscite les moqueries de Boris Johnson et les huées de Bruxelles. Castex s’accroche aux contrevérités, maintient un passe vaccinal dont on sait déjà qu’il ne servira à rien, puisque les autres l’abandonnent sagement. A-t-on déjà pris avant, un médicament ou un vaccin, pour les autres ? Peut-on encore s’accrocher au miracle de l’évitement de la « forme grave », alors que des concitoyens vaccinés meurent à l’hôpital ? Et le même de proposer un passe aux non-vaccinés, dès la première dose. Il signe ainsi la reconnaissance de l’inutilité de tout le fatras de mesures et de communications démentielles. À quoi servent, sur le plan sanitaire, les doses suivantes, si le passe est possible dès la première ? D’autres pays distribuent de l’Ivermectine, de l’Azythromicine et du zinc, en un mot : soignent. L’incapacité à faire amende honorable, les fait plonger dans l’irrationnel et craindre ce groupe de millions de personnes non vaccinées, qui va apparaître comme un témoin gênant, dans les statistiques futures, mais également, comme un réservoir indispensable de sang sain. Nous avons, à la manœuvre, un spécialiste du sang contaminé : il sera bientôt rejoint, sous la bannière « responsable, mais pas coupable ». Le compte à rebours est enclenché désormais, avant désintégration en vol et dieu sait, de quelle infamie ils seront encore capables, avant d’exploser.
Pierre Duriot, porte-parole du Rassemblement du Peuple Français





☐ 21/1/2022

Militaires et gendarmes possiblement mutés

Militaires et gendarmes, ne sont pas épargnés par la folie vaccinale du gouvernement, alors même que les contaminations vont bon train dans un pays déjà hyper-vacciné, rendant évidente l’inutilité de ces piqûres à répétition. Ils ont donc été obligés de satisfaire à une 3ème dose avant le 15 janvier 2022 sous peine d'être considérés non vaccinés. Les résistants seraient 3% en gendarmerie. Et l’État employeur ne les épargne pas. Témoin, cet officier relevé de son commandement opérationnel de Langon, en Gironde, pour un refus de vaccination contre le Covid-19 et muté sur un poste sans contact avec le public. Dix jours d'arrêt, puis mutation vers la Direction générale de la gendarmerie à Paris. Ceci au mépris de l'article L4121-5 du code de la défense qui précise que doivent être prises en compte, les modalités personnelles du gendarme, le travail de son épouse, la scolarisation de ses enfants, la propriété, par exemple. On ne sait, par contre, si le même État va prendre en charge les effets secondaires liés aux vaccins, lesquels seront immanquablement du même ordre que ceux observés dans la population générale, nombreux selon les observateurs, marginaux selon le ministre...





☐ 16/1/2022

Très cher détecteur...

Les détecteurs de CO2 sont la marotte des covidistes. Pour prendre soin des enfants, il faut en mettre dans toutes les classes. Les détecteurs sont donc là, sur l’armoire, affichant un taux à peu près normal de 500 particules par million et quand le seuil atteint 1000 particules par million, branle-bas de combat, ça ne rigole pas, les gosses sont en danger : risques de vomissements et maux de tête. On ouvre alors les fenêtres et on aère, avec de l’air de l’extérieur, à 500 particules par million. Vous allez me dire, mais quand on sort et qu’on respire l’air qu’on fait rentrer, il faut quand même mettre un masque. Là où c’est le plus drôle, c’est que quand on met le détecteur directement sous le masque du gamin, il affiche la bagatelle de 5000 particules par million, autrement dit, le petit s’asphyxie avec l’air qu’il re-respire en permanence. En plus d’être totalement incohérentes, vu que les enfants ne risquent pas de formes graves, on ne le dira jamais assez, ces mesures relèvent de l’empoisonnement et on ne peut pas penser une seule seconde que les décideurs ne soient pas au courant. Pour couronner le tout, vu que les chauffages fonctionnent avec des thermostats et qu’on aère dix fois par jour, les chaudières tournent en permanence, avec le prix écologique que l’on connaît, le prix tout court, que l’on connaît aussi et bien sûr, les émissions de CO2. Alors, heureux ?





☐ 14/1/2022

L’évidence s’impose...

L'Espagne s'apprête à revenir à un mode de fonctionnement social et sanitaire normal, considérant que le covid est maintenant une maladie endémique peu dangereuse, assimilable à une grippe. Aux États-Unis, la décision de l'administration Biden de rendre le vaccin obligatoire dans les entreprises a été annulée. L'OMS critique la stratégie des États de piquer les populations trois ou quatre fois par an. En France, la Justice annule l'arrêté préfectoral visant à rendre le masque obligatoire en extérieur à Paris. Au Danemark, un grand journal s'excuse auprès de son lectorat d'avoir été « absorbé de façon presque hypnotique », par les discours des autorités pendant deux ans. Peut-être entrevoit-on la fin de cet épisode invraisemblable de délire collectif. Car il faut se rendre à une évidence, énoncée par Raoult : Le vaccin ne sert à rien. Il n’a pas su endiguer la propagation. N’a pas sauvé les personnes âgées. Les vaccinés deux et trois doses sont malades exactement de la même manière que les autres. La forme moins grave est un fantasme scientifiquement invérifiable. Les pays les plus vaccinés sont aujourd’hui les plus contaminés et la France est championne du monde. La réalité s’impose quoi qu’on y fasse. La seule action concrète des vaccins aura été le transfert de plus de 30 milliards d’euros d’argent public vers des intérêts pharmaceutiques privés, sans compter le prix des tests. Au mieux, c’est un produit inutile. Au pire, les effets secondaires, déjà nombreux, sont encore devant nous. Oui, il y a eu un délire irrationnel.





☐ 13/1/2022

Je me marre… Christian Estrosi et sa femme, malades, s’en étaient allés garer la moto chez Raoult, le priant de les soigner avec de l’Hydroxychloroquine. Ce que le vieux druide avait exaucé, avec sagesse et dont l’édile s’était vanté, se pavanant dans Nice et chantant les louanges de son copain médecin, qu’il avait, lui. Voilà le même, finalement vacciné, ou vacciné dans l’évier, qui veut, sans honte, priver les non-vaccinés de subsides d’État et pourquoi pas les déporter, pendant qu’il y est. Un élu RN aurait dit la moitié de ça, qu’il se serait fait taxer de facho. Mais Estrosi peut se permettre de dire n’importe quoi, il est du bon côté du guidon. Là-dessus, voilà Véran rattrapé par le virus. Surtout Olivier, n’essayez ni la Chloroquine, ni l’Ivermectine, ce sont des poisons, vous le savez bien, vous les avez interdits. Prenez un Doliprane et hop, ça ira bien mieux. De toute façon, à trois doses, on ne fait pas de forme grave et si on en fait, on n’en meurt pas et si on en meurt, on va direct au paradis…





☐ 11/1/2022

Les profs en ont marre

Trois protocoles par semaine, des enfants qui doivent être testés trois fois en cinq jours, des files d’attente devant les pharmacies, dans le froid. Les parents s’agacent, les enfants s’impatientent. Les petits en ont marre qu’on leur enfonce des trucs dans le nez, ils crient, se débattent, hurlent. Les parents n’arrivent pas à les calmer, les pharmaciens non plus. Les parents passent leurs nerfs sur les enfants, sur les pharmaciens, sur les enseignants. Les enseignants pestent, ne savent plus à quel saint se vouer, ne savent plus quel règlement s’applique, passent leur temps au téléphone, à gérer un truc qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes, que personne ne comprend, en fait. Les enseignants aussi sont malades, mais pas toujours, des fois ils sont consignés, juste parce qu’ils sont cas contact. Résultats, la pénurie de professeurs est là et les remplaçants n’y suffisent plus. Des maîtres spécialisés font du remplacement, des conseillers pédagogiques aussi, mais tout ça n’est pas très administrativement réglementaire et se fait par téléphone. Un genre de démerde qui se passe bien, tant que tout se passe bien, mais qu’arrivera t-il en cas de pépin professionnel, avec un enseignant qui n’est pas là où il devrait être et qui fonctionne sans ordre écrit ? Ce n’est plus de la gestion, c’est de l’improvisation, tout le monde le reconnaît et se tourne vers le ministère, qui change une fois de plus le protocole, mais sans trop le changer, histoire de calmer les colères, qui ne se calment pas. Tout le monde en a marre, très marre et les enseignants font grève, jeudi 13 janvier. Tout ceci alors que l’immense majorité d’entre eux est vaccinée et que les élèves ne risquent que des formes bénignes. A quoi tout cela rime-t-il, sinon, comme le dit le président dans une phrase qui devrait rester tristement célèbre : à emmerder.





☐ 6/1/2022

Raoult : Un truc inouï

Le gouvernement travaille dur sur nos conditions sanitaires. Les élèves ne peuvent plus passer leurs examens. Les parents d’élèves font la queue devant les pharmacies, pour assurer trois tests en une semaine, pour les enfants de primaire. Les vaccinés sont tenus de respecter les gestes barrières, parce qu’ils peuvent contracter et transmettre. Les non vaccinés, qui ne vont plus nulle part, sont censés contaminer les vaccinés qui eux, sont censés être protégés. Les jauges dans les stades de foot sont réduites à 5000, mais les 5000 sont tous agglutinés au même endroit, comme à Bollaert. Les bateaux de croisière, dans lesquels tout le monde est vaccinés, se retrouvent interdits d’accoster en raison des contaminations à bord. Et les députés, à l’instigation du patron, votent un passe vaccinal, tout en reconnaissant que le vaccin n’empêche pas de contaminer, mais ne protège que des formes graves, ce qui est scientifiquement invérifiable. Et Castex en est déjà à la quatrième dose : alors heureux ? Tous ces gens là sont arrivés, sous emprise, à ne plus voir l’immense absurdité de ce qu’ils votent, de ce qu’ils racontent. Raoult parle d’un truc inouï, il a raison. A l’issue d’un retour brutal de la réalité, d’ici peu, certains diront comme toujours, à l’issue des catastrophes : « Je ne pouvais pas savoir ». Si justement, ils pouvaient savoir et nous aussi, saurons nous en souvenir le jour des échéances.



☐ 5/1/2022

INDIGNE...

Macron a tort de penser qu’il s’appuie sur une large majorité de Français, quand il parle « d’emmerder les non-vaccinés ». Dans les vaccinés, beaucoup y sont allés à contrecœur et ne le soutiennent pas. Beaucoup n’iront pas à la troisième dose et seront considérés comme non-vaccinés rapidement. Seront également considérés comme non vaccinés, tous ceux qui n’iront pas à la quatrième dose sous peu. Ne le soutiennent pas non plus tous ceux qui ont des effets secondaires graves, eux-mêmes ou dans leur famille et ils sont très nombreux, même si la « grande presse » évite, sur ordre, d’en parler. Le chiffre de non-vaccinés majoritaires pour l’accueil du Covid, est faux. Macron ne réussit qu’à dévoiler un peu plus, la personnalité controversée qu’on lui connaît et quand on dit controversée, le mot est faible. Il n’a pas de hauteur de vue, pas de sagesse, pas d’empathie, pas de respect, pas d’expérience, en un mot, il est indigne de sa fonction. Mais on le savait déjà...





☐ 4/1/2022

En finir avec l’infamie

Castex, à l’assemblée nationale, au comble du ridicule, perd ses nerfs, accuse l’opposition de ralentir les débats en votant contre ses propositions. On ne saurait trop lui rappeler, que nous sommes censés être toujours en démocratie et que l’opposition joue son rôle : elle s’oppose. Voilà un gouvernement parti en glissade totalitaire, qui n’arrive plus à convaincre ses propres troupes de venir voter les modalités d’une politique hystérisée, à l’image de la prise de parole de son leader et qui s’en prend à une opposition qui, pour une fois, fait son travail, dans cet épisode pseudo-sanitaire, en repoussant un débat qui consiste à imposer un apartheid d’État pour un variant, que même l’OMS, considère comme un rhume. Que les oppositions de tous bords finissent le travail, qu’elles fassent cesser l’infamie et débarquent les usurpateurs...





☐ 4/1/2022

Ils sont en guerre

Véran a perdu les pédales. Avec 200 000 contaminations par jour dans un pays très largement vacciné, sa politique du tout vaccinal est un échec. Sa posture dans l’hémicycle, ses incohérences permanentes, traduisent bien d’autres préoccupations que sanitaires. Il est là pour passer en force et instaurer un contrôle des populations, comme le demande l’Europe, dont il est le valet. Avec une calculatrice, 67 millions de Français, fois trois ou quatre injections par an, divisé par 365 jours, ça donne 550 000 à 700 000 injections par jour. En admettant que tout le monde accepte. Messieurs-dames les député(e)s devraient bien réfléchir, avant de se lancer dans une aventure qui non seulement n’a rien de sanitaire, ni de préventif, mais tout de la déraison et même de l’utopie. Aventure démentielle qu’ils devront s’appliquer à eux mêmes, à leurs proches et à leurs électeurs. Le pays ne travaillera plus, il va passer son temps à faire la queue pour aller à la piqûre. Au RPF, nous avons d’autres ambitions pour ce peuple que de le piquer tous les trimestres et il serait temps que les élus redescendent sur terre et se mettent à la pensée rationnelle. « Nous sommes en guerre » avait dit le président, oui, il est en guerre, avec quelques uns, contre nous et ces députés devraient comprendre qu’ils sont les jouets politiques et médiatiques d’un système, qu’ils regretteront rapidement d’avoir cautionné.
Pierre Duriot, porte-parole du Rassemblement du Peuple Français.





☐ 2/1/2022

À  ma botte...

Emmanuel Macron soigne ses collaborateurs les plus zélés : les journalistes. On se souvient que 95 % de la presse, en 2017, se chargeaient de sa campagne, obligeant quasiment les invités des plateaux à se prononcer en faveur du candidat Macron, sous peine de passer pour un suppôt lepéniste. Le voilà qui les arrose, à hauteur de deux milliards d’euros pour la culture, dont 483 millions d’euros pour la presse, selon les premiers éléments donnés par le président lui-même. Il s’agirait d’un vaste « plan de filière », qui a pour but d’accompagner la transformation numérique de la presse française et d‘aider à supporter « les lourdes pertes enregistrées depuis le début de la crise du Covid-19 ». Disons plutôt, les pertes dues aux décisions iniques prises par le gouvernement et la désaffection du lectorat, lassé du peu d’esprit critique des journalistes, tous dévoués à la parole gouvernementale et empressés à la promotion du tout-vaccin. Emmanuel Macron parle de nécessité de maintenir un « pluralisme », à condition sans doute, qu’il soit tout acquis à sa cause. La manœuvre, si proche des échéances électorales, avec l’argent des contribuables, bien sûr, ne trompe personne. Le président anticipe sa campagne, avec un secteur devenu, au fil du temps de moins en moins crédible et qui risque, avec cette rallonge d’argent public, d’être encore plus inféodé au pouvoir, si toutefois il peut l’être encore plus...





☐ 30/12/2021

Je me marre… ce matin, j’ai pris deux cafés, dans un bar où personne ne m’a rien demandé à l’entrée. Je me suis collé à un mange-debout, sans masque, avec mon ordinateur portable et il ne s’est strictement rien passé : est-ce normal ?



☐ 29/12/2021

« Je vous demande de vous arrêter »

Castex va trop loin et ses histoires à manger debout, sont surtout à dormir debout. Plus personne n’y comprend rien, mais surtout, l’opinion se retourne comme jamais, avec un rejet massif du passe vaccinal. Même les plus obéissants de nos concitoyens, ne se voient pas aller à la piqûre tous les trois mois, pour un bénéfice désormais réduit à néant. Sans parler du train de mesures dont l’incohérence tourne au plan kafkaïen et mécontente tout le monde. Les électeurs ont bien tous compris, ou presque, que plus rien ne relevait de la considération sanitaire. Il va y avoir un vrai risque, pour les députés, à voter des dispositions majoritairement insupportables à la majorité des Français. Ces quelques godillots, habitués des votes de nuit, feraient bien de se désolidariser enfin de cette politique anti-démocratique au possible. Au RPF, nous avons la conviction, avec plusieurs centaines de scientifiques indépendants, que pour sortir de l’épidémie : il faut soigner les gens. On ne combat pas une pandémie, somme toute plutôt bénigne, en installant la dictature, la surveillance électronique et la ségrégation d’État. Nous invitons tous nos concitoyens, à refuser massivement la dérive à coup d’injections, qui faute d’adhésion majoritaire, ne pourra perdurer et à exiger le vrai plan de soins que nous réclamons depuis le début.





☐ 28/12/2021

Qu’il parte vite...

Le président est en roue libre, une fois de plus, à l’instar de son premier Ministre, qui multiplie les annonces liberticides en versant dans un totalitarisme incompréhensible, alors que de nombreuses voix s’élèvent et pas des moindres, pour expliquer que le variant Omicron est certes plus contagieux, mais infiniment moins dangereux que les précédents et correspondrait même à une fin d’épidémie. Le voilà, depuis Brégançon, seul dans son bureau, face à la caméra, avec son masque sur le nez, désireux, enfin de montrer l’exemple ? Voudrait-il faire oublier les troisièmes mi-temps de gala de football, en musique et sans masque, les sauteries européennes, avec les autres présidents, sans distanciation, les rassemblements de députés LREM festifs, sans masque, à quinze sur un selfie ? La mise en scène atteint des incohérences monstrueuses et ne fait non seulement pas oublier les calamités, mais a le don de conforter le peuple dans l’idée qu’on le manipule. On désespère de voir ce président partir et laisser derrière lui le champ de ses ruines et qu’enfin, quelqu’un de confiance s’attelle à la tâche de reconstruction.





☐ 25/12/2021

JM Claverie enterre la gestion de l’épidémie

Le professeur Claverie, pas tout à fait un débutant, a été interrogé sur BFM-TV et il avait deux nouvelles : une bonne et une mauvaise. La bonne, c’est que Omicron est peu pathogène, bien moins que Delta. La mauvaise, c’est que « le vaccin ne marche pas du tout ». Vous avez bien lu, il a dit : « pas du tout ». Et il enchaîne : « Ces 94 000 cas sont, pour la plupart, des gens vaccinés et on sait que le vaccin n’empêche pas la transmission. » Et de citer l’exemple d’Israël : « La troisième dose dure moins longtemps, pas plus de trois mois. » Il continue avec un savant calcul : « S’il faut vacciner 67 millions de Français tous les trois mois [en admettant qu’ils acceptent NDLR], j’ai compté, ça fait 700 000 doses par jour, c’est impossible. » Là, le journaliste intervient pour lui demander si le vaccin comme seule arme, « ce sera suffisant ? » Claverie de répondre : « Actuellement, ce n’est même plus une arme » : texto. Et de conclure que la troisième dose est illusoire et qu’il faudrait se résoudre à laisser circuler ce virus, plus qu’on ne le fait actuellement. Le professeur rejoint en cela, les analyses de plusieurs de ses confrères...





☐ 22/12/2021

Logique élémentaire...

C’est assez rigolo, cette polémique sur la proportion de vaccinés et de non-vaccinés dans les hôpitaux. Et les uns d’arguer que comme les vaccinés sont majoritaires dans la population, il est normal qu’il soient majoritaires à l’hôpital. Oui, sauf qu’ils sont vaccinés. On résume. Le gouvernement nous a expliqué que la vaccination n’empêchait ni de contracter, ni de transmettre, mais qu’elle empêchait « les formes graves ». Bien, si on suit cette idée, il n’y aurait pas de formes graves chez les vaccinés. Et en principe, on va à l’hôpital quand on est atteint d’une forme grave. On suit toujours ? Donc, en toute logique, il ne devrait y avoir aucun vacciné à l’hôpital, puisqu’ils ne font par définition, pas de « forme grave ». Le fait que les vaccinés soient majoritaires à l’hôpital puisqu’ils sont majoritaires dans la population, signe donc le fait que leur vaccin ne les protège pas plus des formes graves, que ceux qui ne l’ont pas. En toute logique.





☐ 20/12/2021

Changer radicalement de stratégie

Le professeur Jean-François Delfraissy et ses confrères ont appelé le gouvernement à instaurer des « restrictions significatives » face au risque de transmission à l’approche des fêtes de fin d’année. En somme, gâcher Noël pour seulement 310 cas d’Omicron recensés pour 67 millions d’habitants. Véran apparaît comme grand seigneur en ne suivant pas cet avis. Emmanuel Macron disait « sentir une fatigue » au sein de la population, jugeant que les Français étaient démoralisés par la 5e vague de Covid-19. Il se trompe, les Français sont démoralisés par les mesures gouvernementales dénuées de sens, prises pour lutter contre le Covid-19. Au RPF, nous réitérons nos demandes : redimensionner l’hôpital, reprendre les soignants licenciés, autoriser les médecins à prescrire, ré-autoriser les traitements interdits, supprimer le passe-sanitaire, réserver la vaccination aux volontaires, traiter, comme l’Inde, par médication, dès l’apparition des symptômes, remplacer le conseil scientifique par des médecins sans intérêts financiers auprès des firmes pharmaceutiques et gérer cette épidémie comme on gère habituellement la grippe annuelle.





☐ 18/12/2021

Entrer dans la matrice

On aurait tort de penser que la transformation, annoncée par Castex, de passe sanitaire en passe vaccinal, est une déclaration de guerre contre les seuls non-vaccinés. Ils ne pourront plus payer un test de confort ou de nécessité, pour obtenir un passe pour un événement obligatoire ou qui leur tient à cœur. Mais il condamne les gens vaccinés, qui se croient souvent des citoyens modèles, à accepter, les unes derrière les autres, toutes les doses à venir, quel qu’en soit le nombre, quels qu’en soient les effets sur leur corps, sur leur santé. Castex a induit hier soir une dimension digne de l’un des pires romans de sciences fiction, balayant d’un coup, état de droit, libertés individuelles, choix de destin. Il a privé les gens de soins, de travail, de loisirs, sauf à accepter de rentrer dans une matrice comprenant une piqûre d’on ne sait quoi, mais qui sera obligatoire, tous les trois ou quatre mois, pour garder le droit de vivre socialement et même, de vivre tout court, à moins que les injections à répétition ne viennent finalement à bout de vous. Peu de gens semblent prendre conscience de l’extrême gravité de ce qui nous arrive, il est temps de commencer à comprendre, tous ensemble, que tout cela va beaucoup plus loin que la simple question sanitaire.





☐ 17/12/2021

L’opinion ne suit plus...

Spectaculaire revirement de l’opinion en perspective, sur la vaccination. Pour plusieurs raisons : les pays européens les plus vaccinés font face à une recrudescence de cas qui ne peut être expliquée par la seule contamination des reliquats dérisoires de non-vaccinés. Cautionner encore la vaccination de masse alors qu’elle ne dispense, ni des gestes barrières, ni de la contamination, ni de la transmission, a quelque chose de surréaliste. Les effets secondaires graves, qui sont tus dans la presse, touchent de nombreuses familles. Soutenir ces injections conduit intrinsèquement à l’acceptation de plusieurs doses par an, à priori, sur le long terme, ceci alors que des vaccins classiques sont décennaux et que celui contre la grippe, est annuel. Pour toutes ces raisons, la crédibilité gouvernementale, sur cette question, se voit largement entamée et majoritairement peu suivie, d’autant que plusieurs voix connues commencent à évoquer d’autres solutions. Au RPF, notre position n’a pas varié depuis le début de cette épidémie, avec préconisation qu’elle soit traitée comme la grippe : vaccination pour les volontaires, médicaments laissés à la prescription des médecins et respect des gestes barrières, avec exclusion des passes et des confinements.





☐ 15/12/2021

À quoi joue Véran, avec les médicaments ?

Olivier Véran soigne les gens par décret, au 14 décembre (JORF-0290). Il vient ainsi de mettre à l’index, six principes actifs, dont l’Azythromicine, en les subordonnant à un test. Même si votre médecin vous les prescrit, votre pharmacien doit vous faire passer un test oropharyngé, pour 6 euros, en cas de positif et 7 euros, en cas de négatif. Et si c’est négatif, il ne vous donne pas les antibiotiques en question et vous retournez voir votre généraliste. Et gare aux médecins qui abuseraient, un Conseil national périodique a été créé, pour les obliger à soigner selon Véran. Certaines maladies ne pourront ainsi plus être soignées avec ces six médicaments largement usités. Et il se trouve, mais c’est sans doute un hasard, que cette Azythromicine est prescrite et semble efficace, associée à l’Ivermectine, contre le Covid. Il ne faut pas concurrencer les vaccins. Contre le Covid, c’est donc Doliprane ou vaccin, mais on ne soignera pas, coûte que coûte. Comme l’Hydroxychloroquine, l’Azythromicine a été déclarée inefficace contre le Covid, mais on la supprime quand même, on ne sait jamais... qu'en dit "l'opposition" ?





☐ 15/12/2021





☐ 14/12/2021

Demain… désactivation

À partir de demain, les anciens vont être « désactivés ». Pas de troisième dose, plus de vie sociale, peu importe les effets secondaires des doses précédentes, il faut y aller encore et encore. Même si le gouvernement qui oblige, dit aussi que l’efficacité diminue rapidement avec le temps, même s’il convient que cela n’empêche pas toujours les formes graves et que l’on peut mourir du Covid, même vacciné. Il ne faut pas non plus remplir des urgences qui diminuent comme peau de chagrin. Piquer aussi les enfants. Vers quoi allons nous ? Une dose tous les trois ou quatre mois, à vie, dans toute l’Europe, sinon désactivation ? Est-ce réaliste ? Tous les arguments sceptiques sont balayés : sources pas sérieuses, complotisme, alors même que la réalité montre qu’il est légitime d’avoir de sérieux doutes. Nous sommes entrés dans une irrationalité, à la fois sanitaire et informationnelle, une nouvelle dimension politique et médiatique, orchestrée, planifiée. Elle tient de la religion, de l’emprise sectaire même, contre laquelle, même les esprits les plus éclairés sont inopérants. Un genre de Reich sanitaire, aveugle et violent, monté de toutes pièces, qui va sans doute se terminer comme le troisième du nom et avec d’incommensurables dégâts.





☐ 12/12/2021

Le Japon sous pression occidentale

Le Japon sait de quoi il parle en matière d’élimination de population : il a reçu deux bombes nucléaires et a dû reconstituer ses effectifs. Encore actuellement la natalité y est faible et les personnes âgées nombreuses. Pour traiter la pandémie de Covid, il utilise les vaccins, mais aussi l’Ivermectine, invention d’un scientifique japonais. Il s’est permis de mener des études sérieuses sur les effets secondaires des vaccins, pour arriver à un constat « d’inquiétants problèmes cardiaques et d’anomalies cardiovasculaires chez des hommes jeunes sans antécédents médicaux avant vaccination ». Et le comité scientifique local a demandé au gouvernement de faire apposer la mention « effets secondaires graves », sur les documents accompagnant les vaccins anti-COVID Pfizer et Moderna. Ce qui a déclenché l’ire des laboratoires Pfizer et Moderna. Ils ont fait savoir aux Japonais, avec l’appui de leur pays d’origine, que ces études et cette mention étaient perçues comme un « acte inamical », voire « hostile » et était susceptible d’avoir des conséquences négatives pour le gouvernement japonais. Et de nombreuses municipalités japonaises renâclent à l’idée d’utiliser ces produits, qui ont déjà été suspendus à plusieurs reprises dans le pays.





☐ 6/12/2021

Quoi les enfants ?

Quatre vagues, ou citées comme telles, dont les enfants sont restés à l’abri, tant en nombre de morts, qu’en nombre de contaminés et voilà que la cinquième vague, dont on ne perçoit pas vraiment les répercussions hospitalières, par rapport aux hivers précédents, s’attaquerait aux enfants ? Pourquoi cette vague là touche les enfants et pas les précédentes. Quelles mutations ont affecté le virus qui ferait que maintenant, et pas avant, il s’attaque aux enfants ? Quelles données épidémiologiques expliquent que les enfants de 5 à 11 ans, précédemment épargnés, ne le soient plus : aucune. Plus prosaïquement, maintenant que tous les adultes sont vaccinés et qu’il reste encore un peu d’argent à faire, voilà que la nouvelle vague touche les enfants. Le timing est décidément parfait, en espérant que les parents aient suffisamment peur pour courir faire piquer leurs petits. Par contre, comme nous le préconisons depuis le début, au RPF, il n’est toujours pas question de soigner, c’est-à-dire, utiliser les médicaments qui sont prescrits avec réussite en Inde ou au Japon. Au risque de plagier un personnage qui nous manque, dans cette hystérie occidentale : « n’ayez pas peur ».





☐ 28/11/2021

Les pays européens se referment

Il y a quelque chose qui ne tourne plus rond, au royaume du principe de précaution. Israël, qui en est à distribuer sa quatrième dose, se barricade devant la possibilité d’importer le nouveau variant Omicron. Les pays européens se barricadent également. Cela, parce que personne ne connaît l’efficacité réelle des vaccins sur ce nouveau variant et cela peut sembler normal. Sauf que chacun sait et les autorités de tous les pays ne se sont jamais privées de le dire : les virus évoluent. Fermer les frontières de pays massivement vaccinés face à un variant est bien le signe de l’échec du choix du tout vaccinal, puisque, provenant d’Afrique-du-Sud, chaque voyageur, quel que soit son schéma vaccinal, se voit appliquer les mêmes règles, qu’il soit non-vax, une, deux, trois ou quatre doses. Expliquer sur les chaînes de télévision, que l’efficacité des vaccins existants face au nouveau variant est incertaine et dans le même temps, nous obliger à la troisième dose, a un côté schizophrénique. Si le variant Omicron envahit les pays occidentaux et que le vaccin se révèle efficace, ce sera une chance. S’il ne l’est pas, tout aura été fait en pure perte. Le plus probable est qu’il faudra peut-être bien accepter une dose supplémentaire, spéciale « Omicron »...





☐ 2/11/2021

Je me marre… après la Méditerranée, pépère est en mode breton, mal rasé, calot rouge, au café du coin. On t’a demandé un passe sanitaire ? Ben non, ni sur la Côte-d’Azur, ni en Bretagne, tout le monde a l’air de s’en foutre et tout le monde a bien raison. Les flics ne doivent pas vérifier et ils ont raison. Les cafetiers en ont marre et ils ont raison. Merci à tous ces professionnels et FDO raisonnables, qui ont décidé de ne pas collaborer à l’hystérie totalitaire.





☐ 2/11/2021

Ils seront balayés...

Le débat présidentiel n’augure rien de bon, car déjà il n’est pas question des faits ni des réalités, mais de définir de quoi les débatteurs ont le droit de parler et surtout, qui a le droit de parler. Le communiste Roussel indique déjà que Zemmour devrait être privé d’antenne et Hidalgo estime que les questions qui la dérangent sont « débiles ». La doxa a la vie dure, particulièrement sur les questions d’immigration et de délinquance et ses défenseurs s’accrochent à la négation d’une réalité qui montre chaque jour que la délinquance n’est pas dans les villages de province, mais dans les cités à forte majorité immigrée. Et tous ceux qui auraient l’audace de dire la réalité, sont taxés par avance d’extrême droite et donc, interdits de débat. Il en va de même pour tous ceux qui auraient l’audace d’adopter une attitude simplement critique sur la transition énergétique, la vaccination de masse, ou les questions de souveraineté nationale : ils sont d’extrême droite. À ce point que ce sont les tenants de l’idéologie dominante qui usent de ficelles fascistes. Ils en sont là, parce que justement, la réalité nous rattrape et que leurs discours ne suffisent plus à la nier. Et ils se raidissent parce qu’ils savent déjà qu’ils seront balayés.





☐ 29/10/2021

103 % sur 100, selon les sondages...

Selon les « sondages », que plus personne ne croit, mais que tout le monde fait semblant de croire, histoire d’avoir quelque chose à dire, Macron est à 23 %. Ou 24 %, mais jamais moins, pour lui, les sondagistes amis ont inventé le plancher de verre. Ce qui est très drôle, c’est qu’il manque Philippot, Dupont-Aignan, Hidalgo, Lasalle et qu’on est déjà à 103 %. C’est à ce genre de détail que l’on s’aperçoit que l’on vit dans un monde totalement bidonné. Il faut aussi se dire que pour les chiffres du Covid, de la croissance, de la dette, du nombre de morts sur la route et on en passe, ce doit être le même mode de calcul.





☐ 28/10/2021

L’élève Véran, se prend pour le prof

L’épidémie est bel et bien finie. 5000 cas par jour, et encore est-on bien sûr que ce sont des cas Covid ? Véran ne sait plus comment justifier son passe sanitaire, qui en plus d’être un véritable apartheid social, est devenu totalement inutile. Pour mémoire, les gens vaccinés, donc nantis du passe sanitaire, peuvent, selon les dires de Véran, contracter et transmettre le virus et ne sont donc pas dispensés des gestes barrière. Il font des formes « moins graves », explique le ministre, qui expliquait, un an en arrière, que les formes « graves » de covid étaient rares et qu’il fallait s’isoler avec du Doliprane. La plupart des gens font donc des formes peu graves et les vaccinés des formes moins graves du déjà, peu grave. Bref, cela ne tient pas la route et Véran bafouille devant les sénateurs, n’en sait rien, a posé des questions et attend des réponses. Mais les sénateurs ne sont pas aussi serviles que les journalistes et Marie-Pierre de la Gontrie recadre Véran et sa tête de premier de la classe, qui la prend pour une demeurée : « nous ne sommes pas à l’école » et la dame, qui pourrait être sa mère, n’entend pas se faire faire la leçon. C’est fini, Olivier, le conseil de classe, si ce n’est le conseil de discipline, ne va pas tarder...