Élections régionales et départementales 2021


☐ 11/6/2021

Souvent Rottner varie, bien fol est qui s’y fie

Après avoir exclu une alliance au second tour avec Brigitte Klinkert, Jean Rottner (LR) a changé d'avis depuis qu'un sondage donne Laurent Jacobelli (RN) gagnant au second tour avec 3 points d'avance.


Commentaires (DNA/"20 Minutes")

⬦ Personnellement, j'appelle ça un déni de démocratie.

⬦ Un "front républicain" consiste à renier tous ses engagements en s'alliant au deuxième tour aux adversaires d'hier, pour s'opposer à une liste qui pourrait/devrait gagner. Un "front républicain" est donc un signe de mépris des électeurs et une atteinte à la démocratie.
Jean Rottner a toutes les qualités pour construire ce "front républicain".

⬦ C'est quoi un front républicain ? Un affront aux autres ?

⬦ Tiens tiens... il n'a même pas attendu le soir du premier tour pour retourner sa veste. À vrai dire, on pouvait s'y attendre, mais aussi rapidement...

⬦ Au fait, sa veste elle est dans quel sens ? À force de la retourner, on n'en sait plus trop rien...

⬦ On le connaît, le coup du front républicain... D'autres nous l'ont déjà fait. Merci on a donné !

⬦ Halte au traître de l'Alsace !

⬦ Ils y tiennent à leur place. Je plains les électeurs.

⬦ Ces manipulations avec des opposants reviennent à confisquer le vote des électeurs.

⬦ Faire barrage, front républicain : ou comment exister au travers de phrases creuses lorsque l'on a pas ou plus d'arguments...
Et après on s'étonne de l'abstention ?
S'il y tient vraiment à son barrage, qu'il quitte la politique et parte bosser chez EDF.

⬦ Ça devient lassant ce "devoir" à chaque élection.
Qu'ils fassent le travail pour lequel ils sont grassement payés et défrayés dans l'intérêt de la population et non pour eux, là on pourra discuter. Tant que cela ne changera pas, aucun d'entre eux n'aura mon vote, qui que ce soit en face.

⬦ Invoquer un "front républicain" espèce de tour de Babel de politiciens aussi divers que dépourvus de ligne politique compatible, c'est vraiment s'abaisser pour essayer de garder son siège !

⬦ On m'aurait menti ? Y aurait-il des non-républicains en France ?

⬦ Je lui suggère de demander le soutien de Nadine Morano !



☐ 10/6/2021

Les représentants des six principales listes, Aurélie Filippetti, Laurent Jacobelli, Brigitte Klinkert, Florian Philippot, Eliane Romani et Jean Rottner étaient sur le plateau de France 3 pour un débat en direct depuis le conseil régional du Grand Est. Retour sur les moments forts.






☐ 10/6/2021

Yannick Lefrançois

« Rottner-moi, ou je fais un malheur !… »


Yannick Lefrançois – DNA



☐ 10/6/2021

Brigitte Klinkert

« Les élus doivent montrer l’exemple. Je condamne toutes les violences. Je regrette aussi que le candidat RN n’ait aucune femme tête de liste sur 9 et le candidat LR Jean Rottner une seule sur 9. La parité reste un combat. »





☐ 10/6/2021

Jean-Louis Christ, ancien député et maire de Ribeauvillé, fustige les élus qui retournent leur veste

« Hier, Jacques Cattin scandait "rendez-nous l'Alsace", aujourd'hui il renie la cause et joue les gros bras pour Rottner. Quelle piètre image d'un député ! »
Facebook 4/6/2021




À lire également la publication de Jean-Louis Christ "Rendez-nous l'Alsace"



☐ 8/6/2021

Jeanne Fischer

Chacun connaît la versatilité carriériste de Jean Rotner. Hier opposé avec véhémence au Grand Est, il en est aujourd’hui le zélateur engagé… Son attitude n’est pas isolée dans une classe politique prompte à se mettre au service, voire aux ordres de Paris !

Pas de fusion annoncée avec B. Klinkert…

Aujourd’hui, sur la base d’un sondage très aléatoire qu’il a commandé, le président LR de la soi-disant région affirme refuser toute fusion avec la liste LREM conduite par Brigitte Klinkert. Cette dernière ne semble pas en mesure de l’emporter, mais pourrait être une alliée précieuse face à Laurent Jacobelli (RN). Ce qui est « curieux » dans cette situation, c’est le silence de la ministre, qui se déterminera en fonction du sort des urnes et… des recommandations de l’Élysée.

… mais fortes convergences !

Sur le fond, les convergences entre l’ex-maire de Mulhouse et l’ancienne présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin sont de plus en plus évidentes : le premier évoque de vagues transferts de compétences à la Collectivité européenne d’Alsace, tandis que la seconde promet une territorialisation de l’action publique.



☐ 7/6/2021

Élections départementales

Colmar Ouest : la candidature de Cécile Striebig et Yavuz Yildiz


Voir la vidéo





☐ 5/6/2021

Rendez-nous l’Alsace

Madame, monsieur, chers compatriotes,

À l’heure où plus de 70 % des Alsaciens souhaitent la sortie de l’Alsace du Grand Est, les candidats LR-UDI-DV derrière Jean Rottner font la sourde oreille. Ils poussent le mépris jusqu’à ignorer les appels à la raison de personnalités publiques et économiques de premier plan qui les invitent à revoir la nature de leur engagement politique.

Le Premier ministre Jean Castex lui-même critiquant ouvertement le redécoupage territorial dessiné par François Hollande. « Ces immenses régions qui ne répondent à aucune légitimité historique… ni aux besoins croissants de nos concitoyens pour une action publique de proximité ».

Jean-Pierre Masseret, ancien président socialiste de la région Lorraine, pourtant militant de la première heure pour la grande région, n’hésite plus à revenir sur ses convictions pour plaider en faveur de la dissolution du Grand Est. « Pour qu’une région fonctionne, il faut de la lucidité, de l’efficacité, de la proximité et de la confiance ».

Dans son ouvrage, qui fait référence dans les cercles économiques, Jean-Philippe Atzenhoffer, docteur en sciences économiques, dénonce l’incohérence de la fusion des régions en présentant le Grand Est comme « aberration économique ».

Petit rappel historique. Lorsque François Hollande décide en 2014 de fusionner les régions sans les concerter préalablement, il soulève les protestations des élus alsaciens qui hurlent au déni démocratique. Hormis les membres ou sympathisants du PS, aucune voix ne manque dans le concert de protestations qui remonte vers l’Élysée. Les protestations sont d’autant plus fortes que le projet de loi du gouvernement viole allégrement un traité international, la Charte européenne de l’autonomie locale ratifiée en 2007 par la France. Celle-ci implique l’obligation de consulter les habitants sur les nouveaux périmètres régionaux par référendum ou a minima les élus des collectivités concernées.

À l’Assemblée nationale et au Sénat, les parlementaires de la majorité alsacienne se relaient à la tribune pour dénoncer une fusion incohérente et non désirée qui s’apparente à un mariage forcé. Et pour compléter l’injure faite à l’Alsace, région à forte identité culturelle et particulièrement attachée à ses valeurs, elle subit un traitement inégalitaire dans la Loi. Pourquoi la Bretagne et la Corse sont-elles épargnées dans la réforme et gardent-elles leur périmètre historique ?

Aujourd’hui, par un époustouflant retournement idéologique, les candidats de la liste Rottner se font les chantres d’une loi qu’ils ont combattue avec véhémence. Ce qui était inacceptable hier devient subitement louable, voire désiré.

L’incompréhension se conjugue avec un sentiment de trahison. Comment cette classe politique peut-elle à ce point pratiquer le double langage ? Ses contradictions heurtent la loyauté envers ses électeurs et jettent le doute sur sa crédibilité. Il y a en effet matière à s’inquiéter.

Au moment où les échos de Rendez-nous l’Alsace, qu’elle chantait à tue-tête résonne encore à nos oreilles, elle se drape en donneuse de leçon pour forcer la main des électeurs en sa faveur. Le recours au chantage devient son arme maîtresse. Elle agite l’épouvantail du Rassemblement national pour assurer que la seule voie possible est la sienne. C’est moi ou le chaos ! La grande idée de cette liste de notables, candidats souvent cumulards, c’est de tenter le coup de force mainte fois répété de renouer avec les stratégies de bas étage. Pour occuper des fonctions et toucher de confortables indemnités au sein de la région Grand Est, elle n’hésitera pas à invoquer un Front républicain au détriment des aspirations majoritaires des Alsaciens.

Faudra-t-il une fois de plus se laisser rouler dans la farine des manœuvres grossières et des lâches compromissions ?

L’Alsace mérite mieux qu’un destin tronqué, privée de sa souveraineté acquise au prix d’une histoire tourmentée. Ses contours ont été forgés par la volonté de ses habitants et une classe politique courageuse et fidèle à sa région.

Il ne fait aucun doute que l’élection du futur Conseil régional représente un enjeu majeur pour l’Alsace. Allons-nous abandonner notre avenir entre les mains de ceux qui tentent de noyer définitivement notre région historique dans l’institution sans âme du Grand Est ?

Ne nous laissons pas abuser ! Rendez-nous l’Alsace n’est pas un slogan derrière lequel se cache la forfaiture de certains candidats. Plus que jamais, il doit révéler l’engagement honnête et sincère pour un retour de l’Alsace dans son périmètre historique.

L’heure est trop grave pour se laisser berner par des promesses simplistes et racoleuses. Jamais notre responsabilité n’a été aussi grande pour sauver l’Alsace d’un naufrage institutionnel.

Prenons fermement notre destin en main ! Mobilisons-nous !

Diffusez tous azimuts votre désir d’Alsace !

Affichez votre choix avec détermination. Militer pour la sortie de l’Alsace du Grand Est avec le seul mot d’ordre qui vaille : Rendez-nous l’Alsace.




☐ 20/5/2021

Phil

DNA Colmar : Surenchère Facebook, quand des candidats aux départementales jouent avec le feu...





Yves HEMEDINGER :

« Tout mon soutien aux policiers municipaux de Colmar qui ont été agressés ce soir.
Cette situation n’est plus tolérable.
C’est le sens de mon combat au quotidien.
Rétablir l’autorité et l’ordre est une priorité.
Il faut cesser l’angélisme, c’est URGENT et ça passera par un changement de politique l’an prochain car ras-le-bol des discours ! »
22/5/2021


Eric STRAUMANN :

Trois policiers municipaux de Colmar viennent d’être violemment agressés et blessés par un mineur de 17 ans défavorablement connu par la justice.
Je leur adresse mes souhaits de prompt rétablissement, toute ma sympathie et mon total soutien.
Le Conseil Municipal a récemment voté le principe de la protection fonctionnelle systématique de la Ville au profit de nos agents.
Nous assumons notre part du travail.
À la justice de faire le sien, de manière ferme et exemplaire, pour éviter une montée d’un sentiment d’impunité qui semble gagner les esprits.
ÇA SUFFIT !
23/5/2021



☐ 29/5/2021











☐ 23/5/2021

Fabien Nierengarten

Les vieux réflexes départementaux sont encore très présents chez les (tout récents) Conseillers d'Alsace sortants et leurs équipes. Quant à leurs concurrents lors de ces élections, certains d'entre eux ne saisissent pas vraiment la portée de la création de la CeA à laquelle ils postulent pourtant. C'est sans doute trop leur demander de se projeter vers l'avenir alors qu'ils sont encore ancrés dans le passé. Concernant l'absence de "synergie" entre candidats aux départementales et candidats aux régionales, n'oublions pas que les uns ont beau faire partie de la même formation politique que les autres, ce n'est pas pour autant qu'ils soutiennent les mêmes listes à l'échelle régionale. Ceci explique largement cela...



☐ 23/5/2021

Michel Naudo

Le lien entre les élections départementales et régionales en Alsace

Ces élections ont lieu simultanément les 20 et 27 juin prochains. Il est cependant frappant de constater, à la lecture des programmes, professions de foi et autres tracts distribués, à quel point les candidats et candidates aux élections départementales en Alsace, font si peu référence à l’enjeu régional !

Nous restons dans la « littérature » et les discours convenus, auxquels nous avons droit à chaque élection de ce type, depuis des lustres. Il n’y a aucune originalité, aucune innovation et un manque flagrant d’imagination de la part de ces aspirants à la fonction de Conseillers d’Alsace destinés à siéger dans une nouvelle collectivité, la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) qui a vu le jour il y a seulement 6 mois…

Pourtant, il y a un enjeu d’une toute autre dimension du simple fait que les Alsaciens sont au milieu du gué depuis que l’Alsace a retrouvé une identité institutionnelle.

Quel est l’avenir de la CEA ?

Quels sont ses réelles compétences qui la différencient des autres Départements de la Région Grand Est ?

A-t-elle les moyens et surtout les pouvoirs de ses ambitions ?

Que peuvent faire les futurs Conseillers d’Alsace pour faire évoluer la situation de la collectivité alsacienne au sein de la Région Grand Est qui détient les clés de la cage dans laquelle elle est consignée ?

Sur toutes ces questions, silence…
Lire la suite sur « l'Alsace malgré elle » : https://alsace-malgre-elle.fr/le-lien-entre-les-elections-departementales-et-regionales-en-alsace/?fbclid=IwAR1VY_utVgprQb8DOWP9nsZzMrJ9QYevOI1KAxszoOaKtY8R_Fh25QtH1HA



☐ 21/5/2021

    Les paris sont lancés dans le Grand Est. Nadine Morano est convaincue que le président sortant, le LR Jean Rottner, sera contraint de faire alliance avec LRM s'il veut l'emporter au second tour.
    Celle qui a fait des pieds et des mains – en vain – pour être sur sa liste, comme l'a raconté « Le Canard » (12/5), estime que Rottner est, comme Renaud Muselier, « un artisan de Macron pour dépecer LR », et elle ne votera pas pour lui.
    Valérie Debord, colistière de Rottner, a beau assurer qu'il n'y aura pas de fusion entre macronistes et Républicains au second tour, Morano n'en démord pas : « C'est faux, ils mentent. Sans fusion, ils perdront la région. »
    Rottner, pour sa part, veille à bien rester silencieux, ce qui demeure le meilleur moyen de ne pas insulter l'avenir.
    Quant à la ministre déléguée Brigitte Klinkert, tête de liste LRM dans le Grand Est, elle annonce déjà la couleur auprès de son équipe : « Si Rottner choisit de ne pas fusionner en se couchant devant les durs de son parti, il en paiera le prix, et ce sera celui de la défaite. »
    Le voilà prévenu.
« Le Canard enchaîné » (19/5/2021)



☐ 20/5/2021

Michel Naudo

en direct de la Salle Blanche de la librairie Kléber, en compagnie de Franck Buchy

Dans son livre « L'Alsace malgré elle » publié aux éditions La Nuée Bleue, Michel Naudo questionne l'existence de l'Alsace malgré elle, témoin et acteur de la genèse du projet de conseil unique.
Comment est-il possible que la Collectivité européenne d’Alsace ait pu être créée en janvier 2021 avec un fort soutien populaire alors qu’en 2013 les Alsaciens rejetèrent par référendum le projet d’un Conseil d’Alsace unique ?
Un livre éclairant, détaillé, pédagogique pour aider les citoyens et les acteurs politiques, économiques et culturels à mieux comprendre les enjeux institutionnels d’aujourd’hui et à construire l’Alsace de demain.

⇒ https://www.facebook.com/watch/live/?v=174635147908896&ref=watch_permalink



À Huningue, Michel Naudo a évoqué, entre autres, la coopération transfrontalière de la Collectivité européenne d'Alsace avec nos voisins suisses et allemands ainsi que l’identité alsacienne.





☐ 18/5/2021
Brigitte Klinkert



Notre équipe pour l’Alsace est au complet !
Fière de vous présenter les 57 colistières et colistiers alsaciens que j’ai l’honneur et le bonheur de conduire pour les les élections régionales des 20 et 27 juin.
Ils représentent la diversité et la force de l’Alsace, une Alsace humaniste, innovante, ouverte sur l’Europe, fière de sa culture, de sa langue et de son Histoire !
Au-delà des clivages et des postures c’est une liste de dépassement, de large union et de rassemblement de celles et ceux qui sont fidèles à l’Alsace. De celles et ceux qui refusent le statu quo et la démagogie. C’est la liste d’un vrai changement pour sortir de la crise et mener un choc de décentralisation à l’échelle de la région.
Artisans, agriculteurs, entrepreneurs, militants associatifs, élus locaux ce sont des femmes et des hommes engagés, ancrés sur les territoires et dans la réalité quotidienne des habitants.
Ils seront dès cette semaine sur le terrain à votre rencontre et à votre disposition pour tout échange !
 
⇒ Vous pouvez nous contacter à alsace@klinkert2021.fr
⇒ Pour suivre notre campagne en Alsace : La Force de l’Alsace avec Brigitte Klinkert
⇒ Pour + d’infos et vous inscrire à la newsletter : www.klinkert2021.fr

Didier Pettermann / Jill Köppe-Ritzenthaler / Georges Schuler / Lara Million / Vincent Thiébaut / Nawel Elmrini / Sylvain Waserman / Séverine Weider-Niglis / Ludovic Haye / Gay Marie-paule / Justin Vogel / Thierry Roos / Océane Schnitzler / Benjamin Stalter / Bornia Tarall / Pascal Sala / Nadine Schnitzler-Avocat / Steve Risch / Stéphanie Villemin / Hubert Ott / Yvelise Schaeffer-Sciard / Christian Klipfel / Jérémie Stutz / Nathalie Leger / Stéphanie Gerteis / Antoine Viola / Bernard Stoessel / Annouar Sassi / Claire Dutter / Mathieu Taesch / Cathy Kientz / Nathalie Decoster Prunier / Thomas Joerger / Solène Voltz / Bruno Lorentz / Michel Schweighoeffer / Michele Meyer Garcia / Claude Centlivre / Anne Meunier Juhl / Joffrey David / Michèle Leckler / William Pellicia / Martine Fromholz / Dera Ratsiajetsinimaro / Patricia Schillinger / Jean-daniel Zeter / Fabienne Keller / J-p Marsal / Nathalie Roos / Max Delmond



☐ 12/5/2021

Michel Naudo

Des propositions [celles de Brigitte Klinkert] qui ouvrent une perspective aux Alsaciens, aux Lorrains et aux Champardennais. Pour le moment, c’est le seul discours politique qui donne une méthode et un chemin réaliste à suivre pour sortir ensemble de cette réforme stupide qui nous fut imposée il y a six ans.

Tous les discours déclamés haut et fort en sautant comme des cabris avec le slogan « il faut sortir du Grand Est » n’apportent jamais le début d’un commencement d’explication sur la manière de le faire.

En cela, il est raisonnable de penser que Brigitte Klinkert a marqué un point face aux partisans du statu quo…

Le texte dans son intégralité sur le blog « l'Alsace malgré elle » :




☐ 10/5/2021

Yannick Lefrançois

Paru aujourd'hui en pages Région des DNA : le dessin des Chuchotements ! … Jean Rottner, président du Grand Est, va devoir affronter la liste de Brigitte Klinkert qui prône un "choc de décentralisation" et la liste RN de Laurent Jacobelli, très bien placée dans les sondages…




Commentaires

Jean, Brigitte et Laurent à la conquête du Saint Graal :
La présidence de la Région...
Brigitte fera-t-elle plus de 10% ?
Fera-t-elle au moins 5% ?
Y aura-t-il une alliance entre Jean et Brigitte ?
Et le RN, UL, la gauche, les écolos et les patriotes dans tout ça ?
Action, drame, rebondissement...
Une série passionnante à suivre jusqu’au 27 juin prochain...
C.E.



☐ 9/5/2021

Élections régionales : la liste de Brigitte Klinkert

J’ai présenté cet après-midi au Musée Unterlinden à Colmar les 22 premiers colistiers de ma liste « La Force de l’Alsace » pour les élections régionales.

Des femmes et des hommes fidèles à l’Alsace qui incarnent le large rassemblement et le dépassement au service des Alsaciennes et des Alsaciens.

Des citoyennes et citoyens, acteurs associatifs, artisans, agriculteurs, chefs d’entreprise, élus locaux qui chaque jour, avec humilité, se retroussent les manches pour être utiles, faire bouger les choses et servir l’intérêt général !

Voici les 22 premiers noms de notre équipe pour l’Alsace :

1. Brigitte Klinkert, Ministre déléguée en charge de l’insertion, Conseillère d’Alsace

2. Didier Pettermann, Vigneron négociant, Président du CIVA

3. Jill Köppe-Ritzenthaler, Maire de Kunheim, franco-allemande, engagée sur les questions environnementales.

4. Georges Schuler, Maire de Reichstett, Conseiller régional

5. Lara Million, Vice-présidente de la Collectivité européenne d’Alsace, Conseillère municipale de Mulhouse

6. Vincent Thiébaut, Député du Bas-Rhin

7. Nawel Rafik Elmrini, Avocate, Adjointe au Maire de Strasbourg de 2008 à 2020

8. Sylvain Waserman, Député du Bas-Rhin

9. Séverine Weider-Niglis, Conseillère municipale de Hégenheim, engagée dans le milieu du sport

10. Ludovic Haye, Sénateur du Haut-Rhin

11. Gay Marie-paule, Maire d’Aubure

12. Justin Vogel, Maire de Truchtersheim, Conseiller régional, Président de l’OLCA

13. Anne-Laure Moyses, Vice-présidente des jeunes agricultureurs du Haut-Rhin

14. Thierry Roos, Chirurgien-dentiste, Vice- président du Consistoire israélite du Bas-Rhin

15. Océane Schnitzler, étudiante en économie

16. Benjamin Stalter, Artisan

17. Bornia Tarall, Présidente des Mariannes de la Diversité

18. Pascal Sala, Adjoint au Maire de Colmar

19. Nadine Schnitzler-Avocat, Conseillère municipale de Saverne

20. Steve Risch, Chef d’une grande entreprise alsacienne

21. Stéphanie Villemin, Agent immobilier

22. Hubert Ott, Enseignant et militant écologiste

Je suis fière, heureuse et honorée de m’engager avec cette formidable équipe pour chacune et chacun de vous !





☐ 1/5/2021

Le duo Straumann & Klinkert candidat aux prochaines élections départementales

Communiqué d'Eric Straumann :

Oui, je serai candidat aux prochaines élections départementales !
Oui, je me présenterai avec Brigitte Klinkert.
Nous formons un binôme depuis plus d'une décennie.
Je suis aujourd'hui Maire de Colmar et Président de l'Agglomération. Elle est devenue Ministre de la République.
Notre ciment c'est la fidélité à nos convictions pour le retour à une Alsace forte qui maîtrise son destin.
Je suis clairement dans l'opposition au Gouvernement, mais je travaille toujours dans l'intérêt de mon pays et des concitoyens.
J'ai décidé l'ouverture d'un vaccinodrome à Colmar, dès le début du mois de janvier, alors que les autorités sanitaires étaient à l'époque défavorables.
Depuis des années la Ville entretenait des relations inutilement conflictuelles avec le Département. Nous réalisons actuellement les travaux absolument indispensables le long des routes départementales. La réfection des trottoirs route d'Ingersheim et du Ladhof se poursuivra le long de l'Avenue d'Alsace et la route de Neuf-Brisach. Cette bonne entente doit aussi se traduire par des actions communes dans le domaine de la culture et du sport.
Colmar doit conserver sa position centrale dans nos institutions régionales.
Nous aurons encore de magnifiques projets à développer, notamment en matière de déplacements doux. Des projets d'itinéraires cyclables sont en cours de déblocage. Le haut-débit internet par la fibre poursuit son déploiement dans des conditions avantageuses pour les communes.
Nous aurons encore l'occasion d'évoquer d'autres projets pour notre territoire au cœur de l'Alsace.





☐ 30/4/2021

Brigitte Klinkert, candidate aux élections régionales

France 3 Alsace



La Colmarienne Brigitte Klinkert a décidé d'annoncer aujourd'hui sa candidature comme tête de liste pour LREM (La République en marche) aux élections régionales dans le Grand Est. France 3 Alsace l'a jointe aujourd'hui par téléphone.

Vous êtes candidate LREM face à une liste LR aux régionales et en même temps vous vous alliez avec le Républicain Eric Straumann pour les départementales, n'est-ce pas contradictoire ?

Non, bien au contraire, parce que le projet que je porte pour la région est un projet dans la proximité. Je défends l'interconnexion entre les territoires, le respect des identités et l'ancrage dans les territoires. Je ne suis pas la candidate d'un parti. Je suis à la tête d'une liste d'union des bonnes volontés qui partagent un même projet. A l'issue du premier tour, la liste qui sera en tête devra savoir rassembler face au RN. Pour ma part, j'ai toujours démontré dans les missions qui ont été les miennes que je suis une femme de rassemblement.

Autre contradiction, vous voulez prendre la tête de la région Grand Est, mais vous avez défendu l'indépendance de la collectivité européenne d'Alsace (CEA) par rapport au Grand Est, comment conciliez-vous ces deux aspirations ?

Parce qu'il y a urgence à agir, notre région se porte mal. Elle est frappée de plein fouet par la crise, et le statu quo ne ferait qu'aggraver la situation. La région suscite aujourd'hui incompréhension et frustration. La réforme des grandes régions de 2015 a été bâclée et imposée, et je regrette que les élus de la majorité sortante n'aient pas tout fait pour corriger et compenser ces défauts. Au contraire, le président sortant a ajouté de la centralisation à la centralisation, et de l'éloignement à l'éloignement. Je me présente parce qu'il y a une autre voie à construire, entre les partisans du statu quo et les démagogues. Je veux apporter de vrais changements, un vrai choc de décentralisation et rendre à l'Alsace, à la Lorraine et à la Champagne-Ardenne la force d'agir en proximité, pour répondre vite et bien aux attentes de ces territoires et de ses habitants.

Quelle sera votre stratégie régionale pour apporter plus de décentralisation ?

Je nommerai à mes côtés un président délégué pour l'Alsace, un président délégué pour la Lorraine, un président délégué pour la Champagne-Ardenne, et nous voterons des budgets de développement par territoire pour que chacun se sente respecté et considéré.
Nous devons faire à l'échelle de la région ce qui est pertinent. Et pour le reste, faire confiance et donner des moyens aux territoires : départements, communes, intercommunalités, associations et élus locaux. En tant que présidente de la région Grand Est, je nommerai trois présidents délégués, un pour l'Alsace, un pour la Lorraine et un pour la Champagne-Ardenne, avec également des commissions territorialisées et des budgets pour ces commissions pour soutenir des projets d'initiative locale, au plus proche des élus locaux et des territoires. On parle beaucoup de l'identité alsacienne. Mais pour avoir parcouru la région Grand Est, il y a une identité lorraine qui est une richesse et qu'il convient de mettre en avant, et une identité champardennaise qu'il faut aussi respecter.

Vous êtes ministre déléguée auprès de la ministre du travail, de l'emploi et de l'insertion, la tête de la région Grand Est et conseillère départementale d'Alsace, ça ne fera pas beaucoup pour une seule personne ?

Aujourd'hui je suis conseillère d'Alsace et ministre, je crois qu'il est très important d'être ancrée dans les territoires et la proximité. Et c'est d'ailleurs parce que je suis élue locale, très proche des gens, que ça m'a valu ma nomination à ce ministère. Et je peux vous dire que c'est très utile d'être à la fois membre du gouvernement et élue locale, pour connaître les réalités auxquelles sont confrontés les élus locaux et les habitants.


Les élections régionales et départementales auront lieu les 20 et 27 juin 2021. Prévues en mars, elles ont été reportées en raison de la crise sanitaire. Elus normalement pour six ans, les conseillers départementaux et régionaux 2021 resteront exceptionnellement en poste sept ans, pour que les prochaines élections ne tombent pas la même année que la présidentielle de 2027.

Tous les candidats devront déposer leurs listes entre le 10 et le 17 mai. La campagne sera alors officiellement lancée après le 17 mai.



Voir la vidéo




☐ 24/4/2021

Phil

Les « Meyer amis » du monde... (spécial Colmariens, désolé pour les autres)




Yves Hemedinger, Cécile Striebig, Yavuz Yildiz, Cédric Clor, tous issus de l'ancienne équipe de Gilbert Meyer, sont déjà prêts à se lancer dans la campagne des prochaines élections départementales de Colmar Ouest. Il manque sur le dessin l'écologiste Frédéric Hilbert, également décidé à y aller, mais lui ne fait pas partie des « Meyer amis » du monde...