Véronique FAUCHEUX





☐ 10/8/2022

Les hommes ne sont pas toujours dominants.
Il y en a des soumis.
Des hommes qui se couchent dès que leur femme parle.
J'en connais.
Madame exige, madame impose et monsieur obéit sans broncher.
Monsieur devient le larbin, pire l'esclave de madame.
Madame a de la chance : monsieur sait tout faire dans la maison. Alors, elle lui fait refaire toute la maison à son goût et recommencer quand le moindre détail ne lui plaît pas.
Et monsieur ne dit rien. Il s'exécute aussitôt.
Je connais un couple comme ça. Elle est même une cousine éloignée de maman.
Déjà, toute petite, je la détestais. Quand on les invitait et notre père se montrait dur envers nous devant elle, elle ricanait bêtement, semblant apprécier grandement cette démonstration d'autorité. Elle-même était maltraitante avec son fils qui, adolescent, était devenu insomniaque, somnambule et bourré de tics nerveux.
Son mari est ce qu'on appelle un "gentil". Il n'a jamais protesté, ne s'est jamais révolté. Pire : il a cautionné par son silence et parfois, même, il répète sans réfléchir les propos stupides et aberrants de sa "chère et tendre".
Comme l'atteste l'épisode suivant :
Monsieur et madame ont une petite fille qui travaille en milieu hospitalier.
Évidemment, ils cautionnent la politique sanitaire et en particulier la suspension des soignants non vaccinés qui, disent-ils avec la certitude des donneurs de leçons, "mettent la vie des patients en danger et méritent donc d'être punis."
Visite à la maison (comme toujours sans prévenir) peu de temps après les propos arrogants de Macaron au moment du vote sur le passe vaccinal : "J'ai très envie d'emmerder les non vaccinés ".
Madame et monsieur sont satisfaits. Ils disent : "Notre Président a bien parlé."
J'étais là. Grand bien leur fasse ! Ils ont vu ce que ça donne quand j'explose ! Eh oui ! Je ne suis pas toujours douce et gentille ! Il faut se méfier des apparences !
Madame est tellement conne que je ne daigne pas m'adresser à elle. Par contre, son mari en aura pris pour son grade. Après avoir exposé ou plutôt laissé "exploser" mon indignation, je traite monsieur de "perroquet".
"Oh toi, lui dis-je, tu t'es toujours couché devant ta femme. À force de t'effacer, tu ne sais même plus qui tu es. Tu as complètement perdu ta personnalité, te transformant en perroquet des paroles de madame." Et je répète plusieurs fois : "Perroquet ! Perroquet !" avant de claquer la porte car j'avais besoin de changer d'air.



☐ 9/8/2022

La France, c'est aussi ça... La lâcheté ou le cynisme des institutions. Et ça ne date pas d'aujourd'hui.
1999 à Grande-Synthe dans la banlieue de Dunkerque. Un après-midi d'été, j'entends un bruit sourd de mon appartement. Je pense d'abord à un pétard mais non, c'est plus sourd mais aussi plus fort. Je regarde par la fenêtre qui donne sur une école. Là, je vois un jeune maghrébin d'environ 13 ans courir, un revolver à la main. Ou c'est lui qui a tiré ou on a voulu lui tirer dessus. Probablement, un règlement de compte entre bandes rivales. J'appelle le commissariat de police, tout près. Les minutes s'écoulent, interminables. 15 minutes, 20 minutes, une demi-heure. Bien évidemment, plus personne sur les lieux. Enfin, je vois une voiture de police. Je m'attends à ce qu'ils montent chez moi pour m'interroger, demander de décrire le gamin. Rien. Ils attendent 3 ou 4 minutes et repartent comme si rien ne s'était passé. De rage, j'attrape mon téléphone et je les engueule. Ils me rétorquent qu'ils n'ont rien vu. Évidemment, je réponds. Vous êtes arrivés 30 minutes après. Là, ils me disent qu'ils n'avaient qu'une seule voiture et elle n'était pas disponible à temps. Ou c'était un mensonge ou la réalité. Dans les 2 cas, c'est simplement honteux. Bien sûr, j'ai oublié de préciser qu'ils ne m'ont pas non plus convoquée au commissariat. Pour eux, l'incident était clos. D'ailleurs, quel incident ? Pour eux, cela n'avait même pas eu lieu.



☐ 3/8/2022

C'est une réalité... Et celle-ci peut être très violente et traumatisante selon la sensibilité de l'enseignant au point de n'avoir qu'une envie : la fuir.
Dès mon premier jour d'affectation à Grande-Synthe, j'ai compris que ce métier n'était pas fait pour moi et que je ne tiendrai jamais.
Je devais aller chercher les élèves dans la cour. C'était une classe de 3ème technologique. Une prof m'avait prévenue : « Ceux-là, ce sont des durs. Il faudra t'imposer tout de suite et ne pas les laisser s'installer où ils veulent. Tu les fais asseoir par ordre alphabétique. Ce sera ton plan de classe et tu apprendras à mémoriser leur nom plus facilement. »
J'étais préoccupée. Devoir m'imposer tout de suite, c'était quelque chose que je ne savais pas faire... Ce n'était pas dans ma nature.
J'ai essayé, la boule au ventre.
Dès que je suis allée les chercher dans la cour, j'ai été accueillie par des cris de bête, des ricanements et des rots.
Mon angoisse montait. Je savais que j'allais passer un très sale moment.
Il fallait que je réussisse à m'imposer : c'était eux ou moi.
Je me suis donc arrêtée devant eux avant d'ouvrir la porte de la salle et je leur ai dit que j'allais faire l'appel et leur ai demandé d'entrer un par un et de s'asseoir par ordre alphabétique.
Je n'ai pas eu le temps de terminer qu'ils poussaient déjà des cris d'orfraie en me disant que c'était n'importe quoi, que les autres profs ne faisaient pas ça, etc.
Je leur ai dit : « Avec moi, ce sera comme ça au début. Après, ça pourra changer si vous êtes sages. »
Dès que j'ai ouvert la porte, ils m'ont bousculée et ont failli me faire tomber. Et ils se sont assis où ils ont voulu ne respectant déjà pas la première consigne.
Dès lors, j'ai compris que j'avais déjà échoué et que je vivrai l'enfer. J'ai compris aussi que je ne poursuivrai pas ce métier, que je devais tout faire pour le quitter.
Car personne ne devrait aller travailler avec la boule au ventre...



☐ 29/7/2022

Il faut savoir raison garder et ne pas tomber dans le partage de thèses fantaisistes...
Oui, la volonté de créer un Nouvel Ordre Mondial existe mais pas pour des raisons obscures, chamaniques, satanistes ou je ne sais quoi encore...
Après, il ne faut pas s'étonner qu'on fasse passer certains pour des complotistes et des fous...
La volonté de créer un Nouvel Ordre Mondial ne date pas d'hier et est la conséquence et la continuité d'une politique ultra-libérale et hégémonique.
Elle est inspirée par les États-Unis qui, depuis la seconde guerre mondiale, n'ont jamais caché leur intention d'exercer leur influence dans le monde.
L'agenda de cette politique a été accéléré ces dernières années car les États-Unis ont peur.
Peur parce qu'ils traversent une crise à la fois politique, économique et sociale et subissent une perte d'influence à travers le monde.
Peur face au développement économique de la Chine, à sa puissance militaire et face à une Russie qui n'est plus à genoux mais qui, elle aussi, se développe et redevient une puissance spatiale.
Les États-Unis ne supportent pas l'idée d'un monde où ils ne seront plus hégémoniques.
D'où la violence de leur stratégie, le financement de révolutions oranges à des fins géopolitiques... Diviser pour mieux régner.
Après la chute de l'URSS, ils ont cru qu'ils étaient Les Maîtres du Monde et que plus aucune nation ne viendrait les menacer. Mais le monde a changé depuis : ils font face à une concurrence chinoise de plus en plus rude, ils rencontrent une opposition de plus en plus forte à leur politique, en particulier en Afrique, opposition soutenue par Vladimir Poutine.
Et il y a eu la crise des subprimes en 2008 dont ils ne se sont pas encore remis avec un dollar affaibli et une crise de confiance dans leur monnaie.
Pendant ce temps, la Russie et la Chine continuent leur progression.
Il reste l'Europe... Concernant le Brexit, voici mon opinion : il a été voulu et soutenu par Washington. Ils ne veulent surtout pas d'une Europe forte et indépendante. Ils craignent par dessus tout un rapprochement économique entre l'Allemagne, le pays fort de l'Europe et la Russie.
Je sais ce qu'on va me dire : je soutiens les souverainistes, donc le Frexit. Mais pour moi, la philosophie du Frexit n'est pas du tout la même que celle du Brexit, résolument pro-atlantiste.
La pièce maîtresse de l'Europe, c'est l'Allemagne et sa faiblesse, sa dépendance énergétique. Pour affaiblir la Russie, il faut contrôler la politique énergétique de l'Allemagne et de l'Europe. Pour atteindre cet objectif, quoi de mieux que d'alimenter un conflit avec la Russie. La guerre en Ukraine est une aubaine pour les Américains, d'où la révolution de Maïdan en 2014.
Le rêve d'une Europe forte et indépendante est enterré. Tout ça est fini et nos dirigeants en sont conscients. Nous sommes divisés, affaiblis, dépendants sur le plan énergétique. L'Europe se sent tellement faible qu'elle s'est sacrifiée en se soumettant de plus en plus aux exigences de Washington et en recherchant la protection de l'OTAN.
Parce que l'Europe, pour des raisons culturelles et idéologiques, voit toujours dans les États-Unis son sauveur. De même, elle voit toujours planer l'ombre de Staline sur la Russie. L'Europe a peur d'une civilisation qu'elle ne comprend pas, qu'elle considère comme étant trop éloignée de la sienne après des années d'influence et d'acculturation américaine.
L'Europe se cherche, l'Europe s'efface derrière l'Oncle Sam.
Sa politique de plus en plus autoritaire n'est que la manifestation de sa faiblesse.



☐ 29/7/2022

Je n'aimais pas Trump... Je le trouvais outrancier dans ses propos, colérique... Je trouvais qu'il gesticulait trop, criait trop fort, s'emportait pour tout et n'importe quoi... Je ne comprenais pas qu'un président d'un grand pays passe tout son temps à tweeter... Bref, il m'agaçait. Mais entre un Donald Trump surexcité et un Joe Biden complètement gâteux et finalement très inquiétant et dangereux, je préfère encore le premier.





☐ 25/7/2022

Je suis moins tranchée dans cette opposition droite vs gauche. Les pires selon moi sont ceux qui ont un pied à droite et l'autre à gauche et qui bien souvent, ne savent pas sur lequel danser ou du moins, agissent plus par calcul et opportunisme en refusant de se positionner. Dans cette catégorie, je nomme les centristes qui se définissent eux-mêmes comme "socio-démocrates" et "progressistes", des étiquettes trompeuses pour faire croire au bon peuple qu'ils sont modérés et du côté du bien. Cela leur permet de diaboliser les partis qui ont une ligne politique claire en les qualifiant de partis "extrémistes".



☐ 13/7/2022

Emmanuel #Macron sur #Uber : « Je l’assume à fond, j’ai vu des chefs d’entreprise étrangers et j’en suis fier s’ils ont créé des emplois en France (…) et je le referais demain et après demain » #UberFiles https://t.co/J24XvNh8EJ

Macron ne comprend pas 3 choses :

1. Les emplois précaires ne sont pas des emplois.

2. L'exploitation de l'homme par l'homme, ça s'appelle l'esclavage et c'est interdit.

3. Dans un marché du travail qui respecte le droit, on ne peut tolérer que des employeurs, étrangers ou pas, appliquent la loi de la jungle.





☐ 29/6/2022

Moi aussi, j'ai mes priorités, des projets, une activité à développer...

Je pourrais (et sans doute je devrais) privilégier mes propres besoins et oublier le reste.

Mais depuis plusieurs mois maintenant, je me suis découvert non pas une passion mais une conscience politique très forte.

Au point que cela a complètement désorganisé mon planning initial.

Je suis également consciente que mes prises de position politiques peuvent avoir un impact négatif sur mon activité et donc mon avenir.

Je sais que ma e-réputation risque d'être entachée et pour quelqu'un qui se spécialise dans le marketing de contenu, je prends un risque énorme dont je mesure parfaitement les conséquences.

Cependant, en raison de cette conscience politique forte et de l'anxiété que je ressens face à la dérive totalitaire que nous connaissons, je me sens investie de la mission de réveiller les esprits endormis en informant et en dénonçant inlassablement le mensonge médiatique et la censure dans l'espoir de sortir quelques-uns de leur état de léthargie, de sidération et de soumission.

Et parmi les sources d'angoisse légitimes, il y a bien sûr aussi le risque de guerre mondiale dont la plupart des gens ne sont absolument pas conscients. Car s'ils l'étaient vraiment, Macron n'aurait JAMAIS été réélu.



☐ 12/6/2022

Courrier envoyé à mon médecin traitant

Bonjour Docteur,

Quelques dizaines de milliers de médecins, courageux, ont osé dénoncer les effets de ces pseudo vaccins expérimentaux et réclament la cessation de leur utilisation eu égard à leurs effets délétères sur l'organisme constatés à ce jour mais aussi au risque encore non évalué des conséquences à long terme.
Hélas, ils sont trop peu nombreux. Toute la communauté médicale devrait être unanime et dire STOP !

Comment comprendre que les autorités continuent de pousser à la vaccination avec ces produits fabriqués à la va-vite dont les premiers résultats d'essai ont été en partie occultés voire falsifiés et qui n'ont reçu qu'une AMM conditionnelle ?

Comment comprendre que les données de pharmacovigilance, déjà terrifiantes alors qu'elles sont sous-évaluées, n'aient pas entraîné un arrêt immédiat de cette campagne de vaccination alors que bien des médicaments validés sont retirés du marché dès lors que des risques d'utilisation sont identifiés et des données négatives de pharmacovigilance sont remontées ?

Pourquoi la majorité des médecins n'osent-ils pas poser ces questions évidentes comme si le sujet était tabou ?

Comment pouvez-vous accepter en tant que médecins que l'exercice de votre profession soit dicté par le gouvernement ?

Je vous laisse à ces réflexions. Je rêve de voir un jour la population se réveiller et comprendre que la désobéissance civile s'impose face à un pouvoir abusif.

Petite réflexion du jour :
« Rien n'est plus anormal que de considérer que tout est normal. »

Bien à vous.