Flames (association)





[Annonce]

À la mémoire des 27 migrants morts, noyés, près de Calais, ce 24 novembre 2021

FLAMES appelle à un rassemblement silencieux autour de l’arbre de la Fraternité, dans le parc Méquillet, rue Schlumberger à Colmar

le mercredi 1er décembre de 16h30 à 17h

Cordiale invitation.



☐ 28/11/2021

Notre mini marché de Noël est ouvert !
Au 6 rue de la Grenouillère à Colmar

Tous les jours y compris le dimanche
de 14h à 18h


Venez nous y rendre visite !
Tous nos produits créés ou offerts par des bénévoles sont en vente au profit de nos actions de solidarité.


Photo L’Alsace / Christelle Didierjean



☐ 25/2/2021

Bernard Rodenstein : « Faire revivre des solidarités disparues »

Fondateur d’Espoir, Bernard Rodenstein préside une nouvelle association créée en janvier dernier. Flames (pour « Fraternité, Liens d’Amitié, Mutualisation, Entraide, Solidarité ») se donne pour principal objectif de rompre l’isolement, dans une société de plus en plus fragmentée.
Par Véronique BERKANI - L'ALSACE




Quelques-uns des membres fondateurs de l’association Flames, dont Bernard Rodenstein, président, à gauche : « Nous souhaitons faire revivre des solidarités anciennes, spontanées, qui ont peu à peu disparu en raison de l’isolement dans lequel les uns et les autres se sont retranchés. » Photo L’Alsace / Hervé KIELWASSER

Fondateur et ancien président d’Espoir, Bernard Rodenstein a créé en janvier dernier, avec une soixantaine d’autres membres fondateurs, l’association Flames (pour « Fraternité, Liens d’Amitié, Mutualisation, Entraide, Solidarité »). Volontairement très larges et très souples, ses objectifs sont de remédier au fléau de la solitude non choisie et des difficultés économiques et sociales qui en résultent.

« Nous ne réinventons pas le fil à couper le beurre », tient à prévenir Bernard Rodenstein. « Nous souhaitons simplement faire revivre des solidarités anciennes, spontanées, qui ont peu à peu disparu en raison de l’isolement dans lequel les uns et les autres se sont retranchés, y compris au sein de certaines familles, où les liens se sont distendus. Un grand nombre de personnes, issues de tous les milieux sociaux, sont livrées à elles-mêmes et ne peuvent compter sur l’aide de personne en cas de problème. »

Un bistrot solidaire dans le centre-ville de Colmar

Flames a vocation à s’incarner dans un lieu, un « bistrot solidaire » qui serait situé dans le centre-ville de Colmar. « Notre fonctionnement sera très pratique, très « terre à terre », en fonction des demandes et des projets variés qui naîtront de la rencontre des uns et des autres. L’idée est de créer des réseaux de vie à partir d’un lieu identifié où l’on aime venir se poser et faire des rencontres, rechercher des compétences pour remplir un dossier, écrire une lettre, effectuer une recherche d’emploi, rencontrer un employeur potentiel… »

Les débuts de l’association ont été portés par un noyau de trois personnes, anciennes bénéficiaires d’Espoir, aujourd’hui sorties de la précarité qui, lors du premier confinement, sont intervenues auprès de personnes en difficulté. « Leur générosité m’a convaincu qu’il fallait amplifier leur action. » Actuellement, l’association soutient financièrement des personnes fragilisées par la pandémie dont les heures de travail, et donc les revenus, ont été réduits.

Un réseau de donateurs

« Nous disposons d’un réseau de donateurs, dont nous devrons élargir le cercle, né de mes écrits sur les réseaux sociaux », précise Bernard Rodenstein. Ce type d’action est temporaire, destiné à « surmonter une période difficile ». Parmi les membres de Flames, des travailleurs sociaux et des juristes se proposent d’étudier les situations afin de permettre à ceux qui méconnaissent leurs droits de bénéficier des dispositifs qui leur sont destinés.

Composé de quinze personnes, le conseil d’administration compte des membres âgés de 17 ans à 79 ans, dont Dominique Gerrer, fille de l’ancien maire de Colmar Edmond Gerrer, Paul-Henri Boulanger, magistrat à la retraite, Marie-Paule Gallippi ou Jean-Marc Michalak.

Bernard Rodenstein, qui a accepté de présider la nouvelle entité sur l’insistance de ses amis, annonce d’ores et déjà qu’il ne sera plus président au-delà de l’année 2022. « À partir de là, il faudra qu’ils volent de leurs propres ailes. »

Adresse provisoire pour les adhésions, les cotisations (20 €/personne seule et 30 €/couple), les dons et legs : B.R. 18 rue Roosevelt 68000 Colmar. Courriel : flames68000@gmail.com. À retrouver sur Facebook.