MAC DOUGALL Walter

[Chirurgien au Centre Hospitalier de Colmar]


☐ 25/4/2020

Crise sanitaire du Coronavirus : pourquoi les Allemands s’en sortent mieux que la France

L'Allemagne ne consacre pas plus d’argent public que nous à son système de santé. Si le coronavirus a fait beaucoup moins de victimes chez nos voisins alors même que l’Allemagne compte 13 millions d’habitants de plus et beaucoup plus de seniors, l’explication se trouve dans une meilleure gouvernance à tous les égards.

⬦ Avec 83 millions d’habitants, contre 67 millions pour nous, l’Allemagne comptait, au 12 avril, plus de 3000 morts contre plus de 14 000 en France. Même en partant de l’hypothèse que l’épidémie a quelques jours d’avance en France, l’écart resterait du simple au double.

⬦ Pourtant, d’après l’OCDE, la part du PIB allemand consacrée à la santé est de 11,25% contre 11,3% en France.

⬦ À dépense publique égale consacrée à leur système de santé, l’Allemagne disposait de 28 000 lits de réanimation, contre 5000 en France. Durant la crise, les Allemands ont été capables de porter leur capacité à 40 000 lits alors que nous essayons péniblement d’atteindre les 14 000.


Bonne gestion

• En Allemagne, il n’y a que 24,3% des personnels hospitaliers à assumer des missions administratives, contre 35,2% en France. Rapporté à la fonction publique hospitalière française, forte de 1,2 million d’agents, cela représente 100 000 soignants de plus.

• L’hôpital allemand n’a pas eu à souffrir de la désorganisation des 35 heures. La réforme Aubry aurait dû s’accompagner de la création de 37 000 postes. Faute de moyens budgétaires, 10 000 d’entre eux n’ont tout simplement pas été pourvus et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) croule sous les RTT qui déstructurent les services.

• En Allemagne, les salariés du service public hospitalier sont sous un régime de droit privé et travaillent 40 heures par semaine, mais bénéficient de salaires nettement plus élevés qu’en France : 20% de plus a minima. Signe de la reconnaissance et la considération de la société allemande envers ces métiers essentiels : les rémunérations des infirmières sont 13% supérieures au salaire moyen allemand, alors qu’elles sont en France 5% inférieures au salaire moyen français.

• L’organisation plus décentralisée donc au plus près du terrain et de la sanction électorale permet un meilleur maillage territorial. L’Allemagne dispose en moyenne de 8,2 lits pour 1000 habitants, contre 6 en France. Chez nous, la politique de santé et la carte hospitalière sont décidées par les agences régionales de santé (ARS), organes déconcentrés de l’Etat qui s’illustrent par leur fonctionnement bureaucratique et leur obsession comptable.

• Ayant échappé au numerus clausus imposé par nos gouvernements successifs, la démographie médicale allemande est infiniment meilleure avec 4,3 médecins pour 1000 habitants (contre 3,4 en France).

• À cela s’ajoute une coordination public-privé non seulement avec les médecins libéraux mais aussi avec les cliniques privées qui rendrait impensable le scandale sanitaire qui fut le nôtre : des cliniques privées vides de malades alors que les hôpitaux débordaient.


Réactivité

• Alors que la France a pourtant le 3e plus gros réseau diplomatique du monde après la Chine et les Etats-Unis, l’Allemagne a plus rapidement capté et surtout utilisé les informations. En effet, les organisations patronales allemandes, dont les bureaux à l’étranger maillent la planète, ont représenté une source d’informations de premier plan, comme elles le font toujours. Elles ont averti de l’ampleur que prenait l’épidémie en Chine et de la vitesse à laquelle elle se répandait en Asie.

• L’Allemagne parvient à réaliser 70 000 tests par jour (contre 12 000 en France).
Avec la rapidité de décision qui a tant manqué à nos pouvoirs publics, elle a fait le choix de la méthode coréenne : les tests les plus nombreux possibles. Ce choix est pour beaucoup dans sa meilleure maîtrise de l’épidémie. Ce choix d’un dépistage massif et précoce permet un confinement ciblé et individuel plutôt que généralisé.
Par ailleurs, face aux questions liées aux atteintes à la vie privée et aux droits individuels que soulève le traçage en Corée, on constate qu’en Allemagne les tests massifs sont compatibles avec des méthodes moins intrusives.

• Manque de coordination sectorielle mais aussi géographique encore plus dramatique lorsqu’on sait qu’il y a eu, à ce jour, autant de malades du Grand Est évacués vers l’Allemagne (200) que vers nos propres régions française.


État-Stratège et priorité nationale

• L’Allemagne a été capable de produire rapidement des millions de masques, du gel hydroalcoolique mais aussi des respirateurs, des charlottes et des surblouses.
Tout ce qui nous manque cruellement. Pour ne prendre qu’un exemple, la société Dräger a été capable de livrer en deux semaines 10 000 respirateurs.

• Tout cela a été possible, car notre voisin n’a jamais délocalisé toute une chaîne de production : les Allemands ont toujours veillé à garder la maîtrise de l’assemblage.
De même, c’est bien l’industrie pharmaceutique allemande qui fabrique les tests que le pays utilise quotidiennement à grande échelle. Notre pays paie pour sa part la perte de maîtrise de ses chaînes de production industrielle.

• Si l’Allemagne peut s’appuyer, durant cette crise, sur sa base industrielle et technologique ainsi que sur son solide tissu de PME et ETI, c’est grâce au patriotisme économique et stratégique de ses gouvernants et de ses patrons veillant aux intérêts stratégiques de l’Allemagne mais aussi à la différence de pression fiscale (39,5% du PIB en Allemagne contre 46,5% chez nous, soit plus de 150 milliards d’impôts en plus !) qui rend les entreprises allemandes plus compétitives et de ce fait moins tentées par la délocalisation. Notre réindustrialisation passera aussi par là.

• Enfin, dès le début de la crise, Angela Merkel s’est préoccupée avant tout des Allemands. Elle s’est adressée aux Allemands sans même prononcer le mot « Europe ». Elle a mis les autorités françaises devant le fait accompli de la fermeture de la frontière entre les deux pays. Lorsque l’Allemagne est confrontée à un danger majeur, l’effort de coordination ne remonte pas plus au haut que la Nation.
Gestion rigoureuse, chasse aux doublons et à la bureaucratie, priorité absolue aux soignants, anticipation et réactivité, priorité stratégique et nationale, les Allemands nous rappellent lors de cette crise ce que nos dirigeants ont oublié : le premier devoir de la puissance publique est de protéger son peuple.
Nos gouvernants, soumis et transis d’admiration devant l’Allemagne depuis des années, auraient au moins pu profiter de cet amour à sens unique pour emprunter aux Allemands quelques méthodes qui fonctionnent. Il n’en a rien été.