Marie-Laure RUIZ-MAUGIS



Marie-Laure Ruiz-Maugis est historienne de l’art, diplômée des Études Supérieures de l’École du Louvre et conférencière des Musées Nationaux. Elle est également co-auteur, avec la réalisatrice Audrey Lasbleiz, de deux documentaires pour France Télévisions : « Peindre la Bible dans la Hollande du Siècle d’Or » (2013) et « L’Image du Christ à l’épreuve de la guerre » (2014). Elle a publié « Rembrandt et Bethsabée » aux éditions Macenta (2016), collabore à des revues poétiques et littéraires, en particulier « La vie multiple » et « Instant nomade ».



☐ 24/10/2021

Un bel exemple de démocratie !

L'article 2 du nouveau projet de loi consacré à la crise du Covid a été adopté dans la soirée de ce mercredi (74 voix pour, 73 contre). Cet article, dénoncé par les oppositions de droite et de gauche, rend possible la prolongation du pass sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022.
147 votants sur 577 députés.
Un bel exemple de démocratie !
J'aimerais rappeler que l'indemnité mensuelle d'un député s'élève à 7 239,91 € brut.
Ça autorise en effet quelques absences (on sait déjà que Coralie Dubost était hier soir au restaurant...).
Le prolongement du pass sanitaire ne changera pas grand-chose à la situation sanitaire.
Ceux qui à ce jour ne sont pas vaccinés par conviction ne vont pas se précipiter.
De même ceux qui n'ont pas fait vacciner leurs enfants.
Une société du contrôle permanent et de la contrainte, ça n'est jamais très bon signe...
"Publié en dernière minute, un amendement gouvernemental à la loi "portant diverses dispositions de vigilance sanitaire" autorise les chefs d'établissement, les directeurs d'école et ceux à qui ils donnent délégation d'accéder au statut virologique et vaccinal des élèves".
Une grande première, un truc inouï.
Il y aura peut-être des chefs d'établissement zélés et aux ordres pour aller fouiller dans le statut vaccinal de leurs élèves.
J'espère que la plupart resteront fidèles à une éthique républicaine.
Car l'école de la République, ce n'est pas celle de la discrimination.
Tant que le vaccin Covid n'est pas rendu obligatoire, l'école n'a pas à connaître le statut vaccinal des élèves.
Nous vivons décidément une époque formidable !



☐ 21/7/2021

À ceux qui se réjouiraient que l'on pourrisse la vie des « autres », je répondrais que l'on ne pourrit pas ainsi la vie des « autres » sans s'étonner des réactions et sans faire peser une lourde menace sur les institutions et l'ordre public.
Certains responsables d'associations, de festivals, comme le festival de Flamenco de Perpignan, certains maires, ont préféré annuler les manifestations prévues plutôt que d'avoir à trier les « bons » des « mauvais ».
Ainsi le dit le maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) : « C’est une société de flicage. Nous sommes dans l’absurde total », a-t-il affirmé. « J’annule purement et simplement les spectacles. Il n’y a pas les bons et les mauvais citoyens. Quelle société bâtissons-nous là ? », s’est-il interrogé.
Quand je lis le décret qui entre en vigueur aujourd'hui, j'ai le tournis...
À part les lieux de culte, rien n'est épargné.
Même les bibliothèques, quel symbole...
« Cette règle concerne les salles de spectacle, de conférence, les théâtres, les cinémas, les chapiteaux, les salles de jeux, de danse, les salles omnisports et les terrains de sport, les gymnases, les piscines couvertes et extérieures, les patinoires. Mais aussi les foires-expositions et les salons temporaires, les musées, les bibliothèques – sauf les bibliothèques universitaires – ainsi que les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs organisés dans l’espace public lorsqu’ils sont « susceptibles de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes ». Sont également concernés les lieux de culte, mais uniquement pour les événements « ne présentant pas un caractère cultuel ».
Le décret précise également que le pass sanitaire sera demandé lors des compétitions et événements sportifs amateurs dès lors qu’ils rassemblent au moins 50 participants par épreuve.
Par ailleurs, il sera nécessaire pour accéder aux piscines ou aux salles de spectacle des campings et clubs de vacances, comme nous le confirme Sylvie Henry, présidente de l’Union nationale des campings et des parcs résidentiels de loisirs (Unaparel). Cela signifie que les personnes en congé dans un de ces lieux et ne disposant pas du pass ne pourront pas accéder aux infrastructures concernées et qui font le succès de ces endroits.



☐ 14/7/2021

Je ne serai pas au Festival Voix vives de Sète...

Je ne serai pas au Festival Voix vives de Sète, ni au Festival de flamenco de Perpignan (qui risque d'être annulé au grand désespoir de l'organisateur), ni dans un café ou un restaurant sur la destination de nos vacances à la fin de l'été.Est ce que je le regrette ? Non.
D'une part car cela serait renier ce qui m'a retenu de me faire vacciner jusque-là, et d'autre part, parce même si j'étais vaccinée, j'aurais beaucoup de mal à me retrouver entre seuls "élus" satisfaits du sort réservé aux "parias".
Je me réjouis sincèrement de ne pas risquer de contaminer mes congénères vaccinés, dont il ne me viendrait pas à l'idée de contester le choix, par un virus dont je serais hypothétiquement porteuse, et je leur souhaite de belles réjouissances entre vaccinés.
Le flicage sur les terrasses, dans les fêtes de plein-air, les bals de l'été sous les lampions, les lectures poétiques, ce sera sans moi.
Je serai certainement contrainte à la vaccination, au risque de paraître lâche et de faire se gausser les bien-pensants, pour pouvoir poursuivre mes activités car je ne vis pas d'eau fraîche (les arrêter ne nuirait pas à moi seule, mais également à des personnes auxquelles je suis associée), continuer à faire vivre mes enfants et leur offrir une vie normale.
Les vaccinés devraient se réjouir, non pour ma santé dont ils n'ont que faire, mais de la réussite d'une politique gouvernementale qui repose uniquement sur la force, la répression et la contrainte.
J'ai été touchée par le passé par une maladie grave, je sais ce que sont la peur de la mort, que j'apprivoise chaque jour, et la souffrance. Je ne manque pas d' empathie. Je ne suis pas anti vax, étant vaccinée contre plein de trucs comme le sont mes enfants. Je ne suis pas non plus une dangereuse agitatrice et j'espère ne pas être trop décérébrée.
Je pense que la seule réponse vaccinale ne permettra pas de sortir de cette crise du Covid et de ses variants présents et à venir.
J'apprends que les restaurateurs qui ne contrôleraient pas leur établissement sont menacés d'une amende de 45 000 euros et d'un an de prison ferme, soit une peine réservée à des criminels.
Si le Covid et ses victimes sont une réalité, la politique gouvernementale continue de montrer son incapacité à régler cette crise avec raison et mesure.



Photo : Sète, Festival Voix vives, 2020