• SORG Christian

☐ 19/6/2022

Colmar, 18 juin, 47ème manifestation sous la chaleur

En cette veille de 2ème tour des législatives, le pass vaccinal n'est toujours que temporairement suspendu, au minimum 15000 soignants et assimilés sont toujours privés d'emploi, sans salaire ni aucune indemnité chômage, de même que 7000 pompiers volontaires et 300 professionnels.
Comme par enchantement depuis un peu plus de deux semaines, certains candidats aux législatives semblent subitement sensibles à leur cause, pourtant de nombreux déjà élus se sont abstenus, préférant ménager la chèvre et le chou et surtout ne pas froisser leur électorat.
En cette veille de deuxième tour des élections législatives, malgré la fatigue et la lassitude, la détermination à faire abroger définitivement ce pass de la honte reste intacte.
L'odieux chantage à l'emploi n'a que trop duré, de même que cette obligation vaccinale généralisée à peine déguisée.
De nombreuses publications scientifiques internationales révèlent dorénavant les graves effets secondaires (allant parfois jusqu'au décès) des injections chez les patients en bonne santé, sans compter l'inefficacité de ces pseudos vaccins, on entend déjà parler de 4ème injection généralisée, puis ce sera la 5ème, la 6ème, la vaccination des enfants n'est absolument pas abandonnée, bien au contraire.
Nous ne sommes pas dupes, la suspension temporaire du pass vaccinal est purement électorale et la prise d'otages pourra continuer d'ici peu.
Il ne s'agit pas de faire de belles promesses et de faire mine de s'engager, surtout lorsque l'on connaît le résultat de certains votes encore très récents sur le sujet. NI OUBLI NI PARDON !
(Photos Christian Sorg)