Tourisme (articles, liens)


Cette page dénonce les méfaits du tourisme de masse.
[Recherche par mot-clé : touche Ctrl + F]


☐ 21/4/2021

Bernard Rodenstein

Une ville appartient à ses habitants

C’est l’espace commun de l’exercice de leur liberté, de leur fraternité et de leur responsabilité.
Que des commerçants, soucieux de leur tiroir-caisse, cherchent à exploiter cette richesse partagée, est entendable. Ils sont mus par le gain et par l’appât du gain.
Que des élus se prêtent à donner leur caution à ce but mercantile, au détriment des intérêts de la population dans son ensemble, est coupable.
La ville doit, envers et contre tout, demeurer le lieu de la convivialité pour le plus grand nombre.
La brader aux intérêts sans lendemain de gens qui ne font qu’y passer, est signe de mépris envers ceux qui la bâtissent et qui l’habitent.
Honte à eux.
Nous réinvestissons nos espaces avec bonheur et fierté. C’est notre lieu de vie par excellence.
Nos hôtes y seront toujours les bienvenus.
Si tant est qu’ils nous reconnaissent comme étant leurs hôtes.



☐ 21/2/2021

Colmar : Kitschland pour touristes (Alsaciae)

https://alsaciae.org/2020/04/20/colmar-kitschland-pour-touristes/?fbclid=IwAR2n0hdnLurFxxmLGbFFVzADP4wWvncdVK-fKTks7AGbZJSL78J-zAMDHUI

En quelques années le vieux Colmar médiéval a été transformé en parc d’attractions pour touristes. Malgré la réglementation, le périmètre historique de la ville est défiguré par de nombreuses maisons anciennes surchargées de vieilleries ou d’horribles « décorations ».

Il est urgent de décrocher toutes ces horreurs et de remettre en valeur le patrimoine comme les enseignes, les puits, les sculptures, véritables œuvres d’art.

Toutes modifications de l’aspect extérieur des immeubles doivent être soumises à l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France. Même la couleur des volets.












☐ 31/12/2020

Edouard Dabrowski

Un des effets collatéraux du Covid a été de stopper net le tourisme de masse. Un désastre pour certains, une bouffée d'oxygène pour d'autres, un bien pour l'écologie, un répit pour la planète, sûrement. Une opportunité, en tout cas, dont devraient se saisir les municipalités victimes de ce fléau ; elles ont désormais tout loisir de réfléchir à l'après Covid pour trouver des solutions alternatives.

Les municipalités qui ont encouragé le développement de cette forme de tourisme jusqu'à la surdose, s'abritant toujours derrière les mêmes poncifs pour défendre leur parti pris, devront s'adapter à la nouvelle donne.

Et donc, ce qui semble être une évidence première à prendre en compte, procéder à une réduction drastique du nombre de visiteurs qui se précipitent en même temps en un même lieu. L'optimum n'est pas le maximum.

Très vite il faudra donner des gages aux habitants qui non seulement ne profitent pas du système mais en subissent toutes les nuisances. Ils sont quelques centaines de mécontents, à avoir pris la peine de donner leur avis, ici, à colmarinfo.com. Il serait judicieux, pour les responsables municipaux, de les consulter et d'en tenir compte.

Les plus réticents au changement ont déjà commencé à donner de la voix, il se situent, on s'en doute, dans le camp de ceux qui tirent profit du tourisme de masse et n'espèrent qu'une chose : revenir le plus rapidement possible à la situation d'avant. Certains sont dans l'entourage très proche du maire. Bon courage pour satisfaire les uns et les autres. À notre avis cela relève de la mission impossible. Nous ne devrions pas tarder à voir de quel côté penchera la balance, nous ne baisserons pas la garde.





La ligne directrice du mandat d'Eric Straumann : « Une ville apaisée, où les Colmariens peuvent vivre, où les déplacements sont facilités ».

(...) le nouveau maire espère « un fort rebond de l'activité touristique » : « La situation financière de la Ville est plutôt tendue aujourd'hui, car notre modèle économique repose sur le tourisme. »

N'y a-t-il pas contradiction entre ces deux déclarations prononcées dans la même interview ?

[Propos recueillis par Clément Tonnot - L'ALSACE du 29 décembre 2020]



☐ 26/6/2020

Bernard Rodenstein

Il est temps que ça se termine

(...) Nous avons été littéralement dépossédés de notre ville pendant un quart de siècle. La faute, évidemment, à un électorat majoritairement ultra conservateur, ébloui par les transformations immédiatement visibles, tape-à-l’œil et en trompe-l’œil !
La ville était le jouet du maire ! Il l’a réduite à un parc de loisirs pour touristes en goguette.
L’économie est tributaire de ce tourisme de masse mais ce tourisme de masse a tué la cœur de la ville.
(...)
Il est grand temps de sortir de la logique du court terme et de l’efficacité immédiate.
La crise du Covid a bien montré les fragilités de ces gestions au petit bonheur la chance.
Colmar a besoin de visions plus larges et plus lointaines.
Pour bâtir dans la durée il faut savoir vers où on veut aller !
Et une des priorités est de rendre la cité à ses habitants !
Que nous n’ayons plus à nous sentir étrangers chez nous tant le pavé est occupé par des milliers de visiteurs d’un jour.
Certains commerçants ont pu en tirer avantage mais les habitants, eux, n’ont eu que des inconvénients à supporter.



☐ 29/4/2020

Bernard Rodenstein

(...) A-t-il [l'ancien maire Gilbert Meyer] pris la mesure des effets indésirables pour la population locale d’un tourisme de masse ?
D’avoir investi une bonne part de nos impôts pour faire de notre ville un haut lieu touristique, bien au-delà de ce que la taille de notre petite cité peut raisonnablement supporter, était une erreur monumentale mille fois dénoncée par de nombreux analystes. Il n’en a jamais tenu compte ! Comme sur beaucoup d’autres sujets il est parti bille en tête pour n’en faire qu’à sa tête !
Le gel des déplacements des masses est en train de donner raison à ceux qui n’ont jamais apprécié que l’on mette tous les œufs dans le même panier ! Une économie saine ne peut pas reposer uniquement sur un socle aussi aléatoire que le tourisme de masse !
C’est pourtant ce qu’il a choisi de faire !
Quel manque de flair !
Quelle marque d’incompétence !
La qualité première d’un élu est d’avoir une vision à long terme et de voir large !
Meyer ne s’est laissé guidé que par le clinquant du court terme qui lui a assuré à plusieurs reprises sa réélection.
Mais qui est préjudiciable aux intérêts de la ville et de ses habitants dans leur grande majorité !
Vivement que l’on puisse envisager le second tour ou que l’on recommence le tout !
Il faut sortir de cette situation bancale ! Le plus tôt sera le mieux !



☐ 1/2/2020

Bernard Friedrich

Mise en garde : le coronavirus vient nous rappeler le danger qu'il y a à trop se focaliser sur une seule direction - le tourisme en l’occurrence - pour le développement d'une cité. Il aura suffi d'un modeste virus chinois pour fragiliser tout un secteur économique dans certains coins. La mise en quarantaine certes très courte d'un navire de croisière, devrait conduire à réfléchir à la fragilité de nos politiques dans ce domaine.
Cet épisode a pour moi aussi été l'occasion de découvrir que finalement, en dépit du battage local, nos visiteurs chinois ne plaçaient pas Colmar en tête de leur destination préférée, lui préférant Paris évidemment et NANCY ; déçu mais rassuré aussi.



☐ 11/1/2020

La « riquewihrisation » de Colmar est-elle inéluctable ?

Il y a évidemment les avis de ceux qui sont juges et partie, pas touche aux sacro-saints touristes. Ils entonnent toujours le même refrain, « soyez contents que nous ayons des touristes, c'est une manne financière pour la ville que d'autres nous envient ; grâce aux touristes, Colmar est une ville vivante, allez voir ailleurs et vous vous rendrez compte de la chance que vous avez d'habiter ici. » Sauf que ceux qui tiennent ce genre de discours n'habitent pas « ici » mais sont les premiers à profiter de la manne financière. Par exemple cette restauratrice qui, au plus fort de l'affluence du marché de Noël monte la garde devant la porte de son établissement pour refouler les touristes en trop grand nombre, fait dégager (aimablement) les personnes qui s’attardent à la fin du repas, pour cause de deuxième service et qui avoue au journaliste de TF1 encaisser 7500 euros par jour. Pour madame la restauratrice c'est le nirvana, pour le Colmarien qui veut simplement vivre normalement, c'est la galère. Si l'on n'y prend garde, Colmar va devenir un Riquewihr bis, une ville musée, sans âme. Là-bas, le tourisme de masse sévit depuis des années. Les habitants qui n'ont pas fui assistent, résignés, au ballet incessant des cars qui déversent jour après jour leur lot de touristes, pour le plus grand bien des commerçants qui en font leur business, avec le plus souvent des produits bas de gamme qui viennent de Chine. Et où va l'argent qui revient à la ville ? Dans la construction de nouveaux parkings, comme à Colmar ! Mais ne pleurez pas, Riquewihriens, il vous reste le stationnement gratuit sur voirie... E.D.



☐ 30/12/2019

Vivien Garnier

Ouf ! Ils s'en vont !

Comme tout Colmarien lambda, j'ai une fois encore dû mettre ma vie entre parenthèse pendant un mois. Je ne sais pas combien de millions de touristes nous avons encore "accueillis", mais une fois de plus beaucoup trop. Je ne parlerai pas du centre-ville, dont d'aucuns constatent le perpétuel enfer qu'il devient. Stationnement sauvage dans les quartiers périphériques : un constat s'impose, inexorablement. Les quartiers comme le Grillenbreit ou le Ladhof sont devenus des campings ou des parkings... Combien de camping-cars ? Des centaines ! Tous garés là, prenant les places de parking si précieuses aux résidents. Vous avez réussi à vider Colmar de son essence même. Les magasins fuient sur Houssen. Notre belle ville, dont nous étions si fiers il y a quelques années, nous semble désormais inconnue. (...).



[Depuis, les cartes ont été rebattues pour une durée indéterminée suite à la pandémie de Covid-19]



☐ 19/11/2019

(Tourisme) Extraits de l'intervention d'Eric Straumann à l'Assemblée Nationale

La volonté de conquérir les marchés émergents asiatiques correspondait à une démarche logique il y a une dizaine d’années, mais on a minoré l’importance du marché européen et du marché de proximité. En Alsace, on a tout simplement oublié les Allemands et nous avons attiré les touristes asiatiques jusqu’à souffrir d’un sur-tourisme. C’est ainsi que des touristes chinois viennent en bus par milliers à Colmar dans le seul but de voir le lieu de tournage d’une émission de téléréalité à succès…

S’agissant de la lisibilité, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut l’améliorer. Il n’y a pas forcément de cohérence dans les actions menées par les départements et les régions et même à l’intérieur d’une même région. On a ainsi dépensé 1,3 million d’euros pour faire la promotion des marchés de Noël alsaciens à New-York alors même qu’ils sont déjà si fréquentés qu’il faut aller en Allemagne ou à Belfort pour trouver un hôtel au moment où ils se tiennent. Comment voulez-vous dans ces conditions accueillir de nouveaux touristes ?

Quant aux plateformes hôtelières, je ne les critique pas : elles permettent d’irriguer l’ensemble du territoire. Les hôteliers qui pratiquent des prix adaptés, plutôt à la baisse, attirent la clientèle étrangère ailleurs que sur les points les plus touristiques. En outre, ces plateformes contribuent à la qualité de l’accueil grâce à leurs systèmes de notation. Si 40 % des appréciations sont fausses, 60 % reflètent une expérience réelle et elles poussent les hôteliers à améliorer leurs prestations.

Faut-il faire évoluer la législation face à Airbnb ? Les élus locaux nous disent qu’elle serait complexe à mettre en œuvre. Certaines villes ont pris des mesures pour limiter les transformations de logements en chambres d’hôtes, mais il faut peut-être attendre un ou deux ans pour avoir suffisamment de recul et mesurer les effets de cette réglementation.

L'intégralité du rapport peut être consulté ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/15/budget/plf2020/a2298-tI.asp



☐ 15/11/2019

Edouard Dabrowski

Colmar : la magie de Noël

Le succès année après année des marchés de Noël aiguise la convoitise de villes de plus en plus nombreuses. Même celles qui n'en avaient pas la tradition, rivalisent d'ingéniosité pour attirer le chaland. Évidemment, il n'est plus question de fête religieuse, depuis bien longtemps. L'argent roi a remplacé les rois mages. Noël a été vidé de son sens et de sa substance et a perdu toute authenticité. Si magie et féerie demeurent, c'est au travers des illuminations.

Le marché de Noël devrait être un moment festif et convivial pour les habitants, tel qu'il existe encore chez nos voisins d'outre-Rhin, où l'esprit de Noël n'est pas encore complètement perverti. Les habitants aiment se retrouver et partager Glühwein, saucisses grillées, choucroute-spaetzle... Chez nous, il y a trop de monde. Où est le plaisir, même pour les touristes, à avancer à touche-touche après avoir réussi - au bout de combien de temps - à trouver une place pour garer sa voiture ? Dans une semaine va commencer la galère pour bon nombre de Colmariens qui se préparent à ne plus aller dans le centre-ville pendant plus d'un mois, à trouver des itinéraires bis, à jongler avec les horaires... Hélas, la municipalité n'a toujours pas compris qu'en matière de tourisme, le maximum n'est pas l'optimum.


Photo Edouard Dabrowski



☐ 3/11/2019

Edouard Dabrowski

Gilbert Meyer et le tourisme de masse

En jetant un coup d’œil sur une carte de Colmar, on s'aperçoit de la petitesse du cœur de ville. S'y concentrent monuments historiques et commerces en tout genre mais de plus en plus orientés "tourisme". Quelque 11.000 habitants tentent de cohabiter tant bien que mal avec les 3,5 millions de touristes qui envahissent chaque année ce petit espace, dont 1,5 million pendant le marché de Noël. À part les irréductibles qui préfèrent combattre la politique du maire plutôt que de déguerpir, les habitants de plus en plus écœurés déménagent en masse ou en manifestent l'intention. Gilbert Meyer aura réussi à transformer Colmar, ce "joyau de la Renaissance, la perle du Rhin, le berceau de Schongauer et Bartholdi" en un parc d'attractions kitsch à souhait.





☐ 27/10/2019

Edouard Dabrowski

"Clivant", le tourisme de masse à Colmar ?

À part les profiteurs qui voudraient le pérenniser voire même l'amplifier, toutes les personnes un peu sensées qui n'ont pas un tiroir-caisse à la place du cerveau, s'en inquiètent et le dénoncent, y compris le Président de l'OT, ou encore un certain Yves Hemedinger.
Tout le monde ou presque recherche et approuve un tourisme raisonné (ou régulé) respectant la qualité de vie des habitants, tout en assurant des rentrées d'argent et permettant de dynamiser la ville.

« À l'heure actuelle, ce que nous voyons, et c'est une certitude, c'est qu'il y a déplacement massif du commerce colmarien vers l'extérieur. Qu'est-ce qu'il y a à l'heure actuelle ? C'est un commerce lié au tourisme et le commerce traditionnel disparaît du centre-ville, nous sommes en face d'un véritable problème et qui va aller en s’aggravant. »
Dominique Grunenwald

« Je ne souhaite pas faire du centre-ville un parc d'attractions à ciel ouvert. »
« On ne pourra pas continuer à accueillir plus de touristes. »
Yves Hemedinger - L'ALSACE du 6 juillet 2018

Meyer lui-même commence à se rendre compte qu'il y a comme un problème avec le surtourisme. C'est lui qui a ouvert les vannes et il ne sait plus très bien comment les refermer. Surtout ne pas donner l'impression d'une reculade, GM ne se trompe jamais. Il faut donc évoquer le problème avec l'air de ne pas y toucher, c'est ce qu'il fait dans son édito du dernier numéro du Point colmarien : « l'activité touristique (...) s'est largement accrue. Je n'en mésestime pas les répercussions sur la vie des Colmariens. Une évaluation de l'impact du tourisme est donc menée pour connaître, dans un souci de transparence, l'opinion réelle des Colmariens et des habitants de l'agglomération à l’égard de celui-ci. Il s'agit aussi d'identifier les pistes pouvant corriger, le cas échéant, le phénomène ressenti. »

Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites !

Sauf que pour Meyer, « corriger, le cas échéant, le phénomène ressenti » veut simplement dire qu'il faut apprendre à ces ignares de Colmariens à mieux connaître les us et coutumes de « nos » hôtes, en particulier les Chinois, afin de mieux les comprendre et donc de mieux les accueillir !
On va bientôt proposer aux Colmariens réfractaires au surtourisme une thérapie de groupe !
C'est ainsi que fin mai 2018, dans le cadre du tournage de la téléréalité "Chinese Restaurant", les hôteliers et les restaurateurs locaux ont été briefés sur les modes de consommation de ce pays lors de deux réunions organisées dans les bureaux de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) rue de la Gare, avec les responsables de l’office de tourisme et de l’Agence d’Attractivité de l’Alsace (AAA). [DNA du 08/06/2018]





☐ 9/10/2019

Gérard Renis, restaurateur rue des Marchands et groupie de Meyer n'a rien d'un dangereux gauchiste. Pourtant, lors d'une séance du conseil municipal, il s'en est pris au petit train en des propos peu amènes. Et ici même, à colmarinfo.com, continuent d'arriver des messages pas vraiment tendres envers ce que d'aucuns appellent un attrape-touristes. Ce tortillard apparaît en effet, quand c'est possible, partout où le tourisme de masse prospère et en devient un des symboles les plus visibles. Hélas, il ne fait pas que des heureux. À part les tout-petits qui le trouvent amusant et le propriétaire pour qui c'est une affaire juteuse, les habitants du centre-ville, les piétons, les poussettes n'aiment pas du tout cet intrus qui se faufile au détriment de toute sécurité dans des rues de plus en plus étroites, comme on le voit sur cette photo prise rue de la Poissonnerie, une rue très encombrée par les touristes processionnaires. E.D.





☐ 5/10/2019

Airbnb : à Ribeauvillé, le maire Jean-Louis Christ tape du poing sur la table

Déjà le 13 mai 2018 on pouvait lire dans colmarinfo.com : « La municipalité colmarienne ferait bien de s'inspirer de la politique moins orientée « tourisme de masse », initiée par le premier magistrat de Ribeauvillé, Jean-Louis Christ, qui ambitionne une ville « riche de ses habitants plutôt que de touristes ». Que dit-il ? « L'explosion des gîtes constitue une véritable menace pour le bien vivre et le lien social dans nos collectivités. » Et d'appeler promoteurs immobiliers, banques et propriétaires à prendre leur responsabilité.

Mais faire appel à la raison n'a pas suffi à calmer les spéculateurs sans foi ni loi qui ont dû bien se bidonner. Comme J-L Christ n'est pas du genre à abandonner sa ville aux mains de prédateurs à la voracité sans limite, il a décidé de durcir le ton et d'appliquer désormais des mesures coercitives telles que l'autorisation de changement d’usage pour les logements d’habitation, obligatoire si le meublé de tourisme change de propriétaire. Une nouvelle décision sera prise par la Ville qui pense aussi interdire de louer dans une copropriété.

Voir aussi :

https://www.colmarinfo.com/2019/07/airbnb-un-resident-colmarien-vient-de.html

https://www.colmarinfo.com/2018/11/info-le-blog-au-service-des-colmariens_15.html





☐ 14/9/2019

Des cars de tourisme en centre-ville

Devant le laxisme des services municipaux, pas touche aux touristes, c'est sacré, les cars de tourisme en prennent à leur aise et n'hésitent plus à pénétrer au plus près de l'hypercentre. Ici, un car stationné rue des Laboureurs, et pas juste pour déposer les visiteurs. Des places réservées aux voitures sont occupées en toute impunité. Il est grand temps que les Colmariens se réapproprient leur ville.





Et toujours rue des Laboureurs, quand ce ne sont pas les cars de tourisme...





Édito de Jean-Marc Vittori – LES ECHOS
Publié le 29/07/2019

Les excès du tourisme

De nombreuses métropoles européennes réagissent face à un afflux non maîtrisé de touristes, qui génère trop de nuisances. Cela marque une rupture avec une période où l'on recherchait à attirer toujours plus. Et cela implique de trouver un nouvel équilibre en inventant le tourisme de demain, moins concentré sur certains sites.

Dubrovnik est un chef-d'œuvre en péril perpétuel. Nichée sur la côte croate, l'ancienne Raguse a été frappée par un tremblement de terre en 1979, qui raviva le souvenir du séisme qui la ravagea au XVIIe siècle. Les quatre cinquièmes de ses bâtiments ont été touchés par des obus lors du conflit qui accompagna la dislocation de la Yougoslavie, entre 1991 et 1993. Un incendie entoura la cité médiévale en 2007.

Aujourd'hui, un mal plus pernicieux la ronge : le tourisme de masse. Le nombre de visiteurs a explosé, dopé par l'essor des croisières et le succès planétaire de la série vidéo Game of Thrones (les scènes de la fameuse capitale du royaume des Sept Couronnes, Port-Réal, y ont été tournées). Fin 2016, l'Unesco a menacé la ville d'être expulsée de sa liste du patrimoine mondial, lui intimant de limiter le nombre de visiteurs à 8.000 par jour. La municipalité est allée plus loin, abaissant la barre à 4.000.

La perle de l'Adriatique est loin d'être la seule à souffrir du surtourisme. Venise avec les paquebots géants, Barcelone avec les foules envahissant ses Ramblas… et Paris aussi, où le Louvre a battu son record en accueillant à lui seul plus de 10 millions de visiteurs l'an dernier. L'approche des élections municipales échauffe les esprits, avec des polémiques qui enflent ici sur les logements AirBnB ou là sur les cars de tourisme.

Il va falloir trouver un nouvel équilibre. Longtemps, pays et villes ont tout fait pour attirer le plus grand nombre possible de visiteurs. Leurs efforts ont parfois payé au-delà de leurs espérances. L'essor des classes moyennes dans les pays émergents, l'efficacité toujours plus grande des professionnels du secteur et les bousculements induits par le numérique ont amplifié les flux. Mais le maximum n'est pas l'optimum. Au-delà d'un certain seuil, les effets négatifs l'emportent sur les effets positifs. Vient alors la tentation des mesures idiotes.

Pour trouver le nouvel équilibre, il faut s'efforcer d'avoir une vision d'ensemble des avantages (activité supplémentaire, création d'emplois, animation) comme des inconvénients (congestion, pollution, éviction des habitants). Il faut décider seulement après, en recourant à la palette des outils possibles (réglementations en tout genre, voire taxation). Il faut surtout imaginer. Il est sans doute possible d'accueillir davantage de touristes dans de bonnes conditions pour tout le monde à condition d'étaler les flux dans le temps et surtout dans l'espace. Avec des centaines de musées, des milliers de châteaux, une formidable diversité de sites naturels, la France a des atouts indéniables pour inventer le tourisme de demain. Reste à savoir les jouer.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/les-exces-du-tourisme-1041096



[Airbnb]

« Je suis plutôt favorable à la limitation du nombre de jours de location Airbnb ou autres mécanismes de limitation pour éviter la flambée des prix et le remplacement des habitants qui vivent et travaillent notamment au centre de Colmar par des citadins intermittents, de passage, qui changent la nature des logements, des commerces et des relations laissant des « lits froids ». Le cœur d’une ville bat au quotidien grâce à ses habitants. »
Yves Hemedinger - 4/1/2019

« Outre les atteintes à la tranquillité des habitants, les activités de ces plateformes ont des incidences négatives sur le secteur du logement et le niveau des loyers.
Le remplacement du résident en cœur de ville avec la destruction de la variété du commerce. Colmardisney au bout du processus ! »

Benoît Nicolas - 25/6/2019

« Quand vous avez de moins en moins d'habitants en centre-ville, que fleurissent gîtes et locations Airbnb, ce type de commerces (boucher, boulanger, coiffeurs...) connaît des difficultés, voire disparaît. »
Alexandre de Lapisse, directeur des études chez Procos - L'ALSACE 6/9/2018

« Il faut, par le logement, faire revenir les jeunes, les familles et les salariés de nos entreprises au centre-ville. Il faudrait éviter que Colmar devienne une ville Airbnb. »
Caroline Macé, directrice régionale du Groupe action logement - L'ALSACE 26/8/2018

« Quand j’ai lu les critères de sélection de l’Action cœur de ville, à savoir vacance de l’habitat, désertification commerciale, pertes d’emploi et chute de la démographie, j’ai tout de suite pensé à Colmar ! » Si le gouvernement a choisi d’aider la ville de Colmar, c’est qu’elle a « des problèmes de riches, avec trois millions de touristes par an qui ont contribué à vider le centre de ses habitants, au risque d’en faire une ville musée. Les boutiques à touristes éloignent les commerces de proximité. »
Laurent Touvet, préfet - L'ALSACE 26/8/2018



☐ 5/7/2019

LE TOURISME ET LE VIVRE ENSEMBLE

Le printemps renoue avec le tourisme de masse. La vraie richesse d’une ville, de tous temps, est d’être un lieu de rencontres. Pour faire « société » les humains ont besoin de se réunir, de commercer, de se cultiver. Le dynamisme d’une cité se mesure à l’intensité des activités que génèrent les artisans, les industriels, les créateurs. C’est ce que toute municipalité doit avoir à cœur de promouvoir et de développer. À Colmar, aujourd’hui, l’activité ne manque pas. Quiconque se rend en ville aux heures d’affluence ne peut être que frappé par les foules qui s’y promènent. Y travaillent-elles ? Y achètent-elles ? Y vivent-elles ? Ce sont les véritables questions qu’il faut se poser. Notre ville est en trompe l’œil. Le centre-ville qui devrait être le cœur de la vie urbaine absorbe des milliers de touristes qui passent et qui repartent sans réellement impacter la vie culturelle, sociale et économique. Sauf en termes de nuisances. Le déficit de vie « réelle » est patent dans notre ville. Le tourisme de masse qui y est privilégié a longtemps masqué cette réalité mais il la dissimule de moins en moins. Le fait qu’il en aille de même dans beaucoup de centre-villes n’est pas pour nous rassurer. Car Colmar dispose d’atouts patrimoniaux et culturels que beaucoup nous envient, à juste titre. Mais il nous manque l’essentiel : la culture d’une vie urbaine digne de ce nom. Avant d’être vue comme un fonds de commerce juteux, une ville doit donner à ses habitants l’envie et la joie d’y vivre.

Christian MEISTERMANN • Saloua BENNAGHMOUCH • Tristan DENECHAUD • Eric SPAETY • Isabelle FUHRMANN • [COLMAR VEUT BOUGER]



☐ 28/6/2019

Est-il encore possible d'habiter au centre de Colmar ?

Il faut s’y résoudre : le centre de Colmar n’a plus aucun avenir comme lieu d’habitation pour des gens « normaux ». Mais est-ce si grave, au fond ? En effet, la situation semble convenir à tout le monde. Les restaurateurs et la grande majorité des commerçants sont ravis, les millions de touristes sont subjugués, les élus locaux se félicitent, les Colmariens font depuis longtemps l’essentiel de leurs courses dans les centres commerciaux et autres endroits facilement accessibles en voiture… Bref, les seules victimes de cette transformation en Disneyland sont les quelques familles et « anciens » habitants du centre, qui tendent de toute façon à disparaître progressivement, leurs appartements étant alors reconvertis en meublés de tourisme. Alors, à quoi bon s’acharner ? Quittez le centre et installez-vous dans une « vraie » ville comme Strasbourg ou Mulhouse si vous êtes citadins dans l’âme, ou dans les quartiers périphériques à proximité immédiate du centre, où les logements sont de meilleure qualité et l’ambiance beaucoup plus calme. Vous gagnerez en qualité de vie, en tranquillité, en surface habitable, etc. Que des avantages. Et n’oubliez pas de voter aux élections municipales.
Un futur ancien Colmarien résigné.
Cordialement.



☐ 8/6/2019

LA « PESTE TOURISTIQUE »
DNA du 6/6/2019 - Courrier des lecteurs

Eric Winterstein, habitant de Colmar, réagit au dossier consacré à la rue des Marchands (DNA du 23/5/2019)

« Dans cet article, on trouve des commerçants heureux, ravis de la peste touristique qui envahit, dégrade, salit et étouffe la ville ». […] « Où sont les habitants qui subissent les livraisons matinales, les klaxons des camionnettes qui enchaînent les tournées, le bruit des camions frigo qui ronronnent sous les fenêtres ? […] Où sont les habitants qui ne peuvent circuler qu’à grand-peine dans cette marée, qui ne peuvent plus inviter leurs amis, leurs familles face à l’invasion permanente, qui ont des difficultés quotidiennes pour honorer des rendez-vous professionnels, se rendre chez le médecin, aller avec leurs enfants à l’école ?
La seule personne qui [dans cet article] a un point de vue pondéré est M. Schnell, libraire de son état. Je constate que c’est le seul marchand de produits culturels parmi tous les commerçants cités. Il estime que les Colmariens fuient le centre-ville. […]
Les Colmariens fuient, mais surtout ils sont chassés du centre-ville par les locations saisonnières, par les « valises à roulettes ». Colmar est en train de se transformer en décor de carte postale. Bientôt, face au fléau touristique, les rares habitants qui persistent à vouloir simplement vivre dans le centre-ville devront s’excuser de rentrer chez eux et d’interrompre le selfie d’un sans-gêne sur le pas de leur logement. »



☐ 5/6/2019

Edouard Dabrowski

Après les maisons fleuries, les façades décorées





Tout le monde connaît le concours des maisons fleuries. Lançons à présent celui des façades customisées ! Avec la bénédiction de l'architecte des Bâtiments de France, vous pourrez donner libre cours à votre imagination et faire preuve d'audace, à l'instar de ces courageux pionniers qui ont choisi d'égayer nos vénérables façades à colombages en y ajoutant les objets les plus inattendus. La municipalité n'ayant rien contre Disneyland à Colmar, au contraire, les décors les plus kitsch sont les bienvenus. Pour multiplier vos chances de gagner, évitez les arrosoirs, trop vus. Évitez également les bonnets de marin que notre édile n'aime pas. Pensez à bien fixer votre futur décor, un objet tombant sur la tête d'un touriste serait du plus mauvais effet.

Votre contribution à l'embellissement de notre environnement pourra se doubler d'un geste en faveur des plus démunis en achetant à l'association Espoir de quoi habiller la façade de votre immeuble, vous n'aurez que l'embarras du choix.

L'office du tourisme, qui sait y faire, se chargera d'organiser un vote en ligne afin de désigner les lauréats. Une telle publicité sera tout bénéfice pour la ville, toujours en quête d'honneurs et de touristes.

La nature des prix n'a pas encore été fixée. Si vous avez des idées, vous pouvez les soumettre directement à M. le Maire ou à colmarinfo45@gmail.com qui transmettra. Bonne chance.

Bien cordialement.



☐ 5/6/2019

Embouteillage, rue des Marchands





☐ 12/5/2019

LES CHINOIS À COLMAR

Paris qui pleure et Colmar qui rit




Au premier trimestre, les arrivées de Chinois sur le territoire français ont reculé de 5% selon Forwardkeys. À Paris, leurs dépenses ont baissé de 10%.
Au mois de février, les hôtels du Grand Paris ont enregistré une chute de la clientèle chinoise de 30%.
Tandis qu'à Colmar, le nombre des touristes chinois a bondi de 70% ces derniers mois !



☐ 5/5/2019

Encombrement de l'espace public






Avez-vous remarqué qu'un nombre croissant de portants à babioles destinées aux touristes envahit les trottoirs et les rues du centre-ville ? Cela permet aux commerçants de gagner de précieux mètres carrés d'espace de vente sur l'espace public. Rue des Serruriers, ces portants prennent la moitié de la largeur de la rue. Mais les commerçants n'ont pas la même vision des choses : « sans les portants, les touristes n'entrent plus dans nos échoppes et donc ne nous achètent plus rien. »



☐ 1/5/2019

Edouard Dabrowski

Retour au pays




Comme chacun sait, la cigogne est un des symbole de l'Alsace que les touristes adorent photographier, surtout au parc de l'Orangerie à Strasbourg.
À Colmar, nous en avons également quelques spécimens, plus ou moins sédentarisés, dont Martin et Martine ainsi baptisés parce que le couple niche sur le toit de la Collégiale Saint-Martin.
Mais nous avons surtout des cigognes en peluche ! La cigogne est un oiseau migrateur et celle en peluche bat tous les records ! Contrairement à la vraie qui se contente de rejoindre le sud à l'approche de l'hiver, la cigogne en peluche vient de Chine et parcourt donc plus de 8.000 kilomètres en cargo avant d’atterrir dans nos rues. Et quand c'est un Chinois qui l'achète, elle retourne dans son pays d'origine, en avion cette fois ! Un voyage de plus de 16.000 kilomètres au total, bonjour le bilan carbone !



☐ 29/1/2019

Edouard Dabrowski

Tourisme : ceux qui en profitent et les autres

Dès lors que l'on parle de tourisme, les esprits s'échauffent et il devient difficile d'en débattre sereinement.
Aucune personne sensée ne remet en cause le tourisme que nous pratiquons tous à des degrés divers, encore faut-il qu'il ne se fasse pas au détriment des habitants, pour le seul bénéfice de quelques-uns.
Plusieurs points de vue s'opposent qui sont difficilement conciliables.
Il y a d'abord le point de vue de ceux qui en tirent profit et continuent de s'engraisser sans limite. Leur principal argument : l'argent que le tourisme rapporte à la ville (à eux c'est sûr) donc continuons à le promouvoir par tous les moyens. Ce sont eux qui défigurent la ville et la transforment petit à petit en un parc d'attractions, kitsch à souhait. Leur rêve : faire du centre de Colmar un second Riquewihr.
Autre point de vue, celui des habitants qui se sentent dépossédés de leur ville, subissant de plein fouet les nuisances occasionnées par ce tourisme de masse, sans aucune contrepartie. Et qui finissent par partir, découragés.



☐ 28/1/2019

Tout est dit

Samedi nous décidons avec mon mari de nous rendre au centre-ville de Colmar pour faire du shopping et pourquoi pas profiter des soldes. À notre grand étonnement pas grand monde dans les rues et dans les magasins. Nous discutons avec un commerçant en place depuis 15 ans, il n'a jamais vu un mois de janvier aussi calme, c'est catastrophique, même le mois de décembre pas formidable. Pour lui, les locaux boudent clairement le centre-ville, trop de touristes qui achètent peu ou rien du tout, parkings trop chers et pas assez de magasins jeunes et diversifiés, leurs clients préfèrent aller sur Strasbourg ou Mulhouse pour faire leurs achats. Avant de rentrer nous décidons de faire un tour dans les rues plus pittoresques du centre et là, c'est désertique, personne et tous les magasins sont fermés, certains même pour 2 mois ! Quelle image pour le dynamisme de la ville... Certaines mairies ont décidé d'avoir un droit de regard sur l'ouverture de nouveaux magasins. Colmar devrait aussi le faire et limiter les magasins de souvenirs, caramels, fruits secs qui grignotent peu à peu tout le centre-ville, quel est l'intérêt d'avoir 10 boutiques qui vendent toutes la même chose dans la même rue ? De même pour les Airbnb et les gîtes il faudrait une autorisation de la mairie et un nombre maximum à ne pas dépasser.
N'habitant pas Colmar, nous ne pourrons malheureusement pas voter, espérons que les Colmariens choisiront un maire plus jeune et surtout qui n'est pas dans la lignée de l'actuel élu. Il faut avant tout penser aux Colmariens, aux personnes qui y travaillent et aux commerçants, ce sont eux qui font l'âme de cette ville et sûrement pas les touristes !



☐ 5/12/2018

MAPPING


Photo Edouard Dabrowski


« À Colmar, on aime les récompenses en matière de tourisme. Et alors que le plan lumière vient tout juste de démarrer, la ville vient d’être élue par un panel de 12 690 voyageurs en provenance de 93 pays au titre de « Best Christmas Lights in Europe » (les villes proposant les plus belles illuminations de Noël en Europe »). On imagine l’impact qu’auront ces mappings sur les touristes attirés par les lumières de la ville. L’an dernier, Colmar en avait accueilli plus d’1,5 million en cinq semaines. Ils pourraient être deux millions cette année. » [Dom POIRIER, L'Alsace du 5/12/2018]

Il serait intéressant de savoir ce qu'en pense le 1er adjoint, candidat au fauteuil de maire, qui disait en juillet dernier : « Je ne souhaite pas faire du centre-ville un parc d'attractions à ciel ouvert. On ne pourra pas continuer à accueillir plus de touristes. »

Sur Facebook : votre avis nous intéresse !

Vous aimez ? Ou trouvez-vous que c'est une gabegie financière (2,5 millions d'euros), anti écologique, juste destinée à attirer encore plus de touristes ? Les façades historiques sont-elles valorisées ou dénaturées ? Merci de donner votre avis.



☐ 27/11/2018

Michel Guerrin – Le Monde du 24 Novembre 2018

Le touriste entre-t-il pour la culture dans la catégorie des nuisibles ? La question ne se posait pas il y a vingt ans. On disait même qu’il était, par son portefeuille, un soutien précieux aux musées, monuments, salles de spectacle. Il l’est toujours. Mais l’est-il trop ? Ouvrir cette piste, c’était être taxé d’élitisme. Aujourd’hui, on ne compte plus les études et les voix qui posent la question.

Bizarrement, lors des Rencontres du tourisme culturel, organisées par le ministère de la culture, le 20 novembre, au Louvre-Lens (Pas-de-Calais), le sujet n’était abordé qu’à la marge. La France culturelle parle de tourisme surtout en des termes de conquête et de croissance. Et puis enlevez les touristes au Louvre (70 % de la fréquentation), ce n’est plus le même musée, avec de gros ennuis financiers à la clé, puisque l’Etat a réduit, comme ailleurs, sa subvention.

Il a suffi qu’en 2016 les visiteurs étrangers boudent la France, à cause des menaces d’attentats, pour que l’on parle de « catastrophe industrielle ». Le tourisme, c’est 500 000 emplois en Ile-de-France, soit la plus grosse industrie de la région. C’est tout simplement la plus importante du monde (10 % du PIB de la planète). Et puis, ce qu’on appelle le « surtourisme » ne concerne qu’une poignée de lieux. Pour l’immense majorité de nos monuments et musées, le visiteur est une aubaine qui rend le site moins vide et permet de le restaurer.

Le surtourisme va s’amplifier

C’est le secteur du tourisme lui-même qui tire la sonnette d’alarme. D’abord Christian Mantei, le directeur général d’Atout France, chargé de la promotion du pays à l’étranger. « La France n’est pas encore dans le surtourisme, mais, si on ne bouge pas, on y sera dans trois ou quatre ans. Le sujet est très grave : 80 % des touristes visitent les sites culturels parisiens le long de la Seine, et on est proche de la saturation. La question concerne aussi Versailles ou le Mont-Saint-Michel, mais elle touche également nombre de villages et des sites naturels. »

Christian Mantei s’inquiète, parce que le surtourisme va s’amplifier partout. Il y avait 525 millions de touristes en 1995, il devrait y en avoir près de 2 milliards en 2030. La France, qui est déjà la première destination touristique dans le monde, a accueilli 88 millions de visiteurs en 2017 et en attend 100 millions en 2020. L’équation à Paris est complexe : sa population devrait très légèrement baisser autour de 2 millions d’habitants d’ici à 2050, alors que le nombre de touristes devrait passer de 36 millions à 54 millions.

La question est cruciale pour la culture, car la première motivation des voyageurs, et de très loin, est culturelle. Les réduire ? Plutôt les dompter. Leur ouvrir d’autres horizons. Lors du colloque du 20 novembre, on a parlé de tourisme « vertueux », « durable », « solidaire », « raisonné ». On rêve d’un touriste de proximité, qui tisse des liens avec la population.

C’est louable, utile, mais marginal, face à un tourisme de masse porté par une classe moyenne mondialisée qui ne cesse de croître, des compagnies low cost, des tour-opérateurs, des ferrys qui s’apparentent à des immeubles sur l’eau, et l’explosion du phénomène Airbnb. Dérisoire, quand on sait que 95 % des voyageurs mondiaux se rendent aux mêmes endroits, sur moins de 5 % de la planète. Dérisoire, aussi, par rapport à l’hostilité des habitants qui grandit depuis deux ans dans les villes les plus fréquentées – on l’a vu à Barcelone –, au motif que le surtourisme les dénature, vide les centres de leurs habitants, appauvrit les commerces, menace le patrimoine. Mais aussi l’« hostilité des touristes », ajoute Christian Mantei.

Souvent, les mesures prises restent modestes – on ne tue pas la poule aux œufs d’or. On essaie de fluidifier les foules, de mieux les étaler sur l’année, d’inciter à découvrir d’autres sites. Florence traduit l’impuissance, quand la ville fait arroser les parvis d’église pour éviter les pique-niques sur les marches, ou Rome qui régule tant bien que mal la fontaine de Trevi.

Venise (30 millions de touristes par an, quatre visiteurs par jour pour un résident) a expérimenté, en mai, des portiques d’accès aux endroits-clés, qui se ferment s’il y a trop de monde. Mais on retient surtout que l’Unesco lui a donné jusqu’à la fin de 2019 pour agir en conséquence, sinon la cité des Doges sera classée parmi les sites en péril. Quatre lieux ont vraiment pris cette année des mesures visant à réduire les visiteurs : la citadelle de Dubrovnik (Croatie), le Taj Mahal (Inde), Santorin (Grèce) et l’île de Pâques.

Même embarras pour les grands musées, qui savent que leur parcours est devenu pénible. Que le visiteur consomme les tableaux comme s’il était dans un centre commercial. Pas bon pour les œuvres. De plus, les amateurs d’art et le public local les désertent. Le 12 octobre, les directeurs de grands musées du monde (Louvre, Versailles, National Gallery à Londres, Prado à Madrid, Ermitage à Saint-Pétersbourg…) se sont réunis à Rome pour débattre des grands défis. En bonne place, il y avait le tourisme de masse. Les réponses visent plus à encourager la demande qu’à la réduire : horaires plus larges, nouveaux bâtiments, espaces d’accueil et de circulation plus amples. Le Rijksmuseum, à Amsterdam, choie ses touristes en annonçant que la restauration de son tableau-phare, La Ronde de nuit, de Rembrandt, se fera à partir de juillet 2019 sous le regard du public.

Notons ici le choix détonnant du Metropolitan Museum, jusqu’ici gratuit pour tous et qui, depuis le début de l’année, fait payer 25 dollars (22 euros) les non-résidents de l’Etat de New York. Ce choix vise surtout à nourrir ses caisses. Mais imaginons que tous les sites saturés de monde adoptent une mesure similaire. Cette discrimination ouvre nombre de questions. Mais elle a l’avantage d’apporter une réponse quand, pour l’instant, on n’en voit pas.



[Depuis, les cartes ont été rebattues pour une durée indéterminée suite à la pandémie de Covid-19]



☐ 25/11/2018

Tristan Denéchaud
Conseiller municipal à la Ville de Colmar

Tourisme à Colmar : transformer les risques en atouts (par une gestion intelligente)

À Colmar, la place du tourisme devient un sujet clivant, comme dans beaucoup de villes très visitées – on voit les proportions extrêmes que cela peut prendre à Venise, Barcelone ou même dans certains quartiers de Paris.

Dans notre ville, pour résumer, ceux qui profitent du tourisme – essentiellement, les hôteliers et restaurateurs – pensent qu’il faut continuer dans la voie actuelle, donc promouvoir un tourisme de plus en plus massif pour faire de Colmar une destination presque aussi courue et incontournable que Venise, justement. Beaucoup d’habitants, eux ne voient au contraire cette popularité croissante de leur ville que comme une nuisance, et voudraient revenir au moins 30 ans en arrière, dans un Colmar aussi nostalgique qu’illusoire. L’époque de la RMC et du magasin « Villes de France » est révolue…

À mon sens, les deux approches nous mènent dans une impasse. Le tourisme est un atout, et beaucoup de villes, qui se battent pour attirer les visiteurs, aimeraient avoir les mêmes problèmes que nous. Mais c’est un atout qu’il faut savoir canaliser et mettre à profit intelligemment, avec une meilleure cohabitation entre touristes, habitants et travailleurs. Faute de quoi, cela deviendra effectivement une nuisance pour la plupart des gens, à l’image du paroxysme que constituent les week-ends de décembre !

Les avantages tout d’abord. Le tourisme apporte de la notoriété et des visiteurs, une visibilité médiatique, qui remplace un bon paquet de campagnes de communication. Une clientèle à de nombreux magasins, qui peuvent aussi davantage se spécialiser et avoir une offre qu’une ville de 70 000 habitants n’aurait pas normalement. Il fait vivre, bien sûr, une hôtellerie-restauration plutôt bien portante. Il rapporte aussi aux propriétaires colmariens, notamment beaucoup de petits propriétaires qui n’habitent plus forcément sur place ou ont investi dans un appartement secondaire, de bons compléments de revenus par les locations touristiques qu’ils proposent aux voyageurs. S’ajoute à cela, pour la Ville, des recettes de stationnement payant et de la taxe de séjour. Nos visiteurs nous apportent de la richesse et du dynamisme.

Cela étant dit, pour de nombreuses raisons, Colmar ne doit pas se laisser enfermer dans le tout-tourisme.

Lorsque cet apport touristique est mal géré comme actuellement, il nous apporte aussi de nombreux inconvénients :

une notoriété à double tranchant : Colmar est connue comme une sorte d’écomusée ; une ville en couvre-feu dès 19 h, faite surtout pour les retraités aisés, avec ses rues pittoresques et ses restos. Dit comme cela, c’est une caricature. Nous savons bien que c’est en grande partie faux. Mais c’est l’image que dont notre ville souffre trop souvent à l’extérieur. Véhiculée en grande partie par les touristes eux-mêmes, qui même dans leurs compliments nous enferment dans ce cliché. Et attirent donc des touristes similaires.
un tourisme trop saisonnier, concentré sur la période de l’Avent, pendant laquelle réserver dans un restaurant devient compliqué, et la moindre chambre d’hôtel peut coûter 150 € !
un stationnement payant qui permet d’avoir encore des places disponibles, mais coûte trop cher aux habitants, et aux personnes qui travaillent à Colmar !
une taxe de séjour limitée qui rapporte assez pour faire un peu de promotion et des actions ciblées, mais toujours trop peu pour financer des infrastructures de grande ampleur au service de tous.
une évolution du tissu commercial vers davantage de produits soit typiquement touristiques (souvenirs, etc.), soit qui ne sont pas vraiment à la portée de la majorité des bourses colmariennes (Colmar n’étant pas une ville si « bourgeoise », contrairement à ce qu’affirment ceux qui la connaissent mal). Idem pour la restauration, où il devient difficile de bien manger en soirée ou le week-end pour moins de 15 euros…

Enfin, quand les limites se transforment en véritables nuisances, voilà notamment ce dont on parle tout le temps, donc inutile d’y revenir en détail : des problèmes de circulation, y compris à pied, un stationnement saturé en centre-ville, surtout le week-end, et une certaine difficulté à louer un appartement à l’année, les Colmariens faisant de plus en plus souvent de leurs locations des appartements de tourisme.

À mon sens, la première manière de rendre le tourisme intéressant pour les habitants d’une ville, c’est de susciter grâce au tourisme une offre de services et commerciale variée, en diversifiant l’origine géographique, sociologique et générationnelle des visiteurs. Avoir parmi eux davantage de jeunes, pas forcément aisés mais à la recherche de petits restos et magasins bon marché, amateurs de bars, de concerts dans des salles comme le Grillen, ce qui vient augmenter la clientèle potentielle, et donc renforcer une offre qui bénéficie également aux Colmariens ! Pour cela, on a besoin d’une politique plus accueillante pour les jeunes, les backpackers, les cyclotouristes, avec une auberge de jeunesse mieux située, des hôtels « zéro étoile », une meilleure offre bon marché, etc. Et bien entendu de savoir accueillir des gens de toutes origines, avec bienveillance, sans utiliser la naïveté de certains pour les arnaquer (on entend beaucoup d’étrangers se plaindre à ce sujet). Sans oublier de diversifier les concepts culturels. Par exemple, pourquoi ne pas délocaliser quelques concerts de la Foire aux vins, le temps d’un week-end, en centre-ville ou à proximité (Manufacture, etc.), en s’inspirant par exemple des Francofolies à La Rochelle, qui animent toute la ville ? La « Summer night » de la fin août, lancée par les bars colmariens, pourrait elle aussi être déclinée, et avoir lieu plusieurs fois dans l’année. Les rues et places colmariennes sont propices aux animations – artistes de rue, expositions à ciel ouvert, « braderies » thématiques… nous aurions bien plus à offrir que nos jolis colombages. À propos, quelqu’un se souvient-il avoir vu quelque chose se passer sur la place du 2 Février !?

Ensuite, il faut pouvoir faire du tourisme une source importante de revenus pour la municipalité et l’agglomération. Non pas pour « faire du fric », comme disent ceux qui pensent que les services publics tombent du ciel et que les impôts ne servent qu’à enrichir des élus millionnaires. Mais justement pour pouvoir financer ces services publics « en prenant le moins possible dans la poche du Colmarien », selon la formule préférée de Gilbert Meyer. Ceux qui bénéficient aux touristes (musées, parkings…), comme ceux qui sont faits pour les Colmariens uniquement (comme les écoles). Chaque euro versé par les touristes pour des services publics et des animations gérés par la Ville, est un euro de moins à demander au contribuable colmarien.

Pour cela, le premier levier auquel on pense est bien entendu la taxe de séjour. Collectée par les hôteliers pour chaque nuitée passée par une personne majeure au profit de la commune (et du département), il s’agit en quelque sorte d’une mini taxe d’habitation, qui pourrait être un peu augmentée, notamment sur les nuitées en 4 étoiles.

Un autre vecteur important de redistribution entre les touristes et les habitants d’une ville est le stationnement payant. À Riquewihr, Éguisheim ou Kaysersberg, on l’a bien compris depuis longtemps. Un stationnement gratuit partout – premier arrivé, premier servi – ne ferait que pénaliser encore davantage les Colmariens. On évoquera plus en détail le stationnement, car il s’agit typiquement d’un service public partagé entre les touristes, les régionaux et les Colmariens.

Plus précisément pour les marchés de Noël, ce n’est pas forcément aux commerçants de payer pour la sécurité. Certains paient déjà pour les cabanes, et beaucoup pâtissent même du marché de Noël, perdant leurs clients habituels qui ne sont pas forcément compensés par les visiteurs. Si quelqu’un doit payer une contribution pour les marchés de Noël, outre les touristes, ce sont avant tout les hôteliers (et restaurateurs, dans une moindre mesure), qui sont les principaux bénéficiaires de ces marchés. Avec des hôtels et restaurants qui ne désemplissent pas pendant un mois, et des chambres dont les prix doublent, voire triplent le week-end, ils font un chiffre d’affaires record, qui vient bel et bien de la poche des touristes qui sont là grâce à ces animations de Noël. Une contribution spéciale en faveur de la Ville – et donc autant de frais en moins pour le contribuable colmarien – semble être la moindre des choses. Encore faut-il savoir l’organiser et la négocier intelligemment, avec des contreparties de la part de la Ville.

La deuxième façon de faire profiter les Colmariens du tourisme comprend également une dimension financière. Elle consiste à proposer davantage de services publics et culturels, mais à des tarifs différenciés : plein tarif pour les visiteurs, prix réduit pour les gens de la région ou qui ont une activité à Colmar, et prix encore plus réduit, voire gratuité pour les Colmariens. Deux exemples pour commencer, sachant que cette logique peut s’étendre bien davantage.

Les loisirs et la culture : on vient de mettre en place à Colmar un « City Pass ». Très bonne idée, que j’avais d’ailleurs proposée en 2013 sous le nom de « Carte culture Colmar » ! (autant lui donner un nom français ou alsacien…). Mais il faudrait au moins que les jeunes qui étudient à Colmar puissent en bénéficier à prix réduit. Et que les Colmariens puissent en bénéficier gratuitement ou presque. Ainsi, les touristes profitent du nouveau « pass » à un prix encore abordable et viennent contribuer à remplir les musées, les salles, etc., tout en permettant aux locaux d’en profiter aussi, au moindre coût.

Même logique pour le stationnement. Un tarif standard pour les usagers occasionnels, et des abonnements mensuels ou annuels beaucoup moins chers pour les réguliers, qu’ils soient Colmariens ou voisins ! Actuellement, dans les parkings en ouvrage (silos et souterrains), les locaux n’ont pas de prix préférentiel. Bien sûr, ils peuvent prendre un abonnement mensuel, mais celui-ci coûte de 50 à plus de 80 € selon les parkings. Résultat : la majorité n’en profite pas, et essaie de se garer tant bien que mal autour… voire plus loin, gênant les habitants des autres quartiers. Les habitants peuvent encore prendre un abonnement résident pour se garer dans la rue, mais celui-ci ne leur donne pas accès aux parkings en ouvrage (alors qu’on cherche à limiter le stationnement sur la voirie !), et il est aussi trop cher. Enfin, pour les gens qui travaillent en ville, il n’y a aucune solution adéquate.

Pour les résidents, les abonnements aux silos et les « macarons » pour le stationnement dans la rue devraient être interopérables et coûter au maximum 1 € par jour dans le centre historique, et 0,50 € en zone verte. Et pour les gens qui travaillent en ville, une solution à 20-25 € (soit environ 1 € par jour de travail) dans les parkings en ouvrage. Le tout financé en grande partie par les touristes qui, eux, paient le prix « grand public » standard, avec un forfait journée à au moins 5 €. Alors, les Colmariens et salariés du centre-ville pourraient profiter au meilleur prix d’infrastructures rendues rentables par le tourisme.

Tout cela, comme toujours, ne peut avoir du succès que dans le cadre d’une vision globale et à long terme, et avec pédagogie, dans le respect des besoins des uns et des autres. On en est toujours aussi loin…

Tristan Denéchaud
24.11.2018



☐ 15/11/2018

Airbnb + 120% en 2 ans

« À Colmar, la hausse [des logements Airbnb] est particulièrement importante : plus 120 % entre avril 2016 et avril 2018 », soit plus d’un doublement en seulement 2 ans !!! Renchérissement des loyers, baisse du nombre d’habitants permanents, transformation des commerces en alignements de magasins de nougats, caramels, et autres fruits confits… sont les tributs que les résidents paient au quotidien.

Or les municipalités ont du pouvoir : législations et restrictions sur les meublés de tourisme, droit de regard sur le nouveaux commerces ouvrant…

Tandis que les grandes métropoles mondiales et européennes encadrent désormais le tourisme de masse, et que des communes alsaciennes comme Obernai s’y attellent sérieusement (voir le même article), la ville de Colmar a un immense train de retard et songe uniquement à un vague rapport. Quand adoptera-t-elle enfin une vision de développement de long terme ?



☐ 13/11/2018

Edouard Dabrowski

C'est ça que vous voulez à Colmar ?



Personne n'y trouve son compte : ni les touristes, ni les habitants, ni la planète.
Photo Edouard Dabrowski


« Tout un symbole : l'intitulé initial du rapport soumis jeudi soir aux élus de Colmar Agglomération a été corrigé un peu plus tôt dans la semaine. Il n'est plus question d'étudier "l'impact du surtourisme à Colmar" mais seulement du "tourisme". » L'ALSACE/DNA du 10/11/2018. Surtout ne pas appeler un chat un chat. Et de rendre présentable quelque chose qui ne l'est pas. Chez BAYER/MONSANTO, les "pesticides" sont appelés pudiquement "produits phyto-sanitaires".
Le constat est pourtant clair : « L’activité touristique s’est largement accrue à Colmar et ses environs ces dernières années. La période des marchés de Noël devient de plus en plus difficile à vivre pour les habitants, surtout dans le centre-ville de Colmar. » C'est l'Office de Tourisme qui le dit. Le terme "surtourisme" aurait été tout à fait de circonstance.

25.000 euros, c'est ce que va coûter l'étude confiée à un cabinet spécialisé. Son objectif : « Dissocier la réalité objective des nuisances de la perception subjective ressentie », afin d’élaborer « des actions concrètes », notamment « un plan de communication efficace ».
Traduction : les Colmariens subissant les nuisances liées au tourisme de masse ne seraient que des affabulateurs, des râleurs qui râlent pour le plaisir de râler, dont il conviendrait de corriger "la perception subjective ressentie par un plan de communication efficace". Quel mépris envers les concitoyens. Surtout quand la communication s'apparente, comme ici, à de la manipulation.

25.000 euros pour prendre la température des Colmariens et, dans un second temps, tenter de la faire baisser plutôt que de soigner le mal. S'il s'agit de savoir ce que pensent, vivent et subissent les habitants du centre-ville, nul besoin d'études coûteuses, de porte-à-porte ou de sondages, il suffit de consulter la page COLMAR : TOURISME (AVIS / TÉMOIGNAGES) du blog colmarinfo.com pour avoir une idée précise de la réalité de ce qu'ils endurent. C'est gratuit.

L'Office de Tourisme ne veut pas freiner le flux de touristes, qui constitue « un atout économique indispensable », mais le rendre plus « acceptable ». Oui, acceptable ! Il faudra que les Colmariens acceptent que des commerçants cupides s'approprient la ville, avec la bénédiction de la municipalité, imposent leur loi et se gavent sans le moindre scrupule.

L'Office de Tourisme ne s'en cache pas, il redoute que l'exaspération croissante des habitants du centre-ville, s'exprimant sur la page Facebook et sur le blog ne finisse par se manifester dans la rue. Des panneaux "Tourist go home" qui commencent à fleurir dans d'autres villes feraient mauvais genre. « Une moindre acceptation des touristes par la population locale pourrait, à terme, dégrader l’image et la qualité de l’accueil. » Ben voyons. On ne saurait être plus clair. Le bien-être des habitants, l'Office de Tourisme s'en tape.

M. Hemedinger qui, comme chacun sait, a retourné sa veste à l'approche des municipales clame sur tous les toits : le macaron à 600 euros ? « C'est beaucoup trop cher. » Les touristes ? « Je ne souhaite pas faire du centre-ville un parc d'attractions à ciel ouvert. » Et encore : « On ne pourra pas continuer à accueillir plus de touristes. » [L'ALSACE du 6 juillet 2018]. Une fois qu'on a dit ça, on fait quoi ? Le fervent acteur et défenseur de la politique de Gilbert Meyer tente de se refaire une virginité en semblant s'intéresser aux revendications des habitants. Mais le grand écart risque de faire mal. Et ce qui apparaît comme de la stratégie purement électoraliste ne sera pas forcément du goût des Colmariens.

[Mis à jour le 19/10/2019]



☐ 10/11/2018

Clément Tonnot
L'ALSACE/DNA du 10/11/2018

Trop de tourisme tue le tourisme ?

Colmar souffre-t-elle du « surtourisme » ? L’agglomération lance une étude pour mesurer les impacts positifs et négatifs de la manne touristique, que d’aucuns jugent biaisée…


Photo Archives L’Alsace / Thierry Gachon


À l’origine de cette étude commandée par l’office de tourisme de Colmar et sa région, pourtant, un constat : « L’activité touristique s’est largement accrue à Colmar et ses environs ces dernières années. La période des marchés de Noël devient de plus en plus difficile à vivre pour les habitants, surtout dans le centre-ville de Colmar. »

« La perception de la population »

Le rapport pointe notamment « les nouvelles exigences en matière de sécurité » qui ont eu « un impact négatif sur le ressenti des habitants » : « Certains ont le sentiment que les projets sont principalement consacrés au tourisme, le tout amplifié par les réseaux sociaux. »

La formulation du rapport est claire. Il ne s’agit pas de freiner le flux de touristes, qui constitue « un atout économique indispensable », mais de le rendre plus « acceptable » : « Une moindre acceptation des touristes par la population locale pourrait, à terme, dégrader l’image et la qualité de l’accueil », craint l’office de tourisme, pour qui l’étude doit se concentrer sur « la perception de la population ». Objectif : « Dissocier la réalité objective des nuisances de la perception subjective ressentie », afin d’élaborer « des actions concrètes », notamment « un plan de communication efficace ».

L’étude, incluse dans le plan Action Cœur de Ville, sera confiée à un cabinet spécialisé, pour un montant de 25 000 €. Elle sera menée en partenariat avec Atout France, l’Agence d’attractivité d’Alsace et l’IUT Tourisme de Colmar. Il s’agira d’évaluer les retombées économiques, « afin de produire des ratios à visée de communication », mais aussi « l’impact sociétal, pour connaître l’opinion réelle des habitants ».

À la lecture du rapport, jeudi soir, la socialiste Victorine Valentin craint que l’étude ne soit biaisée : « J’ai l’impression que la commande implique de dire que s’il y a gêne, il s’agit seulement de ressenti, et que les retombées économiques sont telles qu’elles justifient la politique du tout tourisme… », anticipe l’élue, qui aimerait que l’étude porte sur « tous les impacts, pas seulement les retombées pour l’hôtellerie-restauration ». Elle évoque les commerces « qui subissent les marchés de Noël, car les Colmariens fuient le centre-ville à cette période », ou les associations « qui ne peuvent plus tenir leurs réunions ».

Yves Hemedinger promet pour sa part que l’étude sera objective : « On voit les critiques des gens sur les réseaux sociaux ou dans la presse. C’est notre responsabilité d’élus que de chercher à connaître l’impact réel du tourisme, positif mais aussi négatif. Cette étude est une bonne nouvelle », assure le premier adjoint colmarien.

« On boucle le centre-ville ? »

Dans les communes environnantes, le principe de cette étude laisse circonspect. Christian Rebert, le maire d’Andolsheim, sera le seul à voter contre, se demandant pourquoi l’agglomération se préoccupe d’un « problème purement colmaro-colmarien ». Une vision immédiatement battue en brèche par l’adjointe colmarienne Claudine Ganter : « L’étude portera sur toute l’agglomération car les retombées, notamment dans l’hôtellerie-restauration, profitent aux communes tout autour de Colmar. Et il ne faut pas oublier que les habitants de Colmar Agglomération sont des usagers à part entière du centre-ville de Colmar. »

« Et si l’étude dit qu’il y a trop de tourisme à Colmar, qu’est ce qu’on fait, on boucle le centre-ville ? », ironise Serge Nicole, le maire de Wintzenheim. Daniel Bernard, de Niedermorschwihr, suggère pour sa part de faire « jouer les vases communicants » et « d’envoyer les touristes en trop aux Trois-Épis, où on en manque ». Ce serait un bel exemple de solidarité intercommunale.



☐ 15/10/2018

Benoît Nicolas

Colmar, une ville attractive ?

Indiscutable selon nos élus !
Le palmarès du Journal l'Express des 50 villes les plus attractives de France est paru (basé sur 24 critères objectifs : coût de l'immobilier, sécurité, circulation et transports publics, vie nocturne, bassin d'emploi, création d'entreprises, etc...).
Sans être exhaustif :
– Dijon : 7ème
– Strasbourg : 10ème
– Besançon : 16ème
– Annecy : 24ème
– Chambéry : 35ème
– Belfort : 40ème
– Mulhouse : 44ème.
Et Colmar ?
Pas dans le classement !
Mais Colmar est la 1ère ville de FRANCE des clients Airbnb au palmarès 2018 des destinations de vacances les plus accueillantes.
Un choix, une politique !
Et les Colmariens ?
Qu'en pensent-ils ?
Un des premiers élus de la Ville, politique professionnel depuis 25 ans, nous avait servi cette citation de Talleyrand (personnage politique cynique et opportuniste de la Révolution) : « Quand je me regarde je me désole, quand je me compare je me console. »
OK.
Monsieur le Maire et les élus de la Ville aiment les classements.
Parfait.
Pourquoi COLMAR n'est-elle pas dans le classement des 50 villes de FRANCE mais 1ère du classement Airbnb ?
IL EST DONC TOUT À FAIT POSSIBLE DE FAIRE BIEN MIEUX À COLMAR
NOTRE ACTION ENTRE DONC dans le champ du possible.
SUPER.
Il y a donc un espoir de faire mieux, beaucoup mieux pour que COLMAR entre dans ce palmarès des 50 villes où il fait bon vivre et travailler !
Quelle chance, quelle opportunité !
AGIR POUR COLMAR




☐ 29/6/2018

- AGIR POUR COLMAR -

LETTRE OUVERTE DE BENOÎT NICOLAS À ERIC STRAUMANN

Cher Eric, je viens de lire ton message.
Il faut réaliser quelle est la situation réelle des Colmariens à ce jour.
Il existe une pression touristique qui ne cesse de s'accroître à COLMAR.
C'est un constat objectif.
Il ne s'agit pas de le rejeter, bien entendu.
La vision que j'en ai n'est pas négative.
J'espère me tromper mais l'afflux va être massif.
Cette pression sera décuplée à compter de septembre soit après la diffusion de cette émission de télé-réalité chinoise (plus de deux milliards de vues...) avec au programme :
- des dizaines de milliers de visiteurs
- le reste de l’Asie qui va suivre par effet d'entrainement,
- un vol direct PÉKIN/MULHOUSE
- des tour-opérateurs qui vont vendre COLMAR à des millions de personnes en Asie et non simplement en Chine.
Le tourisme est une excellente chose.
Le tourisme de masse génère d'importantes contraintes.
C'est effectivement un formidable moteur économique.
Je suis bien placé (non seulement comme simple observateur exerçant professionnellement au centre-ville de COLMAR depuis 2003, mais également comme partenaire commercial d'un hôtel-restaurant depuis près de 5 ans) pour considérer que c'est un apport.
Le tourisme est donc un atout formidable pour toute l'Alsace et pour Colmar.
Mais permettre aux Colmariens de vivre à COLMAR, et surtout en son centre, doit être une priorité.
Colmar appartient d'abord aux Colmariens.
Cela doit aussi être une préoccupation essentielle !!!
La première des préoccupations d'un élu d'ailleurs.
C'est le sens de mon engagement en politique avec AGIR POUR COLMAR.
Cette pression touristique n'est pas compensée.
Elle ne cesse de s’accroître et se cumule avec une série de contraintes financières et matérielles générées par la politique de la ville notamment quant au partage de l'espace public et surtout quant au coût de l'espace public complètement ahurissant.
Il s'agit d'une fiscalité habilement déguisée !
Mais ce coût pousse les Colmariens à abandonner la ville en son centre.
Le phénomène de gîtification est massif.
Cela concerne l'ensemble des Colmariens, de tous les quartiers, qui sont attachés :
- à la qualité de vie à COLMAR,
- à l'ambiance de la ville qui est magnifique notamment grâce aux efforts réalisés depuis des années,
- à la possibilité d'y vivre, d'y trouver des commerces de qualité.
Mais les gens, les résidents, fuient aujourd'hui le centre qui se transforme à vue d’œil.
L'appauvrissement de ces qualités est évident.
Pourquoi tant de contraintes pour vivre à COLMAR.
Pourquoi un tel coût pour vivre à COLMAR avec toutes ces contraintes !!!!
En continuant à ce rythme, COLMAR risque d'y perdre son âme, continuera de perdre ses habitants notamment au centre de la ville et risque d'être abandonnée à ce tourisme de masse.
Je crois, plutôt, j'ai la conviction que les Colmariens en font le triste constat actuellement.
Il faut avoir le courage de proposer autre chose.
Nous y travaillons avec notre équipe.
Je suis prêt à en débattre avec toi en tout état de cause.
Bien à toi.



☐ 12/6/2018

Tourisme, stationnement

Miser sur le tout-tourisme (Gilbert Meyer espère des millions de touristes chinois pour ces prochaines années) est incompatible, quoi qu'il en dise, avec la préservation de la qualité de vie des résidents. Ceux-ci vont finir par quitter le centre-ville, de même que les commerçants qui ne souhaitent pas se transformer en vendeurs de caramels et de nougat. Il suffit de lire les nombreux témoignages pour se rendre compte du malaise. Le centre-ville de Colmar est en passe de devenir le parc d'attraction pour touristes que Gilbert Meyer appelle de ses vœux.

Le gros problème des résidents et des travailleurs du centre-ville est celui du stationnement, non résolu à ce jour. Le maire est resté sourd aux pétitions, aux courriers, celui qui se dit adepte du dialogue a rembarré comme des malpropres les médecins et autres professionnels de la santé qui lui ont demandé, en vain, une entrevue. E.D.



☐ 7/6/2018

Edouard Dabrowski

Téléréalité chinoise à Colmar : une bien triste réalité

Stéphane Bern peut aller se rhabiller : avec sa force de frappe de centaines de millions de téléspectateurs, le 2ème groupe télévisuel chinois, spécialisé dans le divertissement, va faire de Colmar le phare de l'Alsace, du Grand Est, de la France et pourquoi pas du monde, à en croire la presse déchaînée. Partout, ce ne sont que des hourras de victoire, on se congratule, on brandit des chiffres qui donnent le vertige, on imagine déjà Colmar roulant sur l'or par la grâce du pouvoir d'achat chinois. Les Chinois ne sont-ils pas les premiers consommateurs de produits de luxe au monde (25%), signant ainsi leur réussite sociale ?
Ce qu'ils achètent en priorité, dans l'ordre : 1/ des montres ; 2/ des vêtements et accessoires ; 3/ de la maroquinerie ; 4/ des bijoux ; 5/ des cosmétiques ; 6/ des produits électroniques.
Et quelles sont leurs marques favorites ? Toujours dans l'ordre : 1/ Vuitton ; 2/ Chanel ; 3/ Gucci ; 4/ Armani ; 5/ Dior ; 6/ Rolex ; 7/ Cartier ; 8/ Prada.
C'est là qu'est le hic : Colmar n'est pas en mesure de répondre à une telle demande ! Les Chinois qui transitent par la cité de Bartholdi le savent très bien. Ils n'y restent en moyenne que 2 heures et demie, de l'aveu même d'une guide, le temps de faire quelques selfies devant le bistrot des Lavandières où a été tournée la téléréalité, avant de continuer leur périple. Tout au plus achèteront-ils des magnets ou des cigognes en peluche made in chez eux et consommeront une tarte flambée à trois. Tous les commerçants avec qui nous avons pu discuter s'accordent à dire que cette clientèle-là n'est pas intéressante.



☐ 4/6/2018

M. Grunenwald tire la sonnette d'alarme

Bien que faisant partie de la majorité municipale, M. Grunenwald n'a pas hésité à exposer son point de vue à contre-courant du discours habituellement servi, lors du dernier conseil municipal, au sujet de la disparition programmée du commerce traditionnel. Que M. Grunenwald soit Président de l'Office du Tourisme, donne encore plus de poids à ses paroles, d'une cruelle lucidité. Que dit-il ? : « À l'heure actuelle, ce que nous voyons, et c'est une certitude, c'est qu'il y a déplacement massif du commerce colmarien vers l'extérieur. Qu'est-ce qu'il y a à l'heure actuelle ? C'est un commerce lié au tourisme et le commerce traditionnel disparaît du centre-ville, nous sommes en face d'un véritable problème et qui va aller en s’aggravant. »



☐☐☐


Venise, Riva degli Schiavoni, photo E. Dabrowski



LE TOURISME DE MASSE

C'est un paradoxe : même les opposants les plus farouches au tourisme de masse sont partie prenante... Qui n'a pas fait de voyage touristique ces derniers temps, ou ne projette d'en faire ? Et même si nous nous efforçons d'être le plus respectueux possible des lieux que nous visitons, nous prenons quand même l'avion et louons des gîtes... Cette ambiguïté a été soulignée dans un récent article de Télérama (N° 3577) dont voici un extrait : « (...) s'interroger sur notre culture de la mobilité motorisée, c'est poser la question des limites dans tout ce qu'elle a de plus dissonant et rabat-joie pour nos sociétés. Le tourisme est si étroitement lié à notre mode de vie qu'il est difficile de le critiquer. Comme il est quasi inconvenant de questionner le recours à l'avion, devenu banal. C'est « critiquer tout un chacun, c'est-à-dire délibérément se faire des ennemis », écrit Rodolphe Christin. « Nous sommes tous des touristes potentiels. » C'est mettre en cause notre droit au délassement, à l'insouciance, à la liberté, bref, se placer à rebours de l'air du temps et de la mythologie du voyageur moderne qui a envahi nos quotidiens, des rayons des librairies aux fils Instagram. (...)

C'est, aussi, appuyer là où ça fait mal : le tourisme est le repos du guerrier-travailleur, et cette nécessité de «partir» interroge la qualité de notre vie quotidienne. « Grâce au tourisme, nous sommes prêts, de nouveau, à nous vendre à fond à notre activité productive, celle qui finance, justement, la gamme plus ou moins étendue de nos loisirs, poursuit le sociologue. Car nous vivons à côté de nous-mêmes le reste du temps. Le tourisme est une compensation thérapeutique permettant aux travailleurs de tenir la distance et d'accéder aux mirages de la qualité de vie, au milieu d'un air, d'une eau, d'une terre pollués comme jamais auparavant. » (...)


UNE CROISSANCE EXPONENTIELLE

Nombre de touristes internationaux :

1950 : 25 millions
1980 : 279 millions
2000 : 674 millions
2015 : 1,186 milliard
Prévision pour 2030 : 1,8 milliard

(Ces chiffres ne tiennent pas compte des touristes dans leur propre pays)


DES EMPLOIS CRÉÉS

L’activité touristique génère une part importante de la richesse des pays européens, jusqu’à 11% dans le cas de l’Espagne. D’après l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), organisme onusien basé à Madrid, un emploi sur dix dans le monde est lié au secteur touristique, qui représente 10% du PIB mondial.


LES MÉFAITS

Le tourisme de masse a souvent des répercussions négatives sur la population locale et l'environnement. Des déchets sont produits en masse, beaucoup d'énergie et d'eau sont nécessaires. L'eau, une denrée rare dans les pays chauds attractifs, est particulièrement gaspillée au sein des grands complexes hôteliers, au détriment des populations locales (eau courante, irrigation, etc.). [Wikipédia]

Il ne s'agit ici que des nuisances visibles : « La contribution du tourisme au réchauffement climatique reste, elle, encore largement taboue. En mai dernier, une étude publiée dans la revue Nature Climate Change révélait que 8% des émissions de gaz à effet de serre étaient dus aux flux touristiques (...). Même constat étouffant quant à l'impact de cette mobilité motorisée sur la qualité de l'air ambiant. »

La joie de vivre et le soleil de Majorque, la plus grande des îles espagnoles des Baléares, attire de nombreux touristes. Mais cela entraîne tous les excès d'un tourisme de masse. Il n'est pas rare d'y déplorer des nuisances sonores, des bagarres en pleine rue, des beuveries, des plages souillées. Ce paradis méditerranéen est peu à peu devenu un enfer pour les habitants. [franceinfo]

À Lisbonne, la multiplication d'appartements touristiques a fait grimper en flèche les prix du logement dans le vieux quartier d'Alfama.

« Aujourd'hui, à Alfama, il est difficile de trouver un loyer de moins de 1000 euros par mois, un montant énorme pour un Portugais dont le salaire est souvent inférieur à cette somme », a déclaré à l'AFP Maria de Lurdes Pinheiro, présidente de l'Association du patrimoine et de la population d'Alfama.

Même dans l'île écossaise de Skye, au paysage sauvage, les autorités sont préoccupées par l'encombrement des routes ou les dégradations de l'environnement qu'entraîne ce boom de la fréquentation.


LES HABITANTS PROTESTENT

[Huffpost] Après plusieurs villes espagnoles, italiennes ou croates, c'est au tour de San Sebastian, dans le pays basque, de manifester contre le tourisme de masse.

« Vous n'êtes pas les bienvenus » : à Barcelone et dans d'autres destinations touristiques européennes, le flot de touristes commence à susciter l'hostilité d'habitants décidés à reconquérir leurs villes. Des romantiques canaux de Venise aux remparts de Dubrovnik, en passant par l'île écossaise de Skye, les touristes sont devenus un cauchemar pour certains riverains malgré la manne financière qu'ils apportent. Dans le quartier côtier de la Barceloneta, les habitants protestent depuis des années contre les nuisances : ivresse, rapports sexuels en pleine rue... Et dorénavant, l'envolée des loyers en oblige même certains à partir.

« Plus jamais un été comme celui-ci », « Pas de touristes dans nos immeubles », « Vous n'êtes pas les bienvenus », lisait-on samedi sur des pancartes lors d'une manifestation d'habitants sur la plage habituellement bondée de touristes.

De telles actions, qualifiées par la presse de « tourismophobie », détonnent en Espagne, troisième destination touristique mondiale, d'autant plus prisée que les vacanciers évitent l'instabilité en Tunisie, en Égypte ou en Turquie.

Une organisation d'extrême gauche a même arrêté un bus de touristes à Barcelone au début du mois pour enduire son pare-brise de peinture, et à Palma de Majorque, aux îles Baléares, manifesté sur le port avec des fumigènes, déployant une banderolle : "Le tourisme tue Majorque".


LES MUNICIPALITÉS RÉAGISSENT

"L'objectif est de rendre la ville à ses habitants"

La «tourismophobie» gagne les habitants et pousse les édiles à limiter ou encadrer les flux. Plafonnement des entrées, gel de l'offre d'hébergements, quotas de croisiéristes... les initiatives vont bon train. Mais elles visent surtout à lisser la fréquentation pour diminuer les nuisances, car rares sont les maires prêts à renoncer à l'argent des visiteurs. Voici des plans d'action parmi les plus déterminés [France info] :


BARCELONE

Le centre sanctuarisé.
Limitation du trafic dans le centre.
Impossible d'y ouvrir un nouvel hôtel ou d'accroître le nombre de lits dans les structures existantes. Les hébergements chez les particuliers doivent impérativement faire l'objet d'une licence municipale. La maire, Ada Colau (Podemos), a fait fermer plus de 200 meublés sans autorisation et inflige des amendes de 30 000 euros à leur propriétaire. Elle a notamment mis sous pression Airbnb, en menaçant la plate-forme d'une amende de 600 000 euros.


DUBROVNIK

En 2016, la perle de l'Adriatique a enregistré un nombre record de 10388 visiteurs en une seule journée. Inquiète pour l'authenticité de la citadelle, inscrite au patrimoine mondial en 1979, l'Unesco a menacé à mots feutrés de retirer son patronage si les autorités locales ne plafonnaient pas les entrées quotidiennes à 8000. Le message a porté : le maire Mato Frankovic a annoncé son intention d'abaisser le quota à 4000 personnes par jour cette année. Comme à Santorin, c'est sur le flux de croisiéristes que le premier magistrat de la ville entend jouer. Depuis janvier, les discussions ont débuté avec la CLIA (Cruise Lines International Association) pour lisser les arrivées de bateaux. Le maire a souligné qu'il était prêt à assumer un manque à gagner.


VENISE

Grande première, cette année, pour le carnaval de la Sérénissime. La municipalité a instauré un "numerus clausus" de personnes autorisées à accéder à la place Saint-Marc pour assister à la cérémonie d'ouverture officielle, le célèbre «vol de l'ange». Des vigiles ont été placés de bonne heure à tous les points d'accès pour comptabiliser les entrants. Au seuil de 20000 visiteurs, ils avaient pour consigne de bloquer l'accès. Redoutée par ses organisateurs, l'opération s'est relativement bien déroulée. Ce qui ne présage pas nécessairement de la suite. Prochainement doivent être mis en place, à des endroits stratégiques de la ville, des capteurs qui permettront d'orienter la foule vers des parcours alternatifs. Les lieux en surchauffe pourront être fermés. Six technologies différentes sont en train d'être testées.


PALMA DE MAJORQUE

Depuis deux ans, il est encore plus facile pour les touristes de se loger grâce au phénomène Airbnb. Une décision a été prise par la commune pour réagir cet été. "Toutes les locations d'appartements sont interdites en ville, dans des immeubles comme ceux-ci. Seules les locations de villas sont autorisées. L'objectif est de rendre la ville à ses habitants, qu'elle soit plus vivable pour tous, plus agréable", explique Antoni Noguera, le maire de Palma de Majorque. Selon ce dernier, il y a urgence, car la ville perd ses habitants à cause des loyers qui ont augmenté.


AMSTERDAM

Magasins de souvenirs ou de restauration rapide... plus aucune échoppe destinée aux touristes ne pourra désormais ouvrir dans l'hypercentre d'Amsterdam. Une quarantaine de rues sont concernées: près de 300 points de ventes de ce type y sont déjà présents, qui dégradent l'image du quartier. Il s'agit de stopper la «Disneyfication» de la Venise du Nord. Les autorités frappent aussi côté hébergements touristiques. Déjà limitée à 60 jours, la durée maximale de location d'un appartement privé vient d'être réduite de moitié. Comme dans les autres capitales européennes, l'offre de logements de ce type explose: leur nombre est passé de 4500 à 22000 ces quatre dernières années. Les amendes infligées aux loueurs qui enfreignent les règles ont rapporté 1,9 million d'euros l'an dernier à la municipalité. Cerise sur le gâteau, celle-ci a décidé d'augmenter de 10% la taxe de séjour.


Airbnb dans le collimateur

[franceinfo] Paris, Barcelone, Madrid, Amsterdam et Lisbonne veulent mieux réguler les plates-formes de locations touristiques et elles le font savoir à l'Union européenne (UE). « Dans beaucoup de villes, nous avons mis en place des outils de régulation. Aujourd'hui, Airbnb se tourne vers la Commission européenne pour casser ces législations et remettre en cause ces dispositions prises à l'échelle locale, parfois nationale. C'est donc un combat, mais nous allons prendre notre bâton de pèlerin et plaider la cause des habitants de nos villes qui ne veulent pas être empêchés d'y vivre », explique Ian Brossat, adjoint à la Ville de Paris.


Des jours de location limités :

Pour l'instant, le droit européen reste avantageux pour ces plates-formes d'e-commerce. Elles ne sont d'ailleurs pas tenues pour responsable en cas de publication d'annonces illégales. Les villes réclament donc une plus grande régulation de la part de l'UE. À Paris, depuis le 1er décembre 2017, tout loueur de meublés touristiques doit s'enregistrer auprès de la mairie de Paris. La location de résidence principale est limitée à 120 jours par an. [France info]


Des mesures prises sur le plan national :

De nouvelles sanctions et davantage de contrôles. L'Assemblée Nationale a voté vendredi 8 juin un encadrement renforcé des locations touristiques de type Airbnb avec notamment des sanctions accrues contre les propriétaires ne respectant pas leurs obligations et de nouvelles amendes pour les plateformes de mise en relations entre les propriétaires et les clients.

AirBnb, Abritel et autre Leboncoin ou Home Away promettent de bloquer toutes les annonces une fois passé 120 nuits de location, qui est la limite prévue par la Loi. Cette limitation ne concerne pas les chambres au sein d’une résidence principale.


Les autres communes qui encadrent les locations touristiques :

On peut parler de Bordeaux, Cannes, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Nîmes, Sète, Versailles, Levallois-Perret mais aussi de plus petites communes telles que Roquebrune-Cap-Martin, Saint-Paul-de-Vence, Menton et toute la communauté de communes de Biarritz. Pour certaines, il s’agit de préserver le parc de logements disponibles, pour les autres, il s’agit aussi de protéger le secteur hôtelier implanté sur leur territoire.


- à méditer :

Le tourisme de masse produit « des effets extrêmement clivants sur la population locale : d'un côté, des gens s'enrichissent et, de l'autre, des gens subissent, sont prolétarisés et marginalisés », déclaration à l’AFP de l’anthropologue Jean-Didier Urbain.

« La libération initiale, devenue la norme, se fait oppressante. Elle martyrise nature et sociétés humaines, opprime l'esprit des voyages et transforme l'hospitalité des lieux en prestations, les habitants en prestataires, les paysages en décors. »
Rodolphe Christin

« Profiter du monde ne revient-il pas à le consommer dans « un frénétique élan de mondophagie » ? Le parcours s'est banalisé et balisé, et le touriste, au passage, a viré vampire plus que bienfaiteur de la diversité. »
Weronika Zarachowicz

« tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre »
Blaise Pascal, Pensées

« Le tourisme [de masse] enlève quelque chose à nos quartiers. Il les rend banals, les uniformise. »
Santi Ibarra

« Viser les touristes est cependant une erreur, les pouvoirs locaux et nationaux sont généralement peu préparés. Il est toujours plus facile de désigner l’étranger, l’autre comme une nuisance, alors que les mafias locales et l’impréparation des élus au phénomène est majoritairement la cause de la dégradation des modes de vie. »
Maria Gravari-Barbas, géographe et Directrice de la Chaire Unesco "Culture, Tourisme, Développement" à Paris I Panthéon-Sorbonne

« Le monde ne doit pas devenir un supermarché organisé pour la satisfaction d'un mode de consommation ubérisé et avide. »

« Le tourisme n'a plus un but de perfectionnement humain. L'objectif principal est désormais de s'amuser et de se détendre, dans des atmosphères qui tendent à s'uniformiser, voire s'aseptiser. »


Sources : Wikipédia, France info, AFP, Sud Ouest, Les Echos, Huffpost, Télérama



☐ Colmar, la Villa Columbaria, ville libre du Saint-Empire romain germanique, joyau de la Renaissance, berceau de Schongauer et Bartholdi, la perle de la plaine du Rhin qui a vu séjourner empereurs et écrivains, scientifiques et prélats, est en train de revenir dans la lumière grâce à ces "instagrameuses" et stars de la télé-réalité chinoises que l'office du tourisme s'évertue à attirer et dont ses ouailles surveillent, commentent, partagent et louent fébrilement chaque selfie pris sur le pont de la Petite Venise que ces tour-opérateurs évidemment philanthropes érigent en incontournable des parcs d'attractions de cette petite chose pleine de légendes constitué par l'ensemble France-Italie-Allemagne (pour les Chinois, c'est plus au moins pareil). Ainsi, cela se visite "groupir" et uniquement sous l'angle du selfie, cela se déguste via les quelques restos chinois de la ville ayant conclu accord avec les tour-opérateurs et moyennant de menus crochets par les échoppes à "alsatiques" comme on le dit dans le landerneau, c'est-à-dire les cigognes en peluche et les magnets qui retournent d'où ils viennent (la Chine) dans une absence sidérante de réflexion "carbone", c'est pas grave, fallait y être, fallait y claquer son selfie comme on verrouille un cadenas d'amour sur le Pont-Neuf, aujourd'hui le tourisme c'est cela, aucune interaction, aucune immersion, aucun échange, aucun intérêt sauf pour les gardiens du temple qui monnaient leurs AirBnB et leurs magnets "alsatiques" et nous devrions nous estimer heureux que ces gens-là aient encore besoin de dormir sans quoi j'ignore ce qu'il resterait au vulgum pecus né là, bien obligé de se garer, bien obligé de bosser, bien obligé de passer, celui même que l'on souhaite chasser de son habitat comme on chasse les tribus indigènes dans les forêts aux arbres convoités... Des gens qui ne laisseront rien, n'emporteront rien d'autre que leurs maudits selfies sur le pont de la Petite Venise, qui ne s’imprégneront en rien et qui, fondamentalement, n'en ont rien à foutre de Colmar, ville libre du Saint-Empire, joyau de la Renaissance aux édifices néo-gothiques, néo-classiques, néo-médiévaux, baignée dans la torpeur luthérienne et l'humanisme rhénan, l'important étant de surfer sur un effet de mode étrange, voire loufoque porté par une émission de télé-réalité chinoise, « chinese restaurant », qui cherchait juste un décor en carton-pâte à vingt mille lieues de la grise Chine pour capter l'audience de cette jeunesse perdue dans les artefacts d'une existence par procuration... D'une vie à travers une perche à selfie exigeant de cautionner tout ce qui est salutaire pour le genre humain : les voyages en avion, la bouffe en plastique, les AirBnB, les usines à touristes, les fabriques à souvenirs... Le Colmarien, quant à lui, apprend chaque semaine, chaque mois que tel parking devient payant, que telle dent creuse deviendra un hôtel bardé de stationnement-minutes gratuits afin que, contrairement au Colmarien riverain du centre, le touriste puisse décharger son coffre, poser la voiture dix minutes avant de la foutre ailleurs, un luxe refusé à l'administré-cochon-payeur-râleur qui lui, certes, n'achète pas de souvenirs ni ne loue d'AirBnB et que l'on boute hors de la cité... Le Colmarien contemple béat le ballet des grues qui bâtissent et érigent ces temples à touristes d'un nouveau genre, avant-gardistes et achalandés, parce que là on a des moyens et on a des idées... N'oublie pas, Colmarien, que tu n'es jamais, ô grand jamais lésé : en échange de tous tes sacrifices, ton antre accueille la crème des influenceuses chinoises alors émerveille-toi, prosterne-toi et pâme-toi...