Ukraine (guerre)


☐ 30/4/2022

Pierre Duriot

Le jeu dangereux des Anglais

Nous sommes parvenus à une phase critique avec la Russie, au cours de laquelle Poutine pourrait donner un coup de semonce très prochainement.
Comme ils l’ont fait pour l’Irak, les Américains veulent affaiblir la Russie et la faire revenir à l’époque du Moyen Âge. Mais ils ne veulent pas d’une guerre frontale, dans laquelle ils prendraient des risques pour leur intégrité territoriale. Rappelons que les Russes ont attaqué à cause de la présence américaine en Ukraine, par le biais de bases et de laboratoires bactériologiques. Également, que le cabinet Mac-Kinsey est à la manœuvre, comme il a réglé l’élection de Zelensky, à l’origine, banal artiste de music-hall. L’Europe, dans ce conflit, en l’absence d’adhésion de l’Ukraine à la CEE et à l’OTAN, ne prend des décisions que pour les intérêts américains et s’aperçoit que ses mesures d’embargo ont pour premier effet majeur, de nuire à l’économie européenne elle-même, alors que les USA tirent les marrons du feu en vendant gaz et armes.
(...) Les Anglais font la guerre à la Russie, par procuration, en se servant des Ukrainiens, avec en toile de fond, un retour sous hégémonie américaine, exactement comme après la guerre de 39/45. L’Europe doit se reprendre très rapidement, pour préserver ses intérêts, plutôt que de s’aligner sur les États-Unis au risque une fois de plus d’être le dindon de la farce. La prudente Suisse, a choisi de ne pas livrer de munitions aux Ukrainiens et nous devons privilégier la voie diplomatique, enjoindre aux Américains de retirer leurs pions en Ukraine, afin que cesse l’escalade.
Jean-Pierre Clément-Jabouina, secrétaire général délégué du Rassemblement du Peuple Français.
30.4.2022


Dan Washer

Rien à voir avec les intérêts américains. Les Américains sont victimes comme les autres des gangsters de la Mafia de Davos, qui suit un plan bien précis de destruction des cultures, des peuples et des nations et d'effacement de l'Histoire, pour semer un chaos qui permettra ensuite de mettre en place le monde dont ces gangsters rêvent.
Ils appellent ça "La grande réinitialisation" (en anglais "The Great Reset"), et ils ne s'en cachent même pas. Il suffit d'écouter des gens comme Klaus Schwab, qu'on surnomme le gourou de Davos, ou Yuval Noah Harari, qui font partie des têtes pensantes de cette Mafia de Davos, que j'appelle aussi Gang des Bigs (Big Pharma, Big Tech, Big Food & Big Finance).
Seulement, ces psychopathes mondialistes sont tombés sur un os avec Poutine qui n'a aucune envie de dissoudre la Russie dans un monde globalisé, et ils sont de plus en plus nombreux à rentrer en oppostion avec le délire génocidaire du "Great Reset", qui relègue Adolf Hitler et Staline au rang de "petits-bras".
30.4.2022



☐ 28/3/2022

Éric Denécé : "Il ne faut pas éluder les responsabilités du régime de Zelensky"

⇒ https://www.youtube.com/watch?v=INwOOm8uWU0





☐ 28/3/2022

Bernard Friedrich

Ce que je vois, lis ou entends ces derniers jours me conforte dans l'idée qu'il n'était peut-être pas si judicieux de se précipiter pour aller chercher des réfugiés (déjà sauvés en fait) pour se retrouver aujourd'hui avec sur les bras des milliers de malheureux dont on ne sait s'occuper ! Réfléchir avant d'agir ! Dommage que l'État ait attendu si longtemps avant de mesurer l'immensité du défi ! Je reste d'avis qu'il faut tout faire pour maintenir des "communautés" qui pourraient d'ailleurs servir de famille d'accueil aux innombrables gosses isolés : ce qui suppose que nous ayons la "générosité" de sacrifier quelques-unes de nos structures destinées au tourisme de masse pour offrir à ce peuple dans la misère un cadre de vie digne en attendant qu'il puisse retrouver son sol dès que les circonstances le permettront. L'hébergement "individuel" devrait rester une exception.

Générosité et réalisme !

Ils sont sublimes tous ces actes généreux qui chaque jour de plus en plus nombreux viennent porter secours aux milliers (millions en fait) d'Ukrainiens fuyant leur pays. Et pourtant certains peuvent poser question.
La récupération, l'acheminement, l'accueil puis la répartition et le suivi des réfugiés, ne peuvent être laissés à l'initiative « privée » aussi noble cette dernière puisse-t-elle être ; sauf cas exceptionnel lorsqu'il s'agit de recueillir des membres de sa famille ou de proches. Il s'agit d'une responsabilité et compétence exclusives de l'État !
En effet, seul l'État peut décider de qui entre et séjourne sur son territoire ; seul l'État et ses représentants disposent des moyens pour réquisitionner si nécessaire personnes et biens, fixer les règles, fournir les moyens indispensables aux fonctions de la vie courante telle que sécurité ou soutien médical etc. Aucun citoyen, aucune association ne dispose de ces pouvoirs ! Mais la solidarité, la générosité, l'adhésion de tous est indispensable.
Dans l'immédiat, ces « réfugiés » vivent dans des conditions plus ou moins confortables, peut-être loin des membres de leur famille. Mais au moins la peur et la misère ont baissé d'un cran ! Demeure l'inquiétude de lendemains incertains dans des lieux inconnus.
Notre territoire regorge de mobil-homes conçus pour une vie décente et implantés sur des terrains de camping pour la majorité proches des commodités ; endroits parfaits pour concilier vie familiale et respect des communautés qui pourront y recréer au mieux leur cadre de vie traditionnel. Lieux où en outre il est facile d'organiser les relais administratifs et de soutien indispensables. Et bien d'autres structures prêtes à l'emploi à moindre coût existent ! Notre solidarité s'y concrétisera par les gestes de soutien que chacun de nous y apportera au quotidien.



☐ 21/3/2022

Anne-Sophie Chazaud

La bêtise : cet autre visage de la mort de l'Occident

J'avais, dans une précédente publication, fait part de mon profond désarroi face à la tournure prise par l'invasion de l'Ukraine (que je considère comme tout à fait inacceptable parce que je n'ai pas attendu, moi, cet événement pour être souverainiste) et face à divers autres fléaux qui marquent notre époque de manière particulièrement préoccupante et anxiogène.
Je ne mentionnais pas, parmi ces-derniers, la profonde stupidité qui marque, me semble-t-il, la mort cérébrale de l'Occident.
Outre que celui-ci se montre parfaitement incapable de comprendre les enjeux de la grande redistribution des rapports de force à l'échelle mondiale en cours (l'on y voit plus clair à présent sur ce sujet avec un peu de recul : Chine + Russie + très nombreux pays non alignés), il semble qu'un gigantesque concours de débilités ait été engagé en son sein.
J'avais, dans un article que je remets ici en lien, pointé assez tôt en la dénonçant la pulsion épuratrice en cours visant des artistes russes, des athlètes paralympiques et même des... chats russes expulsés des concours félins, pulsion qui ne semble pas déranger grand monde.
J'avais également souligné l'ineptie consistant à censurer la chaîne RT, sans passer par la moindre procédure judiciaire et sans que le moindre fait de désinformation n'ait été constaté par le CSA désormais ARCOM à l'exception d'un microscopique sujet sur la Syrie en 2018 dont d'ailleurs la chaîne avait été blanchie (il est vrai que l'Occident a beaucoup de leçons de vérité à donner concernant ses interventions déstabilisatrices et meurtrières de par le vaste monde, notamment au Proche et au Moyen-Orient, comme par exemple en Irak au sujet de quoi rappelons que Julian Assange croupit dans les geôles anglo-saxonnes aux ordres US depuis des années pour avoir simplement aidé les citoyens à connaître la vérité – la vérité sur les mensonges atlantistes – bref).
En revanche, il semble que depuis la rédaction de cet article où j'avais hélas vu juste, l'Occident se soit lancé dans un grand concours de débilités sur lequel il m'est tout à fait impossible de demeurer silencieuse : l'on apprend ainsi aujourd'hui que sous la pression des habituels syndicats wokistes jamais à l'abri d'une stupidité, un collège français serait débaptisé parce qu'il porte le nom de Soljenitsyne. C'est intéressant de savoir à quels incultes l'on confie ses enfants... L'on apprend également que la Space Symposium Conference va censurer le nom de Youri Gagarine dans un grand élan de bêtise cosmique.
L'unanimisme du Camp du Bien (aussi condamnable l'invasion de l'Ukraine soit-elle, et dans laquelle toutefois, il faut être assez bête pour ne pas comprendre que Poutine n'est qu'une sorte de ruse résiduelle de la Raison et de l'Histoire en train de s'accomplir et de se redéfinir pour les décennies à venir), comme toujours, me rebute et apparaît dans tout l'éclat de sa gigantesque bêtise, toute armée de sa bonne conscience épuratrice et du seul paradigme mental qui lui tient lieu de réflexion depuis plusieurs décennies : le point Godwin (ce qui explique l’incapacité à comprendre les réels enjeux en cours : quand on n'a qu'une seule idée fixe pour comprendre le monde, c'est sûr qu'on est un peu limité. Ajoutons qu’il est assez piquant d’observer l’habituel troupeau gauchisant et moralisant voler au secours d’une armée ukrainienne notoirement infiltrée de bataillons pour le coup réellement néo-nazis. Comprenne qui pourra).
Je reçois de nombreux témoignages de personnes russes ou russisantes qui sont à présent inquiétées en raison de leur nom, de leurs origines ou de leur pratique culturelle et/ou professionnelle.
J'avais pourtant cru comprendre que le racisme et la discrimination étaient à proscrire. À force de "canceler", l'Occident américanoïde va finir par se supprimer lui-même, et franchement, vu le niveau, ce sera peut-être le seul bénéfice à en retirer.
Je refuse par conséquent que ces actes tout aussi stupides que répréhensibles soient commis sans la moindre condamnation publique, à la fois morale, juridique et intellectuelle, et je vois dans cet affaissement du niveau de pensée, un signe supplémentaire, s'il en fallait encore, de la bêtise d'une civilisation parvenue au bout des soins palliatifs qui la maintenaient encore sous perfusion.
J'ignore si cette publication passera les fourches caudines de la censure facebookienne qui, toutefois, a déclaré tolérer la haine anti-russe, mes posts étant pour encore quelques jours relégués je ne sais où, mais cela m'est égal, en fait, je ne lâcherai jamais et je pense que nous serions tous bien inspirés de faire de même.
Je refuse un monde où BHL, Zuckerberg et Biden déterminent le niveau d'intelligence collective.



☐ 13/3/2022

Benoît Legrand

Collectes pour l'Ukraine

Ne serait-il pas préférable d'avoir un organisme centralisateur (d'État peut-être) temporaire auquel on pourrait donner de l'argent et qui ferait les achats en Pologne pour les Ukrainiens ?

Je vois 3 avantages par rapport à ce qui se fait actuellement :
 
- Le coût de la vie est moins cher en Pologne qu'en France, donc avec la même somme investie, il y aurait plus de vivres et de matériel fournis.

- La centralisation permettrait d'ajuster les achats aux besoins prioritaires. Alors qu'actuellement, tout se fait de manière désordonnée, sans concertation.

- Comme la Pologne est plus proche de l'Ukraine que la France, on économiserait le coût du transport (1500 km pour acheminer les vivres et le matériel).



☐ 10/3/2022

Ivan Velikanov, suspendu pour avoir joué l'Hymne à la Joie : « J’ai agi pour la paix »



☐ 9/3/2022

Jean-Pierre Luminet

J’ai préféré ne pas m’exprimer sur le sujet de la guerre en Ukraine, tant tout ce que je lis et entends en Occident sur la question, que ce soit chez les politiques, dans les médias adoubés, les milieux dits culturels et les réseaux sociaux, me donne l’impression de vivre dans un gigantesque asile d’aliénés. Or, comme le disait un professeur marseillais tombé quelque peu aux oubliettes, « je ne parle pas avec les fous ».
Je me contenterai de remarquer que, pire encore que lors de l’hystérie covidiste, la panique est sciemment entretenue pour nous faire croire à une troisième guerre mondiale, nouvelle occasion rêvée d’accélérer le projet pervers du Grand Reset, à savoir le contrôle absolu de nos vies publiques et privées.
Ceci dit :
1) Malgré son absence de scrupules, de respect pour les droits de l'Homme et son mépris du droit international (mais il est loin d’être seul dans ce cas), Vladimir Poutine n'est pas en train de massacrer aveuglément la population ukrainienne. Il ne tapisse pas les villes de bombes comme il le pourrait et comme les Américains l'ont fait des dizaines de fois depuis la seconde guerre mondiale, continuant d’ailleurs de le faire aujourd’hui en Somalie, en toute impunité et sans que personne ne réagisse vu qu’il n’y a pas d’intérêts économiques derrière.
Il y a certes des victimes civiles, ce qui est déplorable, mais bien moins que ce que le régime ukrainien a perpétré dans le Donbass depuis 2014. Cela n’excuse évidemment rien, mais relativise l’indignation à sens unique. La propagande, plus que jamais active en temps de conflit, se trouve des deux côtés, aucune n’est plus crédible que l’autre
2) Les pays de l'OTAN ne veulent pas d’une guerre – qu’ils seraient d’ailleurs et heureusement bien incapables de mener, malgré les déclarations grand-guignolesques de leurs dirigeants à la botte des intérêts américains. Ils ont donc baissé d'un ton. L'Allemagne insiste pour continuer à recevoir le gaz et le pétrole russes. Si elle a fait mine de livrer des armes aux Ukrainiens, en fouillant un peu on trouve qu’il s'agit de vieux stocks de munitions moisies datant de la RDA, obsolètes depuis 35 ans.
3) Tous les médias, tous les politiques, nombre d’artistes et de sportifs, même des sites censés être d’information scientifique, font des déclarations fracassantes et/ou débilement alarmistes (que donnerait la plus puissante bombe thermonucléaire sur Paris, comment faire tomber dessus la Station spatiale internationale, comment la guerre en Ukraine va rebooster la pandémie Covid, etc.). Au-delà de vouloir faire preuve de bonne conscience, c’est manifestement pour ces derniers l’occasion d’attirer l’attention, de faire du « buzz », alors que le Covid ne faisait plus recette. Tout est donc déformé et exagéré, dans l’ignorance de qui se passe réellement sur le terrain. Exemple entre cent, la pseudo-attaque contre une centrale nucléaire concernait en réalité un bâtiment annexe vide, servant pour la formation continue. Le reste à l’avenant.
4) Il reste heureusement quelques exceptions. Je tire notamment mon chapeau à l’excellent chef d’orchestre russe Tugan Sokhiev. Sommé de choisir entre son poste à l’Orchestre du Capitole de Toulouse et celui qu’il occupe au Bolchoï de Moscou, il a préféré démissionner de ses deux mandats, jugeant insultant le fait qu’on puisse douter de son désir de paix.
Le « spectre » d’une troisième guerre mondiale est aussi fantomatique que ce qu’indique l’expression. Néanmoins on peut voir cette affaire comme un rappel que la paix n'est jamais définitivement acquise. C’est évidemment l’inassouvissable orgueil et la soif de pouvoir de la nature humaine qui sont en cause. Qui vis pacem, para bellum.



☐ 9/3/2022

Michel Rosenzweig

L'Empire du Bien contrattaque

Après deux années d'intoxication par la propagande anticovid nous voilà à présent sommés d'adhérer à la propagande binaire antiPoutine pro-Ukraine. Tout le monde s'y est mis du jour au lendemain, individus, associations, institutions, organismes, services publics, partis politiques, médias, même l'opérateur des télécoms belges Proximus s'est récemment fendu d'un nouveau logo défilant "Stop invasion", comprenez que la guerre c'est mal et que la paix c'est bien, l'Empire du Bien cher à Philippe Muray n'a jamais aussi bien porté son nom. Hier c'était au nom de la santé, aujourd'hui c'est au nom d'une morale convenue à deux balles.
Or, il n'aura échappé à aucun esprit avisé que rien n'est binaire et simple dans cette affaire russo-ukrainienne exactement comme rien ne le fut jamais non plus dans cette autre affaire plus politique que sanitaire qui nous a pourri la vie pendant deux années de contraintes existentielles les unes plus ineptes et plus délétères que les autres.
Exit la psychose collective pandémique, bonjour l'hystérie collective suivante, j'ai nommé la russophobie à laquelle nous sommes tous conviés d'adhérer sous peine du même rejet et des mêmes condamnations sociales : bannissement des auteurs et personnalités russes et appel à l'assassinat décomplexé de Poutine.
Rien de tel que la désignation d'un ennemi commun pour ressouder les peuples avachis.
De même qu'il était interdit de penser autrement le Covid, il est à présent interdit de penser autrement cette guerre qui ressemble beaucoup à l'autre drôle de guerre par bien des aspects.
Quant au Président Zelenski, déjà promu au rang de héros planétaire par les médias de masse, le voilà qui trépigne d'impatience en râlant comme un enfant qui n'aurait pas reçu ses jouets promis par le père Noël, ses avions de combat ne sont pas encore arrivés, fustigeant l'OTAN qui rechigne, à juste titre, à établir une no flight zone.
Mais qu'importe le flacon pourvu que Zelensky ait l'ivresse d'étendre ce conflit en grande guerre mondiale dans le monde, après moi les mouches, l'Ukraine vaut bien une apocalypse nucléaire, quelle autre cause serait-elle plus importante que la sienne, on se le demande puisqu'une majorité de nos semblables ont déjà emboîté le pas de la solidarité en bêlant exactement de la même manière qu'ils l'ont fait avec le régime sanitaire, accordant un statut spécial à ces réfugiés qui méritent plus d'attention et de considération que tous les autres (indigents indigènes compris).
La guerre contemporaine est à géométrie politique et idéologique variable, celle du Kosovo était parfaitement illégale, mais légitime pour les puissances atlantistes, celle de l'affreux Poutine représente le mal absolu autour duquel il est urgent de se réunir et tous les éléments historiques avérés qui pourraient éclairer la généalogie de ce conflit sont systématiquement frappés par la censure du camp du Bien, à l'instar des éléments éclairant sur la nature de la pandémie : coup d'état de 2014 et participation officielle des groupes néonazis, corruption systémique du pouvoir, implication de la CIA et de l'UE, menace d'adhésion à l'OTAN, milliers de morts à l'Est, interdiction de la langue russe, acharnement et discrimination des minorités russophones.
Côté média, les médecins de plateaux de la scène du Covid ont été remplacés par une kyrielle de généraux à la retraite et en charentaises, ainsi que par des journalistes reporters de guerre, des géopolitologues, des défilés de femmes ukrainiennes puissantes et conformes à leur réputation, et même des psychiatres de salon se risquant à de douteux psycho diagnostic à distance (c'est l'air du temps, le zeitgeist) sur la structure de personnalité de Vladimir Poutine. https://www.lejdd.fr/.../tribune-le-psychiatre-daniel....
Notre époque est résolument celle du degré zéro de la pensée, un degré intellectuel qui ne tolère aucune contradiction, aucune remise en question et promouvant une doxa binaire et unique structurée entre un Bien et un Mal décrétés universels et indiscutables.
Vous avez cru que la pandémie était terminée et que la paix universelle allait enfin régner ? Et que cette fin de l'histoire tant attendue était enfin advenue ?
Erreur, le tragique repointe son nez et même les compteurs épidémiologiques recommencent à s'affoler en France comme en Belgique, remplaçant déjà la une des infos sur certains médias (RTBF).
Bientôt la prochaine vague rejoindra celle de cette guerre dont l'extension économique produira encore plus de misère sociale et émotionnelle.
La jonction entre les deux axes du Great Reset (épidémie et guerre) se prépare à l'ombre de la propagande de masse et de la fabrique de l'opinion et du consentement.
L'ère des sacrifices ne fait que commencer.
La boîte de Pandore est ouverte, nous sommes tous des Iphigénie.
©Michel Rosenzweig

Illustration : Jean-Bernard Restout, Le sacrifice d'Iphigénie
1760, Huile sur toile, 92,5 x 118 cm,
Musée départemental Georges de la Tour, Vic-sur-Seille





☐ 4/3/2022

Ukraine : Asselineau répond à Macron



☐ 3/3/2022

Pierre Duriot

Ces réfugiés-là, c’est quand même autre chose…

Etonnant le discours des éditorialistes, parlant de l’immigration ukrainienne : « Une immigration de grande qualité, dont on pourra tirer profit. » « Ce sont des européens de culture. » « On ne parle pas de Syriens, on parle d’Européens qui nous ressemblent. » « Les Ukrainiens participent de notre espace civilisationnel et d’autres appartiennent à d’autres civilisations. » Voilà donc les défenseurs inaltérables de l’immigration chance pour la France, se mettre à expliquer doctement que oui, évidemment, les migrants ne sont pas tous les mêmes et que les Ukrainiens, c’est quand même une autre qualité, ma brave dame. Comme quoi, on avait bien raison de penser ce qu’on pense à propos de ceux « qui ne viennent pas de notre espace civilisationnel ». Quand c’est Barbier qui le dit, c’est bien, il est du bon côté du manche, mais si Zemmour dit la même chose, c’est un facho et puis c’est tout...



☐ 3/3/2022

Jean Mizrahi

L'homme est un loup, etc. Où étaient les belles âmes qui se drapent de jaune et de bleu lors des événements relatés dans ce film ? Que ces belles âmes regardent ce film, et qu'elles veuillent bien expliquer leur silence, alors. "Je ne savais pas". Oui c'est vrai moi non plus je ne savais pas, mais au moins je ne fais pas semblant. Et le silence des médias si bavards aujourd'hui, comment s'explique-t-il ?
Je suis effaré par toutes ces belles âmes qui embrassent en bêlant un discours univoque sans se poser la moindre question. Ce sont les mêmes qui sont allés épouser le discours officiel sur le COVID en rejetant tout questionnement. Ce sont toujours les mêmes, prompts à prendre parti avant même d'avoir considéré tous les aspects d'un problème, sans lire, creuser les questions. Simplicité confortable pour l'esprit, car l'inconfort du questionnement est difficile à supporter, surtout quand la guerre fait rage, que des êtres humains souffrent ou meurent comme aujourd'hui en Ukraine. Je suis résolument hostile à l'agression contre l'Ukraine, je suis du côté de ceux qui ont mal, de ceux qui s'en prennent plein la tête, mais je n'accepte pas pour autant de ne regarder qu'un seul côté de la médaille. Vous qui prenez parti avec allégresse, avec emphase, faites preuve d'un peu de décence et de discernement, sans vous vautrer dans votre bonne conscience occidentale bien au chaud devant votre télé ou votre ordinateur.
Et ne commentez pas ce post avant d'avoir vu ce film, intégralement. Je dis bien intégralement. Il date de 2015 même s'il a été mis en ligne sur vimeo deux ans plus tard, ce n'est pas une invention récente issue de la propagande du FSB. Regardez, écoutez, et faites ensuite preuve de nuance, de décence, de mesure.