VIAL Eric


☐ 12/2/2022

Les convois de la liberté sont accueillis triomphalement dans les villes. Pendant ce temps le Préfet Lallement barricade Paris.
Insulté et stigmatisé par une certaine élite bourgeoise urbaine ce nouveau prolétariat part à la reconquête de sa respectabilité et de son honorabilité. J’ai discuté avec certains d’entre eux : sympathiques, solidaires, gentils, ils sont pourtant très en colère. Comment ne pas les comprendre ?
Il ne sont pas des « antivax », des « antisémites », des « fascistes », des « illettrés », des « extrémistes de droite ou de gauche », comme la doxa voudrait nous le faire croire.
Ce sont juste des travailleurs de toutes les origines qui agissent dans la confraternité, des mères et des pères de famille qui n’arrivent plus à finir les fins de mois. Ils en sont à compter leurs sous sur des bons de réduction de tickets de caisse. Ils veulent juste défendre leur famille et donner une perspective à leurs gosses. Le reste ils s’en fichent.
Il faut être aveugle ou sourd pour ne pas se rendre compte que le mal est TRÈS profond, que la fracture est dramatique entre les privilégiés des centres urbains (qui pensent tout connaître mais qui ne voient rien) et les actifs des banlieues ou des campagnes. Près d’un Français sur quatre a du mal à se chauffer…
Pour régler des difficultés, il faut voir les réalités en face. Il n’y a pas 50.000 solutions : il faut augmenter les salaires pour tous, vite.



☐ 1/2/2022

« Les Fossoyeurs »

La manière dont on s’occupe de nos anciens est un vrai sujet de société, les politiciens ne doivent plus fermer les yeux et nous non plus.
Il faut aider nos aînés et aider les familles qui sont confrontées à la dépendance de leurs parents ou au maintien de leur autonomie : c’est cela un vrai service public moderne.
La parution du livre « Les Fossoyeurs » a déclenché une onde de choc dans tout le secteur de la gérontologie. Des personnes âgées laissées sans soin durant plusieurs jours, de la nourriture rationnée, des couches insuffisantes... Le livre du journaliste Victor Castanet met au jour les pratiques accablantes courantes dans les Ehpad d'Orpéa, destinées à améliorer la rentabilité de ses maisons de retraite qui facturent pourtant les séjours de leurs résidents au prix fort.
Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée chargée de l'Autonomie a annoncé l'ouverture d'une double enquête administrative de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et d'une enquête financière de l'Inspection générale des finances (IGF) sur le groupe Orpea. Mais honnêtement, est-ce réellement une révélation ? Des plaignants, des soignants, et des familles ne tirent-ils pas la sonnette d’alarme depuis bien longtemps sur des pratiques honteuses ?
Derrière ce scandale, c’est bien la question du traitement de nos vieux qui est posée, d’une société qui va puiser jusque dans les dernières ressources de toute une vie de travail et de labeurs pour « offrir » un minimum de fin de vie décente.
Et encore pour ceux qui ont la chance de trouver une place quelque part ou qui en ont les moyens financiers.
Le capitalisme a cela de terrible : « Si tu ne peux pas travailler, tu n’es plus bon à rien. L’Homme doit contribuer à la richesse il ne doit rien coûter. »
Et si nous changions de logiciel pour être conforme à ce que nous avons franchement au fond de notre cœur ou tout simplement par respect de nos anciens ?
Le débat doit s’ouvrir car oui, la vieillesse et la dépendance sont des enjeux d’une société digne. C’est vers eux que notre solidarité doit aller.





☐ 26/1/2022

Macron rendrait-il l’Alsace aux Alsaciens ?

C’est la bombe lancée par Le Canard enchaîné du 26 janvier 2022 dans son article intitulé « Les tribulations de Jean Rottner ».
L’hebdomadaire écrit « qu’en cas de réélection d’Emmanuel Macron, le Président de la République redécouperait une nouvelle fois le Grand Est, promet l’Elysée, pour redonner à l’Alsace une autonomie très largement réclamée par ses habitants ».
Il s’agirait « d’une riposte fulgurante » contre l’attitude de Jean Rottner, l’actuel Président du Grand Est.
Le journal révèle que « Rottner a fait pendant des mois le siège du Président de la République offrant ses services pour devenir ministre », dénonçant sans équivoque « la dérive droitière des LR ».
Le Canard ajoute que « récemment, Le Président du Grand-Est a pris contact avec l’équipe - encore officieuse - de campagne de Macron, « promettant selon l’Elysée une neutralité au 1er tour et un ralliement actif au second ». Ses propos étaient « sans ambiguïté ».
Le ralliement de Jean Rottner à Valérie Pécresse, en étant directement dans son équipe de campagne, a donc soufflé tous les ténors de la majorité.
Le Premier Ministre actuel Jean Castex ne mâche pas ses mots : « Ce ne sont sans doute pas les valeurs qui le motivent ni les scrupules qui l’étouffent. »
L’ancien Premier Ministre Edouard Philippe a ajouté : « Il se positionne en fonction de ses intérêts supposés », « il avait promis d’adhérer à Horizons. »
L’apprentissage de l’adage, les promesses n’engagent que ceux qui les croient, ne vaut apparemment pas que pour les électeurs.



☐ 17/1/2022

« Le début de la fin » ?

Alors qu’en France les pouvoirs publics veulent continuer à « emmerder les non-vaccinés », il semble qu’ailleurs en Europe, certains pays estiment que l’arrivée du variant Omicron « beaucoup plus transmissible mais moins dangereux » permette de relâcher la pression sur les habitants.
Le directeur régional de l’Organisation Mondial de la Santé prévoit pourtant que 50 % des Européens soient touchés par Omicron. Une situation qui peut « réellement mettre en difficulté certains systèmes de santé mais qui peut conduire vers une immunité collective ».
L’Espagne considère désormais qu’il faut traiter Omicron « comme une grippe », la Grande-Bretagne « n’envisage pas de restrictions complémentaires ». Israël qui a toujours été en avance dans la lutte contre la maladie, ralentit sa campagne de 4e vaccination.
Le ministre de la Santé suisse a déclaré : « on est peut être à la veille d’un tournant qui pourrait être décisif avec le passage d’une phase pandémique à une phase endémique, avec une immunité atteinte dans la population qui atteint des niveaux maintenant élevés (…). L’Omicron, c’est peut-être le début de la fin – de cette pandémie (…). En prenant compte de la vaccination et des guérisons, le taux d’immunité des plus de 20 ans dépasse les 90 %, et atteint même 97 % pour les plus de 80 ans, a-t-il expliqué.
Autre constat, les pays qui avaient été le plus restrictifs avec Delta sont les moins touchés par Omicron : Allemagne, Autriche, Hongrie.
La clé de la lutte contre la maladie semble donc être la capacité hospitalière à ne pas être surchargée. Toutes les Nations Européennes ont établi des dispositifs sanitaires coercitifs. Certaines commencent à les lever grâce à un système de santé qui a tenu le coup.
Dans ce combat contre le virus, le système de santé Français – qui a pourtant été une priorité de notre République – est en lambeaux.
Nous avons perdu « la guerre » contre la Covid. Nos élites ont voulu gérer l’hôpital comme une entreprise du CAC40 en supprimant des lits, en réduisant les formations ou les budgets à la recherche : nous avons échoué en mettant un personnel de santé sous tension et en ne lui donnant plus les moyens de ses missions de service public.
Le comble est venu hier de celui qui nous a amené la fleur au fusil dans ce conflit contre le virus, Olivier Véran, notre ministre de la Santé. Il a reconnu malgré 3 doses de vaccin, malgré les consignes sanitaires très restrictives qu’il nous assène, malgré les arguments sur l’immunisation que permettent les injections, qu’il était aussi positif. Je lui souhaite un bon rétablissement.
Cette question de la santé et des valeurs humanistes et de solidarité qu’elle véhicule doit être un thème prioritaire de la future élection présidentielle.



☐ 9/1/2022

Halte à la discrimination des non-vaccinés et des « divergents »

Le philosophe et anthropologue René Girard a théorisé dans ses œuvres le concept du bouc émissaire. Il explique que dans des périodes de grandes crises sociales, économiques, ou lors des épidémies naît « un inconscient persécuteur » qui cherche un coupable.
C’est ce que l’on voit depuis plusieurs mois dans notre pays. Excitée par une soi-disant élite au plus haut niveau de l’État, la population Française a trouvé son bouc émissaire : les non-vaccinés. La période épidémique que nous vivons réveille ainsi des pulsions assez malsaines dans la population et des discours de haine inadmissibles.
Même si j’ai fait le choix de me vacciner et de suivre les consignes sanitaires, je me refuse à participer au lynchage social qui s’opère actuellement ; je me refuse à discriminer et diaboliser des concitoyens qui font d’autres choix que les miens.
Car malgré ce que dit l’actuel Président de la République, un citoyen a des Droits, « il n’a pas des Devoirs ». Le citoyen dans Notre République est un Homme libre. Son seul Devoir est de respecter la Loi. C’est cela la citoyenneté. Point. Force est de constater que les non-vaccinés n’enfreignent pas la loi.
Les élections présidentielles arrivent. Les masses populaires doivent prendre conscience qu’elles seront au cœur de tentatives de manipulations intellectuelles pour en faire l’objet des politiques.
Ne vous laissez pas conduire comme une chèvre. Le sujet de ces élections c’est : le bilan de ces 5 dernières années et les perspectives pour la France ; non pas les « non-vaccinés » ou la mise en place du « pass vaccinal ».





☐ 23/6/2021

Forza Alsatia. Un soutien de poids pour ce 2nd tour des élections régionales 2021.
Les régionalistes alsaciens de Unser Land viennent dans un communiqué d’apporter leur soutien officiel à la ministre de l’Insertion Brigitte Klinkert (div. centre / LREM / Modem / Agir). C’est une première dans l’histoire du mouvement.
Dans un communiqué, Jean-Georges Trouillet, le Président du parti alsacien, indique que UL considère après discussions, qu’il est nécessaire « de faire barrage à Jean Rottner (LR-UDI) (…) pour éviter une validation du Grand Est ». Il précise que « Mme Klinkert a démontré son attachement à la création d'une collectivité alsacienne à statut particulier, hors du Grand Est. Mme Klinkert s'est en outre engagée hier à organiser un référendum sur l'avenir du Grand Est ».
Unser Land conclue : il est de notre devoir de la soutenir dans cette démarche et de constituer un front commun (…) Nous rappelons enfin que nous sommes favorables à la renaissance des régions Lorraine et Champagne-Ardenne, lesquelles ont toute leur légitimité ».





☐ 22/6/2021

Des maires d’Alsace se rebiffent et démentent leur soutien à Jean Rottner
 
Ils ont vu leurs noms apparaître sur la liste de soutiens pro Grand-Est #LR de Jean Rottner. Ils sont furieux de « ces mensonges ». Ils nient « avoir été contactés ». Plusieurs maires dénoncent en off « des pratiques électorales indignes ». C’est à lire sur le nouveau média alsacien Alsace.news ici







☐ 27/3/2021

L’Alsace lave l’affront

Strasbourg, capitale de l’Europe, est la seule ville au monde à avoir refusé en début de semaine de lutter contre l’antisémitisme dans la résolution internationale de l’#IRHA. Ce rejet a suscité une réprobation internationale plongeant les Alsaciens dans la honte et l’incompréhension totale.
Ce matin la Collectivité européenne d'Alsace, bouleversant son ordre du jour, a adopté cette résolution de lutte contre l’antisémitisme à l’UNANIMITÉ ! Une claque, une fessée pour Strasbourg et ses dérives idéologiques.
Les prises de parole ont été remarquables, celle de son président Frédéric Bierry bien sûr, mais celles aussi de Brigitte Klinkert qui a présenté la résolution « il faut assurer l’honneur de Strasbourg », d’ Eric Elkouby, Mathieu Cahn, Nicolas Matt, Jean-Philippe Maurer.... Magnifiques discours, grande dignité, valeurs de la République et du vivre ensemble préservées. Bravo et merci.
Face au racisme et à l’antisémitisme, ils n’ont rien lâché.
Vive l’Alsace !
26/3/2021


⬦ Constante, de convictions, humaniste, réfléchie, jamais dans la provocation, il y a des femmes qui sont très largement au dessus du lot, d’une dignité rare.
La ministre à l’insertion, qui assure actuellement l’intérim au ministère du travail, Brigitte Klinkert, réalise un sans-faute politique.
Tellement rare en ce moment, surtout en Alsace, qu’il faut le signaler. Voilà une digne héritière de l’humanisme rhénan qui a tant fait le prestige de notre région.
23/3/2021


⬦ Preuves d’islamo-gauchisme et d’antisémitisme affiché en France ?
 
La mairie de Strasbourg vient d’allouer une subvention 2,563 M€ à Millî Görüş association islamiste qui passe pour être un relais du président turc Recep Tayyip Erdoğan en France.
Cet argent, environ 10 % du coût final servira à la construction de la plus grande mosquée d’Europe.
Il ne s’agit absolument pas d’empêcher les musulmans de prier dans des lieux de cultes décents mais de dénoncer potentiellement l’entrisme de groupes hostiles à nos valeurs républicaines.
Car Millî Görüş est une association qui refuse ostensiblement de signer la charte des principes du conseil français du culte musulman, texte promu par Emmanuel Macron dans sa lutte contre le séparatisme et qui réaffirme la «compatibilité» de la foi musulmane avec la République.
Le site Wikipedia expose que selon le professeur Jean Marcou de Sciences-Po Grenoble, Millî Görüş impose au sein du CFCM un « islam à la turque ». « C'est un vecteur d'influence extrêmement important pour Recep Erdogan. “Il peut ensuite se servir de son emprise sur les communautés européennes comme levier dans ses négociations diplomatiques.”
Rappelons que Récep Erdogan vient de faire sortir la Turquie de la convention protectrice des femmes victimes de violences conjugales.
Dans le même temps la ville de Strasbourg vient de rejeter une deuxième fois la résolution visant à lutter contre l’antisémitisme projetant ses citoyens de confession juive dans l’inquiétude, l’incompréhension et l’expectative. Deux agressions antisémites viennent d’avoir lieu à Strasbourg.
Bref, du grain à moudre pour l’extrême-droite ?
22/3/2021


Yannick Lefrançois


 
☐ 28/5/2020

T'en veux ? Pire que le chichon, l'alcool, ou la cigarette... le produit qui fait fureur sous le manteau : la chloroquine. Car oui, pour le gouvernement, l'hydroxychloroquine tue mesdames, messieurs : elle est désormais interdite en France. Oui pendant des dizaines d'années, on a donc traité des patients avec du poison. Je commence à faire des stocks d'aspirine, on ne sait jamais...

C'est un peu comme avec l'homéopathie ou l’acupuncture, les savants occidentaux affirment que "ça ne marche pas" que "scientifiquement rien ne prouve l'efficacité" ; sauf que des millions de personnes trouvent que "ça marche très bien" et que "c'est ça qu'ils veulent pour se soigner".
 

Et si on continuait à faire confiance à nos médecins pour prescrire ce qui nous convient le mieux, ce ne serait pas mieux ? En terme de liberté individuelle bien sûr, mais aussi afin de ne pas infantiliser des grands professionnels qui nous connaissent sans doute beaucoup mieux que des membres du gouvernement... ?