Articles

Affichage des articles du février, 2020
Image
DNA Colmar : Municipales 2020, blues trottoir pour pistes cyclables... Dessin de Phil - DNA
Bernard Friedrich Colmariens, ne vous laissez pas impressionner par le programme de Meyer/Hemedinger bidouillé en dernière minute. Le Grand Modeste, adepte de la méthode Coué était, avant l'entrée en lice de Straumann, tellement persuadé de gagner au premier tour que non seulement il avait programmé une campagne courte et écarté toute idée de débat public, mais avait totalement oublié que dans une campagne électorale on parle aussi de programmes pour l'avenir (...). Le programme de ce tandem n'est qu'une pâle copie des propositions des listes concurrentes, une réponse trop tardive à des demandes faites depuis longtemps par les Colmariens ! (...)
Image
COLMAR a refusé de signer un contrat avec le Département parce que, contrairement au droit applicable, la Ville veut imposer au Département de faire les travaux sur la route départementale (ce qui est normal) mais aussi sur les trottoirs (ce qui n'est pas normal !). Pour donner un exemple, la position actuelle de la Ville, c'est comme si vous exigiez de votre voisin qu'il vienne faire la peinture dans votre salon ! Résultat, des bordures et trottoirs défoncés, l'absence d'aménagements pour les usagers ! Les Colmariens sont pris en otage face à ce positionnement illégal de la Ville. Benoît Nicolas Réponse de Gilbert Meyer : « Il est facile de s’engager sur des travaux en les faisant payer par les contribuables colmariens, alors même que ces travaux relèvent entièrement du ressort du Département du Haut-Rhin ! »
Image
Stéphanie Villemin  fut la première à réagir. Quant à Eric Straumann , il reste droit dans ses bottes, selon lui il n'existerait aucune jusrisprudence en la matière, seul serait condamnable l'affichage sauvage en dehors des panneaux électoraux.
Bernard Friedrich Quel argument ridicule que ce « je me représente pour achever ce que j'ai commencé ». Indigne d'un homme qui se veut chef, gestionnaire hors pair ; tout homme en position de responsabilité sait qu'il n'est pas éternel, et que donc il doit impérativement œuvrer de manière qu'en cas d'indisponibilité voire de « disparition » les projets lancés soient menés à terme par des personnes bien au courant des affaires en cours. Ne pas l'avoir prévu, préparé, organisé dans le détail est une FAUTE impardonnable. Je profite de l'occasion pour déplorer cette triste habitude de dévoiler lors de chaque inauguration une plaque commémorative avec le nom des « autorités » présentes : plaques qui n'ont d’intérêt que de flatter certains et souvent font tache dans le paysage.
LOO On a assisté mercredi dernier à un débat quelque peu affligeant. Il reflète globalement l’endormissement intellectuel du monde politique français des 40 dernières années. Qui sont les élus d’aujourd’hui mais surtout qu’attend-on de ceux de demain ? Malgré le chômage et les crises, les 40 dernières années ont été fastes économiquement. Suite à la décentralisation, les élus ont bénéficié d’une manne importante pour leur ville, la taxe professionnelle permettant de réaménager les places de mairie, construire les salles des fêtes, dans toutes les mairies on connaît l’histoire. Globalement, il a fallu gérer les richesses, boulot plutôt facile qui laissait par ailleurs toute latitude pour consacrer le reste de son énergie à s’assurer une rente en multipliant les mandats, faire de (plus ou moins) bons mots dans les bistrots ou sur les plateaux de télévision pour décrédibiliser ses adversaires ou détracteurs et conserver sa place. Il semble que nous ayons perdu en route les élus visionnair
Image
Eric Straumann et ses colistiers 1. Eric Straumann , 55 ans, député ; 2. Odile Uhlrich-Mallet , 53 ans, adjointe à Colmar ; 3. Pascal Sala , 54 ans, maraîcher ; 4. Sybille Berthet , 53 ans, responsable en ingénierie ; 5. Rémy Angst , 64 ans, retraité de la fonction publique ; 6. Isabelle Fuhrmann , 62 ans, gestionnaire de collège ; 7. Michel Spitz , 62 ans, architecte ; 8. Nathalie Prunier , 55 ans, retraitée de l’Education Nationale ; 9. Eric Loesch , 50 ans, principal de collège ; 10. Fabienne Houbre , 50 ans, commerçante ; 11. Alain Ramdani , 61 ans, directeur d’une société de logements sociaux ; 12. Nadia Hoog , 49 ans, cadre dans l’industrie ; 13. Olivier Zinck , 58 ans, professeur d’économie et gestion ; 14. Catherine Hutschka , 46 ans, présidente de la société des transports urbains ; 15. Barbaros Mutlu , 42 ans, cadre territorial ; 16. Michèle Sengelen-Chiodetti , 65 ans, médiatrice judiciaire ; 17. Christian Meistermann , 63 ans, représentant de l’association
Image
Les colistiers de Stéphanie Villemin (Un nouvel horizon) cliquer ici ↴ https://stephanie-villemin.fr/candidats
Image
Les colistiers de Tristan Denéchaud (Colmar pour tous) cliquer ici ↴ https://www.colmarbouge.fr/nos-colistiers
L’IRE  Les comptes d’apothicaires font-ils la bonne gestion d’une Ville ? Que cela soit pour entretenir sa cote de popularité ou simplement se faire réélire, l’argument inlassablement ressorti par Gilbert MEYER est le maintien des taux d’imposition. Peu importe que cela ne reflète pas la réalité de la fiscalité réellement versée. Les bases étant indexées sur l‘inflation, les recettes liées à la fiscalité augmentent de toutes façons sans qu’il soit besoin de modifier les taux. Cet argumentaire passe également sous silence le fait que les Colmariens « passent à la caisse » par d’autres biais (augmentation exponentielles des redevances de stationnement, augmentation des frais d’écolage, des tarifs d’entrée dans les musées, etc.) En effet, la subtilité a été de varier les recettes de la Ville. Ce qui est vrai pour la recherche de subventions s’applique également aux tarifs municipaux généralement augmentés, pour leur part, à des taux supérieurs à celui de l’inflation. Et c’est là que la qu
L’IRE Est-ce de la bonne gestion que de savoir capter des subventions ? Pour le Maire Gilbert MEYER, une bonne gestion c’est, entre autres, savoir capter des recettes et il est passé maître dans sa capacité à capter les subventions ou financement de l’Etat ou d’autres collectivités. Que cela soit le fruit d’un harcèlement (pour ne pas dire de mendicité) acharné, de passe-droits (tout le monde se demande encore comment la Ville de Colmar a pu être retenue dans le dispositif cœur de Ville) ou d’une réelle capacité à réaliser les projets, le résultat est là ! La Ville a de bons résultats et les subventions ont permis la réalisation de nombreux équipements. Deux interrogations pourraient être toutefois soulevées sur l’affichage permanent de cette bonne gestion des dépenses publiques. En premier lieu, il faut noter que c’est l’argent des contribuables qui est reversé sous forme de subventions par l’Etat et les collectivités, et donc nécessairement pour partie des contribuables colmarien
Image
Eric Straumann à Azur FM Il dévoile les grandes lignes de son programme tout en apportant quelques précisions et en ouvrant des pistes de réflexion. Parmi les sujets abordés, le surtourisme durant certaines périodes, notamment à Noël : il faut que le centre-ville reste accessible aux Colmariens. ES suggère d'étaler le tourisme vers d'autres endroits de la ville mais également à l'extérieur, par exemple jusqu'à Neuf-Brisach, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Et de modifier le mode de promotion de ce tourisme pour attirer un public différent. Concernant le stationnement, ES offrirait la gratuité aux personnels de santé. Les résidents du centre-ville verraient le coût du macaron passer de 600 euros à 180 (comme à Strasbourg) pour le stationnement en extérieur. « Le centre-ville appartient à ses habitants, avant les touristes », ajoute-t-il. Le circuit de la navette électrique se prolongerait au-delà de la gare jusqu'à l'Hôpital Pasteur, permettant du m

Débat

Image
"France 3 Alsace organise le mercredi 26 février un débat lié aux municipales à Colmar (Haut-Rhin). Un débat diffusé à 21h05 à la télévision, ou à retrouver en direct dans cet article. Les candidates et candidats sur notre plateau partageront leurs positions sur les principaux enjeux de leur ville." https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/haut-rhin/colmar/direct-municipales-2020-debat-colmar-1790551.html

Colmar, siège de la C.E.A.

Image
Après avoir été un des artisans les plus convaincus de la victoire du non lors du référendum collectivité unique... Je crains que la parole de Gilbert Meyer ne soit ni la plus cohérente dans le temps, ni la plus prise au sérieux par les autres élus sur ce dossier... Tommy
L’IRE La gestion d’une ville s’évalue-t-elle selon les mêmes critères qu’une entreprise ? C’est sans doute l’idée poursuivie depuis longtemps par Gilbert MEYER, Maire de la Ville de Colmar qui fanfaronne inlassablement sur « l’argent laissé dans la poche du contribuable colmarien ». Par « contribuable » il faudrait presque entendre le mot « actionnaire » et sans doute pourrait-on le croire élu à un conseil de direction et non pas à la tête d’une collectivité publique. Oublier que l’argent ne peut être le seul mode d’évaluation d’une politique publique, c’est passer à côté de ses vraies missions de Maire. Rendre compte, comme cela est fait régulièrement, de la seule santé financière de la ville, c’est oublier de s’inquiéter de celle de ses habitants ! Un bon exemple en est justement le projet de Maison de Santé dont le besoin pour une partie importante des habitants est criant mais qui a toujours été refusé par le Maire compte tenu des coûts induits.

Meyer plagiaire

Bernard Friedrich Comme prévu, le club Meyer récupère les idées des autres ! Vulgaire plagiat. Mais peut-être les électeurs qui avaient sur d'autres pages déjà vu ces projets sous d'autres plumes, auront-ils enfin la sagesse de confier leur réalisation à celles ou ceux qui les ont conçus laissant au plagiaire la triste réalité de son dédain envers nous, tout au long de ses mandats passés. Parjure, copieur, vantard, la liste de ses qualités s'allonge jour après jour. « (...) Une campagne électorale a ceci de magique qu’elle rend possible, en un claquement de doigts, ce qui était inenvisageable ou proscrit lors du précédent mandat. Prenez l’exemple du stationnement. Gilbert Meyer a toujours renvoyé à leurs chères études tous ceux qui critiquaient sa politique en la matière. Jusqu’au jour où son concurrent Eric Straumann a promis de rendre le stationnement gratuit pour les professionnels de santé. Du coup, le maire sortant de Colmar a proposé la même chose. (...) » https://
Image
"Eric Straumann a insisté sur la tonalité « sereine » qu'il veut donner à sa campagne : « Ne dites pas du mal des autres candidats. Éventuellement du bien. » Le député veut éviter tout « dérapage », principal risque selon lui dans une campagne qu'il juge « bien partie ». Le candidat promet à son équipe « une aventure humaine extraordinaire »." Le Kangourou qui aspire à occuper le fauteuil de maire ferait bien d'en prendre de la graine. De nombreux témoignages l'accusent d'agressions verbales, sur le terrain, également en messagerie privée, sans compter les attaques en règle d'un certain candidat qui visiblement lui fait peur.
Bernard Friedrich Allez-vous donner votre voix à l'homme du reniement ? Je parle d'homme et non d'équipe car en l’occurrence l'équipe n'est là que pour entourer le chef de cet amour dont il a tant besoin. Homme du reniement direz-vous : comment qualifier autrement quelqu'un qui ne respecte pas ses engagements, renie ses convictions politiques allant jusqu'à faire alliance avec le RN, revient pour garnir son panier à voix sur sa condamnation à mort d'un adjoint dissident et rebelle et pousse le revirement jusqu'à en faire son successeur potentiel, oublie la passion qu'il portait à sa ville pour « suivre bêtement » les modes en cours, revient sur des mesures auxquelles hier encore il était si fortement attaché comme celles relatives au stationnement, oublie tout de ce qu'il envisageait avant qu'une concurrence imprévue vienne compromettre ses chances d'un plébiscite espéré ? Vous comprendrez facilement que la seule chose qui compte
Image
Si Gilbert Meyer a proposé aux différents candidats de « cosigner une charte de "bonne conduite" visant à concentrer l'affichage sur les seuls panneaux électoraux », c'est pour éviter d'avoir à envoyer ses partisans à la chasse aux affiches comme celle-ci, le caricaturant en uniforme de despote sud-américain avec, en guise de médailles, des panneaux de stationnement et de parking, une spécialité meyerienne !
Image
Gérald d'Orbe Vu dans la PQR (DNA du jour). C'est pas de moi mais ça ressemble furieusement à ce que j'ai plusieurs fois exprimé su FB. Plusieurs fois, si bien que les "petites mains" de Chwouldi ont plusieurs fois supprimé ma réponse sur sa page… j'avoue que j'exprimais les mêmes questions sur la notion de "chantiers que j'ai engagés", au point de suggérer un mandat à vie !
Bernard Friedrich Des visionnaires, ceux qui veulent ENFIN faire bouger Colmar ? Il aura mis plus de 20 ans avant de réaliser qu'au centre de nos préoccupation il y a les conditions de notre vie quotidienne, d'où ce programme novateur à ses yeux... mais reprenant quasiment toutes les propositions des autres équipes. J'écris « il » au singulier car il est bien connu que ce n'est que de lui que rayonne la vision de notre lendemain. La passion a disparu pour ne laisser place qu'au constat, à l'aveu que, plus de 20 ans durant, la fameuse équipe expérimentée est passée à côté de la plaque en négligeant l’essentiel dans la cité de Bartholdi, à savoir : les Colmariens ! Cela suffit ; ne renouvelons pas l'expérience de ces personnes uniquement préoccupées de notoriété, de chiffres et de classement, pour confier notre destinée à de plus jeunes, plus lucides, plus dans le coup de nos aspirations. Revoir à la baisse le racket du stationnement après avoir expliqué que l
Bernard Rodenstein Colmar compte parmi ses habitants un général, Bernard Friedrich pour ne pas le nommer qui fait honneur à sa ville ! Ancien patron du 152ème Régiment d’infanterie, 4 étoiles au képi. Il livre bataille Avec un courage sans faille Contre un homme et son système Qui étouffent la cité qu’il aime Il en dénonce avec une rare constance De tout esprit démocratique l’absence Lui le chef galonné habitué aux ordres Déplore aujourd’hui le grand désordre Provoqué par celui qui s’accroche à son trône Parjure, menteur, opposé aux valeurs qu’il prône En d’autres temps le général aurait brandi le sabre Il a choisi, en homme civilisé, la plume et la palabre Pour régler des comptes indispensables A l’élu qui se croit inusable Et à ceux et à celles qui, tels des moutons Ou des kangourous, font le dos rond Plient l’échine et rentrent dans le rang Lorsque le courroucé crie : fermez le ban La messe est donc dite. Il y retourne Sent-il seulement que le vent tourne ? Mon général ! Ne vous las

Stationnement résident

Edouard Dabrowski Il nous a déjà fait le coup avec le macaron à 600 euros : moins de 2 euros par jour ! Une broutille, vu comme ça, effectivement. Sauf que sur l'année, cela fait quand même 600 euros ! Aujourd'hui, il remet ça : moins de 1 euro par jour ! Qui dit mieux ? Notons au passage que ce qui était impossible hier devient possible aujourd'hui. C'est magique, rien de tel que l'approche des municipales pour que le miracle se produise. Évidemment, il lui a fallu trouver une explication pour justifier ce soudain revirement, explication qui ne convainc que lui-même, comme celle justifiant le non-respect de la parole donnée, de ne plus se représenter après 2014. Voilà plus de deux ans que Colmarinfo bombarde le maire et ses adjoint(e)s de demandes répétées d'un tarif moins exorbitant, avec toujours la même réponse : « vous n'êtes pas obligé de prendre le macaron à 600 euros, vous pouvez aussi payer à l'horodateur ». Sympa, pour les habitants qui n'
Image
Gilbert Meyer prétend défendre la culture et le patrimoine... Le cinéma Colisée vendu au profit d’un vaste projet immobilier L'ALSACE/DNA du 21/2/2020 cliquer ici ↴ https://www.lalsace.fr/edition-colmar-guebwiller/2020/02/21/video-le-cinema-colisee-vendu-au-profit-d-un-vaste-projet-immobilier Photo L'ALSACE/Vanessa MEYER
Concerts au Grillen Aujourd'hui, cela fait 6 ans que nous accueillions Boulevard des Airs BDA et Claudio Capéo au Grillen à la Ville de Colmar. Ce concert réunissait - seulement - quelque 200 personnes, et quelle fierté pour nous de voir le chemin parcouru par ces artistes depuis et que de beaux moment partagés ! Cela nous rappelle aussi cette époque - certes difficile mais bien plus heureuse - où nous étions en mesure de vous proposer d'autres artistes qui ont aussi depuis effectué un parcours remarquable : Shaka Ponk, Bigflo et Oli, GiedRé, Brigitte, Mass Hysteria, TAGADA JONES (Officiel), Ultra Vomit, @nekfeu et S-Crew, Seth Gueko, Kaaris, MADBALL, Hatebreed, The Dillinger Escape Plan, Miossec, Davodka, Last Train, Jahneration, BROUSSAÏ, Little BIG, Leprous, KLONE, THE ARRS, Panda Dub, Rover, Eths et tant d'autres qui sont passés au Grillen avec LIVE ! Aujourd'hui - faute de politique lisible de la part de la Ville de Colmar mais aussi de moyens - cela n'est plus
Image
Tristan Denéchaud Et si nous recréions la « Fête de la Choucroute » ? Pour en faire une fête à la fois conviviale et moderne  👉 rappelant nos traditions mais tournée vers toutes les cultures ; 👉 mettant en valeur nos artisans, viticulteurs et agriculteurs ; 👉 rassemblant toutes les générations. Ci-dessous, en septembre 1949, lors de la 1ère Fête de la Choucroute, place Rapp, sous un énorme chapiteau, mais aussi l’affiche de la Journées de la Choucroute 1954 et le chapiteau en 1968. #ColmarPourTous #FaitesColmar #FêteColmar #ToiAussiProposeTaMesureChocPourColmar 😉 Et merci à Gilbert Gasche et Roland Forny pour ces souvenirs d’époque !
L’IRE De l'imbécilité des chiffres ou de celle des journalistes ? Le magazine le Point a mis à l’honneur la Ville de Colmar en la personne de son Maire Gilbert MEYER reprenant à son compte le palmarès de la fondation iFrap qui placerait Colmar en première place des villes les mieux gérées. Si l’on en croit la nouvelle religion concernant la maîtrise des frais de fonctionnement au profit de l’autofinancement de l’investissement, alors oui, Colmar est bien gérée. Si l’on regarde quels services ont été retreints ou sacrifiés pour atteindre ce résultat et la finalité des investissements, alors rien n’est moins sûr. Quel est le bilan de Gilbert Meyer pour ce dernier mandat ? 1 500 nouvelles places de stationnement dans des parcs en ouvrage (de 13 000 à plus de 25 000 € la place) dans une ville qui n’en avait assurément pas besoin car déjà fortement pourvue. D’une part le rapport fonctionnement/investissement est faussé : ces investissements auront un impact ultérieur non nég

La soupe à la grenouille

Image
Dessin de Gil À la Ville de Colmar, on ne pouvait pas tomber plus bas. Plus bas dans l'absence de démocratie et de dialogue, plus bas dans le traitement des services et des fonctionnaires. À la Ville de Colmar toutes les luttes semblaient déjà avoir été perdues… sans avoir été menées d'ailleurs. À la Ville de Colmar, de mémoire d'agent, il n'y a jamais eu de grève de protestation collective de combat commun pour le respect de la dignité. Et pourtant, il y en aurait eu des raisons, des causes qui se sont accumulées au fil des années… comme l'eau chauffe doucement la grenouille dans sa marmite. Non, la comparaison est mauvaise car la grenouille a ici bien conscience de son état d'inconfort. Mais elle sait, parmi le millier de grenouilles rassemblées dans la marmite, que la première qui ose bouger sera brûlée vive. C'est ici la règle à Colmar. Comment imposer aux agents une baisse de salaires en étant quasiment certain de ne déclencher aucun mouvement s
Image
Stéphanie Villemin « Un lien direct et sincère avec le président de la République : un vrai atout pour Colmar ! »
Tristan Denéchaud 👉 Développer le sport pour TOUS sera notre priorité. Nous voulons offrir des équipements accessibles à tous et soutenir le sport pour l’ensemble des Colmariens indépendamment de leur âge et de leur condition physique. S’épanouir et développer les notions de partage, de bien-être et de performance, tels sont les enjeux portés par notre équipe pour Colmar : ✅ Davantage d’installations sportives accessibles au PUBLIC en heures creuses (terrains de foot, de basket, d’athlétisme, …) et davantage d’ouvertures nocturnes pour les piscines, la patinoire, … ✅ La création de parcours sportifs de proximité dans les quartiers (parcours de santé urbains) ✅ Une meilleure promotion des handi-sports, avec mise en relation plus directe entre les usagers et les associations ✅ La gratuité de Colmar Plage et une réduction de 50% pour les adhésions aux clubs associatifs, pour les possesseurs de notre future carte « Colmar tout-en-un » loisirs | sport | culture ✅ La création d’une lice
Bernard Friedrich « Le changement dans la continuité » : le nouveau slogan de campagne du ticket sortant. C'est-à-dire la « pérennité » d'un style de gouvernance honni par la majorité des Colmariens, agrémenté de quelques bricolages pour se mettre au vert (dommage qu'il ne le fasse pas réellement !) ou en copié-collé des bonnes mesures des concurrents qui ont le courage d'afficher leur programme sans garder en réserve la mesure démagogique de dernière minute. Qui pourrait se laisser abuser par cette notoriété et ces classements sans grande valeur ? Qui pourrait se laisser prendre au piège de ce renouvellement de façade où ne disparaissent que les partisans du traître... qui lui, refait allégeance ? Qui pourrait accorder sa confiance à un candidat parjure, assassin d'un rival jugé trop petit pour le costume avant de le « ramasser » à la dernière minute pour remplir les urnes en sa faveur ? Qui peut envisager que ceux qui, pour changer, s'apprêtaient à voter Hemed
Bernard Rodenstein Pour les inconditionnels des programmes électoraux ! En 1995, Gilbert Meyer, le maire sortant de Colmar, après 25 ans de mandat (oups) avait un programme en béton : il voulait enterrer la ligne de chemin de fer et la gare qui coupent la ville en deux blocs !! C’était son cheval de bataille sorti de nulle part. Il a remporté la mairie ! Pour de toutes autres raisons. Edmond Gerrer, son prédécesseur qui avait eu la bonté de le faire entrer dans son équipe, se mourrait d’un cancer. GM s’est imposé pour lui succéder. Depuis lors il n’a cessé d’enterrer plein de choses ! Des parkings en particulier. Dans les zones les plus inondables de la ville. Mais pas la gare ! Et rien n’a empêché sa réélection ! Alors, les programmes ?! Ils n’engagent que ceux qui y croient ! Les pigeons ! Et encore ! Élections ! Pièges à la raison ? Les élections, au suffrage universel, sont une drôle d’alchimie. Ni l’intelligence ni la bêtise, ni l’honnêteté ni la roublardise, ni l’int
Bernard Rodenstein Carnet de campagne (en vers et pour rire un coup) A nos élus et à nos maires prodigieusement gestionnaires ! Adieu ! L’homme est jovial, amical Animal, oui, mais rien d’un chacal Politique par tous ses poils Patiemment il a tissé sa toile À la ville et à la campagne il plaît Sa rondeur est tout son portrait Au physique et au figuré il rassure De sa bonhomie donne la mesure Le contraste entre lui et le sortant Est réellement stupéfiant L’un, renfrogné, sur le qui-vive permanent L’autre respirant la joie de vivre et souriant Pour être maire est-ce suffisant ? D’aucuns vont le lui mettre dans les dents Évidemment qu’il ne suffit pas de séduire Ni d’user et d’abuser de la brosse à reluire D’autres qualités sont nécessaires Pour prétendre à la fonction de maire Gestionnaire ! Gestionnaire ! Clame haut et fort l’encore titulaire L’argent serait donc le nerf de la guerre Avec lui il serait possible de tout faire Pour lui certains tueraient père et mère C’est l’alpha et l’om

Aides à la restauration scolaire

Image
Tristan DENÉCHAUD LE SAVIEZ-VOUS ? Les parents ayant des enfants scolarisés en primaire, collège ou lycée peuvent bénéficier d’une aide financière de la commune, du département ou de la région afin de payer les factures de cantine. À Colmar, un fonds de solidarité spécifique existe déjà pour les écoles, le fonds social local (FSL), géré par le centre communal d'action sociale (CCAS) de Colmar, en lien avec Préalis (association pour la restauration et le périscolaire). D’autres aides spécifiques existent également pour les collèges et les lycées. N’hésitez jamais à vous adresser directement au secrétariat ou à l’assistante sociale de l’établissement de votre enfant. + d’infos ici : 👉   https://www.economie.gouv.fr/particuliers/aides-restauration-scolaire

Évolution des impôts locaux 2014-2018 à Colmar : + 29%

Image
cliquer ici ↴ https://www.capital.fr/votre-argent/impots-locaux-de-combien-ont-ils-augmente-dans-votre-ville-durant-la-derniere-mandature-1362121
Image
Stéphanie Villemin Alors que la tempête Ciara commence à diminuer en intensité, je souhaite rendre hommage aux sapeurs-pompiers qui sont mobilisés depuis hier soir. Ce lundi matin 200 pompiers du SDIS 68 sont sur le terrain à notre service. Ce sont les mêmes que certains agressent ou caillassent. Je souhaite recréer un lien fort entre les pompiers et les citoyens à commencer par la caserne de Colmar et nos écoles afin que que cette profession retrouve le respect que nous lui devons. https://www.youtube.com/watch?v=VKPCBQm4cng&feature=youtu.be
Bernard Rodenstein Carnet de campagne (en vers et pour rire un coup) Je croise en ville des gens qui rient Ils s’étonnent d’un Maire qui leur sourit Ça n’était plus dans ses habitudes Ses manières ordinaires étaient assez rudes L’approche d’une élection capitale Le porte à lancer fort le signal : Tous avec moi et de bon cœur Pour battre le candidat successeur Comme Chirac au salon de l’agriculture Il distribue ses câlins comme la confiture Il veut être aimé encore Il y met son talent, très fort Quitte à forcer son naturel austère Il voudrait se la jouer très pépère Mais les atavismes sont parfois sévères En faire trop ne séduit plus guère Triste spectacle de la fin d’une ère Les comédiens sont usés, en galère Les électeurs aspirent à un nouvel air Le printemps perce sous l’hiver
Bernard Friedrich À la limite de l'oxymore : « le changement dans la continuité » ! Mr Hemedinger décidément n'en loupe pas une. Il nous prend vraiment pour des c... ! Certes il « semblerait » que le duo au pouvoir depuis bien trop longtemps ait enfin pris conscience de l'aspiration profonde d'une majorité de Colmariens à un changement... d'équipe ! Mais n'a visiblement pas compris de quoi il en retourne : nous ne voulons plus de ce personnage « droit dans ses bottes » qui, lui, affirme « ce n'est pas à mon âge que je vais changer ! » Or c'est justement ce que nous voulons : une gouvernance plus juste et humaine, une vraie démocratie dans laquelle même les opposants peuvent avoir droit à la parole et aux responsabilités et pas seulement de bons classements et de bons chiffres ! Alors que ces tristes sires qui, en 25 ans, n'ont pas changé d'un iota, cessent de piquer à leurs détracteurs les idées qui sous-tendent leur action.
Tristan Denéchaud Parce qu’il y a végétaliser et végétaliser. S’oxygéner, procurer bien-être et fraîcheur, préserver la biodiversité et la qualité de l’air, être une source d’alimentation locale… Les actions de végétalisation sont autant de petits poumons verts pour nos quartiers, bénéfiques pour l’environnement, la qualité de vie, la santé des habitants et l’attractivité de la cité. ✅ Nous préserverons les espaces naturels, agricoles ou forestiers existants et limiterons l'imperméabilisation des sols par le recours à des matériaux plus respectueux de l'environnement. ✅ Nous recréerons des espaces verts, dans des endroits adaptés (pas des dalles de parking !) et en associant les habitants. ✅ Nous éradiquerons les produits phytosanitaires, avec des méthodes plus respectueuses de l’environnement (fauchage tardif, taille douce des arbres, récupération de l’eau de pluie, …). ✅ Nous impliquerons les citoyens en leur donnant l’autorisation de verdir les espaces publics, en mett

Dominique Renger

Image
[Tristan Denéchaud] Photo L'ALSACE - Vanessa MEYER Elle s’appelle Dominique Renger et c’est une femme en or. Elle est actuellement déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité et sera colistière de "Colmar pour tous". Énergie, conviction, patience sont ses maîtres-mots. « Lutter pour les droits des femmes, c’est bien pour tout le monde, pas seulement pour les femmes, pour les hommes aussi, pour la société, pour l’équilibre social. Lutter pour les droits des femmes, c’est lutter pour les droits de TOUS. » 👉 Retrouvez ici son "Portrait L’Alsace - DNA" de la semaine : https://www.lalsace.fr/edition-colmar-guebwiller/2020/02/10/dominique-renger-veut-liberer-tout-le-monde
Image
[Municipales] Le spectacle de Guignol(s) ne connaît donc aucune trêve... Mais où est Yves Hemedinger sur l'affiche ? Certains répondront : "en dessous, à genoux". Mais au fait, Yves Hemedinger n'avait-il pas été taxé « d’impréparation » et de « précipitation » par son soi-disant mentor Gilbert Meyer ? « L’habit risque d’être trop grand pour lui » disait-il, pour qui « une frénésie intempestive » risquait d’être « sanctionnée par l’opinion »… Bravo les gars ! Continuez ainsi ! Tomi

Le maire et les agents municipaux

Tristan Denéchaud On l'oublie parfois un peu, mais le maire, outre ses fonctions politiques et de représentant de l'État, est aussi, en tant qu'exécutif municipal, le "patron" des agents municipaux. Or, n'a-t-on pas coutume de dire que "le poisson pourrit par la tête" ? En l'occurrence, à la mairie de Colmar, la tête est bien malade, et cela ne s'arrange pas. Il n'y a pas un jour sans que je n'entende parler de la chape de plomb qui pèse aujourd'hui sur les agents, avec une démotivation et un mal-être ressenti par de plus en plus d'entre eux. J'ai dans mon équipe plusieurs agents territoriaux et des spécialistes des collectivités territoriales et du management public. Et je suis moi-même cadre territorial dans une commune. Or, lorsque nous analysons la gestion des ressources humaines menée à Colmar, nous avons l'impression, comme dans presque tous les autres domaines, que rien n'a changé depuis les années 1990. Le
Bernard Friedrich Aujourd'hui RELÂCHE ; laissons le temps au plus vieux des candidats de récupérer après la fatigue accumulée lors de l'inauguration du Starbucks colmarien. Cf vues diffusées sur FB.
Bernard Rodenstein Carnet de campagne (en vers et pour rire un coup) Je n’ai jamais été tendre avec le maire sortant Il connaît les raisons de mon mécontentement. Elles remontent à il y a déjà bien longtemps. Et ce n’est pas allé en s’arrangeant. Il est venu un jour manger à la maison J’ai eu tout loisir de lui expliquer mes raisons Il m’a donné les siennes. Il a entendu les miennes. Nous en sommes restés à ce stade Il eut fallu, pour nous sortir de la panade Des débats bien plus profonds Indispensables à une réconciliation. Les circonstances n’étaient pas réunies Nos tempéraments de feu nous ont désunis C’est ainsi ! C’est la vie ! À ce jour, je ne suis plus dans le même cirque Je me suis retiré de la vie publique J’ai ma préférence pour son successeur Et l’exprime sans fausse pudeur. Pour lui même, j’en ai très peur, Il est sourd aux meilleurs conseilleurs Partir était sa meilleure sortie L’honneur de l’humilité lui était garantie. Il quittait ses fonctions avec dignité Le respec