30 décembre 2022

Eric Vial

L’Alsace. Elle attend.
 
C’est le titre de la peinture de Jean-Jacques Henner (1871).
Elle attend, cette Alsacienne, qu’on arrête de vouloir la marier de force avec des prétendants d’autres régions ou d’autres pays.
Elle attend qu’on respecte son histoire, sa culture et sa langue. Elle reste désormais stoïque face aux attaques et aux insultes.
Elle attend la première occasion de flirter avec qui elle veut, comme elle veut. Elle ne veut pas être attachée.
Si on lui impose un empereur de l’Est, elle tombera dans les bras d’un bleu de l’Ouest, et inversement.
Pourtant elle sait dans quel camp elle est. Sa cocarde sur sa coiffe marque la résistance courageuse de toutes les femmes face aux oppresseurs. Française, oui bien sûr mais pas que, Alsacienne et Européenne aussi.
Regardez ses grands yeux. Ils marquent son ouverture d’esprit. Elle sait que son identité n’est pas unique mais multiple. Ces mélanges la rendent belle.
Et pourquoi elle attend avec ce visage d’ange, cette Alsacienne ? Parce que l’humanisme rhénan dans lequel elle baigne depuis des générations lui a appris que patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Sa victoire sur les rageurs et les fauteurs de troubles, qu’ils viennent de Charleville ou d’ailleurs, sera totale.
Alors, formulons tous le vœu qu’on la laisse enfin à ses désirs et à son destin. Car elle n’a besoin de personne pour les construire.
Libérée, son sourire sera recouvré.
Décidément, Jean-Jacques Henner, quel talent ! Cette toile n’a pas pris une ride.



Phil

Avec un peu d'avance, tous mes vœux pour l'année qui vient...



26 décembre 2022

Terrible témoignage d'un médecin suspendu

FLORENCE
Médecin (Haute-Savoie)

« C’est extrêmement violent d’être convaincue qu’il y a des traitements qui fonctionnent et ne pas pouvoir les utiliser. »

Florence a 53 ans, elle est mariée, elle a 3 enfants. Elle est médecin dans une structure privée d’Hospitalisation à Domicile (HAD). Suspendue le 15 septembre 2021 après 25 ans d’exercice.

À la maison, on a toujours eu d’autres sources d’informations que les seuls médias mainstream. Au début de la crise sanitaire, j’étais médecin dans une équipe d’HAD, engagée dans les soins palliatifs et l’accompagnement de fin de vie au domicile. Malgré la peur propagée et l’inconnu, notre cœur de soignant n’a pas hésité deux secondes. Il n’y a quasiment personne, au sein de notre équipe, qui a refusé de se porter volontaire pour les soins Covid. Nous sommes des soignants, on ne peut pas nous empêcher de soigner.

On faisait partie d’une structure avec de véritables moyens humains et matériels. On avait tous les équipements, les masques, les blouses, les gants. Mais on ne mettait pas les masques entre nous. On vit ensemble, on travaille ensemble, on est dans les voitures ensemble, on mange ensemble, ça n’avait aucun sens. Il est arrivé que des collègues infirmières, du jour au lendemain, aient le Covid et se retrouvent arrêtées. Bien qu’ayant été étroitement à leur contact nous ne l’avons pas attrapé. La notion de contamination est complexe, aucune étude n’a réellement montré l’efficacité des masques et nos systèmes immunitaires sont bien plus complexes que ce qu’on veut nous le faire croire !

On est rapidement intervenu dans les EHPAD, où un grand nombre de personnes âgées ont été touchées. Ce qui m’a surtout frappée, c’était l’abandon dans lequel elles se trouvaient. En rentrant chez moi, j’ai dit : « Même si vraiment c’est très grave, s’il y a un risque pour nous, moi je le prends ». On ne peut pas laisser mourir les gens seuls. C’est une question de dignité humaine. Accompagner, c’est mon métier, c’est l’engagement de ma vie. Le regard qu’on leur porte est essentiel, s’ils ne peuvent se voir dans les yeux d’un autre être humain ils perdent tout, y compris leur sentiment de dignité. Ensemble, avec les soignants, on est resté auprès de ces personnes, on leur a tenu la main et on n’avait pas peur. Il n’y avait à priori pas d’hospitalisation, ils restaient dans les EHPAD. Le seul soin qu’ils recevaient c’était de l’oxygène, mais aucune thérapeutique, aucun traitement médical. Et j’étais appelée avec mon équipe au tout dernier moment, alors qu’ils étaient en détresse respiratoire aigüe. Le gros risque de toute infection virale respiratoire c’est la surinfection bactérienne, qui se traite avec des antibiotiques. Mais là, c’était : « On ne traite pas » et quand on arrivait ils étaient en train de mourir. C’est à peine si on avait le temps de poser nos perfusions pour les soulager. C’est extrêmement violent d’être convaincue qu’il y a des traitements qui fonctionnent et ne pas pouvoir les utiliser. Il y a eu beaucoup de décès lors de cette première vague, toutes ces personnes, on les a vraiment laissées mourir, abandonnées.

Il y a des médecins qui ont soigné dans des EHPAD parisiennes. Avec l’hydroxychloroquine pour commencer, puis avec l’Ivermectine, et tous en témoignent : il n’y a eu aucun décès parmi les personnes traitées ! J’ai moi-même soigné dans une O.N.G. et il est évident que, dès que l’on utilise des traitements précoces efficaces, ça fait une énorme différence.

Il y a eu l’abandon des soins et il y a eu l’abandon par les familles. Certaines ne se sont pas beaucoup battues, mais je pense que la plupart ont ressenti une énorme détresse. Les visites étaient interdites. Impossible même de voir les morts, qui étaient immédiatement « emballés » dans des sacs plastiques et enfermés dans les cercueils. Pas d’accompagnement, ni des vivants, ni des morts, pas de rituel. Là, on a vécu la plus grande honte et atteinte à la dignité humaine. Tous ces deuils vont être très difficiles à faire. Quand on n’a pas pu se dire au revoir, quand on n’a pas pu tenir la main des gens qu’on aimait, il y a quelque chose qui déshumanise.

Quand les injections sont arrivées, j’ai demandé à la direction que notre structure reste un lieu de débats et d’échanges. C’était une structure familiale et sympathique, mais ça n’a pas du tout été possible. Il y a eu une campagne pro-vaccinale très forte. On a joué sur la peur, la morale, le devoir de solidarité. J’avais de très bons rapports avec ma hiérarchie, qui n’a jamais contesté mes compétences. D’ailleurs, aucune direction n’a pu utiliser comme argument que nous étions de mauvais soignants. Bien au contraire, tous ceux que je rencontre au sein de Réinfo Covid sont des soignants compétents, très engagés et aux grandes qualités humaines. Mais refuser de se soumettre à l’injection, c’est mal ! Les soignants connaissaient ma position, je tenais à leur disposition les études et les éléments fondés sur lesquels je m’appuyais, mais personne n’est venu me voir. Cela m’a beaucoup questionnée. Sortir du rang implique de faire des choix, qui vont conduire encore plus loin dans la différenciation et éventuellement l’exclusion. Et ça, tout le monde le pressentait. J’avais des liens assez étroits avec les infirmières coordinatrices, mais je les ai vues faire des petits arrangements avec leur conscience, progressivement, jusqu’au jour où l’obligation est arrivée et là, elles étaient prêtes pour se faire vacciner. Elles se sont laissées manipuler par les médias et ont fini par se ranger, par se plier, on a extorqué leur consentement, qui n’était ni libre, ni éclairé ! J’ai vu les gens s’abandonner, c’était très douloureux. Mais en même temps, je voyais la puissance de ce chantage, ce rouleau compresseur auquel j’avais la chance de pouvoir résister, grâce à une certaine assise intérieure associée à une sécurité matérielle et affective. J’avais beaucoup de tristesse et de compassion, car je pense que 80% des soignants de mon équipe se sont fait injecter malgré eux.

Quand, le 12 juillet, la vaccination obligatoire a été annoncée, j’avais beau y être préparée, j’étais sidérée. Je pensais que les gens réagiraient et personne n’a réagi ! J’ai commencé à ranger mes affaires, je ne voulais rien laisser, car je sentais au fond de moi que je ne reviendrais pas. Et le 15 septembre je suis partie avec mes cartons, c’était fini. La suspension c’est une étape, c’est difficile, c’est une désillusion. J’ai vécu ce départ avec effroi, comme un deuil, une infinie tristesse… Mais j’ai aussi entendu cette petite voix à l’intérieur : « Il n’y a pas que la fin de vie, tu es aussi psychothérapeute, médecin de l’âme, c’est peut-être une opportunité ! ». Et c’est vrai, j’aime tellement accompagner les gens dans la vie, dans la reconnaissance de leur grandeur, de leur valeur, que j’ai senti qu’il fallait que je suive cette direction et que je ne serai pas sans métier. Mais j’ai encore besoin de temps pour digérer tout cela. Il y a une forme d’humiliation, dont j’ai pris conscience récemment, ainsi que la façon dont j’étais identifiée à mon métier. Il faut se déconstruire par rapport au statut qui nous est conféré par les gens. C’est un peu comme un dénuement : comment se rapprocher de notre nature profonde et comment manifester, sous une autre forme, ce qui est au cœur de nous, ce pour quoi nous sommes faits ? C’est un chemin à la fois douloureux et fécond à parcourir, une re-création.

C’est un métier pour lequel j’ai fait de longues études, un métier éprouvant et riche, où j’ai vécu ce qui m’est essentiel : l’humanité, la fraternité, la solidarité, l’amour de l’être humain, de la vie. J’y ai aussi beaucoup appris. Quand on côtoie la mort, ça rend humble et ça vous rapproche de l’essentiel. J’ai accompagné un patient qui avait passé sa vie en Inde et était venu en France pour sa fin de vie. Une nuit, on m’appelle et on me dit : « Il fait n’importe quoi, il se lève, ça fait dix fois qu’il fait sa valise, il est en pleine confusion ». Je suis venue m’asseoir auprès de lui et je l’ai regardé droit dans les yeux :
« Qu’est-ce qui se passe ? »
« Je suis en train de m’effacer. »
« C’est votre corps physique qui est en train de mourir, mais vous, vous êtes là, et vous n’allez pas disparaître, vous le savez. »
« Oui, c’est vrai. »

C’était ce qu’il avait besoin d’entendre et de reconnaître, plus besoin de refaire sa valise, il est mort apaisé.

C’est une histoire bouleversante et pour de telles situations je veux continuer de porter ce regard aimant. La communication que l’on fait passer dans les visages est énorme et les visages masqués ça a été une très grande douleur. On ne peut pas faire passer notre humanité à travers un masque, les yeux ce n’est pas suffisant.

Pendant la crise, on a été inondé de messages de la D.G.S., de l’H.A.S., de l’Ordre des Médecins, qui tous relayaient le discours officiel. Je suis atterrée que les médecins n’aient pas voulu s’informer autrement. Pour eux, la notion de corruption, de contrôle de la population, accepter le fait qu’il y ait de la censure dans notre pays, dans notre « démocratie », c’est quelque chose de totalement inconcevable. Nous sommes extrêmement conditionnés, dès nos études. Nous lisons les revues scientifiques, nous participons à des séminaires, à des congrès, mais derrière il y a toujours les lobbies pharmaceutiques. On ne nous a pas appris à interroger, à remettre en question, or il faudrait tout questionner, y compris les référentiels normalement très solides, on l’a vu avec le scandale du Lancet et de l’Hydroxychloroquine. La recherche médicale est très coûteuse et qui finance ? Big Pharma. Lorsqu’une nouvelle molécule voit le jour, les labos viennent la « vendre » à l’hôpital et on voit rapidement les prescriptions se conformer à ces nouveaux produits, sans aucun recul. Cette omniprésence des laboratoires ne date pas d’hier : le développement du marché du médicament s’est accompagné de la suppression dans les facultés de médecine, de l’enseignement des médecines traditionnelles, de l’acupuncture, de l’homéopathie, de la naturopathie, toutes ces autres approches thérapeutiques.

Dans cette crise, les médecins ont été contaminés par la peur, celle d’être contaminés eux-mêmes et celle de contaminer les autres patients. On entendait des témoignages de personnes auxquelles les médecins libéraux avaient refusé l’entrée dans leur cabinet, les avaient auscultés sur le balcon, ou bien leur avaient dit de rester chez eux avec du doliprane. Et au-delà de la peur il y a eu cette confiance aveugle dans les discours propagandistes, contradictoires, absurdes, qui a fait disparaître le bon sens. Mes collègues disaient qu’ils n’avaient pas le temps de s’informer davantage, de lire les études, ni celles de Pfizer, ni les autres. Très vite je me suis sentie seule avec le constat que les informations importantes que je voulais partager étaient censurées. Il est très difficile d’aller à contre-courant. J’avais le sentiment d’être dans une cage de verre sur laquelle je tapais mais personne ne m’entendait. Tout cela je l’ai vécu avant même que la question de la vaccination obligatoire pour les soignants ne se pose.

La population s’est soumise, elle a accepté de faire porter les masques aux enfants dans les écoles, auprès des bébés dans les crèches. Aujourd’hui les psychologues parlent de retards dans l’apprentissage, de souffrances morales majeures. Les dégâts psychiques sont considérables, avec entre-autres un taux de suicide comme jamais chez les enfants. Certes il y a eu des décès liés au Covid, par retard de prises en charge thérapeutique, par interdiction des traitements précoces. Mais on ne parle pas des dégâts collatéraux. Les gens ne veulent pas voir, c’est plus confortable.

Quant à la toxicité de ces injections expérimentales, on observe une augmentation des thromboses, des embolies pulmonaires, des myocardiopathies, des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus, des cancers qui ont flambé suite à la « vaccination » Covid. J’ai une collègue, chef de service en cancérologie, qui me disait : « En réanimation ce sont des patients non vaccinés » et moi je répondais : « Est-ce que tu as regardé leur statut vaccinal ? » Parce que sont considérés non vaccinés les patients qui sont à moins de 15 jours de leur vaccination et au statut vaccinal incomplet ! Et il y en avait justement beaucoup. Quand elle a su que j’allais être suspendue, elle a eu une réaction d’effroi : « Non, pas toi ! » Alors que nous travaillions ensemble depuis 15 ans, y compris à l’espace éthique, elle m’a dit « Nos positions sont irréconciliables », sans me poser de questions…

Dans le cas de ces injections expérimentales, pour lesquelles on a extorqué le consentement des populations, le principe de précaution, l’imputabilité, ont été totalement écartés. Quand un patient signale des symptômes nouveaux à son médecin, celui-ci doit le questionner : « Qu’est-ce qui s’est passé récemment, qu’est-ce que vous avez fait, quel traitement avez-vous pris ? » Tous les médecins ont appris ça, c’est l’anamnèse. Là, ça n’existe plus, d’emblée le vaccin est écarté, on est dans un déni massif.

Pourtant de nombreux patients n’ont aucun doute sur le lien de cause à effet, mais leur médecin refuse de les écouter, on leur dit que c’est dans leur tête. Ils sont malades, parfois sévèrement handicapés suite à ces injections. Ils faisaient confiance et ils se sentent trahis. Il n’y a aucune reconnaissance de leur statut de victime.

Le déni, c’est un mécanisme de protection et je pense qu’il est vital pour tous ces gens qui ont vacciné, qui se sont fait le relais de la propagande. Que vont-ils faire sinon de cette responsabilité, de cette culpabilité ? Le déni est là pour essayer de maintenir une cohérence face à toute cette violence et ces mensonges, pour nous protéger d’un effondrement trop violent. Mais plus on s’enfonce dans le déni et plus le réveil est brutal.

Quand on a eu accès aux études Pfizer, on a découvert que les effets secondaires étaient connus dès le départ, mais avaient été tenus secrets. C’est le mensonge permanent. Tous ceux qui ont tenté d’élever la voix ont été immédiatement censurés, étiquetés, calomniés afin d’écarter tout dialogue et toute pensée différente.

La vaccination Covid, c’est un dogme devenu religion et je la refuse : ma première raison est médicale, ce n’est pas un traitement, c’est une injection expérimentale, et plus on avance dans le temps, plus on a les preuves de l’escroquerie, jusqu’à l’Union Européenne par les laboratoires eux-mêmes (efficacité sur la transmission non testée !)
On a des thérapies qui fonctionnent sans toxicité, contrairement à ces injections. Elles ont été interdites pour pouvoir vendre ce vaccin, qui ne pouvait obtenir une A.M.M que s’il n’existait pas de thérapies efficaces.
Je refuse de céder au chantage. Il n’y aucune justification à cette injection. Le consentement libre et éclairé est la base de notre serment d’Hippocrate. Il a été bafoué. On ne m’achète pas, on n’achète pas ma liberté, sous aucune contrainte… Quel que soit le prix à payer !

Les « grands » qui dirigent ce monde ont nourri notre peur de la mort inhérente à l’être humain. Puis ils ont promis que, grâce à eux, on allait repousser la mort. Déposséder les gens de leur pouvoir sur eux-mêmes et les faire s’en remettre aux interventions extérieures, c’est ça la plus grande escroquerie. Ce n’est pas une crise sanitaire. C’est une crise spirituelle ! Les gens devraient se demander : « Souhaitons-nous vraiment vivre dans un monde sous contrôle avec des passes, des QR Codes, des masques et avoir peur tout le temps ? » Il faut que chacun reprenne les rênes de sa vie, mais ça va se faire lentement. Je crains malheureusement que ce ne soit en voyant les effets secondaires se multiplier que les gens commenceront à se réveiller, à se poser des questions.

Quand le public nous applaudissait, j’étais très mal à l’aise. J’ai trouvé ça ridicule. Jouer avec l’émotion des gens, pour ensuite les retourner comme une crêpe, c’est tellement facile ! Aujourd’hui, personne ne cherche à connaitre les raisons de ces soignants qui ont refusé l’injection. Depuis deux ans, on ne cesse de s’informer, à l’aide d’articles scientifiques, d’éléments sourcés mais censurés, produits par des personnes ultra compétentes, courageuses, dépourvues de liens et conflits d’intérêt, en quête de vérité… Nous traiter d’antivax, de complotistes, d’extrémistes, c’est extrêmement mensonger, humiliant, irrespectueux. Mais on ne peut pas étouffer longtemps la vérité. Elle finira par toucher le cœur des gens.

Soigner, prendre soin, c’est dans nos tripes, c’est dans nos cœurs. Venez découvrir qui nous sommes, nous les « suspendus » ! Lisez nos témoignages, rencontrons-nous. Brisons les barrières qui ont été volontairement érigées entre nous.

« La liberté commence où l’ignorance finit. » (Victor Hugo).

Aujourd’hui, je donne toute la place à la musique dans ma vie, je développe l’accordéon avec des amis musiciens, je reprends le piano, au service du Beau… J’ai besoin de nourrir la beauté et la joie pour ne pas être engloutie dans cette folie humaine…



Concert

L'Orchestre symphonique de Mulhouse (OSM), en partenariat avec la Maîtrise de Garçons du Conservatoire de Colmar, organise un concert du nouvel an

lundi 2 janvier à 19h
en l'église Saint-Matthieu de Colmar

L’Orchestre symphonique invite le public à célébrer l’année en musique, à l'Église Saint-Matthieu, à travers un programme empreint de joie et de chaleur humaine. L’Orchestre propose d’appréhender toutes les facettes de la harpe, sous les doigts d’un des plus talentueux représentants de l’école française, Emmanuel Ceysson, soliste de l’orchestre philharmonique de Los Angeles. À découvrir notamment dans A Ceremony of Carols où il accompagne les voix des garçons de la Maîtrise de Colmar. Le tout dirigé par un jeune chef de 24 ans. Une belle façon de démarrer l’année dans une ambiance conviviale, féerique et festive.

LE PROGRAMME

Concert d'une durée de 1h30, sans entracte.

• Georges BIZET - Carmen : Prélude / Aragonaise / Habanera
• Reinhold GLIERE - Concerto pour harpe : Allegro moderato
• Hector BERLIOZ - Symphonie Fantastique, Le Bal
• Benjamin BRITTEN - A Ceremony of Carols n° 1 à 6
• Georges BIZET - Carmen : Intermezzo - Chanson du Toréador - La garde montante.
• Reinhold GLIERE - Concerto pour harpe : Allegro giocoso
• Piotr Ilyitch TCHAIKOVSKI - Casse-noisette : Valse des fleurs - Pas de deux


Avec :

• Dayner Tafur-Diaz, direction
• Emmanuel Ceysson, harpe
• Maîtrise de Garçons du Conservatoire de Colmar


Tarif unique de 10 euros par billet

BILLETTERIE



22 décembre 2022

Jonathan Sturel

- 21/12/2022 -

COVID

Au fait, la vague numéro (je ne sais plus combien) avec laquelle ils ont essayé de nous refaire peur est en train de décliner. Sans passe sanitaire, sans masque obligatoire, sans campagne de vaccination, sans confinement, sans fermeture des rayons culottes, sans jauge et sans être obligé de boire nos cafés assis dans les bistrots.

Tout est ouvert, salles de sport, piscines, transports en commun, restaurants, commerces, cinémas, boîtes de nuit, etc. Tout est fréquenté abondamment.

Pourtant, cette nouvelle vague se retire tranquillement, comme toutes les autres.
 
Tête des covidistes qui depuis le début ont cru religieusement dans les restrictions et les mesures gouvernementales lorsqu'ils réalisent qu'on obtient les mêmes résultats avec ou sans les restrictions en question...

21 décembre 2022

Ben alors ?!?!

- 21/12/2022 -

Tout se perd.

Même l'exemplarité du Maire.

Ce mardi 20 décembre, il est 11h30, rue des Clefs, zone interdite aux deux-roues, donc aux vélos (panneaux bien visibles).

Deux cyclistes zigzaguent allègrement parmi la foule dense des piétons.

En tête de l'échappée, Monsieur le Maire Eric Straumann !

J'ai un profond respect pour la fonction de premier magistrat, mais là, celle-ci a pris un sérieux coup de canif ...

Quelle que soit la motivation de ce déplacement prohibé, Monsieur Straumann ne peut oublier l'exemplarité attendue dans sa fonction.

Den's

Eric Straumann

- 20/12/2022 -

Vous connaissez tous mon avis concernant le Grand Est.
Et je n’ai jamais varié de position à ce sujet.
Depuis le premier débat parlementaire, j’ai combattu de toutes mes forces, la création de cette collectivité au regard de notre histoire et de notre géographie.
Mais je n’ai jamais confondu l’institution et les hommes et femmes qui la dirigent.
J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour Jean Rottner qui a essayé autant que possible de sauvegarder les intérêts de l’Alsace.
Mais tant que l’Alsace ne sortira pas du Grand Est, sa présidence sera un exercice impossible.
Ne perdons pas de temps. Il faut maintenant revoir le contour de cette trop grande Région.



19 décembre 2022




Une fin d’année se profile avec son cortège d’odeurs épicées, de lumières clignotantes et le souvenir de quelques moments forts à galerie Murmure :

- Un démarrage chamarré avec l’imagerie unique et poétique des œuvres de Marc Chagall





- La fulgurance du trait de Roger Decaux, à la fois doux et incisif, qui creuse des sillons au plus profond des êtres représentés leur insufflant ainsi un mouvement tel qu’ils semblent désarticulés.





- Les œuvres photographiques de Stéphane Aït Ouarab, qui construit ses clichés afin qu’ils révèlent leur beauté hypnotique.





- Les estampes de Jan Voss, artiste emblématique de la Figuration Narrative, qui a su développer sa propre grammaire picturale, à la fois figure d’une pensée et narration d’une idée. Ses œuvres poétisent une scène de vie, une idée, une émotion.





- Les œuvres fragmentaires de Carole Nieder qui s’ancrent dans une temporalité multiple. Elles sont à la fois le marqueur d’un instant volatil et un tatouage pérenne.





- Le bruissement de la créativité de Renaud Allirand qui nous plonge dans un univers fait d’une écriture qui ne se dévoile pas et de paysages imaginaires. Pirouettes poétiques et sensibilité graphique au firmament d’une œuvre résolument abstraite.





La galerie Murmure vous accueillera jusqu’à vendredi 23 décembre avant de vous retrouver le 5 janvier 2023 avec la poursuite de l’exposition « Bruissements » de Renaud Allirand.





Nous vous souhaitons de passer des fêtes de fin d’années à la couleur de Chagall !
« Comme sur la palette d’un peintre, il n’y a dans notre vie qu’une seule couleur qui donne un sens à la vie et à l’art, la couleur de l’amour. »
Marc Chagall


Galerie Murmure
5 place de l'Ancienne Douane
68000 Colmar
www.galerie-murmure.com
• jeudi et vendredi de 14h à 18h
• samedi de 10h à 19h
Et chaque jour sur rendez-vous au 03 89 41 49 25

15 décembre 2022

Événement de Phil Umbdenstock

Rencontre/débat autour du dessin de presse : Questions-réponses sur la censure, l'auto-censure, l'humour, les médias, l'information etc...

Vendredi 16 décembre 2022 à 20h

Médiathèque de la Vallée de Munster

1 cour de l'Abbaye
68 Munster



LE SENTIER DES CRÈCHES

Kelly Scott

Une superbe exposition de crèches du Monde, chaque année à l’église Saint-Léger de Munster, à découvrir ou revoir, vraiment !

En réponse à ces deux faits :

1) Crèche de Noël interdite à la mairie de Béziers
Interdiction validée par le Conseil d’État après la plainte (je vous le donne en mille)... de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme, les mêmes qui sont pour le voile) ces individus n’ont vraiment rien d’autre à faire... Et ils utilisent souvent la notion de laïcité contre les chrétiens.
Les mairies, un conseil, faites des expositions de crèches ! Il me semble que c’est autorisé !

2) Acte délibéré en Alsace à Illkirch
Les caméras de surveillance en témoignent : deux hommes avec des capuches, les lâches, la nuit, ils sont allés jusqu’à la crèche en escaladant des barrières, trois départs de feu.

(Photos : Kelly Scott)











12 décembre 2022

Bernard Friedrich


15/12/2022 - Si j'ai bien compris il y a TROIS projets de loi concernant une Alsace "libre et autonome" qui sont sur les rails au parlement ? N'aurait-il pas été plus judicieux de n'en déposer qu'un, marquant ainsi l'unanimité de nos élus toutes tendances confondues ? Il ne s'agit pas en l'occurrence d'un concours de rapidité ou d'originalité mais d'affirmer d'une seule voix l'aspiration de TOUS (ou presque) les Alsaciens de sortir du Grand Est pour vivre leur identité !


12/12/2022 - La question de « l'âge limite » est au cœur des négociations relatives à la définition de notre futur système de retraite, la pierre d'achoppement qui semble bloquer toute avancée. Et si nous nous inspirions du système « encore » en vigueur de la Corée du Sud pour calculer l'âge qui, comme nous le démontre l'article de Léo GUYOT (DNA du 10/12/2022), permet à une personne d'avoir des âges différents selon qu'on applique le système international (+1 à la date anniversaire), le système coréen (le bébé a 1 an à sa naissance et vieillit d'un an chaque 1er janvier !). Ainsi, une personne née le 31/12/1992 aura 29 ans selon le système international, 30 ans selon celui de l'âge de l'année et 31 selon le système coréen !
N'y aurait-il pas là moyen de trouver un accord ; même si, comme l'indique l'auteur de l'article, la complexité est telle que Séoul veut abandonner son système ancestral de calcul de l'âge ! Mais après tout...

11 décembre 2022

Kelly Scott

Il y a 4 ans, le 11 décembre 2018, les attentats de Strasbourg

Chérif Chekatt, un terroriste islamiste, semait la terreur au centre-ville pendant le marché de Noël.
5 morts, plus d’une dizaine de blessés graves et de très nombreuses personnes traumatisées.
Une commémoration doit avoir lieu aujourd’hui mais l’association victimes attentat (AVA) déplore le manque de communication de la municipalité (EELV) sur les hommages prévus.


9 décembre 2022

Conte de Noël

Victorine VALENTIN

- LE SAPIN DE NOËL -

La veille de Noël, papa avait apporté un joli sapin. En cette période de disette, c'était le plus beau cadeau que l'on pût attendre. Je me souviens...

Comme il faisait froid alors ! Nous avions beau être six à nous serrer autour du feu, celui-ci était trop
maigre pour nous réchauffer vraiment. Nos joues empourprées nous donnaient un peu meilleure mine,
alors que nos vêtements, propres mais pluri-rapiécés, ne faisaient pas mystère de l'état des finances de la famille. Un chaudron contenait les quelques pommes de terre et rutabagas qui mijotaient pour notre dîner. Nos estomacs grognaient bien un peu, mais maman prêtait surtout l'oreille à nos chamailleries. Deux garçons et deux filles, âgés entre quatre et douze ans, ça chahute, ça se bouscule et se taquine forcément. Elle n'intervenait que rarement, nous laissant à nos disputes qui avaient le mérite de nous distraire des protestations de nos estomacs.

Papa était sorti depuis un moment, sans dire un mot. Depuis qu'il était revenu de la guerre, il faut avouer qu'il ne parlait presque pas. Moi qui étais l'aîné et qui me piquais de bons mots, je disais qu'il ne parlait guère... Comme il était déjà assez âgé à la démobilisation, mot qui était entré avec lui dans la maison, il avait été rendu à sa famille dès la fin du mois de novembre. J'apprendrai ultérieurement que certains de ses compagnons d'armes n'avaient été libérés que deux ans plus tard.

Marguerite, notre plus jeune sœur, était encore tout intimidée lorsque ce papa, qu'elle ne connaissait pas, s'approchait de nous. On lui avait pourtant bien enseigné à prier pour lui, comme nous tous, pour qu'il nous revienne. Et le miracle s'était produit. Mon oncle, le frère de maman, lui, ne reviendra pas. Et si papa avait reçu une blessure qui lui faisait traîner la jambe et utiliser une canne, au moins était-il revenu !

L'hiver était rude. La ferme était en sommeil. La vache que nous avions réussi à garder ne demandait que peu de soins et je m'en chargeais volontiers. Papa passait son temps à lire la Bible – nous n'avions pas d'autre livre alors – et à méditer dans un silence un peu renfrogné. Le temps s'étirait lentement dans des jours blancs et lisses. Autour de nous, la nature était revêtue d'une épaisse couverture neigeuse. Quelques arbres murmuraient au vent que l'hiver était bien difficile et offraient asile à des oiseaux et des écureuils frigorifiés.

Hier, Marguerite et Lucien avaient parlé du joli sapin qu'ils avaient vu devant l'église du village. Décoré de pommes rouges, d'étoiles de paille dorée, il semblait briller dans leurs yeux lorsqu'ils l'évoquaient.
– Comme ce serait beau, comme ce serait bien d'avoir chez soi un si joli sapin, disait Marguerite avec un regard gourmand.
– Moi, je croquerais toutes les pommes, répondait Lucien qui aurait mangé du bois si on le lui avait permis.
– Moi, disait Anna, contagiée par ses frère et sœur, je lui fabriquerais des décorations avec des pommes de pin que je colorerais avec de la betterave.

Papa ne disait rien mais il écoutait sans aucun doute puisqu'il était parti cet après-midi, toujours sans rien dire, et venait de rentrer déposer, dans un seau rempli de terre, un joli petit sapin des Vosges, autour duquel nous avions dansé de joie et que les petits s'étaient empressés de garnir avec des brins de laine colorée, des coquilles de noix et les pommes de pin qu’Anna n'avait pas eu le temps de teindre. La soupe n'avait jamais été aussi bonne, la chaleur du foyer jamais plus réconfortante et les yeux de maman plus brillants que cette veille de Noël 1918.
Le jour de Noël, nous venions de nous lever et nous faisions la ronde autour du petit sapin, le plus beau du monde puisqu'il nous avait donné tant de joie et de chaleur et parce que notre père l'avait apporté avec le bonheur confus, mais visible, de faire plaisir à ses enfants. C'était un mercredi, je m'en souviens très bien. Le jour promettait de rester blanc et calme. Pourtant, soudain, on a frappé violemment à la porte. Maman et papa ont échangé des regards interrogateurs. Qui cela pouvait-il être ? Aucune famille proche ne devait venir nous voir. Papa est allé ouvrir et, même de dos, je l'ai vu se figer. Il s'est effacé pour laisser entrer le garde-champêtre. C'était un grand gaillard qui tenait plus du chêne que de l'être humain. Son uniforme et son képi rajoutaient à sa stature et à son air redoutable. Tous les enfants le craignaient encore plus que le père fouettard car il était toujours là où on l'attendait le moins, et chaparder une pomme équivalait pour lui au pire des larcins. De sa grosse voix, il rappela à mon père que prendre des arbres dans la forêt domaniale, c'était du vol. Ne savait-il pas, lui mieux que d'autres, que les forêts avaient été détruites par les combats et que les coupes sauvages étaient interdites ?
De fait, c'est mon père qui était interdit. Lui, d'habitude si pâle, était rouge pivoine. Ma mère cachait sa honte derrière le torchon à carreaux qui ne la quittait jamais. Papa essayait de se défendre. Qui pouvait prétendre que notre sapin ne venait pas de notre terrain ? Alors, le garde-champêtre a montré du doigt la jambe de mon père que l'éclat d'obus avait rendue raide et qui avait laissé, depuis la forêt jusque chez nous, une trace qui le dénonçait cruellement. Le garde-champêtre a consigné ce qu'il nommait « un délit » et a signifié à mon père qu'il aurait à en rendre compte. Il a arraché les ornements dont nous avions eu tant de plaisir à le parer, et il a emporté notre arbre de Noël, toutes nos illusions, toute notre joie, et la fierté de mon père.
Papa s'est comme brisé et il s'est affaissé sur sa chaise. Il était taiseux, il est resté complètement muet.
Pourtant, maman nous a enseigné deux choses ce jour là et ces leçons ont eu un grand impact sur ma vie. Elle s'est approchée de papa, lui a doucement pris la tête entre les mains et lui a donné un baiser sur le front. C'était une scène tellement insolite ! En ce temps-là, les démonstrations d'affection étaient rares, voire proscrites. Elle s'est tournée vers nous qui la regardions, tellement surpris que nous avons instantanément ravalé nos larmes, et elle nous a dit : « Vous savez, mes enfants, qu'il ne faut jamais prendre ce qui ne vous appartient pas. Votre père paiera pour cet arbre. Mais apprenez surtout que son amour pour vous est si fort qu'il a bravé le froid, qu'il a pris grand soin de choisir le plus beau des sapins et qu'il a fait de gros efforts pour vous le rapporter. Alors, embrassez votre père et dites-lui que, vous aussi, vous l'aimez très fort.
Et ensuite, on prendra toutes les décorations qui ornaient le sapin et on les disposera sur le rebord des fenêtres. Joyeux Noël mes enfants. Joyeux Noël Ernest.
J'ai séché mes larmes d'un revers de manche, donné la main à Marguerite et Anna. Lucien s'est aussi
rapproché et nous avons tous embrassé papa qui a souri et s'est redressé. Il a pris Marguerite, ravie, sur ses genoux. Il nous a regardés à tour de rôle. Longtemps. Puis il a regardé maman et il a dit : « On n'a pas besoin d'arbre de Noël dans une maison remplie d'anges. »

À Jean-Luc. En souvenir et hommage.
Victorine VALENTIN - 6/12/2022


[Victorine Valentin a écrit ce conte de Noël inspiré d'une histoire vécue par un ami qui vient de nous quitter, Jean-Luc Gressier, ex militant PS mais constant défenseur des plus démunis et participant actif à la lutte des Gilets Jaunes en son temps.]

5 décembre 2022

[POLITIQUE]

Présidence de LR : qualification d'Éric Ciotti et de Bruno Retailleau

C’est le Dimanche des anniversaires « politiques » : il y a un an, Éric Zemmour lançait son propre Parti politique, Reconquête !, avec un poids électoral réduit aujourd’hui à peu de choses et Valérie Pécresse recevait en même temps son investiture pour sa candidature à la présidentielle avec un score qui a marqué l’effondrement d’une droite qui n’en était plus une.
Avec la qualification, ce soir, d'Éric Ciotti et de Bruno Retailleau au second tour de la compétition pour la présidence de LR, dans le prolongement de 15 ans d’échecs sur le scrutin présidentiel, les Républicains sont-ils à leur crépuscule, à l’aube d’une extinction, toujours en survie, et à l'agonie, ou au début d’une nouvelle apogée après leur examen de conscience ?
Ce temps de clarification peut-il tout changer et les relancer dans la course aux suffrages nationaux ?
Tout indique, en lisant les nombreux commentaires des électeurs français et anciens militants de LR sur les réseaux sociaux, que ce Parti historique ne pourra plus jamais retrouver sa vigueur politique d’antan.
Pas besoin d’une longue analyse pour saisir les doutes des Français. J’ai retenu quelques commentaires dont la signification me paraît lourde de sens. Ils devraient interpeller la classe politique dirigeante des LR :
« Macron a réussi son hold-up... Supprimer la droite et la gauche pour ne laisser aux Français que les extrêmes ! C’est un Parti totalement dévoué à Macron. Ce qui a définitivement plombé les LR, ce sont ses girouettes avides de pouvoir comme G. Darmanin, E. Philippe, B. Lemaire, Christian Estrosi, Renaud Muselier, Hubert Falco et tant d’autres. »
« LR est un parti au pronostic vital engagé. Il a constamment vécu avec ses règlements de compte intérieurs. Il s'est auto détruit. Et il finira aux oubliettes de l’histoire politique. »
« Il y a, chez les cadres LR, ceux qui n'aiment pas Macron et ceux qui l'adorent. Ils courent deux lièvres à la fois, sans jamais se retrouver. On voit bien que l'opposition ne sert à rien. Elle défend d’abord ses intérêts avant ceux du pays. »
« Les LR ne veulent pas de l'union des droites. Une fois Macron parti, ils voudront sa place pour que de compromis en compromissions rien ne change. C'est sûr, ils ne valent plus rien ! »
« Même à l'Assemblée, ils votent pour E. Macron. Donc oui c'est la roue de secours de Macron. »
« C’est le Parti des vieux notables, de la lâcheté politique, des girouettes et de la trahison. C’est un Parti qui ne se préoccupe que des élections, des intérêts personnels et de carrière de ses cadres, mais surtout pas de la défense de la France et de ses citoyens. Les LR manquent de courage, de convictions et de visions pour la France. »
« Ce parti a rejoint la galaxie politique de Macron sans le dire. Leur avenir c’est la macronie. Ils veulent une classe supérieure riche et une classe d’assistés, de précaires, de dépendants et de travailleurs au rabais dans une France multiculturalisée, tiers mondialisée, ensauvagée, désindustrialisée et surendettée. »
« Aujourd'hui, les Partis politiques sont davantage préoccupés par leur survie que par les Français et l’avenir du pays. Je n’ai plus confiance en LR. Ce sont tous des faux jetons. »
« Comme Macron, ils sont pour l’abandon de tous les acquis sociaux … »
« Il n'y a plus personne au-dessus du lot dans ce parti. Peut-être Laurent Wauquiez ! La plupart finiront chez Macron, les autres disparaîtront comme leur parti !!!! »
« Éric Ciotti est le seul capable de remettre en orbite L. Wauquiez, pour ressusciter un Parti moribond en Parti d'opposition crédible, avec une droite forte, décomplexée et fière de ses valeurs, qui écoute et comprend nos territoires. À défaut ce parti s'éteindra... »
« La droite ne doit plus avoir honte d’être à droite. Elle a un avenir, mais sans les centristes. »
Je vous laisse juger les commentaires des Français, les amis. Ils sont loin d’être absurdes.

Yann Bizien - 4/12/2022

4 décembre 2022

Yannick Lefrançois

- 4/12/2022 -

Aujourd’hui dans les DNA : un sénateur communiste va faire une proposition de loi constitutionnelle pour supprimer définitivement le financement des cultes par l’État, dans le droit local d’Alsace-Moselle…



3 décembre 2022




Les Fêtes approchent... N'hésitez pas à venir profiter de la semaine à -10% (pour les coopérateurs !) du lundi 5 au samedi 10 décembre, et à passer commande à l'aide du formulaire ci-dessous !
À bientôt,
L'équipe de la coopérative Sonneblüem





Coopérative Sonneblüem
7 rue du Grillenbreit
68000 COLMAR
03 89 24 08 72

2 décembre 2022

Eric Vial

Le camp de réfugiés installé devant la mairie de Strasbourg doit être évacué dans les trois jours.
Par ordonnance, le juge des référés du tribunal administratif enjoint la Ville de Strasbourg d’évacuer le campement installé devant la mairie car cela « porte une atteinte grave à la dignité humaine ».
La juge constate des « conditions insalubres et indécentes dans lesquelles vivent les personnes qui se trouvent dans le campement, au nombre desquelles figurent des enfants ».
Selon sa décision, la Préfète de la région Grand Est et du Bas-Rhin « n’avait pas compétence pour ordonner cette évacuation ». Il appartient « à la maire d’y procéder ».
Depuis quelques jours, de nombreux Strasbourgeois s’inquiètent pour les habitants du campement en raison des nuits froides qui touchent actuellement l’Alsace. « Il est inhumain de laisser dormir des familles dehors dans de telles conditions hivernales. C’est la mort qui attend ces personnes si on ne fait rien », disait un riverain.
Cette ordonnance peut faire l’objet d’un appel.





1 décembre 2022

[SONDAGE]
 
Avec l'ouverture à l’exploitation commerciale, le 17 décembre 2021, de l'autoroute A355 de contournement ouest de Strasbourg, l'indication « Strasbourg » par l'autoroute A4/A35 a disparu de la nouvelle signalétique au nord, à la hauteur du nœud autoroutier A4/A35/A355 (Brumath) et au sud, au niveau du nœud autoroutier A35/A352/A355 (Innenheim).

De fait, les automobilistes sont amenés naturellement sur l'autoroute à péage de Vinci pour se rendre à Strasbourg.

Une signalisation avait été mise en place par la CeA en avril 2022 pour corriger la disparation de Strasbourg vers l'axe gratuit sur l'A35/l'A352 :
• STRASBOURG NORD, suivre SCHILTIGHEIM
• STRASBOURG SUD, suivre ILLKIRCH-GRAFF

Sept mois plus tard, qu'en pensez-vous ?