29 février 2020

DNA Colmar : Municipales 2020, blues trottoir pour pistes cyclables...


Dessin de Phil - DNA

Bernard Friedrich

Colmariens, ne vous laissez pas impressionner par le programme de Meyer/Hemedinger bidouillé en dernière minute. Le Grand Modeste, adepte de la méthode Coué était, avant l'entrée en lice de Straumann, tellement persuadé de gagner au premier tour que non seulement il avait programmé une campagne courte et écarté toute idée de débat public, mais avait totalement oublié que dans une campagne électorale on parle aussi de programmes pour l'avenir (...).
Le programme de ce tandem n'est qu'une pâle copie des propositions des listes concurrentes, une réponse trop tardive à des demandes faites depuis longtemps par les Colmariens !
(...)

COLMAR a refusé de signer un contrat avec le Département parce que, contrairement au droit applicable, la Ville veut imposer au Département de faire les travaux sur la route départementale (ce qui est normal) mais aussi sur les trottoirs (ce qui n'est pas normal !). Pour donner un exemple, la position actuelle de la Ville, c'est comme si vous exigiez de votre voisin qu'il vienne faire la peinture dans votre salon ! Résultat, des bordures et trottoirs défoncés, l'absence d'aménagements pour les usagers ! Les Colmariens sont pris en otage face à ce positionnement illégal de la Ville.
Benoît Nicolas



Réponse de Gilbert Meyer :

« Il est facile de s’engager sur des travaux en les faisant payer par les contribuables colmariens, alors même que ces travaux relèvent entièrement du ressort du Département du Haut-Rhin ! »



Stéphanie Villemin fut la première à réagir. Quant à Eric Straumann, il reste droit dans ses bottes, selon lui il n'existerait aucune jusrisprudence en la matière, seul serait condamnable l'affichage sauvage en dehors des panneaux électoraux.


Bernard Friedrich

Quel argument ridicule que ce « je me représente pour achever ce que j'ai commencé ». Indigne d'un homme qui se veut chef, gestionnaire hors pair ; tout homme en position de responsabilité sait qu'il n'est pas éternel, et que donc il doit impérativement œuvrer de manière qu'en cas d'indisponibilité voire de « disparition » les projets lancés soient menés à terme par des personnes bien au courant des affaires en cours. Ne pas l'avoir prévu, préparé, organisé dans le détail est une FAUTE impardonnable. Je profite de l'occasion pour déplorer cette triste habitude de dévoiler lors de chaque inauguration une plaque commémorative avec le nom des « autorités » présentes : plaques qui n'ont d’intérêt que de flatter certains et souvent font tache dans le paysage.

28 février 2020

LOO

On a assisté mercredi dernier à un débat quelque peu affligeant.

Il reflète globalement l’endormissement intellectuel du monde politique français des 40 dernières années.

Qui sont les élus d’aujourd’hui mais surtout qu’attend-on de ceux de demain ?

Malgré le chômage et les crises, les 40 dernières années ont été fastes économiquement. Suite à la décentralisation, les élus ont bénéficié d’une manne importante pour leur ville, la taxe professionnelle permettant de réaménager les places de mairie, construire les salles des fêtes, dans toutes les mairies on connaît l’histoire.

Globalement, il a fallu gérer les richesses, boulot plutôt facile qui laissait par ailleurs toute latitude pour consacrer le reste de son énergie à s’assurer une rente en multipliant les mandats, faire de (plus ou moins) bons mots dans les bistrots ou sur les plateaux de télévision pour décrédibiliser ses adversaires ou détracteurs et conserver sa place.

Il semble que nous ayons perdu en route les élus visionnaires, pour qui la vie publique est un devoir et une charge, voire un sacrifice, qui sont là non souvent par choix mais parce qu’ils ont fait le constat que, dans une situation critique, il fallait, qu’on le souhaite ou non, prendre des responsabilités pour que le monde soit meilleur.

C’est ceux-là que nous n’avons pas vus autour de la table pendant le débat de mercredi soir, soit qu’ils ne correspondaient pas au profil (et c’était clairement le cas des forts en gueule) soit que nous n’ayons pas entendu ce qu’ils avaient à nous dire.

Cela pose question.

Devant les défis qui se posent à nous, l’action et l’engagement démocratiques doivent-ils être assumés par les seuls acteurs de la vie civile, voire par ceux de la désobéissance civile ?

Si c’est le cas, à quoi serviront les élus de demain ? Qu’attend-on d’eux ? Quels sont les enjeux ? De quoi l’homme a-t-il besoin ?

Les enjeux existent.

Ils sont mondiaux, connus et simples à décrire : le réchauffement climatique, les risques pour la survie du végétal, du monde animal et de l’homme.

Les réponses sont de deux ordres possibles.

La lutte et le déchirement entre les hommes et que le meilleur gagne mais on ne gagne pas seul et surtout pas quand le monde est détruit … quand on se retrouve seul c’est qu’on a perdu.

Un travail collectif et acharné pour le maintien de la vie dans les meilleures conditions possibles.

Il n’existe qu’un choix pour survivre, qu’il soit spontané, choisi ou imposé, c’est le second.

C’est cette tâche qui attend les élus de demain.

Ils en baveront sans doute bien plus que ceux d’hier car pour l’accomplir, il ne sera plus possible de faire plaisir à tout le monde. Loin de là !

Il faudra du courage.

Un grand travail d’apprentissage et de pédagogie les attend.

A toutes les échelles, les actions publiques doivent être menées sur deux volets conjointement.

La lutte contre le réchauffement climatique et la préservation/reconstruction d’un environnement naturel adapté qui permette la survie des espèces, y compris l’homme.

Prendre toutes les mesures utiles pour diminuer l’usage de la voiture, des camions et des avions.

Promotion de l’usage du vélo par l’apprentissage à l’école, la construction de pistes cyclables sécures et saines y compris pour des enfants de 8 ans non accompagnés.

Limitation de l’usage de l’auto de façon autoritaire - on est en lutte pour la survie - diminution des possibilités de stationnement ou de circulation, diminution de sa valeur concurrentielle (offre de transport alternatif, prix des carburants) initiation ou réapprentissage de l’utilisation des autres modes de déplacement (journées sans voiture, journée du vélo, bus gratuits, etc.)

Limitation des kilomètres de livraison inutiles par la reconstitution d’une production locale permettant de couvrir le plus possible de besoins (nourriture, habillement, etc.)

Limitation de la promotion internationale du tourisme qui encourage les flux par avion.

Prendre toutes les mesures pour limiter les déperditions de chaleur des logements et des locaux d’entreprises (isolation des logements et locaux existants, performance des constructions neuves, etc.)

Lutter contre le réchauffement par l'aménagement d’espaces publics (plantation d’arbres, reperméabilisation des sols, limitation de l’étalement, etc.) ; faire revenir la nature en ville.

Parallèlement il faudra reconstituer un environnement viable.

La plaine d’Alsace comporte aujourd’hui très peu de forêts, son fonctionnement est comparable à celui d’une steppe, après la steppe vient le désert inexorablement.

À Colmar en particulier, le microclimat auparavant envié pour le peu de précipitations par an a un effet accélérateur du changement. Ainsi, Colmar sera sans conteste à la pointe … de la sécheresse.

De plus la Vallée d’Alsace s’est massivement spécialisée dans la culture céréalière et viticole. Tous les ingrédients sont rassemblés pour la découverture, la pollution et l’appauvrissement des sols. C’est le constat que l’on peut faire aujourd’hui.

La plaine d’Alsace ne peut plus être considérée comme une terre riche, elle doit être regardée comme une terre extrêmement appauvrie.

Pour maintenir une agriculture à terme, il faut donc reconstituer un espace forestier et agricole/forestier. Les arbres ne poussent pas en 5 ans, il faut s’y prendre maintenant pour espérer échapper au pire dans 40 ans. Des expérimentations sont à faire en se basant à la fois sur les milieux actuels mais aussi sur des espèces méditerranéennes et tous les niveaux intermédiaires entre elles afin de donner la meilleure chance possible au maintien d’une flore la plus résistante possible aux changements climatiques, à la sécheresse, aux inondations et aux tempêtes.

Lutter contre les catastrophes sanitaires dans les forêts par la diversification des espèces comme des origines de plants, l’extension des emprises forestières, la régulation de la pression du gibier sur la flore par la réintégration de prédateurs autres que l’homme, la réouverture des espaces agricoles à la faune afin que la pression ne se fasse pas que sur les plants forestiers.

Reconstituer les sols affaiblis par l’agriculture intensive par la réintégration d’arbres qui permettraient pendant les sécheresses, d’assurer une protection des plants contre le soleil, de limiter l’évapotranspiration et les arrosages, de nourrir le sol de matières phosphatées et carbonées, de reconstituer un réseau biologique propice à la réinstallation de la faune et à sa survie par des échanges génétiques entre territoires et de participer à un meilleur bilan carbone.

Assurer la reconstitution sous ce couvert, d’une polyculture et d’un maraîchage pouvant répondre à l’intégralité des besoins du territoire.

Reconstituer des prairies.

Sensibiliser et initier les enfants au soin à apporter à l’environnement qui leur sera laissé.

Nourrir les vocations, encourager la filière et les formations agricoles allant dans le sens du respect de l’environnement, favoriser l’expérimentation, montrer par l’exemple, travailler avec les ingénieurs de l’INRA et les élèves des lycées et grandes écoles, monter des partenariats entre maraîchers et élèves pour des tests grandeurs nature dans les exploitations existantes.

Analyser et négocier les mesures de la politique agricole commune.

Combattre sur le terrain législatif comme judiciaire les lobbys agricoles et alimentaires et les réticences nationales et européennes.

En bref sécuriser l’alimentation des populations.

L’apprentissage de la solidarité, du vivre-ensemble nécessaires à ne pas aboutir à des ruptures définitives dans la société.

Le deuxième volet est celui qui doit permettre d’affronter ensemble les épreuves qui nous attendent et non les uns contre les autres à l’échelle locale comme internationale.

Aussi est-il nécessaire de mettre l’accent sur l’apprentissage de la vie sociale.

Il s’agit parfois de mesures simples à prendre comme supprimer des mains des enfants les objets hypnotiques qui servent aujourd’hui aux parents à se décharger de la tâche de canaliser l’énergie de leurs petits. Il est aujourd’hui démontré que l’interférence des écrans affecte de façon profonde le développement de l’empathie pourtant indispensable à la vie en société.

La Ville pour sa part peut commencer à éviter d’encourager par des subventions l’achat de tablettes pour les enfants.

La deuxième mesure à prendre d’urgence serait de rompre avec les habitudes de communautarisme ou de ségrégations qu’elles soient religieuses, sexuelles ou sociales. Il faut multiplier les rencontres et les expériences des enfants dans le cadre scolaire et périscolaires et lutter contre les endoctrinements.

Cela suppose d’occuper le terrain de l’enfance et de ne pas le laisser aux groupements prosélytes tel que cela est observé aujourd’hui dans certains quartiers.

Il faut préserver la place de l’enfant dans la ville qui est globalement hostile à son épanouissement aujourd’hui.

L’amélioration de l’espace public pour les enfants et les seniors répondra aux besoins de tous.

De nombreuses personnes sont isolées du fait de leurs capacités physiques, sociale ou de non accès à la langue ou même à la connaissance du droit de disposer de soi.

Il faut savoir détecter ces personnes, les amener à pouvoir participer à des activités, valoriser ou développer leurs savoir-faire. Pour cela il faut intensifier la vie sociale et culturelle. Les lieux sont là. L’accent est à mettre sur l’animation.

Enfin, l’implication directe de la collectivité dans l’organisation des festivités permettra d’éviter les phénomènes d’entre-soi et d’exclusion qui prévalent dans les fêtes associatives aujourd’hui.

Enfin, le partage des savoirs constitue de la production de richesse. Il faut l’encourager chaque fois que possible.

Voilà, chers candidats, les questions dont il faut se préoccuper dès maintenant et pour les prochaines 40 années et pour lesquelles il est nécessaire de nous préciser vos intentions claires en matière d’orientations, d’objectifs à atteindre, d’actions et moyens à mettre en œuvre.

Toute autre considération sur l’aspect désuet de la fontaine de la Mairie, ou sur un éventuel jouet gonflable géant sur le plan d’eau n’est que temps perdu et ne nous intéressera éventuellement que lorsque tout le reste aura été garanti.

À Colmar où les arbres fruitiers sont en fleurs depuis la mi-février cette année,

Amicalement,

LOO
Eric Straumann et ses colistiers

1. Eric Straumann , 55 ans, député ; 2. Odile Uhlrich-Mallet , 53 ans, adjointe à Colmar ; 3. Pascal Sala , 54 ans, maraîcher ; 4. Sybille Berthet , 53 ans, responsable en ingénierie ; 5. Rémy Angst , 64 ans, retraité de la fonction publique ; 6. Isabelle Fuhrmann , 62 ans, gestionnaire de collège ; 7. Michel Spitz, 62 ans, architecte ; 8. Nathalie Prunier , 55 ans, retraitée de l’Education Nationale ; 9. Eric Loesch , 50 ans, principal de collège ; 10. Fabienne Houbre , 50 ans, commerçante ; 11. Alain Ramdani , 61 ans, directeur d’une société de logements sociaux ; 12. Nadia Hoog , 49 ans, cadre dans l’industrie ; 13. Olivier Zinck , 58 ans, professeur d’économie et gestion ; 14. Catherine Hutschka , 46 ans, présidente de la société des transports urbains ; 15. Barbaros Mutlu , 42 ans, cadre territorial ; 16. Michèle Sengelen-Chiodetti , 65 ans, médiatrice judiciaire ; 17. Christian Meistermann , 63 ans, représentant de l’association des paralysés de France ; 18. Claudine Mathis , 51 ans, directrice d’une entreprise de distribution d’énergie ; 19. Ossama Tikradi , 35 ans, contractuel au rectorat ; 20. Manurêva Pelletier , 37 ans, chef d’entreprise ; 21. Olivier Scherberich , 59 ans, expert en œuvre d’art ; 22. Emmanuella Rossi , 57 ans, retraitée aide-soignante ; 23. Laurent Denzer-Figue , 31 ans, conseiller municipal ; 24. Patricia Keller , 62 ans, fleuriste ; 25. Xavier Dessaigne , 48 ans, chef d’entreprise ; 26. Nathalie Lacassagne , responsable de boutique ; 27. Benoît Nicolas , 43 ans, avocat ; 28. Geneviève Ebel , 56 ans, agricultrice ; 29. Philippe Leuzy , 48 ans, agent commercial ; 30. Léna Duman , 24 ans, étudiante ; 31. Pascal Weill , 58 ans, commerçant ; 32. Frédérique Schwob , 46 ans, attachée administrative ; 33. Yavuz Yildiz , 36 ans, animateur ; 34. Stéphanie Allançon , 45 ans, chef d’entreprise ; 35. Eddy Vingatamarin , 44 ans, entrepreneur ; 36. Amandine Baliry , 36 ans, aide-soignante ; 37. Jean-Marc Bernaud , 55 ans, chargé d’études ; 38. Déborah Sellge , 24 ans, juriste ; 39. Kevin Martin , 29 ans, vendeur ; 40. Monique Fritsch , 64 ans, rédactrice territoriale ; 41. Bertrand Sonet , agent sportif ; 42. Wilhelmine Robert , 39 ans, employée de bureau ; 43. Gilles Tursin , 63 ans, directeur commercial ; 44. Léa Groneke , 35 ans, chef d’équipe ; 45. Franck Berger , 43 ans, directeur des services ; 46. Marie-Michèle Masson , 69 ans, professeur des écoles retraitée ; 47. Fabien Nierengarten , 57 ans, cadre territorial ; 48. Aldina Hrustanovic , 24 ans, employée de banque ; 49. Jean-Luc Deckert , 67 ans, agent municipal retraité. Suppléants : 50. Julie Hussmann , 22 ans, étudiante ; 51. Hervé Danjean, 64 ans, principal de collège retraité.