Articles

Bernard Rodenstein Chronique épidermique   Quelle grossièreté !   Ne nous y trompons pas les amis. La grossièreté n’est pas dans les mots utilisés. Dire à quelqu’un qu’on l’emmerde n’est pas très raffiné certes, mais ça reste avant tout un langage imagé. Ce qui est moins poétique, c’est l’objectif recherché. Lorsque le PR utilise des termes aussi choisis, il a autre chose en tête que d’être vulgaire. Il cherche (et il semble avoir trouvé) de quoi fracturer notre société un peu davantage encore, pour en tirer profit au moment des élections, dans peu de temps. Il place le débat là où il décide de le placer, pour en rester le maître. Son plus grand intérêt est que tout se cristallise autour de la question de l’obligation vaccinale. Les bons Français doivent prendre en grippe les mauvais. Les vaccinés, sous sa houlette bienveillante, sont appelés à le plébisciter d’avoir pris la tête d’une croisade contre les refusniks ! Haro sur les non-vaccinés, responsables de tous nos maux. Le débat mé
Image
Jak Umbdenstock Le président en roue libre
Image
Phil

Michel Naudo à la rencontre des Alsaciens

Michel Naudo Chers amis, Pendant une bonne partie du premier semestre de cette année et dès la semaine prochaine, je serai la plupart du temps en Alsace. Aussi, je suis à votre entière disposition pour aller à la rencontre et échanger avec celles et ceux qui ont lu mon livre paru en mai dernier. Cela peut se faire dans n’importe quel lieu propice à la rencontre et à la discussion (bar, café, restaurant, chez vous etc…), sous n’importe quelle forme (débat, dédicaces, table ronde ou simple échange à quelques-uns voire même en tête à tête…), dans n’importe quel cadre (privé, associatif, parti politique quelle qu’en soit la couleur…) et en n’importe quel endroit en Alsace. Il s’agit pour moi, à mon simple niveau, de contribuer au débat en Alsace suite à la consultation initiée par Frédéric Bierry président de la CEA. Je vous propose de vous détailler pour quelles raisons et de quelle façon nous en sommes arrivés, en Alsace, à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui ; de v
Image
Le Canard enchaîné

Emmerder l’emmerdeur

H16 Nous vivons une époque unique où l’on apprend, de façon tout à fait officielle, qu’un Chef de l’État peut ainsi déclarer, sans rire, « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder » . C’est en effet en ces termes qu’Emmanuel Macron, qui est toujours, légalement parlant, le président de la République et donc de tous les Français, a expliqué sa stratégie de lutte contre une pandémie dont tout indique qu’elle se termine (bien malgré lui). La logique du locataire de l’Élysée est douteuse : pour lui, ceux qui refusent l’actuelle vaccination, quelles que soient leurs motivations, mettent en danger le reste de la société, et deviennent donc irresponsables. Pour Macron en janvier 2022, c’est bien simple, « Un irresponsable n’est plus un citoyen » . C’est surprenant de bêtise et d’incohérence. D’incohérence d’une part parce qu’en 2016, le même Macron, pas suffisamment imbu de lui-même pour exciter les foules, expliquait alors en parlant du terrorisme et de la déchéance de nationalité é
Image
Pierre Duriot INDIGNE... Macron a tort de penser qu’il s’appuie sur une large majorité de Français, quand il parle « d’emmerder les non-vaccinés ». Dans les vaccinés, beaucoup y sont allés à contrecœur et ne le soutiennent pas. Beaucoup n’iront pas à la troisième dose et seront considérés comme non-vaccinés rapidement. Seront également considérés comme non vaccinés, tous ceux qui n’iront pas à la quatrième dose sous peu. Ne le soutiennent pas non plus tous ceux qui ont des effets secondaires graves, eux-mêmes ou dans leur famille et ils sont très nombreux, même si la « grande presse » évite, sur ordre, d’en parler. Le chiffre de non-vaccinés majoritaires pour l’accueil du Covid, est faux. Macron ne réussit qu’à dévoiler un peu plus, la personnalité controversée qu’on lui connaît et quand on dit controversée, le mot est faible. Il n’a pas de hauteur de vue, pas de sagesse, pas d’empathie, pas de respect, pas d’expérience, en un mot, il est indigne de sa fonction. Mais on le savait déjà

Covid-19 : Emmanuel Macron décidé à "emmerder" les non-vaccinés "jusqu'au bout"

Image
Viviane Le Guen France Bleu Alors que le texte sur le pass vaccinal donne lieu à un débat houleux à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron a déclaré mardi dans Le Parisien, être décidé à "emmerder" les non-vaccinés "jusqu'au bout" en "limitant pour eux, autant que possible, l'accès aux activités de la vie sociale". Le chef de l'État Emmanuel Macron dit assumer "d'emmerder" les non-vaccinés. © Maxppp - JOHN THYS / POOL/EPA Dans une interview accordée au Parisien publiée ce mardi, le président de la République Emmanuel Macron s'est dit décidé à "emmerder" les non-vaccinés "jusqu'au bout" en "limitant pour eux, autant que possible, l'accès aux activités de la vie sociale". Le chef de l'État s'exprime alors que le texte sur le pass vaccinal donne lieu à un débat houleux à l'Assemblée nationale. Les non-vaccinés, "c'est une toute petite minorité qui est réfractaire. Cel
Image
Pierre Duriot Ils sont en guerre Véran a perdu les pédales. Avec 200 000 contaminations par jour dans un pays très largement vacciné, sa politique du tout vaccinal est un échec. Sa posture dans l’hémicycle, ses incohérences permanentes, traduisent bien d’autres préoccupations que sanitaires. Il est là pour passer en force et instaurer un contrôle des populations, comme le demande l’Europe, dont il est le valet. Avec une calculatrice, 67 millions de Français, fois trois ou quatre injections par an, divisé par 365 jours, ça donne 550 000 à 700 000 injections par jour. En admettant que tout le monde accepte. Messieurs-dames les député(e)s devraient bien réfléchir, avant de se lancer dans une aventure qui non seulement n’a rien de sanitaire, ni de préventif, mais tout de la déraison et même de l’utopie. Aventure démentielle qu’ils devront s’appliquer à eux mêmes, à leurs proches et à leurs électeurs. Le pays ne travaillera plus, il va passer son temps à faire la queue pour aller à la piqûr
Image
Eric Straumann Premier Facebook live de l’année ⇒ https://www.facebook.com/villecolmar/videos/244041001138958
Image
David Pujadas s’attaque frontalement au mirage Omicron, preuves à l’appui Publié le  1 janvier 2022 Politique ,  Santé mise à jour le 01/01/22 Rien ne va plus, Pujadas commence à s’énerver. L’agacement face aux mensonges n’est plus tenable. Il est à deux doigts de contacter  Le Média en 4-4-2  afin de rejoindre notre équipe. (Notre mail David :  lemediaen442@protonmail.com ) Une chose est certaine, il en a gros sur la patate et n’est certainement pas le seul journaliste à être agacé. Nous sommes  jeudi 30 décembre 2021  et le journaliste de  LCI  a décidé de s’attaquer frontalement au tsunami Omicron, afin de montrer aux téléspectateurs qu’il n’est en réalité qu’un mirage. Les arguments sont là, les chiffres, les preuves et face à ce constat sans appel, David Pujadas commence par cette phrase  « l’Apocalypse Omicron, alors je dis Apocalypse, parce que c’est couramment admis. On ne peut pas dire Omicron sans dire tsunami, raz-de-marée, la falaise, le mur qui va tous nous ensevelir. C’es
Jean Quatremer, correspondant européen publié le 1er janvier 2022 Billet Mesures contre le Covid : ci-gît la démocratie libérale Il faut bien constater que critiquer la politique sanitaire en invoquant la démocratie et les principes juridiques qui la fondent est devenu inaudible, d’autant que les juges valident toutes les décisions de l’exécutif. On mesure la dystopie dans laquelle nous vivons depuis deux ans lorsque la plupart des médias considèrent que les mesures sanitaires annoncées lundi 27 décembre par le gouvernement sont «relativement peu contraignantes». Citons-les : masque obligatoire dans tous les espaces urbains à la libre discrétion des préfets qui l’ont massivement réimposé dès le 31 décembre ; interdiction de boire et de manger dans tous les transports en commun et dans les salles de sport ; interdiction de boire et de manger debout dans les bars ; interdiction des rassemblements le 31 décembre ; événements culturels limités à 2000 personnes en intérieur, 5 000 en extér
Image
Phil Yannick Lefrançois JAK
Bernard Rodenstein Vœux ? Chers amis, Ne m’en voulez pas si je ne prends pas la peine de rédiger des messages personnels à l’occasion du nouvel an. Je le voudrais, tant il me tient à cœur de remercier plus particulièrement l’un ou l’autre d’entre mes proches et mes amis qui me manifestent leur bienveillante attention tout au long de l’année. Si je ne le fais pas, c’est que je n’ai pas le cœur à vous écrire des belles choses bien enrobées qui pourraient vous donner à croire que je perds la tête. Bien évidemment, il m’arrive de rêver de douceurs, de paix, de bonheur, de sérénité et de joie. Que serions-nous sans, au moins, avoir envie d’évoquer ces merveilles de temps à autre ? Les réalités du quotidien ont vite fait de nous ramener sur le plancher des vaches, celui sur lequel, nous passons notre existence au quotidien et qui n’est pas sans quelques rudesses. J’aurais pu m’épargner des inimitiés supplémentaires, aujourd’hui même, en gardant pour moi mes préférences pour le vote aux éle
Image
Michel Spitz « La culture est faite de tout ce qui permet à l’homme de maintenir, d’enrichir ou de transformer sans l’affaiblir, l’image de lui-même qu’il a héritée. » André Malraux L’année qui s’achève nous a appris, une fois de plus, ce qui est réellement important dans la vie. Dans cette période si particulière, je vous présente des vœux de joie et d’espérance. Que cette année nous apporte, malgré les vicissitudes, la force et la volonté de contribuer à rendre notre monde meilleur : libre, solidaire et fraternel. Les arts, la culture, et la création invitent chacun de nous, parmi et avec les autres, à se développer, à participer à un devenir commun, à rester libre et à en témoigner. Face aux communautarismes, aux replis identitaires, soutenons une culture vivante, capable de se régénérer et se repenser sans cesse.   Références de l'image: Chaumont-sur-Loire, L’Arbre aux échelles, François Méchain, Saison d’art 2009. En référence au roman d’Italo Calvino, "Le Baron perché&qu
Bernard Rodenstein Vœux de Flames et pour Flames (31 décembre 2021) Pas tout à fait un an encore Mais déjà un joli corps Une belle petite troupe Capable de joyeux efforts La fraternité est peu pratiquée Flames veut s’y impliquer Tisser des liens, de l’amitié fabriquer De la solidarité, se revendiquer Le café, avant Noël, était ouvert À midi on a mis les couverts Du potage, des crudités, un dessert Et comme il se doit, un bon verre Susy et Jacques, mais aussi les bénévoles Marcel, Christian, Josette, Nicole… Ont fait en sorte que l’activité décolle Malgré le Covid et bien d’autres bricoles Nos donateurs et donatrices À nos initiatives, applaudissent Leur générosité est révélatrice De la justesse de notre ligne directrice La fraternité est une force réellement créatrice Nous sommes près de deux cents À être entrés dans le mouvement Le soutien du grand nombre est évident Nous avançons en nous aidant mutuellement La joie est l’élément essentiel Sur terre et dans le ciel Pour donner à la vi
Image
Jak Umbdenstock
Image
Covid : le professeur Christian Perronne remet les pendules à l'heure ⇒ https://www.youtube.com/watch?v=HoGpvbXD0uI
Image
Jak Umbdenstock

Amygadala, conte véridique du Nouvel An

Image
Jean-Pierre Luminet Il y a quelques jours, j’ai conduit mon véhicule dans un centre de contrôle technique, afin de renouveler le « pass » périodique obligatoire mis en place dès 1992 sous directive de la bien-aimée commission européenne, et permettant de circuler à peu près tranquillement durant deux ans sans se faire verbaliser par les bien nommées « forces de l’ordre » pour un pneu légèrement usé ou quelque essuie-glace un tantinet voilé. Ayant eu la bonne idée de quitter récemment l’encombrée métropole marseillaise pour m’installer dans la campagne provençale, tout – ou presque – y devient plus facile. Ledit centre de contrôle est lui-même situé dans la campagne, près de la bourgade de Saint-Andiol : un simple coup de fil, on vous répond tout de suite et il n’y a aucune attente pour prendre rendez-vous. Le jour dit j’entre donc dans la petite échoppe. Il n’y a personne sinon le préposé, lequel ne porte, sainement dirais-je, pas de masque. Vous connaissez ma position sur la question
Jean-François Huet Paix à l'âme de Grichka Bogdanoff Il faudrait peut-être que les cuistres et les covidistes intégristes vaccinomanes débiles arrêtent de nous balancer à la tête des morts de Covid sans dossier et en dehors de toute Revue Morbidité Mortalité. S'il avait des raisons MÉDICALES d'être vacciné il aurait dû l'être. S'il ne l'a pas été, cela relève de sa décision dont il était le maître absolu. N'en déplaise aux esprits rigides et totalitaires. Personnellement je ne connais RIEN de l'état réel des facteurs de risque de ce patient, rien de la nature de l'efficacité et de la précocité de sa prise en charge, et rien sur d'éventuels facteurs favorisants ou intercurrents ayant pu précipiter l'évolution vers une forme grave. Donc, contrairement aux cuistres, aux diafoirus et autres idiots sus-désignés, comme anesthésiste réanimateur, je ne ferai AUCUN autre commentaire sur ce décès. En résumé : bouclez-la.
Image
Phil Avec un peu d'avance, mes vœux épidémythologiques... Bonne année à toutes et à tous !

Sortir du Grand Est ?

Image
Bernard Rodenstein Nos élus n’ont donc rien d’autre à faire que de détricoter et de retricoter des collectivités à la taille de leurs ambitions personnelles ? Aucun découpage ne donnera jamais satisfaction à tout le monde. Il faut, à un moment donné, arrêter de jouer à ce jeu malsain où les arrières-pensées électorales ne sont jamais loin. Vu l’argent investi dans les nouvelles structures et dans les nouveaux modes de fonctionnement, il conviendrait de travailler sérieusement avec l’existant. Les chantiers possibles sont suffisamment importants et nombreux pour que les énergies puissent se déployer. De surcroît, ce vieux et complexe concept d’une « supériorité » alsacienne qui veut tout dire et rien dire, devrait enfin se dissoudre dans un ensemble plus vaste. C’est dans la confrontation quotidienne avec d’autres cultures et traditions que l’on verra, à la fin, ce qui relève de la réalité et du mythe.
Image
Pierre Duriot « Je vous demande de vous arrêter » Castex va trop loin et ses histoires à manger debout, sont surtout à dormir debout. Plus personne n’y comprend rien, mais surtout, l’opinion se retourne comme jamais, avec un rejet massif du passe vaccinal. Même les plus obéissants de nos concitoyens, ne se voient pas aller à la piqûre tous les trois mois, pour un bénéfice désormais réduit à néant. Sans parler du train de mesures dont l’incohérence tourne au plan kafkaïen et mécontente tout le monde. Les électeurs ont bien tous compris, ou presque, que plus rien ne relevait de la considération sanitaire. Il va y avoir un vrai risque, pour les députés, à voter des dispositions majoritairement insupportables à la majorité des Français. Ces quelques godillots, habitués des votes de nuit, feraient bien de se désolidariser enfin de cette politique anti-démocratique au possible. Au RPF, nous avons la conviction, avec plusieurs centaines de scientifiques indépendants, que pour sortir de l’épid