27 novembre 2019

Bernard FRIEDRICH

"Le ROUGE à l'honneur pour le coup d'envoi des illuminations sur les Champs-Elysées". J'en connais un qui doit être "vert" de rage en voyant la capitale désavouer avec faste ses déclarations et colères passées, définissant pour le "bon peuple" les couleurs de Noël. Il s'agit de ce "bon maire" de Colmar... qui, par mesure de rétorsion, ne va pas manquer d'espacer, voire de supprimer en cette fin d'année ses séjours nostalgiques à Paris !

[Pour ceux qui auraient raté un épisode : les décors de Noël 2017 comprenaient des sapins peints en rouge. Gilbert Meyer les a fait retirer parce que selon lui cette couleur ne correspondrait pas "à l'esprit de Noël".]



26 novembre 2019

[Strasbourg] « Vivement que ça se termine ! », quand des locaux en ont déjà marre du marché de Noël


Contrôles à l'entrée du centre ville de Strasbourg, le 23 novembre 2019
G. Varela / 20 Minutes


https://www.20minutes.fr/strasbourg/2659755-20191125-strasbourg-vivement-ca-termine-quand-locaux-deja-marre-marche-noel

25 novembre 2019

Stationnement

Isabelle Kieffer

Il y a de quoi s’énerver : une adjointe qui ne fait pas la différence entre stationnement occasionnel au hasard de déplacements en ville et stationnement résidentiel près du domicile.
Dispose-t-elle d’un garage privé en plus de la carte qui accorde deux heures gratuites, non fractionnables, aux habitants de l’hyper-centre ?
Peut-elle adapter ses horaires : 9h-17h pile-poil ? Pas le dimanche, c’est vrai.
Comme cette élue est loin du vécu de beaucoup de Colmariens, malgré ses smileys et avec son petit ton condescendant.
Qui est de mauvaise foi ?
Quelles alternatives vivables quotidiennement, financièrement, au parking ou au macaron ?
Pendant les années où j’ai résidé en plein centre (je payais fort cher une place au parking Saint-Josse) cette carte ne m’était guère utile : tout ou presque était accessible à pied.
Maintenant que j’habite plus loin et ai souvent besoin de la voiture, je jongle avec la demi-heure octroyée, ses prolongations possibles et la zone bleue.
Encore une fois, chaque Colmarien, où qu’il habite, devrait avoir droit au même temps gratuit et oui, mille fois oui, le prix de l’abonnement résident dans les parkings est exorbitant et scandaleux.
On s’en souviendra au moment de voter.
Et on attend les propositions des candidats à ce sujet.

Le lundi, c'est le jour des Chuchotements, la rubrique des indiscrétions politiques des DNA et de L'Alsace !



Qualité de l'air à Colmar

Benoît LEGRAND

Alors que vient de se terminer la semaine européenne de réduction des déchets, un texte très instructif sur l'incinérateur de déchets de Colmar est paru dans Rue 89 :

(https://www.rue89strasbourg.com/usines-incineration-masquer…).

Nous y apprenons, pour résumer rapidement, que :
1/ Des substances polluantes sont émises de temps en temps par la combustion de déchets non autorisés ;
2/ Le contrôle de ces émissions polluantes est réalisé par l'entreprise responsable elle-même, avec des outils imprécis ;
3/ Les résultats faussés de ces contrôles permettent d'éviter de devoir investir dans la mise aux normes des installations.

C'est inquiétant pour la qualité de l'air à Colmar, ça l'est aussi concernant l'orientation prise par la société depuis quelques décennies. La logique de consommation effrénée produit énormément de déchets sans que de bonnes solutions pour les traiter aient été trouvées.

D'autres événements ont marqué l'actualité récemment, la manifestation pour le déstockage des déchets à Stocamine, organisée par un collectif très large de personnes concernées, ainsi que l'intention du maire de Wintzenheim de dépolluer du lindane des sols de la commune. Afin d'éviter la pollution de la nappe phréatique.

Les déchets les moins polluants sont ceux qu'on ne produit pas !

[Illustration : Frank Ramspott]


24 novembre 2019

Stationnement résident

Dans la dernière publication de CI concernant les tarifs du parking de la Montagne Verte, il était question du coût de l'abonnement pour les RÉSIDENTS du centre-ville qui n'ont pas de garage.

Pour le stationnement dans ce parking, l'abonnement à l'année, 24/24, reviendra à :
- 1.053,60 € pour le résident colmarien ;
- 300 € pour le résident strasbourgeois

https://www.strasbourg.eu/stationnement-residant

Concernant les autres tarifs, nous avons établi un comparatif des villes moyennes, documents à l'appui. Nous en ferons état le moment venu.

[Quand, dans sa réponse à LJH, Cécile Striebig écrit « l'écart entre les tarifs colmariens et strasbourgeois est énorme !! Ça saute aux yeux », il est question de tarifs de stationnement qui n'ont RIEN À VOIR avec le stationnement résidentiel, objet de notre post. Complètement hors sujet, donc.]



Isabelle Kieffer

Sic transit…
Esprit de Noël, es-tu encore là ?
Pas vraiment, si l’on en croit les images (et le son) de l’ouverture des marchés de Noël à Strasbourg.
État de siège, on comprend, on subit de plein ou mauvais gré.
Mais que vient faire là une chanteuse à voix de crécelle, « Lorraine à la base » (sic) certes, qui hurle « libérée, délivrée » ? Qu’est ce que ça à voir avec Noël ? Si les autorités souhaitaient éviter toute référence au religieux, « Mon beau sapin » chanté par une chorale aurait été approprié.
Esprit de Noël : mais non, show-business hélas.

22 novembre 2019

Parking de la Montagne Verte : stationnement résident

Le fdg de Gilbert Meyer continue. À Strasbourg, ville pourtant plus grande que Colmar, un résident de l'hypercentre peut garer sa voiture dans un parking couvert pour 300 euros par an. À Colmar, vous êtes assis ? il déboursera 1.053,60 euros par an, au parking de la Montagne Verte. Soit une différence de 753,60 euros.

Vraiment un excellent gestionnaire, ce Chwouldy.

https://www.strasbourg.eu/stationnement-residant




Crise à la Maîtrise de Garçons de Colmar

Edouard Dabrowski

Culture : Meyer continue à faire des siennes

La Culture n'a jamais été la tasse de thé de Gilbert Meyer, cela se confirme une fois de plus. Après la gestion calamiteuse de l'affaire du Conservatoire, le voilà qui déclenche une nouvelle crise, à la Maîtrise de Garçons de Colmar cette fois. Arlette Steyer, la flamboyante directrice et fondatrice de cette manécanterie qu'elle a porté au plus haut niveau, doit être désespérée. Partie à la retraite, elle avait été remplacée un temps par Luciano Bibiloni. Après le départ précipité de ce dernier, Benoît Haller, fondateur de la Chapelle Rhénane rassemblant des musiciens français et allemands, régulièrement invité à se produire sur scène dans des opéras en tant que chanteur, a été pressenti pour prendre la suite.


Mais voilà, il y a Meyer et Meyer préfère la culture des chiffres à la culture musicale. Oui, monsieur, la culture a un coût, quand on vise l'excellence, elle ne peut s’accommoder d'économies d'épicier. Notre "excellent gestionnaire" a trop pris l'habitude de raboter les crédits de façon arbitraire afin de présenter un bilan flatteur des finances de la ville, c'est tout ce qui l'intéresse.
Dans le cas qui nous occupe, Meyer n'a pas du tout respecté les termes de l'offre d'emploi publiée en juillet dernier, transformant un temps complet de 16 heures en temps partiel de 10 heures et remplaçant le poste de directeur artistique et pédagogique par celui d'enseignant artistique, avec un salaire au plus bas.
Dans ces conditions, on ne peut que donner raison à Benoît Haller d'avoir décliné l'offre tout en le remerciant d'avoir osé rendre cet épisode public afin de dénoncer (après tant d'autres) les méthodes du vieil autocrate à la tête de la ville.


20 novembre 2019

Gouverner c'est prévoir

Isabelle Kieffer

On en est loin…

À lire l’intervention d’Eric Straumann, on se dit que nos édiles ont la vue courte et l’oreille sourde.

Le sur-tourisme, les marchés de Noël : plusieurs années que tant de Colmariens se plaignent de la dégradation croissante de leur vie quotidienne, des contraintes subies sans pour autant tirer un quelconque bénéfice de la manne financière invoquée.

Sauf emplois peu qualifiés et précaires, profits des boutiques, restaurants, chalets pour touristes peu regardants, loyers engrangés par les propriétaires de gîtes.

Et voilà que M. Straumann s’interroge sur la pertinence de cette exposition de marchés de Noël à New-York : il est bien temps de s’interroger ! un peu tard, le mal est fait, attendons-nous donc pour 2020 à un afflux de touristes américains. Qui logeront où ? Ils resteront quelques heures, le temps d’acheter un bretzel, un verre de vin chaud… et de faire déborder encore plus les poubelles publiques.

Il suffit de tenter de marcher dans Colmar un week-end de décembre pour constater la saturation de la ville, de ses parkings, sauf à sortir entre 7h et 10h du matin.

Mais nos élus y marchent-ils encore ?


DEPUIS, COMME CHACUN SAIT, LE COVID A MIS UN COUP D'ARRÊT AU TOURISME DE MASSE. POUR COMBIEN DE TEMPS ?

19 novembre 2019

(Tourisme) Extraits de l'intervention d'Eric Straumann à l'Assemblée Nationale

La volonté de conquérir les marchés émergents asiatiques correspondait à une démarche logique il y a une dizaine d’années, mais on a minoré l’importance du marché européen et du marché de proximité. En Alsace, on a tout simplement oublié les Allemands et nous avons attiré les touristes asiatiques jusqu’à souffrir d’un sur-tourisme. C’est ainsi que des touristes chinois viennent en bus par milliers à Colmar dans le seul but de voir le lieu de tournage d’une émission de téléréalité à succès…

S’agissant de la lisibilité, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut l’améliorer. Il n’y a pas forcément de cohérence dans les actions menées par les départements et les régions et même à l’intérieur d’une même région. On a ainsi dépensé 1,3 million d’euros pour faire la promotion des marchés de Noël alsaciens à New-York alors même qu’ils sont déjà si fréquentés qu’il faut aller en Allemagne ou à Belfort pour trouver un hôtel au moment où ils se tiennent. Comment voulez-vous dans ces conditions accueillir de nouveaux touristes ?

Quant aux plateformes hôtelières, je ne les critique pas : elles permettent d’irriguer l’ensemble du territoire. Les hôteliers qui pratiquent des prix adaptés, plutôt à la baisse, attirent la clientèle étrangère ailleurs que sur les points les plus touristiques. En outre, ces plateformes contribuent à la qualité de l’accueil grâce à leurs systèmes de notation. Si 40 % des appréciations sont fausses, 60 % reflètent une expérience réelle et elles poussent les hôteliers à améliorer leurs prestations.

Faut-il faire évoluer la législation face à Airbnb ? Les élus locaux nous disent qu’elle serait complexe à mettre en œuvre. Certaines villes ont pris des mesures pour limiter les transformations de logements en chambres d’hôtes, mais il faut peut-être attendre un ou deux ans pour avoir suffisamment de recul et mesurer les effets de cette réglementation.

L'intégralité du rapport peut être consulté ici :


Chwouldy mérite votre confiaaaance !!!

Tel que pour un célèbre vendeur d’électro-ménager qui a su durer des dizaines d’années avec un slogan qu’il martelait sur tous les médias jusqu’à en convaincre les électeurs, pardon les acheteurs, la CONFIANCE est la base de la gouvernance de la Ville.
L’ACCOINTANCE est le deuxième pilier : à Colmar on fait surtout confiance aux gens qu’on connaît. Ça ressemble à du bon sens, mais c’est surtout l’origine d’une déviance : il y a les amis de Gilbert Meyer, qui constituent une véritable cour où chacun rivalise de DÉFÉRENCE. Il suffit de visionner le conseil municipal en séance. Mais c’est aussi un clan qui brigue faveurs et RECONNAISSANCE.
Et il y a les autres, qui ne valent même pas d’être sollicités pour se faire un avis, ou prendre une décision. Les Colmariens. On n’attend d’eux qu’une chose : OBÉISSANCE.
C’est aussi l’origine d’un second problème : c’est que l’APPARTENANCE prime sur la COMPÉTENCE, les talents fuient la ville, ou sont mis en partance : Les borgnes veulent rester rois, sus à la clairvoyance !
Mais surtout, Colmar doit rester dans l’ignorance. Et pour cela, silence ! Ou ajoutons encore une louche de MÉDISANCE.
Ça vous plaît la cour, les fausses apparences ? Moi, pas, alors maintenant on balance.
Oui, il y a des pressions sur notre presse locale, DNA et l’Alsace, pour qu’elle évite les sujets qui fâchent.
Non, Chwouldy n’est pas un bon gestionnaire : le premier capital d’une collectivité est le capital humain et celui de Colmar est véritablement en souffrance.
Oui, il y a maintenant une plainte déposée au tribunal pénal pour harcèlement moral. Le harcèlement moral est un délit, puni de deux ans de prison et 30000€ d’amende.
La seule chose pour laquelle je ferai confiance au candidat Meyer, c’est qu’il fera tout pour qu’on ne parle pas de cette peine de prison qui le menace maintenant.
Mais chut !
JM

18 novembre 2019

Combien gagnent les élus colmariens

Savez-vous combien gagnent nos élus colmariens ? 90395€ + 1429€ + 1300€ soit 93124€/an pour notre maire-président de Colmar Agglomération, sans compter sa retraite de député et celle de fonctionnaire (source : https://www.hatvp.fr/…/…/meyer-gilbert-di-commune-colmar.pdf), dernière déclaration faite en 2014 mais depuis plus rien à déclarer. Quelle transparence à Colmar ?

Nos adjoints cumulent des salaires ou retraites de par leur métier, pour la plupart, ainsi qu’une indemnité d’adjoint(e) de 1711,34€ brut/mois, probablement majorée de 30%, Colmar étant chef-lieu du Haut-Rhin, soit 2224,74€ brut/mois.

Certain(e)s cumulent également des fonctions de conseiller(ère) départemental(e) ou régional(e), soit respectivement une indemnité supplémentaire de 2333,64€ et 2722,58€/mois brut (source : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/regime-indemnitai…).

Sans oublier les jetons de présence dans certains conseils d’administration !
N’oublions pas non plus les indemnités des conseillers municipaux délégués (uniquement de la majorité !), dont l’indemnité est comprise dans l’enveloppe budgétaire maire et adjoints, et qui sont aussi souvent administrateur ou président de structure locale (chauffage urbain, eau, électricité, etc…).

À côté de ces indemnités, s’ajoutent des avantages en nature comme le stationnement offert. Ce qui n'empêche pas les nombreuses frasques de voitures mal garées mais non sanctionnées ! Stationnement offert à certains et payant pour les autres ?

Rien d'étonnant à ce qu’ils ne veuillent pas quitter leur poste et se battent pour y rester. Le vide peut faire peur à beaucoup !

17 novembre 2019

Vendredi 13 décembre est aussi le jour de Sainte-Lucie ; et comme le prétend un (absurde) dicton, « à la Sainte-Lucie, le jour croît d'un saut de puce. »
Mauvais présage pour notre cher Kangourou ?
[Bernard Friedrich]


Dessin de Phil - DNA

15 novembre 2019

Colmar : la magie de Noël

Edouard Dabrowski

Le succès année après année des marchés de Noël aiguise la convoitise de villes de plus en plus nombreuses. Même celles qui n'en avaient pas la tradition, rivalisent d'ingéniosité pour attirer le chaland. Évidemment, il n'est plus question de fête religieuse, depuis bien longtemps. L'argent roi a remplacé les rois mages. Noël a été vidé de son sens et de sa substance et a perdu toute authenticité. Si magie et féerie demeurent, c'est au travers des illuminations.

Le marché de Noël devrait être un moment festif et convivial pour les habitants, tel qu'il existe encore chez nos voisins d'outre-Rhin, où l'esprit de Noël n'est pas encore complètement perverti. Les habitants aiment se retrouver et partager Glühwein, saucisses grillées, choucroute-spaetzle... Chez nous, il y a trop de monde. Où est le plaisir, même pour les touristes, à avancer à touche-touche après avoir réussi - au bout de combien de temps - à trouver une place pour garer sa voiture ? Dans une semaine va commencer la galère pour bon nombre de Colmariens qui se préparent à ne plus aller dans le centre-ville pendant plus d'un mois, à trouver des itinéraires bis, à jongler avec les horaires... Hélas, la municipalité n'a toujours pas compris qu'en matière de tourisme, à force de surenchère, arrive un moment où les nuisances finissent par l'emporter sur les avantages.

Photo Edouard Dabrowski

14 novembre 2019

Ouverture d'un Starbucks à Colmar

Vous avez mille fois raison : les Colmariennes et les Colmariens méritent un bon café. Et ils savent où le trouver.

Voir les avis déjà publiés sur le sujet par Colmar info :



12 novembre 2019

Marché de Noël : stationnement des résidents

Un grand merci à nos contributeurs, grâce à eux les choses bougent, même s'il faut rester modeste. C'est surtout parce que nous ne sommes plus qu'à quatre mois des élections. Et que l'entreprise de séduction de Meyer and Co a commencé à fonctionner. L'avez-vous remarqué ? Fini, le temps de l'arrogance. Ils sont tout miel. Et font semblant de s'intéresser au bien-vivre de leurs concitoyens. Serons-nous dupes ?

À l'écoute de sa vidéo, on se rend compte, pour ceux qui en douteraient encore, qu'Yves Hemedinger a définitivement rejoint son maître, après que celui-ci lui a mis sous le nez le sondage de Straumann ne lui laissant aucune chance. Mais auprès de Meyer, l'avenir d'YH est plus qu'assombri, l'homme est voué à la déchéance malgré son allégeance. Il laissait entendre à ses proches qu'il ne quitterait Meyer que si celui-ci décidait de se représenter, reniant sa promesse de 2014. Meyer devrait lever l'insoutenable suspense le mois prochain, attendons donc. Reste à savoir où aller, pour YH et avec qui.

Pour revenir au problème du stationnement des résidents de l'hypercentre pendant le marché de Noël, à quatre mois des élections, comme par miracle, on trouve des solutions. Après avoir répété une fois de plus que « les Colmariens apprécient la manne touristique » et qu'il n'est « ni sourd ni aveugle » à leurs revendications « notamment en matière de stationnement », Yves Hemedinger détaille dans sa vidéo les solutions proposées. Au journaliste qui lui demande perfidement si les places de stationnement seront gratuites, YH répond que les Colmariens paieront le tarif habituel des parkings. Faut pas rêver. Même à Noël. Seuls les riverains impactés par le périmètre neutralisé à la circulation pourront stationner gratuitement en surface, en dehors dudit périmètre.

L'information complète sur les mesures annoncées, ici :

https://c.dna.fr/edition-de-colmar/2019/11/12/video-et-podcast-securite-renforcee-au-marche-de-noel-de-colmar

6 novembre 2019

La bibliothèque des Dominicains rebaptisée "Jacques Chirac"

« Je viens d'être informé que le conseil municipal de Colmar a décidé hier soir de rebaptiser la bibliothèque des Dominicains, "Jacques Chirac". [...] La décision fut-elle vraiment prise à l'unanimité ?
J'ai envoyé des courriels à des amis qui sont du même avis que moi. J'attends réponses et propositions. »

5/11/2019 22:24


De nombreux messages de Colmariens vent debout contre cette décision arbitraire parviennent à colmarinfo depuis que l'information est connue. Des commentateurs indignés envisagent de lancer une pétition en ligne.
Des réactions unanimes qui recoupent celles publiées sur la page Facebook des DNA.


COMMENTAIRES :

⬦ Et sans demander l'avis de personne !
Effacer le nom de cette bibliothèque, c'est effacer son histoire !
[...]

⬦ Quel dommage :-(

⬦ Chirac, à l'existence si monacale.

⬦ Chirac bientôt canonisé et déifié. Après ça, les citoyens se sentiront bien mieux et tout sera parfait dans nos vies. Merci pour tout Jacques.

⬦ C’est dommage que les Colmariens n’aient pas été consultés...

⬦ Le nom d'un président vraiment pas meilleur que tous les autres, ça devient ridicule, la politique de Meyer.

⬦ Rebaptiser la prestigieuse bibliothèque des Dominicains, haut-lieu de la culture rhénane, du nom d'un personnage qui a toujours renié notre langue ancestrale, est un scandale !

⬦ Un ancien président qui traîne quand même une collection de casseroles... Le maire Meyer, l'ignore-t-il ? Le 15 décembre 2011, alors que le parquet avait requis la relaxe, le tribunal correctionnel de Paris condamne Jacques Chirac dans les deux volets de l'affaire des emplois fictifs (Paris et Nanterre), à deux ans d’emprisonnement avec sursis pour "détournement de fonds publics", "abus de confiance", "prise illégale d'intérêts" et "délit d'ingérence". Pour le tribunal, il est "l'initiateur et l'auteur principal des délits" et "a manqué à l'obligation de probité qui pèse sur les responsables publics, au mépris de l'intérêt public des Parisiens". C'est la première fois qu'un ancien président de la République française est condamné par la justice.

⬦ [...] Non, la Bibliothèque Chirac pour moi ça ne passe pas... faut pas pousser quand même, ok, il était sympa, mais en tant que Président, c'était pas le plus futé non plus ! Arrêtez de renommer chaque monument ou rue pour faire plaisir à un groupe partisan... y en a marre ! On a un passé, une identité et ça ne se remplace pas au pied levé !

⬦ Une tâche urgente pour une municipalité sans Chilbert : rebaptiser la bibliothèque en bibliothèque patrimoniale du président qui a été condamné par la Justice.

⬦ Pourquoi, il y a aussi un procès en béatification en cours et c'est un blasphème que de le critiquer ?
Ce n'est pourtant pas complètement déconnant que de rappeler que le seul lien entre Jacques Chirac et la probité, c'est qu'il fut membre d'un corps chargé de vérifier le bon emploi des deniers publics.

⬦ C'est une bibliothèque, pas une foire aux bovins...


Dessin de Phil - DNA

[Flash du conseil municipal]

Dominique Grunenwald

La bibliothèque des Dominicains baptisée Jacques Chirac

« Oui, monsieur le maire, mes chers collègues, j'ai été quelque peu étonné quant à moi pour la méthode qui a présidé au fait que vous proposiez à l'heure actuelle une dénomination à la mémoire de Jacques Chirac. En effet, nous l'avons appris par la presse qu'il y avait des bruits. [...] Être pressé dans la désignation que ce soit d'une place, d'une rue, d'une avenue, du nom d'une personne illustre peut attendre un petit peu. Parce que est-ce que c'est la bonne solution, est-ce que la solution "place de la Mairie" etc. ou un autre endroit était meilleur, je ne sais pas. Je regrette cette méthode qui fait que c'est un peu bousculé. [...] Alors je dirais une chose, c'est vrai et là vous avez raison, j'aurais dit "pourquoi est-ce qu'on n'a pas une place Georges Pompidou, pourquoi on n'a pas une avenue François Mitterrand ?" Soyons clair, certains d'entre nous n'auraient peut-être pas apprécié qu'il y ait une avenue Mitterrand. La deuxième chose que je voudrais dire, avec le respect que j'ai pour cet homme pour qui j'ai parfois voté, eh bien vous dites que c'est un grand homme d'état, on s'interroge. Il a été un grand homme politique, mais d'état... [...] Donc je dirais que, pour ma part, je crois que votre proposition est marquée d'un processus d'accélération qui ne me paraît pas très bon. [...]



Meyer et Hemedinger réconciliés

Ces derniers temps, Yves Hemedinger, le dauphin incompétent pour l'un et Gilbert Meyer, le trop vieux pour l'autre, semblent à nouveau faire ami-ami, comme en témoigne cet arrêt sur image lors du dernier conseil municipal. De quoi déboussoler complètement ceux qui voulaient tourner la page Meyer et qui faisaient confiance à Hemedinger pour incarner une forme de renouvellement.

Mais avec Hemedinger, il n'y aura pas de changement. Ce sera toujours la même politique, la même clique au pouvoir, la même arrogance. Avec, au mieux, un replâtrage homéopathique, sans doute insuffisant pour séduire les Colmariens.


(DNA)



3 novembre 2019

Gilbert Meyer et le tourisme

Edouard Dabrowski

Cette carte nous montre l'espace occupé par le centre-ville. S'y concentrent monuments historiques et commerces en tout genre mais de plus en plus orientés "tourisme". Quelque 11.000 habitants tentent de cohabiter tant bien que mal avec les 3,5 millions de touristes qui envahissent chaque année ce petit espace, dont 1,5 million pendant le marché de Noël. À part les irréductibles qui préfèrent rester et combattre la politique du maire, les habitants, de plus en plus nombreux à être écœurés, déménagent ou en manifestent l'intention. Gilbert Meyer aura réussi à transformer Colmar, ce « joyau de la Renaissance, la perle du Rhin, le berceau de Schongauer et Bartholdi » en un parc d'attractions kitsch à souhait et vidé de son âme.

2 novembre 2019

Gilbert Meyer : « Ce sera mon dernier mandat. »

Bernard Friedrich

"Les vieilles ficelles" (DNA - Zapping du 2/11/19)

Des vestiges du passé, des épisodes des campagnes pour les municipales colmariennes, un seul me semble mériter notre attention. Il s'agit de cette phrase qui figure en deuxième et troisième lignes de la "Lettre du Maire" du 24 janvier 2014, lettre où, ému, Gilbert annonce sa candidature et précise d'entrée de jeu "CE SERA MON DERNIER MANDAT". Chacun sait que dans un discours ou un courrier l'auteur annonce dès le début ce qui est important à retenir. Il sait que l'auditeur et le lecteur se "disperse" vite.

À Colmar, chacun connaît l'éthique de monsieur le maire et lui fait donc confiance. Cette confiance il l'a perdue dès lors qu'il renie son engagement. Rien, si ce n'est son ambition démesurée, ne le contraignait au parjure... même pas son erreur de n'avoir su préparer un dauphin compétent. Il porte seul le poids de cette grave erreur. Il y a, dans notre belle cité, d'autres talents, d'autres idées, d'autres styles pour gérer notre avenir.

Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis me dit-on ! Certes, mais on oublie aussi de dire que ce proverbe souligne surtout "un entêtement orgueilleux qui confine à la stupidité" : Gilbert Meyer n'est ni imbécile ni stupide ; simplement un indécrottable orgueilleux !

1 novembre 2019

Gaston

Nous avons le moule LR : le maire, qui semble moins présent. Le député, pas Colmarien et qui est mieux à Paris. Le premier adjoint qui sort du même moule mais qui, contrairement aux autres, peut se montrer très colérique et méprisant. Plusieurs personnes de mon entourage l’ont déjà vu s’énerver et s’élever au-dessus du peuple car « personne n’a de leçon à [lui] donner ». La première leçon à apprendre n'est-elle pas l’humilité ?

La ReM ? Oublions. La candidate parle de SA ville et n’y réside pas. Et il s’agit de notre ville pas de la sienne ! On ne quitte pas un autocrate pour un autre.

Une potentielle candidate RN qui n’habite pas non plus ici et qui s’occupe de la région, autrement dit, elle n'a aucune connaissance de Colmar.

Restent le Vert et le petit jeune. L’écologie ne devrait pas être un dogme réservé au Vert. Le Vert, c’est dommage, reste souvent en retrait. Pour moi, un maire doit être présent. Le petit jeune, je ne le connais pas assez. D’autres candidat(e)s ?

Je donnerai ma voix à celui ou celle qui permettra à nouveau aux habitants d’être sur un pied d’égalité. Je pense à certains quartiers surtaxés ou d’autres laissés à l’abandon. D’autres enfin sont plus généreusement arrosés. Parce qu’ils en avaient besoin et aussi dans un souci électoraliste.

C’est cette attitude qui attise la méfiance. À Colmar, nous avons DES cultures qui font NOTRE culture. Je trouve qu’arroser une communauté ou une autre est sacrément gonflé et irrespectueux. Irrespectueux, car à l’heure où chacun essaie de trouver sa place et d’alimenter un climat de sérénité et de tolérance, on conforte, on continue de diviser et de créer des tensions plutôt que de rapprocher les gens. Nous sommes des Colmariens avant tout et chacun mérite le respect, dans une ambiance apaisée, pour le bien-vivre ensemble.

Malheureusement, à Colmar, règne ce microcosme de bourgeois qui décide de tout et ne veut pas de changement. Ce serait dommage de ne plus avoir ses entrées et ses privilèges. Difficile d’être sur un pied d’égalité avec nous autres, les citoyens lambdas.

Raus ! et vivement que ça change !

Cordialement.

Gaston