6.9.19

Colmar, ville libre du Saint-Empire romain germanique

Colmar, la Villa Columbaria, ville libre du Saint-Empire romain germanique, joyau de la Renaissance, berceau de Schongauer et Bartholdi, la perle de la plaine du Rhin qui a vu séjourner empereurs et écrivains, scientifiques et prélats, est en train de revenir dans la lumière grâce à ces "instagrameuses" et stars de la télé-réalité chinoises que l'office du tourisme s'évertue à attirer et dont ses ouailles surveillent, commentent, partagent et louent fébrilement chaque selfie pris sur le pont de la Petite Venise que ces tour-opérateurs évidemment philanthropes érigent en incontournable des parcs d'attractions de cette petite chose pleine de légendes constitué par l'ensemble France-Italie-Allemagne (pour les Chinois, c'est plus au moins pareil). Ainsi, cela se visite "groupir" et uniquement sous l'angle du selfie, cela se déguste via les quelques restos chinois de la ville ayant conclu accord avec les tour-opérateurs et moyennant de menus crochets par les échoppes à "alsatiques" comme on le dit dans le landerneau, c'est-à-dire les cigognes en peluche et les magnets qui retournent d'où ils viennent (la Chine) dans une absence sidérante de réflexion "carbone", c'est pas grave, fallait y être, fallait y claquer son selfie comme on verrouille un cadenas d'amour sur le Pont-Neuf, aujourd'hui le tourisme c'est cela, aucune interaction, aucune immersion, aucun échange, aucun intérêt sauf pour les gardiens du temple qui monnaient leurs AirBnB et leurs magnets "alsatiques" et nous devrions nous estimer heureux que ces gens-là aient encore besoin de dormir sans quoi j'ignore ce qu'il resterait au vulgum pecus né là, bien obligé de se garer, bien obligé de bosser, bien obligé de passer, celui même que l'on souhaite chasser de son habitat comme on chasse les tribus indigènes dans les forêts aux arbres convoités... Des gens qui ne laisseront rien, n'emporteront rien d'autre que leurs maudits selfies sur le pont de la Petite Venise, qui ne s’imprégneront en rien et qui, fondamentalement, n'en ont rien à foutre de Colmar, ville libre du Saint-Empire, joyau de la Renaissance aux édifices néo-gothiques, néo-classiques, néo-médiévaux, baignée dans la torpeur luthérienne et l'humanisme rhénan, l'important étant de surfer sur un effet de mode étrange, voire loufoque porté par une émission de télé-réalité chinoise, « chinese restaurant », qui cherchait juste un décor en carton-pâte à vingt mille lieues de la grise Chine pour capter l'audience de cette jeunesse perdue dans les artefacts d'une existence par procuration... D'une vie à travers une perche à selfie exigeant de cautionner tout ce qui est salutaire pour le genre humain : les voyages en avion, la bouffe en plastique, les AirBnB, les usines à touristes, les fabriques à souvenirs... Le Colmarien, quant à lui, apprend chaque semaine, chaque mois que tel parking devient payant, que telle dent creuse deviendra un hôtel bardé de stationnement-minutes gratuits afin que, contrairement au Colmarien riverain du centre, le touriste puisse décharger son coffre, poser la voiture dix minutes avant de la foutre ailleurs, un luxe refusé à l'administré-cochon-payeur-râleur qui lui, certes, n'achète pas de souvenirs ni ne loue d'AirBnB et que l'on boute hors de la cité... Le Colmarien contemple béat le ballet des grues qui bâtissent et érigent ces temples à touristes d'un nouveau genre, avant-gardistes et achalandés, parce que là on a des moyens et on a des idées... N'oublie pas, Colmarien, que tu n'es jamais, ô grand jamais lésé : en échange de tous tes sacrifices, ton antre accueille la crème des influenceuses chinoises alors émerveille-toi, prosterne-toi et pâme-toi...