10 mars 2019

Corday

Vive les associations !

Ces dernières semaines, en me baladant dans Colmar, j’ai rencontré mon vieil ami Louis, peintre en bâtiment, qui se cachait à plusieurs reprises. Et pour cause, il avait honte car il mendiait. Nulle honte à lui parler. Il me disait que les officiels ne lui accordaient pas un regard, que du mépris.
Il a perdu son travail et sa famille suite à des problèmes de santé. Il s’est retrouvé à la rue et sans le sou.

Heureusement, l’association Espoir l’a aidé à se remettre sur les rails et l’a pris en charge. Elle lui a permis de trouver un logement, une formation et un emploi. Elle lui a permis de ne pas rester isolé et penser au pire. Espoir, c’est une famille qui vous tend la main.

Au-delà de l’association créée par M. Rodenstein, nous avons la chance d’avoir un immense tissu associatif à Colmar. Des associations qui se démènent dans tous les quartiers. Je pense aux associations paroissiales, communautaires, socio-culturelles, sportives. À la Société Schongauer qui, depuis plus de cent ans, gère le musée Unterlinden et a su préserver son âme. Je pense notamment à Pat’à sel qui s'efforce de faire entrer la culture dans les quartiers défavorisés, qui donne l’accès à la culture à des personnes handicapées. Je pense aux centres sociaux-culturels qui permettent l’ouverture culturelle et sportive dans les quartiers les plus sensibles. Je pourrais citer toutes les associations colmariennes, tant elles sont précieuses.

Nous avons la chance de les avoir, nous devons les épauler et non les malmener. Actuellement, nous en sommes à la bataille de la subvention et au chantage. « Si tu critiques, il y aura des répercussions. » Nous avons l’exemple d’Espoir, amputé d’un quart de ses subventions, les associations du Grillen qui ne sont pas subventionnées au même niveau, les associations communautaires, souvent pointées du doigt car « favorisées » alors qu’il s’agit d’un simple achat. Tout dépend de votre niveau de soumission et de censure. Beaucoup ont abandonné et mis la clé sous la porte.

Les associations ont pour vocation d’ouvrir le sport, la culture, le loisir, l’entraide, le soutien à tous. En détournant l’œuvre d’Orwell, nous pouvons aisément dire que « toutes les associations sont libres et égales, mais certaines le sont plus que d’autres ».

Chères associations, les élections locales approchant, vous aurez de fortes chances de voir vos subventions augmentées pour un an, peut-être deux. Le temps de vous acheter ou vous faire miroiter un potentiel changement.

Chères Colmariennes, chers Colmariens de toujours ou d’adoption, pensez aux associations, rêvez à une ville où elles pourront s’épanouir et venir à vous. Ne pensez pas que Colmar est figée et ne pourra pas changer. Colmar peut aller mieux si vous le souhaitez. Colmar doit entrer dans une nouvelle ère, celle du changement. Ce qui ne signifie pas de choisir parmi la majorité actuelle. Osez vous questionner, osez rencontrer, osez réfléchir, osez rêver, osez être écoutés et entendus. Osez agir.