Articles

Affichage des articles du mai, 2019
Isabelle Kieffer En vrac et autres Mais oui la verbalisation concernant le stationnement devient insupportable, insensée : je me gare sur le petit parking jouxtant la rue de Thann, je vais à l’horodateur distant de 10 m, par miracle je me retourne et pousse un hurlement, une contractuelle me sanctionnait déjà ! j’ai donc rédigé un petit panneau, placé sur le pare-brise, annonçant que je suis en train de chercher le très coûteux ticket. Mais oui beaucoup de Colmariens aimeraient savoir où en est la mise aux normes du Colisée. Entreprise privée certes. Mais un « bon » cinéma fait partie de la vie culturelle qu’une ville comme Colmar se doit d’offrir. Et là bientôt un an que les cinéphiles sont privés de nombre films de qualité, de films en VO sauf à supporter la VF, les temps de publicité interminables et tonitruants, les odeurs de pop-corn accompagnés de bruits de mastication et succion. Mais oui le Starbucks n’est pas une bonne nouvelle : quelques emplois dont la plupart sous-qualifié
Après les européennes, les municipales « À Colmar, qui se serait imaginé que Les Républicains fassent 8% ? C'est bien la preuve que l'on est dans une recomposition totale du paysage politique. La ville de Colmar serait-elle en train de retrouver ses origines centristes ? » (Stéphanie Villemin - propos recueillis par E.W. - L'ALSACE du 28/5/2019) Cela tombe bien. Pour dégager l'équipe en place, lors des prochaines élections municipales, ils seront désormais trois à se réclamer du centre : Tristan Denéchaud, élu MoDem, qui n'a pas encore révélé ses intentions mais qui ne devrait pas tarder à "bouger les lignes", le ou la candidat(e) de LREM et enfin Benoît Nicolas seul candidat déclaré pour l'instant, sans étiquette, se disant proche du centre-droit. Face à ces trois mousquetaires, le trio Meyer/Straumann/Hemedinger a du souci à se faire. D'autant plus qu'un quatrième mousquetaire pourrait sortir du bois, en l’occurr
Starbucks (suite) Suite à l'annonce de l'implantation d'un Starbucks à Colmar, un internaute s'en prend à la politique cautionnée par M. Hemedinger, premier adjoint : « Un rapport parlementaire européen a démontré le caractère prédateur de cette entreprise qui utilise les infrastructures locales mais a un comportement à la limite de la délinquance en matière fiscale. En outre, les emplois créés à faible rémunération bénéficieront d'importantes niches sociales, ce qui entraîne des dépenses sociales. Vous dites avoir attiré cette entreprise qui sert avant tout l'attractivité du centre-ville à destination des touristes. Vous avez aussi affirmé, lorsque le cinéma Colisée avait fermé - un commerce de proximité avec des emplois et qui offrait un service à prix réduit aux Colmariens - que ce n'était pas votre affaire. J'en conclus, à travers vos actes, que vous défendez l'inéquité et l'optimisation fiscale malgré les centaines de milliards d'euros
Les élections européennes   Colmar : Loiseau devant Bardella et Jadot - C’est la liste Loiseau qui s’impose à Colmar avec 23,72% des suffrages devant la liste RN (21,33%). La liste écologiste de Yannick Jadot décroche la 3e position avec 15,03 %, alors que les Républicains ne totalisent que 8,88 %. La liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksman recueille 5,13%. [L'ALSACE du 27 mai 2019]
Sauvez la section "japonais" du lycée Bartholdi à Colmar ! Elisa BENOIN a lancé cette pétition adressée à Rectorat de Strasbourg : En raison d'une décision prise cette année par le rectorat de Strasbourg, la section « japonais » du lycée Bartholdi à Colmar est sur le point de fermer. En effet, il est fort possible que notre section ne puisse plus recevoir les subventions nécessaires à son fonctionnement. Par conséquent, l'option risque de disparaître dès la rentrée prochaine, ne permettant plus aux futurs élèves de seconde de s’initier à la culture nippone. Porteuse de nombreux projets culturels et d 'échanges, notamment avec des lycées japonais tels que le lycée Funairi d’Hiroshima, la section participe comme toute option au dynamisme de l'établissement. De plus, celle-ci organise tous les 2 ans un important voyage au Japon et une fois par an la plus grande fête du lycée dans une salle de concert, ce qui permet aux élèves de prendre des décisions, de partici

Straumann et le couscous

Image
Image
Le mariage de la carpe et du lapin Straumann, Meyer et Hemedinger Dessin de Phil / Zapping DNA Eric Straumann, ce pur intellectuel, agrégé d'économie et néanmoins bon vivant, s'acoquinerait donc avec son ennemi de toujours, celui que le cabarettiste Roger Siffer qualifiait de "Bac moins 5", pour faire liste commune aux municipales de 2020 ? Quel âge aura le papy ? Déjà en 2012, Straumann le taclait en saluant « la sagesse d'Yves Bur, 61 ans, et Émile Blessig, 64 ans, qui savent se retirer ». Et il ajoutait : « Gilbert Meyer cherche à tout verrouiller. Il veut reposer le couvercle de la cocotte-minute sur la circonscription [il était question des législatives] en décidant de tout et sans contre-pouvoir ». Il faut avoir envie de travailler avec un tel autocrate ! Mais le problème ne devrait pas se poser puisque Meyer a assuré ne plus se représenter. S'il se représentait, il y aurait tromperie ! Âgé, autocrate, ne tenant pas ses promesses, on se de
[STATIONNEMENT] Depuis presqu'un an et demi qu'il a été proposé aux habitants du centre-ville, le macaron à 600 euros a rencontré un franc succès : Gilbert Meyer a réussi à en caser 9. Malgré la pétition en ligne, les nombreuses démarches, les articles dans la presse locale, les interventions de l'opposition, la réponse du maire n'a pas varié, à ce jour : « vous n'êtes pas obligé de prendre le macaron à 600€, si ce dispositif ne vous convient pas, vous êtes tout à fait libre de régler votre stationnement à l'horodateur. » écrit-il en réponse à un résident copropriétaire rue de l'Ours, qui s'est fait l'écho du mécontentement d'autres riverains n'ayant pas la chance de disposer d'un garage. Pour mémoire, à Strasbourg, le macaron pour les résidents est de 180 euros (au lieu de 600 à Colmar), à Mulhouse il est de 75 euros, gratuit à Riquewihr et à Kaysersberg.
Image
[STATIONNEMENT] Après Gilbert Meyer plusieurs fois épinglé, Yves Hemedinger se veut lui aussi au-dessus des lois ! Mais que fait la police ?
Publication de Benoît NICOLAS LA NAVETTE « CŒUR DE VILLE » : VOTRE AVIS ? 27 avril 2019 : mise en service des navettes « cœur de ville » « La Ville veut améliorer la mobilité en centre-ville » « Colmar Agglomération a donc décidé de mettre en place des navettes électriques et gratuites desservant l’hyper-centre de Colmar » « 9h – 19h du lundi au samedi » Je partage à 100 % cette vision (mobilité, gratuité, ville verte). BRAVO DANS LE PRINCIPE. Ça va dans le sens de ce qu’il faut proposer. ET VOUS : L’AVEZ-VOUS DÉJÀ UTILISÉE ? PENSEZ-VOUS QUE CETTE NAVETTE AMÉLIORE LA MOBILITÉ ? EST-CE UN SERVICE POUR LES COLMARIENS ? PENSEZ-VOUS QUE LA GARE ET LE PARKING BLEYLE DEVRAIENT ÊTRE DESSERVIS ? Pour ma part, j’ai pu assister à l’inauguration. Dans son discours, la Ville a indiqué que ces navettes seront formidables « pour les touristes et pour les Colmariens ». Il faut d’abord penser aux Colmariens… Monsieur le Préfet, lors de l’inauguration, a indiqué que les fonds du programme « Action
Image
Municipales 2020 Alliance Meyer-Straumann Gilbert Meyer resterait maire jusqu'en 2022, puis passerait le flambeau à Eric Straumann à la fin de la députation. Gilbert Meyer garderait ensuite Colmar Agglo. Un ensemble Meyer-Straumann mais toujours la même équipe. Eric Straumann, Gilbert Meyer et Yves Hemedinger - Dessin de Phil
Le maire soigne les associations Gilbert Meyer consacre son Mot de la Semaine n° 447 à l'engagement associatif et bénévole. Il commence par un mensonge, mais nous en avons l'habitude : « Colmar figure dans le classement des villes où il fait bon vivre. » C'était vrai il y a trente ans. Aujourd'hui, Colmar ne figure même plus dans le palmarès des 50 villes les plus attractives de France (L'Express). Passons. « La 3ème fête du bénévolat organisée par la Ville de Colmar le 18 mai prochain, permettra de porter un coup de projecteur sur ces serviteurs, porteurs de cette valeur essentielle que constitue le don de soi. » écrit-il. « Serviteurs ? » cette appellation, ainsi que l'amalgame entre bénévoles et personnes embauchées et payées, ont eu le don de faire bondir une internaute : « Quelques petites rectifications : qui qualifiez vous de "serviteurs" ? Les bénévoles et les associations ? Ces derniers ne sont les serviteurs de personne mais des personnes ou
Bernard FRIEDRICH Colmar 2020 : mes premières réflexions Une liste MEYER/STRAUMANN aux prochaines municipales... si l'on accorde foi au Zapping [DNA] de samedi dernier ? Scoop, fake news, ou ticket gagnant ? Difficile de trancher à ce jour tant on est partagé entre les aspirations inavouées des "encore" frères ennemis. En tous cas une hypothèse qui mettrait définitivement un terme aux illusions du premier adjoint et permettrait à celui qui s'était engagé à ne plus se soumettre au choix des Colmariens de rester aux affaires (de la CAC par exemple) sans faillir à la parole et à l'écrit donnés. Madame Klinkert, suppléante de monsieur Straumann, quitterait donc la présidence du conseil départemental en pleine maturation du projet collectivité européenne d'Alsace et le développement de nombreux autres projets essentiels pour demain. Ce serait dommage de la perdre ? Un "cas" à étudier car beaucoup de questions annexes...
Image
Encombrement de l'espace public Avez-vous remarqué qu'un nombre croissant de portants à babioles destinées aux touristes envahit les trottoirs et les rues du centre-ville ? Cela permet aux commerçants de gagner de précieux mètres carrés d'espace de vente sur l'espace public. Rue des Serruriers, ces portants prennent la moitié de la largeur de la rue. Mais les commerçants n'ont pas la même vision des choses : « sans les portants, les touristes n'entrent plus dans nos échoppes et donc ne nous achètent plus rien. » Plutôt que d'encombrer l'espace public déjà grignoté par des terrasses de plus en plus envahissantes, regroupons tous ces vendeurs de babioles place Rapp et qu'on n'en parle plus ! Yves Hemedinger trouve qu'il y a trop de touristes à Colmar, « il faut tendre vers la qualité plus que la quantité » est le nouveau slogan de celui qui se dit « favorable à une "montée en gamme" en développant davantage par
Isabelle Kieffer Rififi à Colmar Dire qu’on évoque souvent le calme de la vie provinciale ! Que de sujets de récriminations, d’interrogations, d’inquiétude, que de violence dans les propos et les actes dans notre ville. La direction et l’avenir du conservatoire : opacité, explications alambiquées de la Mairie, brutalité des décisions, sans oublier l’augmentation des frais d’inscription. La musique n’adoucit plus les mœurs. Les navettes gratuites : elles peuvent intéresser des retraités supposés avoir tout leur temps mais le parcours et la gratuité vont très vite interpeller les touristes qui feront l’économie des deux petits trains. Une desserte de l’hôpital Pasteur, de la gare, de la mairie, de la cité administrative… aurait été utile aux Colmariens et à ceux arrivant par le train. « Des marchés d’Automne » : ah non, cri unanime. Entre affluence estivale et folie de Noël les Colmariens pouvaient souffler un peu, retrouver leur ville dans son jus sans une débauche d’ornements contest
Image
Séquence nostalgie : La Caravane des Quartiers à Colmar (22-26 mai 1996) Ne ratez pas Chwouldi (10'40") ! ⇒ voir la vidéo
 Bernard FRIEDRICH  Pour éviter une éventuelle "décote" de sa popularité, le bon maire de Colmar propose timidement d'allouer la modique somme de 10.000 euros à la reconstruction de ND de Paris ; précisant que cet argent devrait servir exclusivement à la formation des ouvriers (comme si l'on pouvait vérifier cela !). Ce faisant, il oubliait ses largesses plus conséquentes pour soutenir la construction d'une mosquée lors d'une précédente campagne élec torale et le soutien apporté à la réhabilitation d'un ex-restaurant rue de la Fecht (sauf erreur de localisation). Ce geste ridicule pour une ville comme Colmar et inutile au regard du pactole déjà engrangé, il ne le justifie qu'en disant vouloir faire comme tout le monde et éviter la critique. Dans la foulée, prenant son courage à deux mains, il décide de faire dégager le campement des Gilets Jaunes rue du Ladhof, lui qui avait eu le "courage" d'aller les soutenir au pied de la statue de l
Image
Hemedinger : le début de la disgrâce ? Yves Hemedinger n'a pas posé sur la photo officielle et n'est pas monté au pot lors de l'inauguration des navettes. Il est resté loin du maire tout au long des discours. Il n'intervient plus, lors des réunions de quartier. Travaille-t-il seulement ? On le voit surtout se promener en ville et s'exhiber partout où il y a possibilité de serrer des mains et se faire prendre en photo. Il n'apparaît plus, lors du dernier conseil municipal, assis à la droite du maire sur les images retransmises par la chaîne TV7 qui filme la séance, comme ici, en mars ; la chaîne a-t-elle reçu des consignes en ce sens ? D'après certaines informations, le dauphin serait débarqué avant la fin de l'année. À moins qu'il ne décide de lui-même de quitter le navire, ce qui lui permettrait de redorer son blason et de tenter de regagner un semblant de crédibilité. Mais ce serait renoncer à son indemnité de premier adjoint... Dur, dur.
Image
Yves Hemedinger menacé J-F S - L'ALSACE/DNA du 1/5/2019 Photo Hervé Kielwasser/L'Alsace Un Colmarien a été interpellé par la police et placé en garde à vue mardi matin. Il lui est reproché d’avoir outragé et menacé Yves Hemedinger, premier adjoint au maire de Colmar et candidat potentiel aux prochaines élections municipales, le week-end dernier sur Facebook. Connu de la justice pour d’autres outrages, cet homme d’une trentaine d’années a été présenté mardi soir au parquet de Colmar. Il a été placé sous contrôle judiciaire, et renvoyé devant le tribunal correctionnel. Il doit être jugé début juillet à Colmar pour menace de commettre un délit à l’encontre d’un élu, et pour outrage sur une personne chargée d’une mission de service public. Contacté ce mercredi par téléphone, Yves Hemedinger souligne « ne pas en faire une affaire personnelle » en évoquant le contexte : « J’ai voulu serrer la main de ce monsieur la semaine dernière lors d’une manifestation, et il a
Image
Retour au pays Comme chacun sait, la cigogne est un des symbole de l'Alsace que les touristes adorent photographier, surtout au parc de l'Orangerie à Strasbourg. À Colmar, nous en avons également quelques spécimens, plus ou moins sédentarisés, dont Martin et Martine ainsi baptisés parce que le couple niche sur le toit de la Collégiale Saint-Martin. Mais nous avons surtout des cigognes en peluche ! La cigogne est un oiseau migrateur et celle en peluche bat tous les records ! Contrairement à la vraie qui se contente de rejoindre le sud à l'approche de l'hiver, la cigogne en peluche vient de Chine et parcourt donc plus de 8.000 kilomètres en cargo avant d’atterrir dans nos rues. Et quand c'est un Chinois qui l'achète, elle retourne dans son pays d'origine, en avion cette fois ! Un voyage de plus de 16.000 kilomètres au total, bonjour le bilan carbone ! E.D.