28 février 2019

Retour sur le dernier conseil municipal

(vote du budget) - La parole à l'opposition


Frédéric Hilbert :

- Le quotidien des Colmariens n'est pas assez pris en compte. Pour financer vos projets, nous avons un budget de fonctionnement qui est à l'os, d'après les propos que vous aviez tenu l'an dernier, c'est bien le résultat de votre gestion depuis de nombreuses années.

- Les associations qui manquent de locaux, des infrastructures qui manquent d'entretien, des feuilles mortes qui sont ramassées très tardivement, mais bon, tout va bien puisque les lumières de Noël ont été posées à temps.

- Quand vous dites que le parking de la Montagne Verte c'est un poumon vert, moi je veux bien un poumon vert ; on attire encore plus de voitures au centre-ville et on dit, parce qu'on met quelques bacs à fleurs sur le dessus, que c'est un poumon vert ?


Tristan Denéchaud :

Pour ma part, c'est la même chose que pour mes collègues, on n'est pas d'accord avec la philosophie générale (...), on a comme toujours un investissement, un fonctionnement à l'os qui est comprimé au maximum. Quand vous êtes fier de dire, voilà, le fonctionnement est comprimé, il n'augmente pas, cela veut dire que derrière, c'est un service aux Colmariens qui n'augmente pas. On peut toujours faire des économies, mieux s'organiser, etc. Mais jusqu'à un certain point. Là, sur 5 ou 10 ans, on a un fonctionnement qui ne bouge pas, cela veut clairement dire que le service se dégrade et je pense que la majorité des Colmariens le constate tous les jours, notamment ceux qui ont le plus recours aux services.
On compare à Strasbourg, on compare à Mulhouse, mais tout le monde ici peut comparer les services qui sont offerts à Colmar et ceux qui sont proposés à Strasbourg ou à Mulhouse. À Mulhouse, s'il faut parler des transports, c'est 2 lignes de tram, à Strasbourg c'est 5 lignes.
Je ne prends [en exemple] que les transports, mais dans tous les domaines c'est pareil, dans la culture, dans le social, dans l'investissement pour les écoles, le fonctionnement... (...) Vous prenez des différences annuelles par habitant (...) moi, je prends des différences mensuelles parce que ça parle un peu plus aux gens. La différence entre Colmar et Strasbourg, en terme de fiscalité, 12 euros par mois et par habitant. Différence par rapport à Mulhouse, 4,58 euros par mois.
Est-ce que pour 4,58 euros, pour 12 euros par mois, respectivement, on n'a pas un service qui est infiniment meilleur et infiniment plus complet à Mulhouse et à Strasbourg ?
C'est un choix, c'est le choix que vous avez fait, les électeurs se sont en majorité, disons en majorité des exprimés, portés sur votre philosophie. Clairement, je pense que les collègues partagent, ce n'est pas la nôtre, ce n'est pas la mienne en tout cas.
Il y a des choses qui viennent un petit peu tout gâcher, comme le changement des définitions mathématiques. Vous nous avez redéfini une moyenne. Alors maintenant, une moyenne c'est : on prend la valeur la plus basse, la valeur la plus haute, on la coupe en deux et puis c'est ça une moyenne. Non. La moyenne, c'est toutes les valeurs divisées par le nombre de valeurs. Sinon, le salaire moyen en France avoisinerait les 1 million d'euros, et malheureusement ce n'est pas le cas...

Morte, la gauche colmarienne ?


Dessin de Phil (détail)


Oui, Bernard Rodenstein l'a dit sans ambages dans sa récente vidéo (DNA). Selon lui, le fossoyeur en serait Gilbert Meyer himself qui, « à force de vouloir écarter tous ceux qui ont d'autres idées que lui, a fini par tuer tout ce qui est opposition à Colmar ».

Faut-il pour autant en déduire que les "valeurs" de gauche ont disparu elles aussi du paysage politique colmarien ? C'est aller un peu vite en besogne. Certes le parti socialiste, principale incarnation de la gauche est en miettes, tant au plan local que national, mais il est impensable que lesdites valeurs se soient volatilisées, ce serait inquiétant pour la démocratie.

Avec ses collègues élus de l'opposition, MM. Hilbert et Denéchaud, Victorine Valentin a bien du mérite à avancer ses idées humanistes face à un personnage qui se dit démocrate mais qui ne sait ni écouter ni dialoguer et reste muré dans ses certitudes.

Extrait des échanges lors du dernier conseil municipal :

V. VALENTIN : Nous constatons sans surprise que le maniement de la calculette et l'alignement des euros font toujours autant votre bonheur. Mais font-ils le bonheur des Colmariens ?

G. MEYER : Je vous dirai c'est ma science préférée, Madame Valentin.

V. VALENTIN : Nous n'en doutons pas. Mais est-ce que cela fait le bonheur des Colmariens ? C'est ça la question. Vos options budgétaires ont-elles, depuis 2014, permis d'améliorer la qualité et le cadre de vie des Colmariens ? C'est la seule question qui doit prévaloir au moment des choix budgétaires. Et c'est la seule à laquelle il va falloir répondre lors des prochaines élections municipales.
J'espère que les Colmariens iront voter nombreux car moi je vais rappeler un seul chiffre. En 2014, vous avez été élu par un gros quart des électeurs seulement. Ce n'est pas un plébiscite. En 2020, si malgré tous les mécontentements et toutes les insatisfactions dont les Colmariens nous font part et qui ont considérablement augmenté ces derniers temps, ils vous renouvellent leur confiance, à vous ou à votre substitut, cela voudra dire qu'il vous donnent quitus de votre action. De notre côté, nous estimons que votre choix de développement économique presque exclusivement basé sur le tourisme ne répond pas aux besoins réels des Colmariens. Et que l'offre des services à la population est en dessous en qualité et en nombre de ce qui pourrait être fait avec le budget et les moyens qui vous sont alloués.

Y. HEMEDINGER : À Colmar, depuis maintenant plus de 20 ans, nous avons fait en sorte que la finance soit au service des êtres humains qui composent la ville, et pas l'inverse (sic).

V. VALENTIN [s'adressant au maire] : Je sais bien que la démocratie [pour vous] c'est « cause toujours ». C'est sans doute la raison pour laquelle vous avez mélangé toutes nos interventions [de l'opposition] dans votre réponse. Ce que je voulais dire simplement (...) vous avez été élu sur un programme, nous n'avons pas mené ce programme, nous en avons présenté un autre, nous croyons toujours dans les vertus d'un certain nombre de nos propositions qui ne peuvent pas voir le jour puisque c'est vous qui avez la majorité et ce sont ces propositions-là que par fidélité, comme vous à votre programme, nous continuons à défendre. (...).
Le budget n'est pas voté parce que la calculette, elle a calculé juste. Le budget est voté - ou non - en fonction de la philosophie et de la vision qu'il porte. Et nous ne partageons pas les vôtres.

23 février 2019

Clément TONNOT
À plus d’un an des municipales

La courroie rompue ?

Les relations se refroidissent entre Gilbert Meyer et Yves Hemedinger, alors que le maire de Colmar et son premier adjoint pourraient devenir rivaux aux prochaines municipales.



Gilbert Meyer ne semble guère apprécier que son premier adjoint 
veuille jouer les premiers rôles. Photo archives L’Alsace


Il n’est pas si loin le temps où Gilbert Meyer célébrait la « fidélité et la confiance » qui régnaient entre lui et son premier adjoint Yves Hemedinger, sa « courroie de transmission ». C’était le discours que tenait le maire de Colmar début janvier, lors de ses vœux. Depuis, les liens qui unissent le maire et sa « courroie » semblent s’être singulièrement distendus.

Ces tensions sont apparues au grand jour à l’occasion d’un long billet posté vendredi dernier sur les réseaux sociaux. Gilbert Meyer y laisse entrevoir une éventuelle candidature, alors même que son premier adjoint s’est lancé depuis belle lurette dans une campagne qui ne dit pas son nom.

Gilbert Meyer, lui, promet de dévoiler ses intentions « à la fin de cette année ». « Si je devais sentir un quelconque risque, je serais présent personnellement à cette échéance », prévient le maire, agacé par « l’agitation électorale qui règne déjà autour de [lui] ».

Le message de Gilbert Meyer, pas vraiment subliminal, constitue une sévère mise en garde à son premier adjoint. Jamais cité nommément, Yves Hemedinger est taxé « d’impréparation » et de « précipitation » par son mentor. « L’habit risque d’être trop grand pour certains », assène durement le maire, pour qui « une frénésie intempestive » risque d’être « sanctionnée par l’opinion »…

« Le pilotage par une personne aguerrie est indispensable », commente encore Gilbert Meyer. On suit facilement son regard quand il vante ses ratios de gestion et l’entregent nécessaire pour faire avancer certains dossiers à Paris.

Taquiné samedi dernier par Eric Straumann en marge de l’assemblée générale des propriétaires du SPICCA, Yves Hemedinger a bien tenté de détourner l’attention, arguant que le message du maire visait aussi le député, autre potentiel candidat. Sauf qu’on peut difficilement reprocher à celui qui fut aussi maire et président de conseil départemental son manque d’expérience et de réseaux à Paris.

Si la charge du maire vise clairement Yves Hemedinger, pourquoi maintenant ? Selon nos informations, Gilbert Meyer aurait proposé à son premier adjoint un dernier tandem pour 2020, dont il lui laisserait le guidon en cours de mandat.

Sauf qu’Yves Hemedinger ne l’entendrait pas de cette oreille, se raccrochant systématiquement à la promesse du maire de ne plus briguer de mandat. « Il s’est engagé par écrit lors des dernières municipales à ne pas se représenter en 2020 », écrivait-il encore le 12 février sur les réseaux sociaux. Ces incessants rappels ont visiblement eu raison de la patience du maire.

« Certes “Gilbert Meyer a dit”. Pourtant [il] voit aussi en ce moment le contexte ambiant des candidats potentiels à la mairie de Colmar », réplique l’intéressé, agitant le chiffon rouge d’un sondage qui « laisse apparaître un grand doute quant aux résultats ». Et d’inviter son premier adjoint à « puiser dans sa capacité personnelle les arguments pour convaincre » plutôt que de se reposer sur de vieilles promesses.

Pour l’instant, Yves Hemedinger maintient le cap. À ceux qui lui mettaient le message du maire sous le nez, il suggérait de « regarder les commentaires » des internautes. Commentaires plutôt favorables au premier adjoint, il est vrai, et qui tournaient souvent autour de l’âge du capitaine (Gilbert Meyer aura 78 ans à la fin de l’année, N.D.L.R.) et du « mandat de trop ». « Confier les rênes à quelqu’un d’autre n’est pas synonyme de faillite », tentait par exemple un internaute, quand un autre reprochait à Gilbert Meyer de « s’accrocher à son trône ». Bizarrement, ces commentaires peu amènes ont disparu de la page du maire en début de semaine…

[Clément TONNOT, L'ALSACE du 23/2/2019]

Réflexion sur la mobilité urbaine



Le 5 février, colmarinfo publiait deux vidéos consacrées à Pontevedra, une ville en Galice, où l'usage de la voiture a été drastiquement limité au profit des piétons.

À son tour, France 2 a diffusé dans son journal du jeudi 21 février un reportage sur le même sujet.


21 février 2019

 Vivien GARNIER 

Contribution des loueurs de meublés : le tourisme, prétexte pour renflouer les caisses ?

Un article des DNA de ce jour met en lumière une des méthodes du systèmes Meyer : la contribution volontaire quasi forcée des loueurs de meublés. Ces derniers ont reçu récemment un sympathique courrier du maire les invitant fortement à payer une contribution, comme les commerçants et les exposants du marché de Noël. Je suppose que cette nouvelle taxe - appelons un chat un chat - officiellement destinée à financer la sécurité du marché de Noël, servira certainement à d'autres fins. Vu les coûts pharaoniques des travaux de la place de la Montagne Verte, on cherche partout, même sous les tapis, de l'argent. Le maire, bon gestionnaire, non content d'avoir augmenté le tarif du stationnement, d'avoir placé le montant de l'amende de stationnement très haut (malgré une promesse...), voilà qu'il souhaite faire participer les loueurs de meublés. Ces derniers reversent déjà la taxe de séjour (5% du montant de la nuitée... tout de même !) et voilà qu'en plus, ils doivent payer une taxe sécurité. De qui se moque-t-on, une fois encore ? Non content de favoriser le tourisme à outrance au point de transformer notre ville en une sorte de Disneyland, il faut en plus que les contributions soient presque obligatoires ? Monsieur le Maire, ne confondez pas Colmar avec Europa Park. Bientôt, il faudra s'acquitter d'un péage pour entrer dans la ville ? L'étape suivante, ce sera quoi ? La contribution volontaire obligatoire (!) des Colmariens dans leur totalité pour financer les marchés de Noël et les parkings ? Vous ne pouvez pas décemment vous féliciter de votre fiscalité stable et basse (à voir...) et prélever ça et là divers impôts déguisés. C'est un procédé plus que discutable, tant pour la bonne conscience que sur la façon de faire. Il serait peut-être temps de comprendre que la ville étouffe sous le poids des vos longues années passée à la barre. Vos successeurs réussiront. Encore faut-il leur faire confiance, ce dont je doute que vous soyez capable, même avec ceux de votre propre camp. Il faut savoir s'arrêter. Colmar ne vous appartient pas. Le trop est l'ennemi du bien... Attention à ne pas vouloir faire trop, si vous voulez que les Colmariens gardent un bon souvenir de vous. Et rendez-vous en 2020 !

19 février 2019



Fabien Nierengarten

Bon, il faudrait quand même arrêter de déconner et de jouer, là...

Qu'on soit en colère contre la vraie misère qui étend de plus en plus ses tentacules sur la société française, c'est normal.

Qu'on soit solidaire de ceux qui survivent plus qu'ils ne vivent, et qu'on manifeste pacifiquement pour les soutenir, c'est une démarche noble qu'il faut admirer.

Qu'on se batte pour gagner du pouvoir d'achat, c'est tout à fait légitime et respectable.

Qu'on en veuille à Emmanuel Macron et au Gouvernement de ne pas trouver aujourd'hui les solutions à tous ces maux, c'est compréhensible... Même s'il serait alors juste d'élargir ce reproche à tous ceux qui nous gouvernaient hier et avant-hier.

Qu'on apporte son soutien à des mouvements ou à des partis qui prétendent disposer des remèdes miracles pour sortir du marécage ambiant, mais qui n'ont encore jamais démontré leur capacité à gouverner, c'est un peu naïf, mais pourquoi pas...

En revanche, qu'on justifie ou qu'on cautionne (y compris par le silence) le climat de violence, de haine et de mépris que certains provoquent et alimentent pour défendre des causes minoritaires ou pour se faire mousser, est une attitude absolument insoutenable, intolérable et irresponsable.

Quand on tolère qu'il soit porté atteinte à l'intégrité physique ou aux biens de personnes, à cause de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent ou de ce qu'ils pensent, on contribue à ce climat glauque et malsain.

Quand on accepte que soit menacée la vie des forces de l'ordre (dont la vocation est de protéger nos vies en mettant en danger la leur), en justifiant cela par de prétendues "violences policières" dignes des pires dictatures, on alimente le terreau de l'anarchie.

Quand on applaudit face aux manifestations hebdomadaires qui nous enferment dans une routine de violences verbales et de destructions, juste pour marquer sa propre opposition à un Président pour lequel on n'a pas voté, on favorise des dérives très dangereuses pour la vie de chacun d'entre nous.

Quand on apporte son soutien à des abrutis frustrés de ne pas être ce qu'ils aimeraient être, ou à des racailles incultes qui prétendent vouloir prendre le pouvoir au nom du peuple, on apporte son soutien à des gens qui prônent l'insurrection et la guerre civile.

Alors, bordel de merde, il faut se ressaisir !!! On n'est quand même pas un pays de fachos, de gauchos ou d'anarchos !!

L'heure est plus grave qu'on ne le croit, car des valeurs fondamentales sont en danger. Encore plus fondamentales que les opinions politiques de chacun, que le confort matériel et la sécurité "sociale" dans laquelle vit la très très grande majorité d'entre nous.

Que chacun regarde sa propre vie droit dans les yeux... et la compare à celle des gens qui souffrent vraiment.

Oui, il faut participer au Grand Débat, même si on n'en connaît pas encore les suites possibles. Oui, il faudra être très vigilant face aux mesures qui en résulteront. Oui, il faudra veiller à ce qu'elles apportent des vraies remèdes à nos principales souffrances. Oui, il faudra peut-être que des élections viennent re-légitimer ceux qui nous gouvernent dès l'automne prochain. Oui, il faut que quelque chose bouge dans ce beau pays qui est le nôtre.

Mais ce ne sera ni dans la violence, ni dans la haine. Nous valons beaucoup mieux que ça.

D'ici-là, continuons à nous mobiliser (avec mesure), à nous informer (avec neutralité et objectivité) et surtout... à apprendre toujours et encore, à nous instruire et à essayer de comprendre le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui et le monde de demain.

Car c'est vraiment l'ignorance qui pourrait être la responsable de notre disparition en tant que nation, en tant que peuple, voire même en tant que civilisation.

Après cette sorte de "prêche laïc", bon dimanche à tous ! Profitons de ce temps magnifique et surtout... soyons heureux !!! Autant que possible...